Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245-246Analyses et comptes rendusBellucci Stefano & Eckert Andreas...

Analyses et comptes rendus

Bellucci Stefano & Eckert Andreas (eds.). — General Labour History of Africa. Workers, Employers and Governments, 20th-21st Centuries

Étienne Bourel et Guillaume Vadot
p. 365-369
Référence(s) :

Bellucci Stefano & Eckert Andreas (eds.). — General Labour History of Africa. Workers, Employers and Governments, 20th-21st Centuries. Woodbridge, Rochester, James Currey ; Abidjan, ILO Regional Office for Africa, 2019, 761 p., bibl, ill., index.

Texte intégral

  • 1 R. Bertrand, « Histoire globale, histoire connectée », in C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia & N. O(...)
  • 2 M. van der Linden (ed.), The Global History of Work :Critical Readings, Londres, Bloomsbury, 2019.

1Publié à l’occasion du centenaire de l’Organisation internationale du travail, ce copieux volume présente une synthèse, inédite dans son ampleur, des problématiques et thématiques relatives au travail sur le continent africain, depuis l’époque coloniale jusqu’à la période contemporaine. Édité par Stefano Bellucci et Andreas Eckert, il s’inscrit résolument dans le courant de l’histoire globale1 du travail, dont Marcel van der Linden constitue une figure de proue2. Après l’introduction, l’ouvrage est divisé en six parties principales, et vingt-et-un chapitres, Frederick Cooper signant la conclusion. Au niveau de l’appareillage, sont proposés les listes des cartes, illustrations et tableaux, une présentation des auteur.e.s, une préface de Cynthia Samuel-Olonjuwon (assistante du directeur général et directrice régionale pour l’Afrique de l’OIT), des remerciements, une bibliographie sélective de quatre-vingts pages et un index général.

2L’organisation du livre permet d’aborder un nombre important de facettes du travail en Afrique ou d’angles pour l’approcher, traduisant une ambition encyclopédique assumée par les auteurs et autrices qui, d’ailleurs, s’appuient souvent sur des manuels ou d’autres publications de synthèse. L’ensemble en dresse un tableau édifiant sur plus d’un siècle et qui tient de bout en bout le souci de rendre compte de la diversité des formes de travail. Pour autant, il ne faut pas s’attendre à y trouver des engagements critiques particuliers et explicites. Les contributions sont le fait d’universitaires expérimenté.e.s et l’approche par synthèses thématiques donne nécessairement à leurs propos un caractère poli, et quelque peu répétitif. Par ailleurs, la situation des pays africains anglophones est nettement plus discutée, et certains petits pays sont à peu près complètement absents. On peut également regretter la modeste attention portée aux Africain.e.s hors d’Afrique ainsi qu’aux « non-Africain.e.s » (les Européen.ne.s notamment) en Afrique. Enfin, cet ouvrage collectif n’a pas été l’occasion de valoriser certaines articulations entre le travail et d’autres domaines de la vie sociale (comme la religion) qui peuvent pourtant s’avérer très fructueuses.

3Dans leur introduction (pp. 1-13), Stefano Bellucci et Andreas Eckert posent le cadre de l’ouvrage en indiquant qu’il n’y est pas question de faire l’histoire de la constitution de la classe ouvrière en Afrique mais plutôt d’établir celle du monde complexe des travailleur.se.s dans leur diversité (ouvrier.ère.s industriel.le.s, entrepreneur.se.s, employé.e.s de maison, travailleur.se.s du care, travailleur.se.s « informel.le.s », travailleur.se.s non libres). Au cours du dernier siècle, l’historiographie du travail en Afrique a d’abord été liée à l’agenda de l’administration coloniale (premières décennies du XXe siècle), autour des enjeux de mise en valeur des colonies et de contrôle de la population, notamment des déplacements. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale, et ensuite au moment des décolonisations, que de premières recherches ont commencé à porter sur le syndicalisme et l’activisme politique. Durant les années 1960 et 1970, de nombreuses études étaient influencées par les théories marxistes et ont mis l’accent sur les travailleur.se.s employé.e.s dans les secteurs des mines, des transports, de l’industrie ou de la construction. Plus largement, les débats étaient alors nombreux sur les liens entre travail et politiques économiques dans les États nouvellement indépendants, avec, le plus souvent, des colorations nationalistes et une focalisation sur la question de la prolétarisation. Avec la fin de la Guerre froide, l’avènement du néolibéralisme et l’éloignement des perspectives révolutionnaires prolétariennes, les études sur le travail ont connu un déclin (l’Afrique du Sud mise à part), jusqu’à quasiment disparaître des programmes de recherche.

4Les réformes néolibérales et les transformations démocratiques n’ayant pas tenu leurs promesses, la question du travail, constatent Eckert et Bellucci, a lentement refait surface ces vingt dernières années. Concernant les approches théoriques, les années 1980 ont été marquées par les « new international labour studies », désignées comme un courant précurseur de la « global labour history » pour ses préoccupations transnationales, mais qui tenait pour acquis l’idée de classes ouvrières nationales ainsi qu’un certain nombre de postulats téléologiques associés au marxisme. À notre sens, cette critique du vaste rayon de bibliothèque produit dans les années 1970 et 1980 ne doit pas pour autant empêcher de relire les nombreuses monographies ou recherches de moindre ampleur produites à l’époque, qui ne se laissent pas réduire à une labellisation d’ensemble. Nombre d’entre elles s’inspiraient en fait de la conception constructiviste de la classe sociale développée et illustrée par E. P. Thompson, attentive à la diversité interne des couches populaires et qui conçoit la mise en représentation des groupes sociaux comme un phénomène complexe, conflictuel, non pas prédéterminé. Cela n’évitait certes pas à ces travaux d’être marqués par les engagements politiques radicaux de leurs auteurs, comme en témoigne par exemple le recherche des formes voire des voies de la « conscience » ouvrière.

  • 3 M. van der Linden, Workers of the World : Essays Toward a Global Labor History, Boston, Brill, 200 (...)
  • 4 R. Cohen, « The “New” International Labour Studies : A Definition », Working Paper Series, 27, Cen (...)
  • 5 D. Chakrabarty, Provincialiser l’Europe : la pensée postcoloniale et la différence historique, Par (...)

5Depuis les années 1990, la critique postcoloniale a permis aux recherches sur le travail de se démarquer définitivement de ce genre de catégories essentialisantes. Les orientations strictement matérialistes ont laissé de la place aux questions de subjectivité, d’imaginaire et à une attention aux individus, au risque de verser excessivement dans le postmodernisme selon Frederick Cooper. En ce sens, le présent ouvrage entend recentrer la focale sur les pratiques concrètes de travail. L’histoire globale a ensuite apporté des éclairages décisifs en soulignant les interconnexions entre mondes et formes du travail, par-delà les frontières nationales et juridiques ou idéologiques. Parmi les développements les plus récents, l’histoire globale permet ainsi d’ouvrir la réflexion sur le travail à des pans « traditionnellement » exclus des analyses de la classe industrielle ouvrière. L’idée est alors d’arriver à faire ressortir des tendances plus larges concernant les transformations du travail, et sur une plus longue période. Il s’agit aussi de prendre en considération le travail dans sa diversité, et pas uniquement dans ses aspects industriels. Ainsi, le prolétaire masculin ne représente pas la quintessence du travailleur, mais plutôt une des catégories de travailleur.se.s, elles-mêmes à penser dans leurs interconnexions, point clé que les auteurs reprennent à Marcel van der Linden3. Notons ici que cette réflexion était déjà amorcée au début des années 1980. Robin Cohen, dans son manifeste pour les « new international labour studies »4, insiste sur la nécessité de s’intéresser aux situations de travail multiples des « urbains pauvres » et de s’appuyer sur les travaux de féministes et d’anthropologues qui ont étudié le travail de femmes en Afrique et en Amérique latine. Outre l’approfondissement de ce type de critique, ce qui a changé ensuite tient aussi à l’émergence de nouveaux épicentres pour la recherche historienne sur le travail, dans les Suds notamment5.

6De manière complémentaire à ce décentrement, l’ouvrage permet de souligner de diverses manières le fait que si, de longue date, la proportion de travailleur.se.s salarié.e.s est restée limitée en Afrique, ceci ne doit pas empêcher de prendre au sérieux l’écosystème de normes et de pratiques construit autour de l’emploi. De façon générale, les postulats défendus dans cet ouvrage veulent (1) que l’histoire du travail considère les travailleur.se.s syndiqué.e.s ou non dans leur diversité ainsi que les employeurs, les entrepreneurs et les capitalistes ; (2) qu’elle prenne en compte les travailleur.se.s non payé.e.s et non libres ; (3) que les études comparatives portent attention à ce qui se passe simultanément dans des espaces distincts, aux connections entre ces phénomènes ; (4) que l’on rende compte du fait que les processus sociaux ne viennent pas uniquement de l’Occident mais aussi du Sud global ; (5) que l’on dépasse les frontières nationales pour considérer les connexions locales et globales. Enfin, Bellucci et Eckert plaident pour que davantage d’importance soit accordée à l’opposition entre travail libre et non libre (assumant ainsi l’idée que cette opposition ait nécessairement du sens, ou qu’elle soit entendable selon un plan de continuité au moins).

7Sur cette base, la première partie porte précisément sur l’opposition entre travail libre et travail non libre. Andreas Eckert signe le premier chapitre, sur le travail salarié, Franco Barchiesi le deuxième, sur le travail précaire et informel et Babacar Fall et Richard L. Roberts le troisième, sur le travail forcé. La deuxième partie est consacrée aux secteurs-clés : l’agriculture (Julia Tischler), les mines (Carolyn A. Brown), l’industrie et les manufactures (Patrick Neveling), les transports (Stefano Bellucci). La troisième partie aborde les dimensions internationales et la mobilité, avec un texte de Daniel Roger Maul, Luca Puddu et Hakeem Ibikunle Tijani sur l’histoire de l’OIT et un autre d’Helena Pérez Niño sur les migrations de travail. La quatrième partie détaille les variétés de travail : avec Deborah Fahy Bryceson pour le travail domestique, Joël Glasman et Michelle R. Moyd pour les domaines militaires et policiers (les fonctionnaires des autres domaines ne sont, eux, pas traités en tant que tels), Laurent Fourchard pour la criminalité et le travail illégal, Dmitri van den Bersselaar pour les travailleurs en col blanc et Samuel Andreas Admasie pour les secteurs du sport, du tourisme et des loisirs.

8La cinquième partie fait place aux entrepreneur.se.s et aux travailleur.se.s indépendant.e.s. Gareth Austin discute des relations entre capitalistes et travail en Afrique, Sara S. Berry le travail entrepreneurial et Rory Pilossof les travailleur.se.s très qualifié.e.s et les cadres. La sixième partie se focalise sur les relations entre États, syndicats et « welfare » : Akua O. Britwum et Layla Dakhli analysent celles entre travail et État, Bill Freund les organisations syndicales, Ben Scully et Rana Jawad la protection sociale et Samuel A. Nyanchoga le mutualisme et le travail coopératif. En conclusion de l’ouvrage (nominalement le vingt-deuxième chapitre), Frederick Cooper revient sur « la “question du travail” en Afrique et dans le monde » (pp. 618-635). Ses propos font écho à ceux des coordinateurs en introduction et mettent l’accent sur l’importance d’interroger la pertinence des concepts (tels que « prolétarisation » ou « informel », mais aussi « classe » ou « travailleur.se ») ainsi que de se confronter à la complexité en écrivant l’histoire au prisme d’une multitude de dimensions, ceci sans perdre en engagement critique. Les domaines à investiguer davantage sont, pour lui, ceux de la zone grise entre coercition et travail, de la « fabrique » du travail et du travailleur (et donc de l’accumulation primitive), des formes et cycles de la croissance économique et des luttes sociales. Il envisage, enfin, quelques perspectives pour le travail en Afrique au cours du XXIsiècle.

9Lire cet ouvrage dans le cadre de la préparation d’un dossier thématique qui porte spécifiquement sur les petit.e.s salarié.e.s en Afrique aujourd’hui permet de nourrir la réflexion sur la manière dont on peut reconstruire un tel objet de recherche tout en s’appuyant sur les acquis condensés dans la General Labour History of Africa. Conjointement, il nous semble important de se garder des angles morts que le courant critique porté par l’histoire globale, et plus généralement par toute une série de travaux parus dans les années 2000, a pu indirectement générer. Les chiffres donnés par Andreas Eckert à travers d’imposants tableaux dans son chapitre sur les salarié.e.s (notamment pp. 42-43, données disponibles sur le site de la Banque mondiale), soulignent par exemple un accroissement de la proportion des salarié.e.s dans une majorité de pays africains dans la dernière période, tendance qu’il ne discute pas et qui peut surprendre à la lecture de nombreux essais qui associent le salariat au siècle passé et insistent sur le fait que la croissance récente aurait été avant tout « jobless », comme l’écrit également Cynthia Samuel-Olonjuwon dans l’avant-propos de l’ouvrage (p. XV). Il y a là au moins de quoi piquer la curiosité scientifique et inciter à observer à nouveaux frais les lieux de travail qui se constituent, les trajectoires biographiques qui se composent à travers ces opportunités et ces contraintes, les imaginaires qui appréhendent ces petits emplois salariés, pour ne pas faire de celles et ceux que l’on a appelé.e.s ici les « salarié.e.s d’en bas » une affaire classée.

Haut de page

Notes

1 R. Bertrand, « Histoire globale, histoire connectée », in C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia & N. Offenstadt ( dir.), Historiographies, I. Concepts et débats, Paris, Gallimard, pp. 366-377.

2 M. van der Linden (ed.), The Global History of Work :Critical Readings, Londres, Bloomsbury, 2019.

3 M. van der Linden, Workers of the World : Essays Toward a Global Labor History, Boston, Brill, 2008.

4 R. Cohen, « The “New” International Labour Studies : A Definition », Working Paper Series, 27, Center for Developing-Areas Studies, McGill University, 1980, pp. 1-26.

5 D. Chakrabarty, Provincialiser l’Europe : la pensée postcoloniale et la différence historique, Paris, Éditions Amsterdam-Multitudes, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Bourel et Guillaume Vadot, « Bellucci Stefano & Eckert Andreas (eds.). — General Labour History of Africa. Workers, Employers and Governments, 20th-21st Centuries »,  Cahiers d’études africaines, 245-246 | 2022, 365-369.

Référence électronique

Étienne Bourel et Guillaume Vadot, « Bellucci Stefano & Eckert Andreas (eds.). — General Labour History of Africa. Workers, Employers and Governments, 20th-21st Centuries »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 245-246 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/36669  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.36669

Haut de page

Auteurs

Étienne Bourel

Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains (LADEC), Université Lyon 2, France

Du même auteur

Guillaume Vadot

Institut des mondes africains (IMAF), CNRS, Paris, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search