Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245-246La diversification des conditions...Vivre et travailler dans une encl...

La diversification des conditions salariées

Vivre et travailler dans une enclave chinoise au Cameroun : Les ouvriers d’un « grand chantier de l’émergence »

Living and Working in a Chinese Enclave in Cameroon: The Workers of a “Major Structuring Projects for Emergence”
Gérard Amougou, Antoine Kernen et Fabien Nkot
p. 241-263

Résumés

Au Cameroun, les « grands chantiers de l’émergence » servent à consolider le régime du président Paul Biya, mais représentent également de nouvelles opportunités d’emplois salariés sous contrat dans un pays marqué par leur rareté. En s’appuyant sur les récits d’ouvriers camerounais du barrage de Lom Pangar, cet article rend compte de la tension entre les avantages d’un emploi salarié et stable et la réalité du travail dans cette enclave chinoise caractérisée par des conditions de travail difficiles, des salaires bas et le maintien d’une grande précarité de l’emploi. Cette tension est renforcée par une organisation « raciale » du travail. Ainsi, quelle que soit la fonction des employés camerounais (manœuvres, conducteurs de machine, techniciens ou encore ingénieurs), ils sont toujours en position d’infériorité face aux employés chinois. Comme, dans les chantiers des entreprises chinoises au Cameroun, le nombre de travailleurs expatriés est beaucoup plus important qu’au sein des entreprises étrangères opérant dans le même secteur, chaque employé camerounais ou presque est sous les ordres directs d’un chef chinois. Dès lors, si les grèves dénoncent les conditions de vie et de travail sur le site, les récits que nous avons récoltés reviennent souvent sur les conflits, les bagarres et les frustrations engendrés par cette organisation raciale du travail.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Le barrage de Lom Pangar : un « grand chantier de l’émergence » réalisé par une entreprise chinoise
Le recrutement d’employés camerounais à Lom Pangar
Les conditions de vie dans une enclave chinoise
Une organisation racialisée de l’espace
Une racialisation des rapports de travail
Une segmentation par l’appartenance raciale durement ressentie par les travailleurs camerounais
Les ouvriers camerounais face aux ruses de l’État
L’organisation raciale des chantiers chinois : une responsabilité partagée

Aperçu du texte

Le 25 juin 2012, quelques semaines après le début du chantier, les 218 ouvriers camerounais de l’entreprise chinoise China Water Electric Corporation chargée de la construction du barrage de retenue d’eau de Lom Pangar se mettent en grève pour obtenir de meilleures conditions de travail et de vie. Quelques jours plus tard, le 2 juillet 2012, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, accompagné du ministre de l’Eau et de l’Énergie, et du gouverneur de la région de l’Est se rendent sur le site de construction du barrage afin de « ramener la paix pour que règne la cohésion sociale qui fera avancer ce grand chantier ». L’empressement de deux ministres et d’un gouverneur à se rendre sur les lieux montre l’importance politique de ce projet. Selon le site d’informations en ligne Cameroon-info.net, les ministres « somment l’entreprise chinoise de se conformer immédiatement à la réglementation camerounaise en matière de travail, notamment à résoudre les problèmes de santé, de nourrit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Amougou, Antoine Kernen et Fabien Nkot, « Vivre et travailler dans une enclave chinoise au Cameroun : Les ouvriers d’un « grand chantier de l’émergence » »,  Cahiers d’études africaines, 245-246 | 2022, 241-263.

Référence électronique

Gérard Amougou, Antoine Kernen et Fabien Nkot, « Vivre et travailler dans une enclave chinoise au Cameroun : Les ouvriers d’un « grand chantier de l’émergence » »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 245-246 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/36395  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.36395

Haut de page

Auteurs

Gérard Amougou

Centre d’études et de recherche en dynamiques administratives et politiques (Cerdap), Université de Yaoundé 2, Cameroun

Antoine Kernen

Capitalismes, cultures et sociétés (Laccus), Université de Lausanne, Suisse

Fabien Nkot

Centre d’études et de recherche en dynamiques administratives et politiques (Cerdap), Université de Yaoundé 2, Cameroun

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search