Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245-246Analyses et comptes rendusBouvier Pierre. — La longue march...

Analyses et comptes rendus

Bouvier Pierre. — La longue marche des tirailleurs sénégalais. De la grande guerre aux indépendances

Jean Copans
p. 377-379
Référence(s) :

Bouvier Pierre. — La longue marche des tirailleurs sénégalais. De la grande guerre aux indépendances. Paris, Belin, 2018, 363 p., biblio.

Texte intégral

  • 1 Il a fondé la revue Socio-anthropologie (voir aussi son ouvrage, La socio-anthropologie, Paris, Ar (...)

1P. Bouvier (1938-2021), qui vient de nous quitter, était un socio-anthropologue du travail ainsi qu’un analyste des penseurs de la décolonisation1. Cet ouvrage-ci rentre dans la catégorie des livres de vulgarisation et sa copieuse bibliographie de 200 titres, qui récapitule les travaux des spécialistes du sujet comme M. Echenberg, M. Michel et d’autres, assoit le sérieux de sa démarche. L’objectif de Bouvier est global puisqu’il se penche largement sur le devenir de ces tirailleurs au cours de leur démobilisation après la Première Guerre mondiale, leurs tentatives d’assimilation aussi bien en France que dans leurs colonies d’origine, leur contribution à la naissance du mouvement de contestation coloniale et enfin leur devenir après la Seconde Guerre mondiale, comme l’illustre leur difficile intégration dans l’armée française mobilisée pendant les années 1946-1962 dans les conflits d’Indochine et d’Algérie. L’étude de la mobilisation militaire africaine à l’époque coloniale, quelle que soit la métropole prise en considération (France, Grande-Bretagne, Portugal, Belgique), a toujours été comprise comme relevant à la fois d’une histoire administrative et militaire mais aussi d’une histoire du travail. En effet, l’esprit de la pratique « pacificatrice » renvoie à des mobilisations territoriales « ethniques » et économiques différentielles (populations agricultrices dynamiques, populations considérées comme guerrières, etc.) ainsi qu’à la mise en route des dynamiques élémentaires de la mobilité sociale et de l’apprentissage de la « modernité » occidentale (formes de distraction, habillement, alimentation). Plus fondamentalement, elle se confond avec la mise en place de processus de travail forcé pour la construction des infrastructures élémentaires de transport et de circulation (routes, chemins de fer et ports) et, de manière plus générale, elle concourt à la réussite des projets de production agricole des plantations privées ou publiques, comme le célèbre projet agro-industriel de l’Office du Niger au Soudan (Mali actuel) dans l’Entre-deux guerres.

2P. Bouvier ne fait qu’effleurer toutes ces réalités et ne discute pas des interprétations historiques et théoriques du mécanisme de la colonisation et de ses transformations des modes quotidiens de production, de socialisation et d’acculturation. Son approche est très vivante, puisant dans de nombreux témoignages personnels et d’observateurs cités dans la bibliographie. Il rappelle que la mobilisation de la « force noire » (l’expression est du général Mangin qui prône dès 1910 la mobilisation de volontaires africains dans l’armée française) s’intègre à une dynamique d’abord locale mais qui devient problématique lorsqu’on passe à l’intégration de ces forces coloniales de couleur dans le corps métropolitain de l’armée. L’engagement volontaire ne suffit pas et les mobilisations contraintes ou forcées suscitent souvent des résistances, voire des révoltes, des insoumissions ou des fuites. Cette politique de recrutement entre en contradiction avec les formes plus pacifiques, déjà difficiles à appliquer, en matière de collecte des impôts, de réorganisation administrative territoriale et évidemment de travail forcé, surtout après la fin de la Grande Guerre. Notons que toute une série de mesures permet d’imposer sous une forme ou une autre le travail forcé, y compris ce qu’on appelle « la deuxième partie du contingent militaire » qui, sous prétexte de « dé-militariser » une partie des conscrits, les charge de travaux civils d’aménagement et de terrassement. On les affuble d’ailleurs du surnom imagé de « travailleurs-la-pelle ».

  • 2 Signalons cette contribution qui offre une présentation plus anthropologique de la question : P. B(...)

3P. Bouvier se concentre sur les conditions de recrutement et d’engagement des tirailleurs, sur leur vie civile après leur démobilisation et sur la volonté, pour un grand nombre d’entre eux, de rester en France après la guerre. Deux chapitres (IV. « Sortir de la Grande Guerre » et V. « Les perspectives de l’assimilation »), soit un tiers de l’ouvrage, sont consacrés à ces expériences et signalent que d’anciens soldats sont par exemple devenus interprètes par leur maîtrise même sommaire du français. La recherche ethnologique elle-même aurait profité de ce genre de compétences, comme le montre le cas du lieutenant à titre indigène, Dousso Wologuem, qui contribue aux travaux de M. Leiris dans le cadre de l’expédition Dakar-Djibouti dirigée par M. Griaule au début des années 1930. Mais ces réussites individuelles ne sont pas du tout représentatives. La démobilisation qui suit la Seconde Guerre mondiale, couplée au retour des soldats faits prisonniers en Allemagne, est un véritable désastre humain et politique : l’esprit colonialiste et raciste reprend le dessus, des révoltes réprimées très violemment éclatent comme celle du camp de Thiaroye au Sénégal en 1944. C’est le début de la mobilisation anticoloniale qu’incarnera L. S. Senghor, qui quitte l’enseignement pour la politique, lui-même ancien soldat ayant été prisonnier en Allemagne. P. Bouvier termine son livre en passant en revue les différentes formes d’indépendance qui vont s’imposer après 19602.

  • 3 Ce passage se trouve dans le poème « Prière de paix » de 1945 repris dans le recueil Hosties noire (...)

4L’auteur rappelle l’ambivalence des tirailleurs qui ont servi le colonisateur avec peu de contreparties, y compris symboliques, et qui ont tout naturellement occupé à leur retour définitif chez eux des fonctions très subalternes de contrôle et de médiation administrative. Senghor lui-même se laisse d’ailleurs aller à dire dans son recueil de poèmes Hosties noires : « Oui Seigneur pardonne à la France… Qui ouvre des voies triomphales aux héros et traite ces Sénégalais en mercenaires, faisant d’eux les dogues noirs de l’Empire »3.

  • 4 S. Bellucci & A. Eckert (eds.), General Labour History of Africa. Workers, Employers and Governmen (...)
  • 5 Ce chapitre 11 est rédigé par J. Glasman et M. R. Moyd (pp. 333-360) qui sont des spécialistes du (...)

5Il nous semble ici utile d’évoquer le très récent ouvrage, malheureusement seulement publié en anglais, édité par le Bureau international du travail pour le centenaire de sa fondation, General Labour History of Africa4. Sa première partie s’intitule « Travail libre et contraint ». Le chapitre sur le travail forcé est l’œuvre de l’historien sénégalais B. Fall et de l’historien américain R. L. Roberts. La section qui décrit les diverses formes de travail forcé en énumère une demi-douzaine dont la conscription militaire (pp. 96-98). Cette approche se retrouve également développée pour la période contemporaine puisque tout un chapitre de la partie consacrée aux diverses formes de travail présente le « travail » de l’armée et de la police en tant que corps de métier depuis l’époque coloniale. Une page et demie examine même « La sociologie du travail militaire colonial », ce qui conforte l’approche globalisante du travail dans l’historiographie actuelle5. Sans rentrer plus avant dans l’analyse des fonctions « laborieuses » des tirailleurs sénégalais, il est évident que les enfermer dans un cadre purement militaire n’a plus du tout de raison d’être, surtout si on les compare aux autres mobilisations humaines de par le continent africain à l’époque coloniale.

Haut de page

Notes

1 Il a fondé la revue Socio-anthropologie (voir aussi son ouvrage, La socio-anthropologie, Paris, Armand Colin, 2000) et il a notamment publié Aimé Césaire et Frantz Fanon. Portraits de (dé)colonisés, Paris, Les Belles Lettres, 2005.

2 Signalons cette contribution qui offre une présentation plus anthropologique de la question : P. Bouvier, « La mobilité des tirailleurs sénégalais : de l’inclusion domestique à l’acclusion et l’inclusion étatique, une socio-anthropologie », in J.-B. Ouédraogo et al., Les zones critiques d’une anthropologie du contemporain. Hommage à Jean Copans, Stuttgart, Ibidem Verlag, pp. 433-451.

3 Ce passage se trouve dans le poème « Prière de paix » de 1945 repris dans le recueil Hosties noires de 1948 : L. S. Senghor, Œuvre poétique, Paris, Éditions du Seuil, 1990, pp. 98-99. Ce poème est dédié à Georges et Claude Pompidou car L. S. Senghor fut en effet le condisciple de G. Pompidou dans la classe de khâgne du Lycée Louis-le-Grand à Paris en 1929-1930.

4 S. Bellucci & A. Eckert (eds.), General Labour History of Africa. Workers, Employers and Governments, 20th

-21st centuries, Woodbridge, James Currey ; Genève, ILO, 2019. Voir également le compte rendu d’É. Bourel et G. Vadot dans ce volume ainsi que notre compte rendu dans Africa. Rivista semestrale di studi e ricerche, 3 (2), 2021.

5 Ce chapitre 11 est rédigé par J. Glasman et M. R. Moyd (pp. 333-360) qui sont des spécialistes du Togo et de l’Afrique orientale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Copans, « Bouvier Pierre. — La longue marche des tirailleurs sénégalais. De la grande guerre aux indépendances »,  Cahiers d’études africaines, 245-246 | 2022, 377-379.

Référence électronique

Jean Copans, « Bouvier Pierre. — La longue marche des tirailleurs sénégalais. De la grande guerre aux indépendances »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 245-246 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/36709  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.36709

Haut de page

Auteur

Jean Copans

Université Paris-Descartes, Paris, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search