Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245-246Le salariat, un objet devenu (tro...

Le salariat, un objet devenu (trop) discret en études africaines

Wage Labour, a Research Topic that Has Become (Too) Discreet in African Studies
Étienne Bourel et Guillaume Vadot
p. 9-39

Texte intégral

  • 1 Yann Gwet, « L’Afrique rêve sa jeunesse en start-up innovante… sans la construire », Le Monde Afri (...)

Les historiens qui voudront comprendre l’Afrique de ce début de siècle seront perplexes. Les statistiques qu’ils consulteront leur indiqueront un continent pauvre, tandis que de nombreux articles de presse leur apprendront que le continent était peuplé de « jeunes entrepreneurs innovants ». […] Une véritable industrie de la récompense a vu le jour. Ses acteurs, média, multinationales, organismes en tout genre, se livrent une concurrence acharnée pour décerner des prix à nos jeunes « innovateurs », se réjouissant ainsi de la bulle qu’ils ont créée1.

Intentions et contenu du numéro

Dépasser le glacis qui pèse sur l’étude du salariat en Afrique

1Engager aujourd’hui une recherche ou un projet éditorial sur les salarié.e.s en Afrique subsaharienne n’est pas chose facile sur le plan scientifique. On a vite fait de passer pour ringard.e, voire rétrograde. Des voix et des partis pris extrêmement divers ont souligné la focalisation excessive des études concernant le travail en Afrique, tout au long du xxe siècle, sur les configurations associées au salariat (notamment urbain et industriel). Or, les catégories professionnelles correspondantes, notamment les ouvrier.ère.s, sont toujours restées minoritaires dans ces sociétés.

2On peut aussi avoir l’air, inversement, de partir à l’assaut d’un legs intellectuel déjà malmené et de s’associer à des critiques englobantes et finalement aveuglantes, alors que « travail et travailleurs africains » ne sont depuis plusieurs années déjà plus « à la mode dans les sciences sociales » (Copans 2014).

3En réunissant des articles qui témoignent, de différentes manières, du redéploiement et de la vitalité du rapport salarial en Afrique centrale, de l’Ouest et de l’Est, le présent numéro thématique souhaite d’abord attirer le regard vers des configurations empiriques encore peu mises en lumière. Il entend aussi contribuer à promouvoir une historiographie moins clivée par le basculement qu’ont provoqué les plans d’ajustement structurel. Il veut proposer enfin des outils d’analyse qui permettent de (re)faire place aux « salarié.e.s d’en bas », subalternes, majoritairement manuel.le.s et souvent sans contrat de travail formel, parmi la diversité des formes et des situations de travail, mais aussi des normes d’emplois que l’on rencontre actuellement sur le continent.

  • 2 Les pages du présent numéro consacrées aux comptes rendus de lectures ont été pensées pour témoign (...)
  • 3 Il fait ainsi du « nouveau catéchisme » de l’entrepreneuriat le dernier né des grands empêchements (...)

4Le problème n’est pas, en effet, que le travail aurait disparu des radars de la recherche en études africaines : au contraire, on assiste depuis plusieurs années à un renouveau des démarches empiriques et des discussions théoriques, en socioanthropologie (Comaroff & Comarroff 2010 ; Diedhiou 2021 ; Kasmir & Carbonella 2014 ; Mususa 2021 ; Smith 2021 ; Tchicaya-Oboa, Kouvouama & Missié 2014) et surtout en histoire (Bellucci & Eckert 2019 ; Cooper 2019 ; Labor History 2017 ; Messi Me Nang 2014 ; Tiquet 2019)2. Les salarié.e.s, en revanche, n’ont presque plus jamais été constitués comme objet de recherche, du fait du changement de focale évoqué plus haut mais aussi de l’imposition progressive de nouveaux imaginaires de l’économie qui les invisibilisent — des imaginaires dont Achille Mbembe a récemment fait la critique3. Tout se passe comme si ils et elles constituaient un objet miné, considéré comme indissociable de conceptions normatives de l’histoire et des sociétés qui imprégnaient des recherches menées il y a maintenant près d’un demi-siècle, dans un contexte académique moins professionnalisé et plus politisé qu’aujourd’hui. Notre diagnostic est ici largement similaire à celui établi par la revue African Economic History en 2016, dans le cadre de la publication d’un dossier sur les migrations de travail (Guthrie 2016).

5La volonté de dépasser ce glacis est largement à l’origine de ce projet de numéro, qui fait suite à une école thématique du cnrs sur les « Afriques ouvrières » organisée en mai 2019. La réalisation du présent numéro a mobilisé vingt-et-un collègues, dont la quasi-totalité sont en début de carrière et la moitié sont issus de pays africains. S’y adjoint l’entretien rétrospectif qu’a bien voulu nous accorder Frederick Cooper, historien du travail et l’un des principaux animateurs de la recherche historienne sur l’Afrique contemporaine. Cet échange est l’occasion de revenir sur son parcours depuis ses études à l’Université de Stanford dans les années 1960, mais aussi sur l’évolution des études sur le travail en Afrique depuis un demi-siècle et les changements de perspectives épistémiques qui l’ont marquée.

Des articles qui illustrent la labilité grandissante du rapport salarial

6La plupart des articles illustrent et analysent les résurgences ou les transformations contemporaines du travail salarié en Afrique subsaharienne. Ils documentent combien la diversité des configurations est allée grandissante depuis vingt ans, le rapport salarial étant en fait une modalité souvent usitée dans le cadre de la pluralisation des situations de travail qui, elle, est mieux connue. Cette diversification du salariat s’observe dans le cadre du développement rapide du gardiennage, étudié ici pour la ville de Douala par Yves Dieudonné Bapes Ba Bapes, qui s’attache à décrire l’élaboration par les gardien.ne.s de compléments du salaire qui rendent leur condition plus acceptable et la pérennisent. On peut penser également au boom de la construction, des petits aux grands chantiers, ici analysés par Gérard Amougou, Antoine Kernen et Fabien Nkot, des relations entre travailleurs locaux et chinois sur les sites de construction de grandes infrastructures au Cameroun. Il y a lieu aussi de porter attention aux changements qui surviennent dans la petite et grande agriculture. Pierre Girard, Esther Laske, El Hadj Malick Sylla, Jérémy Bourgoin et Moussa Sall d’une part, Joel Jiometio Tchinda, Hervé Tchekote et Thérèse Moulende d’autre part, se penchent ainsi sur la diffusion, grandissante et pourtant peu visibilisée du salariat agricole, respectivement dans deux régions du Sénégal et une du Cameroun. Chloé Josse-Durand et Éric Ndayisaba, quant à eux, abordent les conditions de travail et de rémunération des ouvrières et ouvriers des plantations et usines de thé, dans le cadre d’un effort comparatif entre terrains kenyans et burundais.

7La labilité du rapport salarial et sa cohabitation avec d’autres formes de mobilisation du travail, y compris dans une branche qui fait l’objet de politiques de régulation comme l’extraction minière, est plusieurs fois rappelée. Héritier Mesa Nteke les donne à voir en ce qui concerne les couches populaires de Kinshasa, en soulignant que la débrouillardise y prend souvent la forme de petits emplois salariés, combinés avec d’autres activités. L’humanitaire même n’est pas oublié, à travers l’article que consacre Zoé Tinturier aux trajectoires de femmes malgaches employées dans un programme de commercialisation d’un produit alimentaire bon marché. De même que le vigilantisme, ce secteur ne fait pas partie des terrains privilégiés de la socioanthropologie du travail. Pourtant, les deux articles du numéro qui s’intéressent à ces situations permettent de souligner le potentiel heuristique d’une étude, dans ces contextes, des rapports de travail et des négociations quotidiennes auxquelles ils donnent lieu.

8D’autres articles, regroupés dans la première partie du numéro, traitent des questions de catégorisation et de labellisation, à partir de l’observation des velléités normalisatrices de l’administration, des employeurs et des salarié.e.s mais aussi de l’exercice concret du droit du travail. Ce dernier est au cœur de l’article de Sidy Cissokho, qui situe son observation notamment dans les salles d’audience où se jugent les conflits du travail. Il montre à quel point la qualification d’une relation de travail comme relevant du salariat est le produit de conjonctions complexes, au croisement de la mobilisation des travailleuses et travailleurs et des logiques professionnelles qui s’imposent aux carrières des mandataires syndicaux. Au contraire, Matthieu Bolay et Filipe Calvão analysent la manière dont le recours à des sous-traitants en main-d’œuvre et le jeu sur les régimes juridiques (notamment celui réservé à l’exploitation minière dite artisanale) permettent de plus en plus aux compagnies minières de mobiliser une force de travail sans avoir à s’engager dans l’officialisation de relations salariales. En suivant les trajectoires de vigilantes de deux quartiers de Lagos, Lucie Revilla souligne quant à elle que l’instauration d’un rapport salarial constitue pour eux un horizon d’attente et un enjeu de négociation avec les employeurs, associé à une recherche de stabilité et à un certain nombre de transactions symboliques qui concernent notamment la performance de leur masculinité. Enfin, l’article de Ferruccio Ricciardi offre une perspective historique sur ces enjeux de labellisation, qui se situent à la croisée de l’économique, du politique et du droit. Il éclaire les multiples contradictions de la définition, par les autorités coloniales et les maisons de commerce du Congo français dans les années 1920 et 1930, du statut des travailleurs africains, entre promotion de la liberté du travail, d’une part, et répression de la mobilité, d’autre part.

Contribuer à l’histoire des salariats

9En tant que coordinateurs, il nous revient aussi de dire ce que ce numéro n’est pas, afin de souligner de quelle(s) construction(s) il pourrait constituer une première pierre. Les pages qui suivent ne sont ainsi pas en mesure de proposer une histoire du salariat en Afrique, sur le modèle de ce qui a pu être tenté pour la France des xixe et xxe siècles (Didry 2016 ; Menjoulet 2020) ou pour un objet voisin comme le travail contraint (Stanziani 2020). Pourtant, des connaissances nouvelles ont été accumulées depuis quelques années qui permettent d’alimenter une histoire sociale du travail salarié en Afrique subsaharienne (notamment sur une région spécifique, la ceinture de cuivre congolaise et zambienne (Ferguson 1999 ; Larmer 2021 ; Larmer et al. 2021) mais aussi une histoire de l’institution juridique du salariat (Le Crom & Boninchi 2021 ; Maul, Puddu & Tijani 2019). Elles s’ajoutent à la fresque produite par Frederick Cooper (2004) sur la période des décolonisations dont la méthode d’investigation kaléidoscopique peut constituer une source d’inspiration (voir l’entretien avec l’historien dans ce numéro). Elles s’additionnent également à des historiographies nationales ou régionales parfois riches, au-delà même du cas sud-africain et de l’Afrique australe, comme au Sénégal (Fall 2011 ; Guèye 2011), au Burkina Faso (Ouédraogo 1985 ; Ouédraogo & Fofana 2009), en Ouganda (Mamdani 1996), au Maghreb (Benarrosh 2019), au Nigéria (Lindsay 2003), au Kenya (Bellucci 2017) ou encore au Soudan (Sikainga 1996, 2010). Si elle reste à mener, l’entreprise scientifique qui consisterait à faire une histoire comparée de l’institution salariale et de l’univers de pratiques qui lui est associé en Afrique subsaharienne pourrait d’ores et déjà s’appuyer sur une vaste somme de travaux de recherche, y compris des recherches menées localement, sous la forme de mémoires et de thèses, et qui n’ont pas passé les obstacles de la publication et de l’internationalisation. Tout au plus s’agit-il ici pour nous de souligner à quel point cette entreprise serait heuristique, y compris pour « provincialiser l’Europe » — selon l’expression de Dipesh Chakrabarty (2009) qui est d’ailleurs au départ un historien du travail — en proposant au sujet du salariat un ou d’autres récits historiques.

  • 4 Office de la recherche scientifique et technique Outre-mer, désormais Institut de recherche pour l (...)

10L’autre approfondissement possible concerne la dimension comparatiste de ce qui est présenté ici, autrement dit notre capacité collective à en inscrire les résultats, y compris dans ce qu’ils ont de spécifique, au sein d’un champ de recherche plus vaste et déployé sur les autres continents. Au regard de l’histoire des études sur le travail dans les pays du Sud, l’existence d’une telle difficulté est paradoxale. Depuis le début des années 1980 en effet, plusieurs tentatives se sont succédé pour surmonter la division des travaux menés en autant de courant autonomes qu’il existe de spécialisations aréales et pour proposer un rapport plus réflexif au grand partage Nords-Suds avec ce qu’il implique en termes de tropismes disciplinaires et méthodologiques. L’équipe de l’orstom4 qui a coordonné la publication en 1987 de Classes ouvrières d’Afrique noire (Agier, Copans & Morice 1987) était elle-même porteuse d’un tel objectif. Elle avait choisi de s’intituler « Travail et travailleurs du Tiers-Monde » et de déployer ses recherches aussi bien en Amérique du Sud qu’en Afrique et en Asie. Si cette ambition comparatiste à l’échelle des « pays périphériques », comme on disait à l’époque, avait alors déjà eu plusieurs expressions dans le monde académique anglo-saxon (Cohen et al. 1979 ; Development and Change 1979), les années 1980 y ont été marquées par une tentative plus englobante encore autour de la promotion des « New International Labor Studies » (nils) (sur la constitution de ce champ et la boîte à outil théorique qu’il avançait, voir Cohen [1980] et Gutkind [1988]). Ces nils se proposaient aussi bien de dépasser les segmentations nationales, aréales et disciplinaires des études sur le travail que la focalisation antérieure sur les luttes et les mouvements ouvriers organisés, pour étudier désormais les mondes du travail par le bas. En pratique, celles-ci ont cependant constitué avant tout un espace de dialogue entre des recherches menées sur les Suds, tout en y important une sensibilité empruntée à l’histoire sociale thompsonnienne et à l’histoire culturelle (Munck 2009). Le courant scientifique hébergé, en France, par l’orstom-ird, leur a un temps servi de correspondant. Il a conservé ultérieurement ce geste comparatiste en le déplaçant d’abord vers les entreprises (Cabanes, Copans & Selim 1995) puis vers « les expériences singulières du travail mondialisé », autour d’une nouvelle unité de recherche intitulée « Travail et mondialisation » (Didry et al. 2004 ; Selim 2003).

  • 5 Pour une discussion sur les tendances et modalités d’appréciation de l’idée de mondialisation en h (...)

11Plus récemment, les nouvelles orientations proposées par l’histoire globale5 ont ouvert, on y reviendra, une perspective unifiée sur l’histoire mondiale du travail, en soulignant les connexions (ou déconnexions) entre mondes et expériences du travail depuis le début de l’époque moderne, par-delà les frontières nationales mais aussi celles qui ont pu être postulées entre travail libre et non libre, formel et informel, productif et reproductif (Eckert 2016 ; Hofmeester & Van der Linden 2017 ; Van der Linden 2008).

12Confronté à une telle tradition scientifique, le présent numéro pose de prime abord des questions plus circonstanciées, propres aux pays africains et aux regards qui sont posés sur eux. Tout au long du processus éditorial, nous avons néanmoins, avec les autrices et auteurs, cherché à faire vivre un dialogue comparatiste, entre terrains africains et au-delà. La trentaine d’évaluatrices et évaluateurs qui ont contribué à la socialisation scientifique des textes ici rassemblés y sont pour une large part, à travers notamment leur inscription, au-delà des études africaines, dans la sociologie du travail, des classes populaires (notamment urbaines), des mondes agricoles ou industriels. Tout en adoptant une focalisation aréale, nous avions donc à cœur de nous inspirer de démarches récentes qui, en sociologie et en anthropologie, ont remis au goût du jour le projet d’une étude croisée des contraintes et des univers tactiques habités par les classes populaires, sur les lieux de travail et en dehors, comme c’est le cas en France des travaux du collectif Rosa Bonheur (Collectif Rosa Bonheur et al. 2014 ; Collectif Rosa Bonheur 2019) ou la remise au goût du jour à des fins comparatistes de la notion de « citoyenneté industrielle » (Allal & Yon 2020).

Un phénomène à mettre en lumière et à interroger : l’augmentation de la fraction salariée des classes populaires dans l’Afrique contemporaine

Une croissance du salariat, en termes absolus comme relatifs

  • 6 Voir par exemple l’interview du directeur régional de l’OIT pour l’Afrique dans le journal des Nat (...)

13Occuper un emploi salarié est sans conteste une position minoritaire dans l’Afrique subsaharienne contemporaine, puisqu’elle concerne souvent moins de 15 % de la population active totale selon les compilations de l’Organisation internationale du travail (oit). Pour autant, il nous semble crucial de souligner que les bouleversements qui se sont opérés dans les normes d’emploi promues par les bailleurs internationaux, les États africains et les acteurs du développement, ont pu en retour favoriser la diffusion de diagnostics incomplets ou caricaturaux, laissant entendre que la condition salariée était en recul constant sur le continent. Les recompositions et les dynamiques qui marquent cette dernière apparaissent en effet comme autant de dissonances vis-à-vis de l’« héroïsation des entrepreneurs » qui imprègne désormais les politiques de l’emploi portées par l’industrie du développement, selon l’expression de Thomas Bierschenk et José Maria Muñoz (2021). La proposition formulée par ces deux auteurs de décortiquer cette nouvelle catégorie de l’action publique, catégorie qui recouvre des situations extrêmement diverses, des initiatives les plus précaires des petits « débrouillards » aux business rentiers des « big men », et de recourir à l’ethnographie pour observer les pratiques de travail, les sociabilités et les tactiques mises en œuvre par ces « entrepreneurs » est d’ailleurs très proche de ce que nous voulons suggérer ici concernant l’emploi salarié. Mais pour cela, il est au préalable nécessaire de se faire une idée de la place que celui-ci occupe dans les sociétés africaines contemporaines, nonobstant le miroir déformant qui leur est souvent présenté. Ce point est d’autant plus important que l’image d’une Afrique où le salariat ne serait plus que résiduel circule au sein même de la littérature en sciences sociales. Aussi inspirants soient-ils au plan conceptuel, les essais de James Ferguson sur le gouvernement de l’extraction (Ferguson 2006) et, plus directement encore, sur la possibilité d’une protection sociale découplée de l’emploi (Ferguson 2015), ont largement nourri cette représentation d’un avenir sans salariat. La récente General Labour History of Africa elle-même s’ouvre sur un avant-propos qui insiste sur le caractère essentiellement « jobless » de la croissance économique de ces dernières années sur le continent, une idée au centre de la communication de l’oit6 et reprise incidemment par l’historien du travail spécialiste de l’Afrique Andreas Eckert dans le chapitre qu’il consacre aux salarié.e.s (Bellucci & Eckert 2019 : xv, 41).

14À contrario, lors d’un récent colloque historique et économique tenu à l’Université d’Artois en avril 2021 (crehs 2021), Michel-Pierre Chelini proposait de retenir, une fois admise la variété tant des situations salariales que de la part des salaires et des revenus dans les pib des différents pays, un taux d’emploi d’environ 20 % à l’heure actuelle en Afrique subsaharienne. Il notait également une institutionnalisation progressive du marché du travail en Afrique subsaharienne (nombre d’employés en hausse), le salaire jouant comme élément du choix d’un travail. Les principales contraintes pesant sur les marchés du travail sont relatives à la hausse rapide de la population, à un taux d’urbanisation d’environ 50 %, à l’ampleur des mouvements migratoires. Toutefois, il existe des différences notables entre régions du continent africain. Enfin, la compréhension du phénomène salarial en Afrique subsaharienne suppose de tenir compte d’une pluralité de situations, qui débordent les relations industrielles et concernent aussi l’artisanat, l’agriculture ou d’autres secteurs, puisque la monétisation des relations de travail constitue un processus dynamique. Il faut aussi avoir en tête l’importance de différents types de dispersion statistique (selon le niveau de formation, le genre, les secteurs). Sur le plan méthodologique, des différences sont sensibles dans l’accès aux données (selon les pays ou les régions). D’un point de vue quantitatif, il n’est en tous cas pas inutile d’aborder cette complexité en s’intéressant aux chiffres disponibles sur la base de données ilostat, qui collecte et agrège les enquêtes emplois (« Labour force surveys ») réalisées par les États. Bien sûr, ces statistiques doivent être plus envisagées comme objet que comme matériau d’enquête, et il ne s’agit pas de valider la représentation des sociétés qu’elles proposent. Elles reposent le plus souvent sur des enquêtes déclaratives et fréquemment sur des extrapolations à partir de résultats datant des années précédentes, et elles instituent des catégories et distinctions conceptuelles (chômage et emploi, salariat et auto-emploi) qui sont en fait très peu à même de rendre compte de la complexité et de l’hybridité des situations concrètes (Phélinas 2014 ; Sylla 2013). Pour autant, les consulter permet d’identifier de grandes tendances et, en l’occurrence, de contredire l’hypothèse d’une disparition progressive des salarié.e.s, du public comme du privé.

15Pour cerner le phénomène, il faut commencer par surmonter l’association trop fréquente et trop étroite entre salariat et formalité, association dont l’histoire est liée à un ensemble de postulats idéologiques concernant le travail sur le continent (De Luna 2016 ; Etoughé-Efé 2000). Dans l’Afrique subsaharienne d’aujourd’hui, le rapport salarial s’expérimente en effet massivement en dehors du seul cadre contractuel établi par le droit. En définissant de manière souple les salarié.e.s comme les « travailleurs occupant le type de travail défini comme “travail salarié”, dont les titulaires bénéficient d’un contrat de travail formel (écrit ou oral) ou tacite leur offrant une rémunération de base non directement soumise au chiffre d’affaires de l’unité pour laquelle ils travaillent »7, ilostat documente ainsi une augmentation continue de ce groupe depuis le début des années 2000 pour l’Afrique subsaharienne. Après avoir stagné autour de 18 % de la population active en emploi en moyenne tout au long des années 1990, cette proportion a connu une croissance quasi linéaire pour atteindre 25 % en 2019. Cet agrégat recouvre des situations certes diverses, mais témoigne bel et bien d’une tendance générale puisque seuls douze pays, représentant 20 % de la population des quarante-sept qui composent l’échantillon, échappent à cette hausse.

Des statistiques aux subjectivités

16Un tel constat, d’ordre macroéconomique, ne peut et ne doit constituer qu’une prémisse. Il ouvre en effet d’importantes questions concernant le profil de ces nouveaux et nouvelles salarié.e.s, les mobilités géographiques dans lesquelles ils et elles s’engagent, la manière dont les chantiers, les mines, les plantations ou toutes sortes de petites et grandes entreprises marquent le paysage. Parce que les positions professionnelles qu’occupent ces salarié.e.s subalternes sont largement précaires, exigeantes physiquement ou ne tiennent pas leurs promesses, le turn-over y est souvent très important. Il faut alors avoir en tête que pour quelques dizaines ou centaines de milliers de postes, bien plus de personnes y passent au total au moins une fois dans leur vie, et des millions sont en fait confrontés à une rumeur ou la possibilité d’un recrutement.

  • 8 À titre de repère, la hausse de la population active s’établit à 13,5 % sur la même période.

17Au Cameroun par exemple, la statistique nationale relève une augmentation de 54 % du nombre total d’emplois formels salariés entre 2008 et 20158, et de 65 % pour le secteur privé (environ 640 000 emplois sur les 900 000 recensés dans le pays) (Institut national de la statistique 2010, 2018). L’augmentation de la demande de bras dans l’agriculture industrielle, la construction ou encore le gardiennage a renouvelé les mondes du travail associés à ces secteurs économiques, favorisant les mobilités, parfois la féminisation des effectifs (pour les grandes plantations, voir Vadot [2019 : 170 sq.]) et plusieurs mobilisations contestataires d’ampleur, qui tiraient parti de la mise en concurrence des employeurs. Concernant le Gabon, la Direction générale de l’Économie (2010, 2020) fait état d’un passage de 116 608 emplois formels salariés (dont 58,8 % dans le secteur public) en 2008 à 191 362 (dont 55,7 % dans le secteur public) en 2019, soit une augmentation de 24,3 %. Selon l’économiste Emmanuel Moussone (2021), dans ce petit pays pétrolier, l’enjeu actuel est le passage d’une économie de rente à une économie de production. Après avoir connu le « plein emploi » entre 1970 et 1985 et avoir dû importer de la main-d’œuvre dans les années 1970 (période de grands travaux), le niveau d’emploi s’est dégradé à partir de la seconde moitié des années 1980. La dépendance au pétrole maintient, pour le moment, ce statu quo. Depuis 2015, le secteur privé produit peu d’emplois et, sur instruction du fmi, l’État ne recrute plus officiellement. Au-delà de ces deux exemples, les articles de ce numéro témoignent de dynamiques variées selon les contextes nationaux, dont beaucoup sont encore restées largement sous les radars des tentatives de synthèse concernant les évolutions des marchés du travail africains.

18Ainsi, en écho à la nécessité d’aborder les chiffres avec recul, certains économistes invitent explicitement à ne pas en rester aux données statistiques pour comprendre les marchés du travail. En analysant des récits de vie, John Sender et Christopher Cramer (2021) donnent d’autant mieux à comprendre la réalité des inégalités et remettent en cause certains partis pris majoritaires de leur discipline, tels que l’individualisme méthodologique et le postulat du choix rationnel. De fait, les recherches présentées dans ce numéro relèvent davantage d’approches « qualitatives », qu’il s’agisse de l’ethnographie ou du travail historique sur archives. Mais en contrepoint, et du point de vue de la sociologie politique et de l’anthropologie qui est le nôtre, il nous semble important d’indiquer qu’en matière de travail et de salariat, les recherches de terrain en sciences sociales semblent présenter une propension particulière à compléter leurs argumentations par des informations statistiques, administratives ou juridiques. Cela aussi bien par des procédés de recension menés au cours des enquêtes que par la collecte de sources écrites (Olivier de Sardan 2008 : 66-69). Les démarches empiriques rassemblées par ce numéro ne font pas exception et, en cela, font écho à une pluralité méthodologique qui avait déjà été mise en avant dans les années 1950, quand des anthropologues se sont intéressés aux travailleurs africains urbains ou migrants. La vaste compilation de textes publiée en 1956 sous les auspices de l’Unesco, qui réunit plusieurs grands noms de l’anthropologie dynamique, insiste sur l’utilité de ces emprunts critiques à la démographie notamment (Forde 1956 : 18 sq.). Le même esprit amène Georges Balandier à intituler Sociologie son étude des habitant.e.s des « Brazzavilles noires », dans un moment d’ouverture disciplinaire et de rapprochement entre recherche et administration (de L’Estoile 2017).

Un renouveau des recherches

Un retour de l’économie politique ?

  • 9 Voir la recension de cet ouvrage réalisée par Jean Copans dans la rubrique « Analyses et comptes r (...)

19Les publications récentes dans les sciences économiques et sociales font ressortir un ensemble de thématiques qui reflètent les préoccupations portées par ce numéro et permettent de renouveler les termes de différentes interrogations déjà bien documentées. Aussi, les problématiques contemporaines relatives aux politiques économiques et à l’économie politique en Afrique ont été abordées dans deux dossiers récents. La revue Afrique contemporaine (2018) s’est penchée sur « les trajectoires incertaines de l’industrialisation en Afrique », autrement dit sur les possibilités différenciées d’une reprise de l’activité industrielle après la phase de désindustrialisation commencée dans les années 1980. La revue Mondes en développement (2020) s’est quant à elle intéressée aux politiques de l’emploi dans les pays en développement. Ces deux volumes ont pour point commun de discuter des modalités d’insertion du continent africain dans la globalisation, que ce soit en termes de dynamiques économiques ou d’agendas internationaux, tout en montrant l’importance du rôle des États, des trajectoires nationales et des logiques régionales. S’en tenant souvent à des échelles larges et prises dans des enjeux normatifs structurants, les analyses économiques et les institutions qui les portent ou les relaient tendent à niveler très largement des relations de production et d’emploi particulièrement différenciées dans leurs compositions et leurs caractéristiques dans les pays du « Sud global » (Hammer & Ness 2021). Pour ce qui concerne l’oit, par exemple, la question n’est donc pas tant de savoir s’il y a lieu de remettre en cause la promotion du « travail décent », concept qu’elle défend en lieu et place de celui d’emploi formel depuis le tournant des années 2000. Il s’agit cependant d’apprécier le vocabulaire de l’« informalité » et de la « précarité » au prisme d’une normativité qui a toujours marqué l’institution et qui s’aligne tendanciellement sur les standards industriels européens (Benanav 2019 ; Maul, Puddu & Tijani 2019 : 224). Pour le Sénégal, Eveline Baumann (2016) a mené un travail minutieux qui éclaire, sous les catégorisations promues par les politiques publiques nationales et internationales et dans un rapport critique aux statistiques disponibles, la densité des aspirations associées aux statuts d’emploi et la diversité des situations concrètes de travail9.

  • 10 Voir la recension de cet ouvrage par Étienne Bourel dans la rubrique « Analyses et comptes rendus  (...)

20Comme Anita Hammer et Immanuel Ness (2021), Joshua Lew McDermott (2021) considère ainsi, suite à sa recherche ethnographique avec des travailleurs sierra-léonais exerçant dans l’« informalité » (salarié.e.s ou non), qu’ils contribuent pleinement à la production globale de valeur et qu’il y a donc lieu, à leur endroit, de renouveler l’appréhension des rapports de classe. La compréhension de ceux-ci est également mise à jour à propos de la trajectoire historique (sur un demi-siècle) de la classe ouvrière zimbabwéenne : alors que Giovanni Arrighi (1970) avait postulé une prolétarisation stable des paysans en Rhodésie du Sud, Ian Phimister et Rory Pilossof (2017) discutent les modalités de leur « dé-prolétarisation » depuis la fin des années 1990 et le début des récessions économiques. Leur étude se rapproche de celle de Siphelo Ngcwangu (2020) sur les tentatives de reconversion des ex-mineurs sud-africains, ainsi que des préoccupations de Patience Mususa (2021)10 à propos des façons contemporaines de vivre dans la ceinture de cuivre zambienne.

21Se rapprocher de cette région minière donne l’occasion de s’intéresser au rôle des syndicats. Thomas McNamara (2021) montre ainsi la place ambiguë qu’ils ont tenue dans les négociations salariales avec les entreprises minières au cours de la seconde moitié des années 2010, délaissant l’engagement militant pour une posture plus conciliante, soutenue par des perspectives éthiques et politiques qui n’ont pas empêché la dégradation des conditions de travail. Le travail comparatif, entre l’Afrique du Sud et le Nigéria, de l’histoire des syndicats et de leur situation actuelle, effectué par Infeanyi P. Onyeonoru et Mondli Hlatshwayo (2020), ou à une échelle plus continentale par Benjamin Rubbers et Alexis Roy (2015), met également en lumière l’affaiblissement de leurs positions face aux attaques que subissent les travailleuses et travailleurs, ainsi que nombre de divisions et de fragmentations qui compliquent l’organisation des rapports de force.

Pluriactivité et précarisation des conditions d’emploi

22La saisie de ce nouveau contexte suppose de comprendre les transformations des lieux de travail, ce à quoi s’est attelée Debby Bonnin (2021), à propos de l’Afrique du Sud toujours. Retraçant certaines étapes de l’histoire de la sociologie industrielle dans le pays, elle montre les changements radicaux des mondes du travail depuis la fin de l’Apartheid : les logiques managériales d’externalisation, de réduction des effectifs, de précarisation, de sous-traitance ont produit un marché du travail marqué par l’insécurité, une marginalisation de la classe ouvrière et une confusion dans les postures syndicales. L’inscription des chaînes d’approvisionnement sud-africaines dans la globalisation s’est donc bien traduite par des changements sur le marché du travail. En revanche, elle n’a pas permis de le transformer d’un point de vue racial. Une fragmentation de la classe laborieuse agricole a aussi été constatée suite aux réformes foncières d’ampleur qu’a connues le Zimbabwe au début des années 2000 (Shonhe, Scoones & Murimbarimba 2021). Alors que la main-d’œuvre était souvent employée sur le long terme dans de grandes exploitations, les modalités de subsistance sont désormais bien plus diversifiées, d’une grande précarité mais relevant aussi de plus d’autonomie. Le travail salarié dans de grandes exploitations est ainsi souvent combiné, selon les opportunités, à des travaux agricoles personnels ou familiaux et à des activités diverses (dans des mines artisanales ou le commerce). Analysant les changements dans le secteur rwandais de la caféiculture (région de Nyamasheke), Patrick Illien, Helena Pérez Niño et Sabin Bieri (2021) mettent également l’accent sur les stratégies de subsistance variées des ménages pauvres et disposant d’un accès limité au foncier, selon leur composition genrée.

  • 11 Voir la recension de cet ouvrage par Hélène Blaszkiewicz dans la rubrique « Analyses et comptes re (...)

23Dans la ceinture de cuivre congolaise et zambienne, cette pluralisation des activités et des statuts n’a cessé également de gagner en complexité, sans défaire cependant les hiérarchies qui organisent les relations entre entreprises formalisées et petits creuseurs, ni les rentes saisies par l’élite politique (Rubbers 2021)11. Au sud-est du Niger et dans les régions septentrionales du Cameroun, le secteur de l’élevage connaît des changements importants, avec un basculement des pratiques pastorales vers des implantations sous forme de « ranchs » permettant des formes de production de valeur capitalistes (Schareika, Brown & Moritz 2021) et invitant le rapport salarial en leur sein. Pour peu que ces deux formes d’élevage partagent des points communs (à propos de l’optimisation des « stocks » notamment), le pastoralisme accorde de l’importance au troupeau alors que le « ranching » considère surtout le capital qu’il représente. Des logiques sociales concurrentes sont donc à l’œuvre et le basculement de l’une à l’autre entraîne des répercussions majeures pour les acteurs concernés.

  • 12 Voir la recension du livre proposée par Cheryl Mei-ting Schmitz dans la rubrique « Analyses et com (...)

24Un autre aspect des changements récents dans les relations de travail est lié à l’importance des travailleurs asiatiques dans de nombreux secteurs et régions du continent. Par-delà les considérations les plus communes à ce sujet, Di Wu (2021) a porté attention à la dimension émotionnelle des interactions entre migrants chinois et ouvriers zambiens dans le secteur agricole. Heureuses ou non, elles n’en sont pas moins cruciales pour saisir la teneur quotidienne des relations de travail ainsi que les logiques différenciées des groupes sociaux. De même, ces sites d’enquêtes permettent de retracer les confrontations entre expatriés chinois et salarié.e.s africain.e.s sur le terrain des imaginaires du travail et des normes qui devraient le réguler. Des confrontations qui, comme le montre Miriam Driessen (2019) en se penchant sur le chantier de construction d’une autoroute en Éthiopie12, mettent en contact des histoires collectives différenciées mais aussi des trajectoires singulières, avec leurs contraintes propres et les aspirations qui les portent. Leur étude contribue alors à décentrer les recherches sur le travail, à faire place à une plus grande diversité de perspectives.

Expatrié.e.s, femmes, jeunes et enfants : des minorités au travail

25La situation en Ouganda a donné lieu à deux publications récentes se focalisant prioritairement sur la question du travail féminin et des discriminations de genre. Gaston Brice Nkoumou Ngoa et Ebenezer Lemven Wirba (2021) ont analysé la persistance des inégalités et des rémunérations différenciées selon le genre dans le cadre du marché du travail urbain. Ils montrent que ces écarts sont plus accentués pour les couches sociales les moins élevées de la population, ce malgré des politiques publiques visant à réduire les différences de formation et de compétences. Les inégalités n’en sont pas moins importantes dans les mondes ruraux, comme le montrent John Sender et Christopher Cramer (2021), à travers la comparaison de deux récits de vie de femmes ougandaise et éthiopienne, récoltés dans le but de comprendre leurs rapports au marché du travail et au salariat. Il en ressort des parcours marqués régulièrement par la violence, les aléas, les tentatives de survie, où pèsent particulièrement le rôle de l’État, l’organisation des ménages et la structuration des relations de pouvoir. Si elles doivent subvenir à des besoins fondamentaux, elles ne parviennent que difficilement à améliorer leurs rémunérations ou à avoir des marges de négociation.

26Dans des pays où les gouvernements répriment les initiatives d’actions collectives, la tendance ne semble pas à l’amélioration des conditions concrètes de travail et de rémunération, ni à la réduction du travail des enfants. Les programmes pour lutter contre celui-ci sont pourtant nombreux, portés par des acteurs étatiques, des ongs ou les populations elles-mêmes. C’est ce que montrent Kouassi Kouman Vincent Mouroufie, Oleh Kam et Moussa Sangare (2020) en étudiant ces enjeux dans les coopératives de commercialisation cacaoyères en Côte d’Ivoire. Leur propos diagnostique la marginalisation des femmes dans la gestion de ces organisations et leur faible proportion dans les programmes de lutte contre le travail des enfants, y compris dans des situations où des certifications de développement durable sont délivrées. Cette question du travail des enfants est aussi documentée par Peter Olayiwola (2021) dans une étude ethnographique menée dans le sud-ouest du Nigéria, dont il fait ressortir la possibilité, souvent compliquée à entendre, que de telles formes d’emploi puissent, dans certains cas, constituer des options cohérentes pour des familles ou des enfants particulièrement marginalisés. En outre, si ces derniers sont alors tendanciellement exploités, il arrive aussi que cela leur permette d’échapper à d’autres formes de violence.

  • 13 Comme le montre Alizèta Ouédraogo dans la recension de ce dossier dans la rubrique « Analyses et c (...)

27Notons enfin qu’une série de travaux a interrogé récemment l’univers tactique complexe, inventif et exigeant dans lequel se meuvent les jeunes travailleurs et travailleuses urbain.e.s, souvent migrant.e.s. Entre débrouillardise et bribes de formalité, celles et ceux-ci conduisent un apprentissage et développent même une forme de « sagesse » située, selon les coordinateurs et la coordinatrice d’un numéro spécial des Cadernos de estudios africanos (2019)13. Ilona Steiler (2021) développe une orientation complémentaire à travers son analyse intersectionnelle de l’emploi informel chez les vendeurs de rue et les travailleurs domestiques en Tanzanie. Marie Lesclingand et Véronique Hertrich (2017) notent, elles, pour le Mali, une participation de plus en plus forte des adolescentes à ces migrations de travail historiquement plutôt masculines. Les inégalités d’accès à l’emploi des jeunes ont en outre été placées au centre de l’étude comparative (et quantitative) entre six pays (rdc, Libéria, Madagascar, Malawi, Ouganda et Zambie) menée par Atif Awad et M. Azhar Hussain (2021). Cette approche plus statistique a été complétée, très récemment également, par une résurgence des recherches sur les domestiques et sur la portée politique et symbolique de leur travail (Jacquemin & Tisseau 2019 ; Montgomery 2019).

Comment reprendre l’étude des petit.e.s salarié.e.s en Afrique ?

  • 14 L’année 2022 marque les soixante-dix ans de la publication du treizième numéro de la revue Présenc (...)

28Ces différents éléments concernant la diffusion contemporaine du rapport salarial en Afrique, associés à ces recherches sur le travail plus largement menées tant « en Afrique » que « depuis l’Afrique »14, permettent de mieux justifier le projet porté par le présent numéro. En effet, l’insistance diffuse sur une prétendue marginalisation du travail salarié dans l’Afrique subsaharienne d’aujourd’hui ou de demain, et l’association de ce dernier à une période révolue allant des années 1940 aux ajustements structurels, nuisent à la compréhension sociohistorique des rapports au travail au sud du Sahara. Ces postulats tronquent également la représentation d’ensemble des sociétés africaines contemporaines que les sciences sociales ont la responsabilité de bâtir. Au travail salarié sont en effet associées des mobilités — saisonnières, pour une période de la vie, définitives — dont les formes évoluent sans cesse et qui marquent l’urbanité, les rapports familiaux ou encore des imaginaires allant du personnel au collectif (Bourel & Hayem 2019) ; des formes d’autorité et de conflictualité qui contribuent à façonner le politique ; des modes populaires d’appropriation des contraintes économiques qui participent de la construction des frontières sociales ; des pratiques concrètes qui dessinent des mondes matériels et des techniques de soi ; enfin, des organisations bureaucratiques (les entreprises mais également toute une série de « bureaux » au sens wébérien, qui gravitent autour de ces bureaucraties principales) qu’il n’est pas possible de tenir à l’écart de l’analyse des formes de gouvernementalité et de territorialité contemporaines (Grajales & Vadot 2020). Il y a lieu alors de s’interroger sur les outils que l’on peut mobiliser pour reprendre l’étude des « salarié.e.s d’en bas » en Afrique, en l’inscrivant dans un champ de recherche plus large sur le travail et les mondes du travail.

« Travailleurs modernes » et « classes ouvrières » en formation : les salariés africains abordés au prisme de la séparation

29Pour réussir cette refondation, il faut à notre avis parvenir à dépasser un prisme avant-gardiste qui a marqué les études antérieures. Désignés comme « travailleurs modernes » en devenir par les administrations du colonialisme tardif ou « classes ouvrières » en formation par une série de travaux universitaires des années 1970 et 1980, les salariés africains ont longtemps été pensés dans leur séparation d’avec le reste de la société et en rapport avec des visions de l’avenir. Les hommes et le salariat formalisé par le droit concentraient l’attention. On dispose désormais de travaux qui permettent de saisir l’imaginaire politique, scientifique et bureaucratique qui régnait dans les années 1940 et 1950, quand de nouvelles politiques publiques, inspirées par la crainte des conséquences de la « détribalisation », ont commencé à promouvoir la stabilisation d’un groupe social circonscrit d’Africains urbanisés et en emploi (Cooper 2015 ; Mercier & Copans 2021 ; Rubbers & Poncelet 2015). Qu’il s’agisse du Congo belge, de l’Afrique australe britannique, de l’aef et de l’aof, des ethnologues ont alors porté leur attention vers les situations nouvelles créées par les migrations de travail et l’urbanisation, en cherchant souvent à influencer l’administration (Freund 1984 : 5-6). Frederick Cooper a étudié cette période en profondeur, en s’intéressant aussi aux aspirations des travailleurs africains. Il montre que, tout en prenant au mot les pouvoirs coloniaux dans leur promesses assimilationnistes au plan du droit du travail et de la citoyenneté, ces petits fonctionnaires, ces employés et ouvriers qualifiés n’ont en fait jamais pu être coupés du reste de la société (Cooper 2004 : 269 sq.).

  • 15 Concernant ce volet en particulier, une recherche est menée actuellement par Guillaume Vadot, Alex (...)

30Après les Indépendances, l’unité qui avait semblé évidente, dans de nombreux pays, entre syndicats et partis nationalistes s’est progressivement effritée, donnant lieu à des frictions. Richard Jeffries (1978 : 92) le documente par son enquête sur les cheminots de Sekondi au Ghana, initialement de fervents supporters de l’action politique de Kwame Nkrumah mais qui animent des grèves oppositionnelles dès 1961. Le climat intellectuel évolue progressivement en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord à la même période, avec la montée des oppositions de gauche aux compromis politiques nés juste après la Seconde Guerre mondiale mais aussi les bouleversements que connaissent les universités, qui se professionnalisent et se massifient rapidement. C’est dans ce contexte que les travailleurs salariés, notamment industriels, des pays africains anciennement colonisés font l’objet d’un nouveau courant de recherches, qui s’émancipe de l’orientation très théoricienne de l’école marxiste des années précédentes. Les résistances, les solidarités, les idées des ouvriers africains (beaucoup moins des ouvrières) sont alors placées au centre de l’attention, avec l’objectif d’éclairer l’expérience et les conceptions propres à leurs collectifs en les détachant d’une histoire politique englobante. Les articles et monographies produites, souvent très riches, portent sur les dockers (Cooper 1987 ; Iliffe 1970 ; Waterman 1979), les ouvriers d’usine (Lubeck 1986 ; Peace 1979), les cheminots (Grillo 1973 ; Jeffries 1978), les mineurs (Crisp 1984 ; Perrings 1979 ; Van Onselen 1976, 1982). En voulant documenter, sous l’influence de l’historien britannique E. P. Thompson (2012 [1963]), « la formation de classes ouvrières africaines » (Sandbrook & Cohen 1975), ces travaux se sont attachés à rendre compte de l’empreinte des sociabilités et des revendications des ouvriers sur la ville, le quartier, la religion, le militantisme politique — et réciproquement. S’ils entretenaient un raisonnement déductif qui tend à donner une valeur abstraite propre et universelle à la condition de travailleur salarié industriel, ces travaux cherchaient néanmoins à mesurer l’acclimatation de cette dernière, la façon dont les travailleurs se l’appropriaient, dans le but d’interpeller des mouvements ouvriers et des partis politiques de gauche occidentaux profondément ethnocentrés. Comme les recherches des années 1950, ces études reposaient en outre sur des observations systématiques, la conduite d’entretiens et la consultation d’archives, bref sur des enquêtes approfondies. C’est la raison pour laquelle il paraît intéressant de les reconsidérer à nouveaux frais dans des démarches relevant de l’histoire des sciences sociales15 voire de procéder à des revisites (Burawoy 2003 ; Laferté, Pasquali & Renahy 2018) sur certains sites (mines, gares, usines) encore en opération.

31Pas plus que les « travailleurs modernes » avant elles, ces « classes ouvrières » ne se sont cependant jamais autonomisées pour devenir un ensemble social vraiment identifiable. On ne peut pas imputer cette réalité aux seuls ajustements structurels, qui ont effectivement réduit les effectifs et dissout de nombreux collectifs. Nombre d’auteurs des années 1970 et 1980 témoignent en effet de la difficulté à identifier des pratiques ou des représentations vraiment propres à leurs enquêtés, qui témoigneraient d’une « conscience » spécifique. Leurs travaux font souvent état des mêmes constats selon lesquels les prolétaires africains seraient avant tout « populistes » et les sociabilités prédominantes seraient celles de la famille et du quartier (Gutkind 1975 : 10 ; Jeffries 1975 ; Sandbrook & Arn 1977).

Un numéro spécial et trois pistes de recherches transversales

32Quarante ans plus tard, alors que la proportion d’emplois formels dans l’économie de chaque pays n’a jamais retrouvé son niveau des années 1970-1980 et que le rapport salarial est devenu nettement plus labile et pluriel, l’étude des salariés subalternes a tout à gagner à ne pas postuler par avance l’unité de son objet. Elle ne manque pour autant pas de matière, comme on l’a souligné plus haut et comme le démontrent les contributions rassemblées ici, pour chercher à reconstruire une ou des boîtes à outils. Mieux encore, elle peut s’appuyer sur un certain nombre de renouvellements épistémologiques survenus depuis le début des années 1990. Ceux-ci se sont inventés à travers un positionnement critique vis-à-vis des études antérieures sur le travail et leur focalisation sur une (certaine) histoire du salariat. Pour autant, rien n’indique qu’ils ne puissent permettre aussi d’éclairer l’expérience des petit.e.s salarié.e.s. On peut l’illustrer en retenant trois de ces renouvellements et en les mettant en écho avec ce qui constitue les apports transversaux des articles de ce numéro.

Considérer les temporalités plurielles de l’expérience salariée

33Le premier tient à la mise au jour de la pluralité des temporalités historiques dans lesquelles s’inscrivent les expériences du travail, des « durées » (au sens de Bayart [2021]) à travers lesquelles les changements dans les formes de travail ont été et sont perçus. Dans son étude des travailleurs des moulins à jute de Calcutta, Dipesh Chakrabarty (1989) insiste sur la distance entre les conceptions et les aspirations de ces ouvriers et l’idéal d’égalité dont Thompson fait un marqueur clé de l’émergence de la classe ouvrière comme sujet social imaginé et représenté en Angleterre. Il reproche à l’histoire du travail d’être prisonnière d’une narration trop unifiée, qui ne rend pas assez compte de la diversité des vécus et des points de vue, ainsi que de la fragmentation de l’histoire mondiale — ce que Sandro Mezzadra (2011) a synthétisé en proposant que l’on considère la multiplicité des histoires du travail. Ce type de critique nous semble désormais incontournable pour aborder les salarié.e.s subalternes en Afrique et pour rendre compte de « l’espace d’intellectualité propre » des travailleurs et travailleuses (Hayem 2008 : 13) ainsi que du type de narration dans lequel s’inscrit, localement et à un moment donné, telle condition salariée. La variété des expériences historiques nationales, régionales et même locales vis-à-vis de l’emploi salarié en Afrique y incite tout particulièrement.

34À cet égard, plusieurs auteurs et autrices de ce numéro mettent en exergue la vitalité de la condition salariée en tant que représentation et objet de revendication, vitalité surprenante au regard du schéma narratif qui s’est imposé pour décrire l’évolution des mondes du travail sur le continent. Pour des raisons et dans des situations différentes, les mandataires syndicaux sénégalais (Sidy Cissokho), les creuseurs congolais (Matthieu Bolay & Filipe Calvão), les vigilantes de Lagos (Lucie Revilla) ou encore les ouvriers des grands chantiers de « l’émergence » au Cameroun (Gérard Amougou, Antoine Kernen & Fabien Nkot) sont amenés à revendiquer le statut de salarié.e et à faire vivre, par leur mobilisation, un horizon d’attente qui lui associe des droits et, souvent, une perspective modernisatrice. Ces imaginaires associés au salariat ne sauraient être regardés comme des traces du passé, faute d’échouer à les saisir en leur imposant une interprétation anachronique. Si l’on veut éviter de remplacer un récit ethnocentrique et englobant par un autre, il est nécessaire de les étudier au présent, comme parties prenantes des moralisations actuelles des relations de travail sur le continent, ce que les articles susmentionnés réussissent chacun à leur manière.

Réintégrer les salarié.e.s dans les continuums de statuts d’emplois et de pratiques dans lesquels ils et elles évoluent

  • 16 Coordonnée par S. Bellucci et A. Eckert, la somme intitulée General Labour History of Africa (2019 (...)

35Un second point d’appui peut être trouvé dans les propositions de l’histoire globale du travail, et cela pas seulement parce qu’il s’agit d’un champ de recherche particulièrement prolixe ces dernières années16. Workers of the World, de Marcel Van der Linden (2008), est ainsi structuré autour d’une idée fondatrice : celle de la connexion entre les différentes formes et les différents statuts de travail, par-delà les oppositions juridiques ou idéologiques entre travail libre et non libre, salarié et domestique, formel et informel. De longue date, il existe des implications réciproques entre le travail des ouvriers britanniques ou allemands et celui des paysans de leur pays, d’Inde ou du Mozambique, ainsi que celui des marins ou encore des nourrices ou des blanchisseuses, des armateurs et des industriels. Pour ce qui nous intéresse immédiatement dans le cadre de ce numéro, cette tentative de porter un regard global sur l’histoire (ou les histoires) contemporaine(s) du travail a deux implications essentielles. D’une part, au lieu de les envisager en tant que groupe social ou catégorie d’identification autonome, elle permet de réinscrire les petit.e.s salarié.e.s dans un continuum et de les associer à une série d’occupations proches et qui participent souvent d’espaces sociaux partagés. Quand on sait l’importance de la polyactivité et des mobilités qui existent aujourd’hui entre salariat subalterne et petites activités de service, de commerce ou artisanales, on mesure l’intérêt d’une telle proposition qui permet de saisir l’univers tactique et la socialisation pratique dans lesquels évoluent les individus. D’autre part, l’histoire globale a permis de souligner les limites des histoires du travail enfermées dans une grille de lecture nationale. Ici encore, il y a un point d’appui essentiel pour réussir à tenir compte des circulations souvent transnationales dans lesquelles s’engagent les individus mais aussi les employeurs et les agences de normalisation, en s’interrogeant sur les espaces sociaux dessinés par ces mobilités.

36Là aussi, plusieurs articles du numéro mettent en lumière l’intégration du salariat subalterne à un espace commun de conditions et de pratiques. Ils permettent alors d’interroger ce que produit l’entrée, précaire et souvent temporaire, dans un rapport salarial qui est souvent invisibilisé. C’est le cas des saisonniers de l’agriculture sénégalaise étudiés par Pierre Girard, Esther Laske, El Hadj Malick Sylla, Jérémy Bourgoin et Moussa Sall, de plus en plus nombreux mais restés sous les radars des politiques publiques. Comme les journalières et journaliers du maraîchage à l’Ouest Cameroun sur lesquels se penchent Joel Jiometio Tchinda, Hervé Tchekote et Thérèse Moulende, ces salarié.e.s agricoles circulent au sein d’un ensemble d’occupations qui inclut l’agriculture de subsistance, le commerce rural et les petits métiers urbains, positions qu’ils comparent entre elles et qui dessinent un univers de « chances de vie » (Weber 2003 [1922]). Ce type d’horizon de comparaison est également central dans ce que décrivent Chloé Josse-Durand et Éric Ndayisaba pour la production théicole au Kenya et au Burundi, où se dessine un continuum structuré de petites différences entre ouvrières et ouvriers des usines, des plantations, et journaliers et journalières employé.e.s par les exploitations paysannes. Héritier Mesa, quant à lui, contribue à la même démonstration en insistant sur l’imbrication intime entre positions salariées et indépendantes au sein du vaste ensemble des occupations « informelles » à Kinshasa, dont il est souvent présupposé qu’il ne comprend pas d’emplois salariés. Se dessine ainsi une démarche de recherche qui, tout en portant son intérêt sur le salariat et en se proposant de rendre visibles des situations qui le sont peu, les éclaire en soulignant leurs multiples imbrications avec d’autres formes, voisines, de mobilisation du travail.

Salarié.e.s subalternes et classes populaires : subjectivités, classements, pratiques

37Enfin, il nous semble que les recherches sur les salarié.e.s subalternes en Afrique peuvent se nourrir du travail conceptuel mené depuis une vingtaine d’années dans le champ de la sociologie des classes populaires. Peu d’occasions de dialogue existent entre celui-ci et les études africaines. Pourtant, un objet comme le nôtre rend sensible aux démarches scientifiques qui ont tenté de continuer à produire des outils d’analyse à même de rendre compte des inégalités, des classements, des structurations de l’espace social. En adoptant la notion de « classes populaires » (au pluriel), une série d’auteurs ont attiré l’attention sur la combinaison entre « position sociale » et des formes de « séparation culturelle » et donc d’autonomie (Schwartz 2011 ; Siblot et al. 2015). Ils et elles aboutissent ainsi à une définition de la subalternité qui, d’une part, repose sur une investigation empirique et non sur une simple déduction à partir du statut d’emploi et, d’autre part, échappe au registre de l’enchantement ou de la commisération qui marque souvent les recherches sur le populaire (Grignon & Passeron 1989 ; Olivier de Sardan 2008 : 209-257). Emprunter à cette boîte à outils demande bien sûr d’être à même de situer notre pratique de l’intersectionnalité, en s’interrogeant sur les ressources et les stigmates associés au genre, à l’âge, au niveau de formation, à la richesse ou encore à l’hérédité dans chaque contexte. Ainsi appréhendée, celle-ci peut à notre avis permettre de souligner des rapports populaires au salariat en Afrique et d’interroger la participation des expériences du travail et de l’emploi à la structuration de l’espace social. Cela nous semble pertinent y compris à l’échelle des « petites différences » entre proches, dont témoignent plusieurs articles du numéro en insistant sur des occurrences de dépendance personnalisée entre travailleuses et travailleurs de différents statuts. Un autre apport transversal des textes de ce numéro est alors de souligner, de plusieurs façons, comment l’entrée en salariat est considérée par celles et ceux qui la vivent. Bien souvent, il s’agit d’accéder à une certaine sécurité, dans le cadre de trajectoires fragiles. Yves Dieudonné Bapes Ba Bapes souligne ainsi la complémentarité entre ce pôle de la stabilité représenté par l’emploi fixe de gardien, et celui de la prise de risque pour se construire des « compléments du salaire » sur le lieu de travail. Cette polarité marque aussi l’expérience des vendeuses de l’ong humanitaire suivies par Zoé Tinturier qui, en fonction des conditions d’emploi proposées par cette structure et de leurs trajectoires individuelles, peuvent décider de prendre plus d’autonomie ou, au contraire, de parier sur la loyauté.

38Conjointement, ces différentes pistes ouvertes par ce numéro doivent à nos yeux contribuer à favoriser la discussion scientifique. Cette discussion nous semble devoir se poursuivre afin d’encourager la reconstitution d’un champ de recherches anthropologiques et sociologiques sur le travail en Afrique.

Haut de page

Bibliographie

Afrique contemporaine, 2018, numéro thématique « Les trajectoires incertaines de l’industrialisation en Afrique », 266.

Agier M., Copans J. & Morice A. (dir.), 1987, Classes ouvrières d’Afrique noire, Paris, Karthala-Éditions de l’ORSTOM.

Allal A. & Yon K., 2020, « Citoyennetés industrielles, (in)soumissions ouvrières et formes du lien syndical : pour une sociologie politique des relations de travail », Critique internationale, 87 (2) : 15-32.

Arrighi G., 1970, « Labour Supplies in Historical Perspective : A Study of the Proletarianization of the African Peasantry in Rhodesia », Journal of Development Studies, 6 (3) : 198-234.

Awad A. & Hussain M. A., 2021, « The Inequality of Opportunity and Youth Employment in Sub-Saharan Africa », Labor History, 62 (1) : 74-90.

Baumann E., 2016, Sénégal, le travail dans tous ses états, Rennes, Presses universitaires de Rennes ; Paris, IRD.

Bayart J.-F., 2021, « Société civile et imbrication des durées en Afrique : un retour sur le “politique par le bas” », Politique africaine, 161-162 : 139-162.

Bellucci S., 2017, « Wage Labour and Capitalism. A Comparative Historical Analysis of Eritrea and Kenya », Labor History, 58 (2) : 154-169.

Bellucci S. & Eckert A. (eds.), 2019, General Labour History of Africa : Workers, Employers and Governments, 20th-21st Centuries, Woodbridge, James Currey ; Abidjan, International Labour Organization Regional Office for Africa.

Benanav A., 2019, « The Origins of Informality : The ILO at the Limit of the Concept of Unemployment », Journal of Global History, 14 : 107-125.

Benarrosh Y., 2019, Le travail mondialisé au Maghreb : approches interdisciplinaires, Casablanca, Éditions La croisée des chemins ; Marseille, IRD.

Bierschenk T. & Muñoz J.-M., 2021, « Ethnographies of Entrepreneurs, Business Associations and Rentier Capitalism in Africa », Anthropologie et développement, 52 : 9-28.

Bonnin D., 2021, « Transformations of Work : A Discussion of the South African Workplace », Journal of Contemporary African Studies, <https://doi.org/10.1080/02589001.2020.1832971>.

Bourel É. & Hayem J., 2019, « Subjectivations du(es)/au travail. Subjectivations en travail », Journal des anthropologues, 158-159 : 15-26.

Burawoy M., 2003, « Revisits : An Outline of a Theory of Reflexive Ethnography », American Sociological Review, 68 (5) : 645-679.

Cabanes R., Copans J. & Selim M. (dir.), 1995, Salariés et entreprises dans les pays du Sud : contribution à une anthropologie politique des travailleurs, Paris, Karthala-Éditions de l’ORSTOM.

Cadernos de estudios africanos, 2019, numéro thématique « Working for Better Lives : Mobilities and Trajectories of Young People in West and Central Africa », 37.

Chakrabarty D., 1989, Rethinking Working-Class History : Bengal 1890-1940, Princeton, Princeton University Press.

Chakrabarty D., 2009, Provincialiser l’Europe : la pensée postcoloniale et la différence historique, trad. de l’anglais par O.Ruchet & N. Vieillescazes, Paris, Éditions Amsterdam.

Cohen R., 1980, « The “New” International Labor Studies : A Definition », Working Paper Series, Center for Developing-Area Studies, Montréal, McGill University, 27.

Cohen R., Gutkind P., Claus W. & Brazier P., 1979, Peasants and Proletarians : The Struggles of Third World Workers, London, Hutchinson and co.

Collectif Rosa Bonheur, 2019, La ville vue d’en bas. Travail et production de l’espace populaire, Paris, Éditions Amsterdam.

Collectif Rosa Bonheur et al., 2014, « Comment étudier les classes populaires aujourd’hui ? Une démarche d’ethnographie comparée », Espaces et sociétés, 156-157 : 125-141.

Comaroff J. & Comaroff J., 2010, Zombies et frontières à l’ère néolibérale. Le cas de l’Afrique du Sud post-apartheid, Paris, Les prairies ordinaires.

Cooper F., 1987, On the African Waterfront : Urban Disorder and the Transformation of Work in Colonial Mombasa, New Haven, Yale University Press.

Cooper F., 2004, Décolonisation et travail en Afrique. 1935-1960, Paris, Karthala ; Amsterdam, Sephis.

Cooper F., 2015, « Development, Modernization, and the Social Sciences in the Era of Decolonization : The Examples of British and French Africa », in M. Jeronimo & A. Pinto (eds.), The Ends of European Colonial Empires : Cases and Comparisons, London, Palgrave MacMillan : 15-50.

Cooper F., 2019, « The “Labour Question” in Africa and the World », in S. Bellucci & A. Eckert (eds.), General Labour History of Africa : Workers, Employers and Governments, 20th-21st Centuries, Woodbridge, James Currey ; Abidjan, International Labour Organization Regional Office for Africa : 617-635.

Copans J., 2014, « Pourquoi travail et travailleurs africains ne sont plus à la mode en 2014 dans les sciences sociales », Politique africaine, 133 : 25-43.

crehs (Centre de recherche et détudes histoire et sociétés), 2021, Marché du travail et dynamique des salaires depuis les années 1960-70 en Afrique subsaharienne, colloque international, Université d’Artois, 15-16 avril 2021.

Crisp J., 1984, The Story of an African Working Class : Ghanaian Miners’ Struggles, 1870-1980, London, Zed Books.

De Luna K. M., 2016, « Tracing the Itineraries of Working Concepts across African History », African Economic History, 44 : 235-257.

Development and change, 1979, « Strikes in the Third World : Theme Issue », 10 (2).

Didry C., 2016, L’institution du travail : droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute.

Didry C., Dieuaide P., Roulleau-Berger et al., 2004, « La mondialisation n’existe pas : Regards sur les expériences singulières du travail globalisé », L’Homme la Société, 152-153 : 9-16.

Diedhiou P., 2021, « Religion joola et développement économique en Casamance. Analyse socio-anthropologique d’un malentendu religieux et/ou linguistique », in J.-B. Ouédraogo, B. Hazard & A. Kouvouama (dir.), Les zones critiques d’une anthropologie du contemporain. Hommage à Jean Copans, Stuttgart, Ibidem verlag : 219-254.

Direction générale de léconomie, 2010, Tableau de bord de l’économie. Situation 2009, perspectives 2010-2011, Libreville, Ministère de l’Économie et des Finances.

Direction générale de léconomie, 2020, Tableau de bord de l’économie. Situation 2019, perspectives 2020-2021, Libreville, Ministère de l’Économie et des Finances.

Driessen M., 2019, Tales of Hope, Tastes of Bitterness : Chinese Road Builders in Ethiopia, Hong Kong, Hong Kong University Press.

Eckert A. (ed.), 2016, Global Histories of Work, Berlin, De Gruyter.

Etoughé-E J.-E., 2000, « Introduction du salariat dans les modes de production au Gabon », Africa Development, 25 (3-4) : 119-133.

Fall B., 2011, Le travail au Sénégal au XXe siècle, Paris, Karthala.

Ferguson J., 1999, Expectations of Modernity : Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, Berkeley, University of California Press.

Ferguson J., 2006, Global Shadows : Africa in the Neoliberal World Order, Durham, Duke University Press.

Ferguson J., 2015, Give a Man a Fish : Reflections on the New Politics of Distribution, Durham, Duke University Press.

Forde D., 1956, « Introductory Survey », in unesco (ed.), Social Implications of Industrialization and Urbanization in Africa South of the Sahara, London, The International African Institute : 11-50.

Freund B., 1984, « Labor and Labor History in Africa : A Review of the Literature », African Studies Review, 27 (2) : 1-58.

Grajales J. & Vadot G., 2020, « Introduction. Entreprises, territoires et pouvoirs politiques : localiser l’analyse du capitalisme extractif », Politix, IV, 132 : 7-21.

Grignon C. & Passeron J.-C., 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard.

Grillo R. D., 1973, African Railwaymen : Solidarity and Opposition in an East African Labour Force, Cambridge, Cambridge University Press.

Guèye O., 2011, Sénégal, histoire du mouvement syndical : la marche vers le Code du travail, Paris, L’Harmattan.

Guthrie Z. K., 2016, « Introduction. Histories of Mobility, Histories of Labor, Histories of Africa », African Economic History, 44 : 1-17.

Gutkind P., 1975, « The View from Below : Political Consciousness of the Urban Poor in Ibadan », Cahiers d’Études africaines, XV (1), 57 : 5-35.

Gutkind P. (ed.), 1988, Third Worlds Workers : Comparative International Labour Studies, Aldershot, Brill.

Hammer A. & Ness I., 2021, « Informal and Precarious Work. Insights from the Global South », Journal of Labour and Society, 24 : 1-15.

Hayem J., 2008, La figure ouvrière en Afrique du Sud, Johannesburg, IFAS ; Paris, Karthala.

Hofmeester K. & Van der Linden M., 2017, Handbook Global History of Work, Berlin, De Gruyter.

Iliffe J., 1970, « A History of the Dockworkers of Dar es Salaam », Tanzania Notes and Records, 71 : 119-148.

Illien P., Pérez Niño H. & Bieri S., 2021, « Agrarian Class Relations in Rwanda : A Labour-centred Perspective », The Journal of Peasant Studies, <https://doi.org/10.1080/03066150.2021.1923008>.

Inglebert H., 2020, « Les historiens et la mondialisation (1990-2020) », Diogène, 271-272 : 52-70.

Institut national de la statistique, 2010, Recensement général des entreprises en 2009. Principaux résultats, Yaoundé, République du Cameroun.

Institut national de la statistique, 2018, Deuxième recensement général des entreprises. Principaux constats, Yaoundé, République du Cameroun.

Jacquemin M. & Tisseau V., 2019, « Introduction. Le balai comme objet politique. Regards sur les domesticités en Afrique », Politique africaine, 154 : 5-27.

Jeffries R., 1975, « Populist Tendencies in the Ghanaian Trade Union Movement », in R. Sandbrook & R. Cohen (eds.), The Development of an African Working Class : Studies in Class Formation and Action, Toronto, University of Toronto Press : 261-280.

Jeffries R., 1978, Class, Power, and Iideology in Ghana : The Railwaymen of Sekondi, Cambridge, Cambridge University Press.

Kasmir S. & Carbonella A., 2014, Blood and Fire : Toward a Global Anthropology of Labor, New York, Berghahn Books.

Labor History, 2017, Numéro thématique « Wage Labour and Capital in Africa : A Historical Perspective », 58 (2).

Laferté G., Pasquali P. & Renahy N. (dir.), 2018, Le laboratoire des sciences sociales. Histoires d’enquêtes et revisites, Paris, Raisons d’agir.

Larmer M., 2021, Living for the City : Social Change and Knowledge Production in the Central African Copperbelt, Cambridge, Cambridge University Press.

Larmer M., Guene E., Henriet B. et al. (eds.), 2021, Across the Copperbelt : Urban & Social Change in Central Africa’s Borderland Communities, Woodbridge-Rochester, James Currey.

Le Crom J.-P. & Boninchi M. (dir.), 2021, La chicotte et le pécule : les travailleurs à l’épreuve du droit colonial français (XIXe-XXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Lesclingand M. & Hertrich V., 2017, « Quand les filles donnent le ton. Migrations adolescentes au Mali », Population, 72 (1) : 63-93.

de L’Estoile B., 2017, « Enquêter en “situation coloniale”. Politique de la population, gouvernementalité modernisatrice et “sociologie engagée” en Afrique équatoriale française », Cahiers d’Études africaines, LVII (4), 228 : 863-919.

Lew McDermott J., 2021, « Understanding West Africa’s Informal Workers as Working Class », Review of African Political Economy, 170 : 609-629.

Lindsay L. A., 2003, Working with Gender. Wage Labor and Social Change in Southwestern Nigeria, Westport, Heinemann.

Lubeck P. M., 1986, Islam and Urban Labor in Northern Nigeria : The Making of a Muslim Working Class, Cambridge, Cambridge University Press.

Mamdani M. (ed.), 1996, Uganda : Studies in Labour, Dakar, Codesria.

Maul D. R., Puddu L. & Tijani H. I., 2019, « The International Labour Organization », in S. Bellucci & A. Eckert (eds.), General Labour History of Africa : Workers, Employers and Governments, 20th-21st Centuries, Woodbridge, James Currey ; Abidjan, International Labour Organization Regional Office for Africa : 223-264.

Mbembe A., 2022, « De nouveaux fondements pour la démocratie en Afrique », Le Grand Continent, <https://legrandcontinent.eu/fr/2022/03/19/de-nouveaux-fondements-intellectuels-pour-la-democratie-en-afrique/>.

McNamara T., 2021, « A Reasonable Negotiation. Workplace-based Unionists’ Subjectivities, Wage Negotiations, and the Day-to-Day Life of an Ethical Political Project », Journal of the Royal Anthropological Institute, 27 (3) : 617-637.

Menjoulet J., 2020, Une histoire du salariat, documentaire en trois parties, Paris, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains.

Mercier P. & Copans J., 2021, Dakar dans les années 1950, Paris, Éditions du CTHS.

Messi Me Nang C., 2014, Les chantiers forestiers au Gabon. Une histoire sociale des ouvriers africains, Paris, L’Harmattan.

Mezzadra S., 2011, « How Many Histories of Labor ? Towards a Theory of Postcolonial Capitalism », Postcolonial Studies, 14 : 151-170.

Mondes en développement, 2020, numéro thématique « Les politiques de l’emploi dans les pays en développement », 190.

Montgomery M., 2019, Hired Daughters. Domestic Workers Among Ordinary Moroccans, Bloomington, Indiana University Press.

Mouroufie K. V., Kam O. & Sangare M., 2020, « Environnement socio-culturel et sous représentativité des femmes dans les programmes de lutte contre le travail des enfants dans le secteur du cacao en Côte ďIvoire », Revue africaine de sociologie, 24 (2) : 170-183.

Moussone E., 2021, « Commerce extérieur et évolution de la masse salariale dans le cas d’un petit pays pétrolier, le Gabon », Communication lors du colloque international Marché du travail et dynamique des salaires depuis les années 1960-70 en Afrique subsaharienne, CREHS, Université d’Artois, 16 avril 2021.

Munck R., 2009, « Beyond the “New” International Labour Studies », Third World Quarterly, 30 (3) : 617-625.

Mususa P., 2021, There Used to Be Order. Life on the Copperbelt After the Privatisation of the Zambia Consolidated Copper Mines, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Ngcwangu S., 2020, « Ex-Mineworkers and New Skills : Contradictory Perspectives of Stakeholders », Revue africaine de sociologie, 24 (2) : 77-102.

Nkoumou ngoa G. B. & Lemven Wirba E., 2021, « Gender Disparities in Ugandan Urban Labor Market », Labor History, 62 (5-6) : 781-800.

Olayiwola P., 2021, « Challenging Stories about Child Domestic Work : Evidence from South-West Nigeria », Third World Quarterly, 42 (11) : 2690-2705.

Olivier de Sardan J.-P., 2008, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia.

Onyeonoru I. P. & Hlatshwayo M., 2020, « An Overview of the Conditions of Workers and Unions in South Africa and Nigeria », Revue africaine de sociologie, 24 (2) : 51-76.

Ouédraogo J.-B., 1985, La formation de la classe ouvrière en Afrique Noire. L’exemple du Burkina Faso, Paris, L’Harmattan.

Ouédraogo J.-B. & Fofana H., 2009, Travail et société au Burkina Faso : technique, innovation, mobilisation, Paris, L’Harmattan.

Peace A. J., 1979, Choice, Class, and Conflict : A Study of Southern Nigerian Factory Workers, Brighton, Harvester Press.

Perrings C., 1979, Black Mineworkers in Central Africa : Industrial Strategies and the Evolution of an African Proletariat in the Copperbelt, 1911-1941, Madison, University of Wisconsin Press.

Phelinas P., 2014, « Comment mesurer l’emploi dans les pays en développement ? », Revue Tiers Monde, 218 (2) : 15-33.

Phimister I. & Pilossof R., 2017, « Wage Labor in Historical Perspective. A Study of the De-proletarianization of the African Working Class in Zimbabwe, 1960-2010 », Labor History, 58 (2) : 215-227.

Présence africaine, 1952, numéro thématique « Le travail en Afrique noire », 13.

Rubbers B. (ed.), 2021, Inside Mining Capitalism. The Micropolitics of Work on the Congolese and Zambian Copperbelts, Suffolk, Boydell and Brewer.

Rubbers B. & Poncelet M., 2015, « Sociologie coloniale au Congo belge. Les études sur le Katanga industriel et urbain à la veille de l’Indépendance », Genèses, 99 (2) : 93-112.

Rubbers B. & Roy A., 2015, « Entre opposition et participation, les syndicats face aux réformes en Afrique », Revue Tiers Monde, 224 : 9-24.

Sandbrook R. & Arn J., 1977, « The Labouring Poor and Urban Class Formation : The Case of Greater Accra », Centre for Developing Area Studies, McGill University Occasional Monograph, 12.

Sandbrook R. & Cohen R. (eds.), 1975, The Development of an African Working Class : Studies in Class Formation and Action, Toronto, University of Toronto Press.

Schareika N., Brown C. & Moritz M, 2021, « Critical Transitions from Pastoralism to Ranching in Central Africa », Current Anthropology, 62 (1) : 53-76.

Schwartz O., 2011, « Peut-on parler des classes populaires ? », La Vie des idées, <https://laviedesidees.fr/Peut-on-parler-des-classes.html>.

Selim M., 2003, Solidarités et compétences, idéologies et pratiques, Paris, IRD.

Sender J. & Cramer C., 2021, « Desperate, Deceived and Disappointed : Women’s Lives and Labour in Rural Ethiopia and Uganda », Journal of Contemporary African Studies,
<https://doi.org/10.1080/02589001.2021.1998393>.

Shonhe T., Scoones I. & Murimbarimba F., 2021, « Agricultural Commercialisation and Changing Labour Regimes in Zimbabwe », Journal of Contemporary African Studies,
<https://doi.org/10.1080/02589001.2021.1933397>.

Siblot Y., Cartier M., Coutant I., Masclet O. & Renahy N., 2015, Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin.

Sikainga A., 1996, Slaves Into Workers : Emancipation and Labor in Colonial Sudan, Houston, University of Texas Press.

Sikainga A., 2010, « Organized Labor in Contemporary Sudan : The Story of the Railway Workers of Atbara », South Atlantic Quarterly, 109 : 31-51.

Smith J. H., 2021, The Eyes of the World. Mining the Digital Age in the Eastern DR Congo, Chicago, The University of Chicago Press.

Stanziani A., 2020, Les métamorphoses du travail contraint : une histoire globale (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Presses de Sciences Po.

Steiler I., 2021, « The Intersectionality of Informal Employment : Insights from Street Vending and Domestic Work in Tanzania », Journal of Labor and Society, 24 (1) : 107-132.

Sylla N. S., 2013, « Mesurer les difficultés d’absorption de la force de travail dans les pays en développement : les limites du concept de taux de chômage », Revue internationale du travail, 152 (1) : 31-46.

Tchicaya-Oboa R., Kouvouama A. & Missié J.-P. (dir.), 2014, Sociétés en mutation dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala.

Thompson E. P., 2012 [1963], La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Points.

Tiquet R., 2019, Travail forcé et mobilisation de la main-d’œuvre au Sénégal. Années 1920-1960, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Vadot G., 2019, Les bras et le ventre. Une sociologie politique des plantations industrielles dans le Cameroun contemporain, Thèse de doctorat, Paris, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Van der Linden M., 2008, Workers of the World : Essays Toward a Global Labor History, Boston, Brill.

Van Onselen C., 1976, Chibaro : African Mine Labour in Southern Rhodesia, 1900-1933, London, Pluto Press.

Van Onselen C., 1982, New Babylon, New Niveneh. Studies in the Social and Economic History of the Witwatersrand, 1886-1914, vol. 2, Harlow, Longman.

Waterman P., 1979, Wage Labour Relations in Nigeria : State Capitalists, Unions and Workers in the Lagos Cargo-Handling Industry, The Hague, Institute of Social Studies.

Weber M., 2003 [1922], Économie et société. 1, Les catégories de la sociologie, Paris, Plon.

Wu D., 2021, Affective Encounters. Everyday Life among Chinese Migrants in Zambia, Londres, Routledge.

Haut de page

Notes

1 Yann Gwet, « L’Afrique rêve sa jeunesse en start-up innovante… sans la construire », Le Monde Afrique, 9 mai 2016.

2 Les pages du présent numéro consacrées aux comptes rendus de lectures ont été pensées pour témoigner de cette actualité, à travers la recension de plusieurs ouvrages récents.

3 Il fait ainsi du « nouveau catéchisme » de l’entrepreneuriat le dernier né des grands empêchements politico-idéologiques à la démocratie en Afrique : « En d’autres termes, améliorer le fonctionnement de l’État, c’était limiter drastiquement son rôle économique. Davantage de marché était, prétendait-on, la solution. […] C’est ainsi que la question de la démocratie fut dépolitisée. […] Elle a été réduite aux deux produits standardisés du marché du développement que sont la “bonne gouvernance” et “le renforcement de la société civile”. D’ailleurs aujourd’hui, ces deux produits sont eux-mêmes en passe d’être supplantés par un nouveau catéchisme : celui de l’entrepreneuriat avec ses incubateurs, ses start-ups et ses “young leaders”. Il est vrai, mieux que celui de la gouvernance, l’évangile de l’entreprenariat correspond mieux à la phase actuelle de l’accumulation globalisée. Celle-ci n’est-elle pas caractérisée par la dérégulation systémique de la finance, l’un des éléments moteurs de l’économie politique de l’inégalité à l’échelle planétaire ? » (Mbembe 2022).

4 Office de la recherche scientifique et technique Outre-mer, désormais Institut de recherche pour le développement (IRD).

5 Pour une discussion sur les tendances et modalités d’appréciation de l’idée de mondialisation en histoire, voir Inglebert (2020).

6 Voir par exemple l’interview du directeur régional de l’OIT pour l’Afrique dans le journal des Nations Unies dédié au continent : Franck Kuwonu & Aneas Chuma, « Afrique : une croissance sans emplois », Afrique Renouveau, avril 2015, <https://www.un.org/africarenewal/fr/magazine/ao%C3%BBt-2015/afrique-une-croissance-sans-emplois>.

7 Pour consulter ces chiffres et cette définition, voir <https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SL.EMP.WORK.ZS?end=2018&locations=ZF&start=1991&view=chart> (consulté le 17 décembre 2021).

8 À titre de repère, la hausse de la population active s’établit à 13,5 % sur la même période.

9 Voir la recension de cet ouvrage réalisée par Jean Copans dans la rubrique « Analyses et comptes rendus » de ce numéro.

10 Voir la recension de cet ouvrage par Étienne Bourel dans la rubrique « Analyses et comptes rendus » de ce numéro.

11 Voir la recension de cet ouvrage par Hélène Blaszkiewicz dans la rubrique « Analyses et comptes rendus » de ce numéro.

12 Voir la recension du livre proposée par Cheryl Mei-ting Schmitz dans la rubrique « Analyses et comptes rendus » de ce numéro.

13 Comme le montre Alizèta Ouédraogo dans la recension de ce dossier dans la rubrique « Analyses et comptes rendus » de ce numéro.

14 L’année 2022 marque les soixante-dix ans de la publication du treizième numéro de la revue Présence africaine (1952) intitulé « Le travail en Afrique noire ». Sans rentrer ici dans une discussion sur son contenu, nous pouvons noter qu’il abordait le travail industriel et qu’il mettait déjà en dialogue une variété de points de vue situés. On y trouve aussi bien des contributions de Pierre Naville, l’un des fondateurs de la sociologie du travail en France, dans une tonalité positiviste en écho inversé à l’avant-propos, écrit par Alioune Diop, ancré dans les thèmes de la négritude que de Georges Balandier, sous la forme de notes de terrain.

15 Concernant ce volet en particulier, une recherche est menée actuellement par Guillaume Vadot, Alexis Roy et Sidy Cissokho sur l’histoire des études sur le travail en Afrique depuis le début du XXe siècle. Ses premiers résultats donnent lieu à un cours à l’EHESS au deuxième semestre 2021-2022.

16 Coordonnée par S. Bellucci et A. Eckert, la somme intitulée General Labour History of Africa (2019), recensée dans la rubrique « Analyses et comptes rendus » de ce numéro, témoigne de cet apport.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Bourel et Guillaume Vadot, « Le salariat, un objet devenu (trop) discret en études africaines »,  Cahiers d’études africaines, 245-246 | 2022, 9-39.

Référence électronique

Étienne Bourel et Guillaume Vadot, « Le salariat, un objet devenu (trop) discret en études africaines »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 245-246 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 24 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/36030  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.36030

Haut de page

Auteurs

Étienne Bourel

Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains (LADEC), Université Lyon 2, France

Du même auteur

Guillaume Vadot

Institut des mondes africains (IMAF), CNRS, Aubervilliers, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search