Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245-246Analyses et comptes rendusBernault Florence. — Colonial Tra...

Analyses et comptes rendus

Bernault Florence. — Colonial Transactions. Imaginaries, Bodies, and Histories in Gabon

Étienne Bourel
p. 373-376
Référence(s) :

Bernault Florence. — Colonial Transactions. Imaginaries, Bodies, and Histories in Gabon. Durham-Londres, Duke University Press, 2019, 332 p., bibl., ill., index.

Texte intégral

  • 1 D. Liberski-Bagnoud, Les dieux du territoire. Penser autrement la généalogie, Paris, CNRS Éditions (...)

1Plus de vingt après Démocraties ambiguës en Afrique centrale, Florence Bernault publie en 2019 ce second ouvrage personnel, donnant suite à une série dense d’articles et d’essais parus entretemps. Ce livre, fruit d’enquêtes et d’analyses pluridécennales au Gabon et en République du Congo devrait donc trouver sans difficulté sa place dans le rayonnage des ouvrages relatifs à l’Afrique centrale de première importance. Au croisement de l’histoire et de l’anthropologie, la profondeur de cette recherche de long cours n’est pas sans évoquer la saveur des pages et la perspicacité des réflexions que l’on trouve, par exemple, chez Danouta Liberski-Bagnoud dans Les dieux du territoire1.

  • 2 J. Bonhomme, M. de Ruyter & G.-M. Moussavou, « Blurring the Lines. Ritual and Relationships betwee (...)
  • 3 Formellement, l’étude porte sur la période allant des années 1860 aux années 2010.
  • 4 J.-F. Bayart, « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », Critique internationale, (...)
  • 5 C. Gray, « Who Does Historical Research in Gabon ? Obstacles to the Development of a Scholarly Tra (...)

2Dans ses développements majeurs, l’étude de Florence Bernault vise à réenvisager les modalités de la domination coloniale en analysant finement comment les différents agents impliqués dans cette période ont négocié la question du pouvoir, en premier lieu dans le cadre de « processus hégémoniques transgressifs » (« transgressive hegemonic processes ») opérant, par-delà les différences raciales, via des imaginaires partagés (pp. IX-X). Il s’agit ainsi de contribuer à une entreprise de brouillage des frontières, ici entre Africain.e.s et Européen.ne.s, nourrie également par d’autres chercheurs à propos de la distinction entre populations bantoues et pygmées2. Exprimant largement sa dette scientifique à l’égard de Jan Vansina, Florence Bernault place au cœur de son livre la question du temps long3 et des relations entre les périodes historiques en Afrique centrale4. Ceci se reflète dans la méthodologie même de l’auteure qui entremêle travail sur archives et enquêtes de terrain menées en compagnie de Joseph Tonda, lui permettant de jeter des ponts entre les époques, d’établir les conséquences d’actions et de configurations anciennes dont elle tire une réflexivité rigoureuse. L’écriture n’en est que plus dynamique puisque le déroulé de l’argumentation oscille entre le présent et différentes époques passées de façon logique mais non linéaire, entre analyses de documents, descriptions et affirmations théoriques. Notons enfin qu’une partie de la bibliographie est constituée de mémoires d’étudiant.e.s gabonais.es en histoire (ou en sciences sociales plus largement), valorisant ainsi des documents potentiellement difficiles d’accès et pourtant souvent très riches du fait de la forte connaissance du terrain des auteur.e.s5.

  • 6 Sur cette question, et à propos du concept de « religion » dans son ensemble, voir B. Meyer, « Wha (...)

3Deux enjeux cardinaux sont précisés en introduction : enrichir le savoir sur les aspects mystiques de l’agentivité et des formes pratiques du pouvoir en Afrique centrale (afin de mieux comprendre la prégnance actuelle des attaques sorcellaires et des trafics d’organes dans les registres moraux et politiques) et remettre en cause les régimes d’historicité différenciés entre Africains et Européens à la veille de la conquête coloniale (et donc l’idée que les Européens n’avaient rien à voir avec les domaines du magique et du sorcellaire)6. L’auteure postule que la question de l’agentivité et de sa compréhension a été au centre de la rencontre coloniale. Elle se focalise notamment ici sur l’« extraordinary agency », envisagée comme « the ability to make extraodinary things (if repetitive and predictable) happen, and the causes that people imagine behind unusual action and change » (p. 3). Sans s’arrêter sur la distinction entre le matériel et l’immatériel, il s’agit dès lors de réfléchir à une histoire des agencements, des capacités, ainsi que des formes de valeur (attribuées tant aux objets magiques, aux monnaies qu’aux substances humaines). La mobilisation de la notion d’imaginaire (en premier lieu dans la lignée de Cornelius Castoriadis) permet alors à F. Bernault d’affirmer que des correspondances subtiles et profondes se sont jouées et ont opéré entre Européen.ne.s et Africain.e.s en deçà de leurs positions fondamentalement asymétriques dans les relations de pouvoir. L’enquête met ainsi en valeur quatre formes majeures d’imaginaires concordants, à rebours des divisions raciales : celle opérant au cours de transactions et d’échanges, que ce soit entre des personnes ou entre des personnes et des entités spirituelles, celle liée à la parenté et aux formes d’affiliation, celle relative à la chair humaine (« carnal fetishism ») et celle liée au cannibalisme. Dans une perspective foucaldienne (plutôt discrète), le colonialisme apparaît donc comme « a regime of coercion, but also a regime of production of historical agents » (p. 18).

4Le premier chapitre nous emmène à Mouila (province de la Ngounié au Gabon) afin de retracer les modalités historiques et présentes d’existence d’une divinité locale, Murhumi, ainsi que les changements et reconfigurations du concept de puissance. Retraçant l’histoire de la région, l’influence de la traite coloniale, de l’implantation européenne et des formes d’extraversion qu’elle a provoquées, F. Bernault montre comment ce concept de puissance a progressivement gagné en importance et comment il a agrégé des formes anciennes et nouvelles de capacité mais aussi la déstabilisation de certaines modalités d’expertise spirituelle aboutissant à des crises d’incertitude symbolique. Celles-ci ont été nourries par les rôles attribués aux objets technologiques apportés par les Européens (comme l’appareil photo) qui les subjuguaient eux-mêmes et à leurs entités spirituelles (la Vierge Marie). Le deuxième chapitre reprend le débat sur le fétichisme et vise à remettre en question la conception occidentale selon laquelle seuls les objets sans valeur spirituelle peuvent faire l’objet de transactions économiques (par conséquent, les charmes ou les fétiches ne peuvent être mis en vente). L’auteure montre que ceci ne renvoie pas à la réalité, pas plus depuis que les Européen.ne.s parlent de fétiches qu’actuellement : en Afrique, les objets investis de puissance spirituelle et/ou curative circulent sur les marchés et conservent (à certaines conditions) leurs pouvoirs même après échanges. De longs développements portent sur les « objets d’art » et, une fois encore, sur les implications des transformations des exercices et des pouvoirs mystiques imposées par le colon.

  • 7 Voir J. Bonhomme, Les voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine, Paris, Éditions du Se (...)

5Le troisième chapitre aborde la question des « crimes rituels » et du réenchantement du corps dont ils procèdent, processus montré comme résultant d’une accrétion de considérations judiciaires, morales et spirituelles partagées entre Africain.e.s et Européen.ne.s. Ces pages contribuent aux analyses contemporaines sur les rumeurs, leurs circulations et leurs enjeux7. Il en ressort que si la production de reliquaires était basée sur la conservation de la puissance spirituelle d’un aïeul à travers sa symbolisation dans un artefact, le pouvoir colonial a procédé à l’anonymisation et à la biologisation des corps. La réification de la chair humaine n’en a pas moins été resymbolisée par les populations dominées, à la faveur d’un processus de résilience dont l’aboutissement paradoxal est donc qualifié de « fétichisme de la chair ». Intitulé « The Value of People », le quatrième chapitre propose de réfléchir à nouveaux frais aux productions d’équivalence entre monnaie, personne et substances humaines. Alors que les Européens ont caricaturé les Gabonais comme des personnes matérialistes, ils sont passés à côté des conceptions locales de la richesse, qui pouvaient porter sur les personnes et leurs potentiels. En parallèle, les procédures judiciaires coloniales n’ont eu de cesse de fixer des montants (amendes) pour les actes ayant fait couler le sang, établissant ainsi de nouvelles équivalences. De plus, parce qu’il est longtemps resté rare et difficilement accessible, l’argent (ici : la monnaie en francs) a été et demeure fétichisé.

  • 8 K. Mondher, Du goût de l’autre. Fragments d’un discours cannibale, Paris, Éditions du Seuil (« La (...)
  • 9 J.-M. Hombert & L. Perrois (dir.), Cœur d’Afrique. Gorilles, cannibales et Pygmées dans le Gabon d (...)

6Le cinquième chapitre se penche sur la question du cannibalisme et, plus particulièrement, sur les délires européens en la matière, relatés par la bibliothèque coloniale et les archives missionnaires, nourrissant de nouveau certains débats anthropologiques8 ainsi que les évaluations contemporaines de figures de l’exploration de cette partie du continent9. Alors que les Européens, spéculant sur leurs fantasmes, ont stigmatisé les Africains, ils ont été incapables de réfléchir aux conséquences de leurs pratiques régulières en termes de demandes et de vols de restes humains, de déterrements de crânes et d’os à des fins de connaissance anthropologique et de démembrements de grands singes pour la taxidermie. Les attributions de cannibalisme et de sorcellerie y ont largement gagné en réciprocité. Le dernier chapitre donne enfin l’occasion de rediscuter de la signification de l’action de « manger », de l’ambivalence de manger comme forme de pouvoir (« eating-as-power ») et des implications sur les conceptions du corps (« belly-womb »). Il apparaît que les vocabulaires actuels mobilisant les marmites ou encore les vampires sont des importations directes des imaginaires européens et que les incompréhensions, les malentendus et les erreurs de traduction ont ensuite fini de convaincre les colons et leurs juridictions de la prégnance du cannibalisme parmi les populations dominées. Une fois encore, alors que les médecins s’essayaient aux pratiques de transfusion sanguine, la mise en circulation du registre vampirique — versant négatif d’une imagerie catholique accordant une place importante au sang christique —, mena à des projections réciproques et à la valorisation de la place du fluide sanguin dans les considérations mystiques et ce jusqu’à aujourd’hui.

7En cherchant à expliciter les transformations des sociétés gabonaises pendant la colonisation, Florence Bernault s’efforce donc, dans un même mouvement, d’en comprendre les formes présentes de la puissance et du pouvoir. Cet engagement intellectuel saisissant donne à son ouvrage une ampleur singulière tant sont denses, complexes et dramatiques les formes contemporaines du politique en Afrique centrale. Certains des concepts qu’elle a élaborés ont été mentionnés ci-dessus, mais la liste des outils qu’elle propose ou renouvelle est longue et sa réflexion est aussi critique que vibrante.

Haut de page

Notes

1 D. Liberski-Bagnoud, Les dieux du territoire. Penser autrement la généalogie, Paris, CNRS Éditions- Éditions de la Maison des sciences de l’homme (« Chemins de l’ethnologie »), 2002.

2 J. Bonhomme, M. de Ruyter & G.-M. Moussavou, « Blurring the Lines. Ritual and Relationships between Babongo Pygmies and Their Neighbours (Gabon) », Anthropos, 107, 2012, pp. 387-405. Voir également S. Bahuchet & M. Robillard, « Les Pygmées et les autres : terminologie, catégorisation et politique », Journal des africanistes, 82 (1-2), 2012, pp. 15-51.

3 Formellement, l’étude porte sur la période allant des années 1860 aux années 2010.

4 J.-F. Bayart, « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », Critique internationale, 5, 1999, pp. 97-120.

5 C. Gray, « Who Does Historical Research in Gabon ? Obstacles to the Development of a Scholarly Tradition », History in Africa, 21, 1994, pp. 413-433.

6 Sur cette question, et à propos du concept de « religion » dans son ensemble, voir B. Meyer, « What is Religion in Africa ? Relational Dynamics in an Entangled World », Journal of Religion in Africa, 50, 2020, pp. 156-181.

7 Voir J. Bonhomme, Les voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine, Paris, Éditions du Seuil, 2009.

8 K. Mondher, Du goût de l’autre. Fragments d’un discours cannibale, Paris, Éditions du Seuil (« La couleur des idées »), 2018.

9 J.-M. Hombert & L. Perrois (dir.), Cœur d’Afrique. Gorilles, cannibales et Pygmées dans le Gabon de Paul Du Chaillu, Paris, CNRS Éditions, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Bourel, « Bernault Florence. — Colonial Transactions. Imaginaries, Bodies, and Histories in Gabon »,  Cahiers d’études africaines, 245-246 | 2022, 373-376.

Référence électronique

Étienne Bourel, « Bernault Florence. — Colonial Transactions. Imaginaries, Bodies, and Histories in Gabon »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 245-246 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/36699  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.36699

Haut de page

Auteur

Étienne Bourel

Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains (LADEC), Université Lyon 2, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search