Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245-246notes et documentsQuand croissance de production ne...

notes et documents

Quand croissance de production ne rime pas avec amélioration des conditions de vie. Notes sur les salarié.e.s agricoles de Balessing (Ouest Cameroun)

When Production Growth Does not Equate to Improved Living Conditions. Notes on Agricultural Workers in Balessing (West Cameroon)
Joel Boris Jiometio Tchinda, Hervé Tchekote et Thérèse Moulende
p. 341-360

Résumés

Grand bassin de production caféière jusqu’à la fin des années 1980, le groupement de villages de Balessing, dans l’Ouest Cameroun, est aujourd’hui un important bassin de production maraîchère. Cette mutation a entraîné le recours croissant au salariat comme stratégie de production au sein des exploitations agricoles de la localité. Ce texte documente ce phénomène en s’intéressant aux conditions de vie et de travail des salarié.e.s en question. Il montre que, si le salariat agricole contribue à la croissance de la production agricole de cette localité à travers la hausse des rendements et une amélioration substantielle des revenus des producteurs, il ne garantit pas pour autant la stabilisation d’une meilleure situation socioéconomique pour les travailleurs et travailleuses.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Matériaux et méthode
L’émergence de la caféiculture coloniale et le salariat agricole
La caféiculture postindépendance
L’émergence du vivrier marchand
Le marché de la main-d’œuvre agricole salariée de Balessing 
Employeurs et salarié.e.s agricoles : des acteurs à la base des mutations économico-spatiales dans les exploitations agricoles
Itinéraire de recrutement des salarié.e.s agricoles
Une mobilisation de la force de travail calquée sur le calendrier agricole annuel
Extension des superficies, augmentation de la production agricole et amélioration du revenu des agriculteurs
Des conditions de travail et de vie des salarié.e.s toujours précaires

Aperçu du texte

Au Cameroun, à l’instar de ce que l’on peut observer dans de nombreux pays en développement, le secteur agricole est faiblement mécanisé et l’agriculture est le produit d’une force de travail essentiellement humaine. Dans ces conditions, les populations rurales aux conditions de vie difficiles, surtout celles qui n’ont pas facilement accès à la terre et au financement, travaillent fréquemment pour les plus aisés, voire pour des entreprises de plantations industrielles (Vadot 2019), selon des arrangements très divers. Ces travailleurs se déplacent parfois pour servir de main-d’œuvre agricole dans des localités lointaines. C’est le cas de jeunes Sénégalaises, en particulier des femmes qui migrent des zones de production pluviale vers celles irriguées en saison sèche pour servir comme ouvrières dans les bassins arachidiers, les Niayes et le Delta (Hathie et al. 2015).

Les migrations de travail agricole des Camerounais de l’Ouest sont davantage causées par des difficultés d’accès à la te...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joel Boris Jiometio Tchinda, Hervé Tchekote et Thérèse Moulende, « Quand croissance de production ne rime pas avec amélioration des conditions de vie. Notes sur les salarié.e.s agricoles de Balessing (Ouest Cameroun) »,  Cahiers d’études africaines, 245-246 | 2022, 341-360.

Référence électronique

Joel Boris Jiometio Tchinda, Hervé Tchekote et Thérèse Moulende, « Quand croissance de production ne rime pas avec amélioration des conditions de vie. Notes sur les salarié.e.s agricoles de Balessing (Ouest Cameroun) »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 245-246 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/36580  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.36580

Haut de page

Auteurs

Joel Boris Jiometio Tchinda

Département de géographie, Faculté des lettres et sciences humaines, Centre d’études et de recherche en espaces, arts et humanités (CEREAH), Université de Dschang Cameroun

Hervé Tchekote

Département de géographie, Faculté des lettres et sciences humaines, Centre d’études et de recherche en espaces, arts et humanités (CEREAH), Université de Dschang Cameroun

Thérèse Moulende

Département de socio-économie rurale et vulgarisation agricole, Faculté d’agronomie et des sciences agricoles, Centre d’études et de recherche en espaces, arts et humanités (CEREAH), Université de Dschang Cameroun

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search