Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245-246Produire le salariat : statuts et...Qu’est-ce qu’un « travailleur afr...

Produire le salariat : statuts et hiérarchies

Qu’est-ce qu’un « travailleur africain » ? Marché, coercition et mobilité en Afrique équatoriale française (1911-1940)

What is an “African Worker?” Market, Coercion and Mobility in French Equatorial Africa (1911-1940)
Ferruccio Ricciardi
p. 153-182

Résumés

Cet article étudie les formes de mise au travail (recrutement, encadrement, distribution) de la main-d’œuvre « indigène » au sein d’une concession de production d’huile de palme, au Congo français, entre 1911 et 1940. Il s’intéresse en particulier aux modalités de catégorisation qui visent ces travailleurs dans le cadre de politiques de mobilisation de la main-d’œuvre parallèles et concurrentes, mises en place à la fois par les sociétés privées et l’administration coloniale. La façon dont administrateurs coloniaux, patrons et maîtres s’efforcent de définir ce qu’est un « travailleur africain » permet de rendre compte non seulement des enjeux de gouvernementalité mais aussi d’interroger les logiques de hiérarchisation sociale et ethnoraciale qui participent à l’institution des relations de travail dans le contexte colonial. Il en résulte que la logique de marchandisation du travail, notamment à travers l’introduction du contrat de travail, n’est pas le levier principal dans la transformation capitaliste de ces relations. Y contribuent également d’autres dispositions du pouvoir colonial (notamment les pratiques d’identification censées assurer le contrôle de la mobilité ainsi que les politiques de stabilisation de la main-d’œuvre) qui entrent en tension avec les formes de défection et d’accommodement déployées par les travailleurs locaux.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Des pratiques de mise au travail entre contraintes administratives et intérêts économiques
Le débauchage au cœur des tensions sur l’emploi des travailleurs indigènes
Un contrat qui protège des prestations obligatoires ?
Dissidents, vagabonds, migrants : un brouillage de qualifications
Les ambivalences de la libre circulation des travailleurs indigènes
Des colporteurs qui défient les liens communautaires
Réguler les flux de main-d’œuvre à l’échelle locale
Le laissez-passer ou la liberté de circulation sous contrainte
Des contrats de travail hybrides : les enjeux de l’articulation entre dépendance et contrainte
Des salaires et des tarifs : le « prix du travail » dans un marché en voie de (laborieuse) construction

Aperçu du texte

D’après Frederick Cooper (1996), l’expression « travailleur africain », forgée par le récit colonial, est longtemps apparue comme un oxymoron, car elle contient deux notions incompatibles, à savoir la condition du travail salarié expérimentée dans l’Occident industrialisé et la condition du travail indigène définie par les conventions, l’histoire et les spécificités locales. Par « travail indigène », les autorités coloniales entendent le travail accompli par les travailleurs autochtones ou migrants au sein de l’Empire colonial (en l’occurrence français), lesquels sont soumis à un code « spécial » du travail composé d’une panoplie de « textes » (décrets, arrêtés, circulaires). Celui-ci dessine un modèle d’inclusion sociale moins équitable que ceux proposés par les codes métropolitains progressivement mis en place et mêle des règles à la fois protectrices et répressives (Le Crom 2016 ; Le Crom & Bonichi 2020).

Les espaces coloniaux français étaient caractérisés depuis les années 1880 p...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ferruccio Ricciardi, « Qu’est-ce qu’un « travailleur africain » ? Marché, coercition et mobilité en Afrique équatoriale française (1911-1940) »,  Cahiers d’études africaines, 245-246 | 2022, 153-182.

Référence électronique

Ferruccio Ricciardi, « Qu’est-ce qu’un « travailleur africain » ? Marché, coercition et mobilité en Afrique équatoriale française (1911-1940) »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 245-246 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/36265  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.36265

Haut de page

Auteur

Ferruccio Ricciardi

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE), CNRS-Conservatoire national des arts et métiers, Paris, France

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search