Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245-246Analyses et comptes rendusBreman Jan, Harris Kevan, Kwan Le...

Analyses et comptes rendus

Breman Jan, Harris Kevan, Kwan Lee Ching & van der Linden Marcel (eds.). — The Social Question in the Twenty-First Century: A Global View

Émir Mahieddin
p. 380-384
Référence(s) :

Breman Jan, Harris Kevan, Kwan Lee Ching & van der Linden Marcel (eds.). — The Social Question in the Twenty-First Century: A Global View. Oakland, University of California Press, 2019, 266 p., bibl., ill., index.

Texte intégral

  • 1 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Gallimard, 1995, p. 39.

1La « question sociale » a été forgée en tant que telle à partir du XIXsiècle, exprimant l’interrogation des intellectuels et des politiques face aux transformations du travail induites par la révolution industrielle : l’émergence et la massification de la condition salariale et l’introduction de technologies nouvelles dans l’organisation de la production ont modifié en profondeur le rapport des humains au produit de leur travail, à leur propre corps, et à la matière, dans l’extension de l’empire de la marchandise et du processus de réification allant de pair avec l’accumulation capitaliste. La « question sociale » manifestait ainsi « une inquiétude sur la capacité de maintenir la cohésion de la société »1. L’émergence d’un nouveau domaine autonome en a résulté, le « social » — né dans le hiatus entre un domaine économique producteur de paupérisme et un domaine politique proclamant l’égalité —, sur lequel il convenait d’agir collectivement, par le biais d’organisations mutualistes, de syndicats, ou par la force publique, afin d’améliorer les conditions de vie des ouvriers, incluant les champs de la santé, de l’éducation, du logement, et plus généralement la question des inégalités.

2Ce sont les métamorphoses et la réémergence de la « question sociale » à l’ère de la globalisation néolibérale qui intéressent les auteurs de l’ouvrage. Ils entendent montrer le retour et le caractère intégré de la question sociale à l’échelle globale, les enjeux émergents en un point du globe ayant inévitablement des répercussions ou des réverbérations en un autre point. Suite à une préface engagée, signée par le célèbre sociologue suédois G. Therborn, et une introduction de cadrage des coordinateurs de l’ouvrage, douze chapitres se succèdent, abordant la question sociale, avant tout sous l’angle du rapport entre capital et travail, dans de grandes régions du monde (Europe occidentale et Europe de l’Est, Asie du Sud-Est, Amérique latine, Afrique et Moyen-Orient), certains textes offrant une analyse resserrée sur des pays importants (États-Unis, Chine, Inde, Brésil, Afrique du Sud et Russie), couvrant ainsi l’ensemble de la planète. L’ouvrage se clôt sur une postface des coordinateurs, renforçant ainsi la cohérence de l’ensemble autour de la thèse du retour de la question sociale. Une véritable réflexion commune, résolument marxiste, est livrée ici aux lecteurs. Dans le cadre limité de cette recension, il est malheureusement impossible de rendre justice à la richesse propre à chacune des contributions de grande qualité qui composent l’ouvrage. Il ne sera question que de ses principales lignes de force.

3Les auteurs notent une politique de l’effacement du « social » par les discours néolibéraux, au profit de problématisations plus individualisantes, telles que « l’auto-entrepreneuriat » et le récit fallacieux, notamment porté par la Banque mondiale, de l’endiguement de la pauvreté, pauvreté considérée à tort comme une caractéristique absolue — un niveau de revenu journalier — plutôt qu’un phénomène relationnel (p. 9). À ces fictions narratives, ils opposent une question sociale globalisée résultant d’une intensification des politiques de dépossession, de déplacement, d’endettement, et de privation de droits démocratiques qui détruisent le mythe développementaliste, déjà bien mis à mal par les fluctuations de l’économie qui caractérisent la période postcoloniale, depuis la disparition du bloc soviétique et, de manière plus forte encore, depuis la crise financière de 2008. Nul doute que ces logiques se sont encore accentuées depuis le début de la pandémie de Covid-19, débutée un an après la parution du livre. L’ouvrage montre ainsi au contraire l’accroissement des inégalités et des inquiétudes face à un avenir incertain partout sur la planète, qui résulte de la flexibilisation accrue des contrats de travail et de l’augmentation de la part d’informel qui régit les relations de production, engendrant une grande volatilité des revenus et un accroissement des inégalités de genre — les femmes étant partout plus touchées que les hommes par la précarisation.

  • 2 Ibid., p. 20.

4Comme le note très justement C. Kwan Lee, l’État, loin de reculer face au marché, joue au contraire un rôle central dans ces processus, régularisant la précarité par la production de normes juridiques de dérégulation (pp. 65-66). L’incertitude et les préoccupations qui en résultent chez les classes sociales les plus fragilisées s’articulent par ailleurs à une crise de la démocratie. Ainsi, la vulnérabilité économique encourage le vote pour les droites nationalistes en Europe ou en Amérique du Nord, par nostalgie d’une grandeur perdue. En outre, elle favorise, comme dans le monde dit arabe, l’accès au pouvoir de régimes militaires proposant de contenir les révoltes et l’instabilité qu’elle engendre. Enfin, elle écarte des individus ballotés sur le marché du travail, trop inquiets pour leur survie immédiate, des instances de protection ou de délibération collectives, notamment les syndicats, dont le déclin est partout notable — ils ne réunissent pas plus de 7 % des actifs à l’échelle mondiale (p. 17). Dans ce contexte, la mobilisation du capital social individuel devient une tactique plus commune que la stratégie de construction politique d’une solidarité collective de classe : le travail précaire est producteur de fragmentation, ou de « désaffiliation »2, pour reprendre un terme cher à R. Castel.

  • 3 K. Marx, Le Capital. Livre I – Sections V à VIII, trad. de l’allemand par J. Roy, Paris, Flammario (...)

5Par ailleurs, penser la question sociale à l’échelle globale amène à l’articuler parfois à la question coloniale. En dehors de quelques périodes d’accès accru aux biens de consommation, les travailleurs des pays anciennement colonisés n’ont en effet guère bénéficié des aménagements du capitalisme qu’ont connus leurs homologues dans les métropoles, si ce n’est par l’émigration, même si cette dernière — qu’il s’agisse de migrations internes (exode rural) ou internationales — sert bien souvent de socle à une hiérarchisation entre travailleurs protégés et stables et travailleurs précaires et mobiles, notamment au regard de leur accès aux ressources et aux protections de l’État social. À ce titre, le cas de l’Asie du Sud-Est, qui fait l’objet de la contribution de D. Arnold, est particulièrement frappant par le caractère systémique et brutal qu’y prend cette structuration du marché de l’emploi. Ce phénomène récurrent, quelle que soit la région du globe considérée, fait écho au thème marxiste de « l’armée de réserve » du capitalisme, dont l’existence assure un potentiel d’expansion au capital dans les phases de prospérité économique, de même qu’elle offre un domaine privilégié de réajustement dans les phases de rétraction de l’activité, tout en permettant plus généralement de contenir le prix du travail3. L’expression « d’armée de réserve » revient d’ailleurs comme une antienne tout au long de l’ouvrage.

  • 4 J. Breman & M. van der Linden, « Informalizing the Economy. The Return of the Social Question at a (...)

6Outre le caractère intégré et globalisé de la question sociale, les différentes contributions soulignent aussi son caractère polymorphe, la complexité propre à chaque configuration politique nationale et ou régionale, qui ont amené la question sociale à emprunter différentes trajectoires s’articulant à des singularités historiques : le système des castes et des appartenances religieuses en Inde, la place de la paysannerie et du communisme d’État en Chine, le socialisme arabe et le corporatisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ou encore la gestion policière et son intrication avec le « populisme » de régimes militaires en Amérique latine. Chacune de ces histoires a donné lieu à l’émergence de consensus et d’alliances différentes entre fractions des bourgeoisies capitalistes et fractions des « classes laborieuses » dans des projets d’hégémonie nationale visant à enrôler le plus grand nombre dans l’objectif d’accumulation du capital. De la même manière, la place relative de chaque région du globe dans la chaîne du capitalisme global confère un caractère largement inégal à la question sociale, certains pays étant engagés dans des productions à faible valeur ajoutée, laissant peu de place aux politiques de redistribution qu’ont connues les pays d’Europe de l’Ouest après la Seconde Guerre mondiale. La redéfinition de la question autour des catégories de « précarité » ou de « travail précaire » est par ailleurs marquée par un certain tropisme européen de la pensée économique et sociologique, puisque, ainsi que le note R. Munck dans son chapitre sur l’Amérique latine, cette pensée renvoie à la crise d’un modèle salarial caractérisé par un fort degré de protection sociale et à la stabilité relative de l’emploi que seules quelques générations dans une minorité de pays ont eu le privilège de connaître dans l’histoire du capitalisme. Cette stabilité constitue plus une exception conjoncturelle qu’un modèle que toutes les nations se verraient structurellement atteindre au terme d’un processus unilinéaire de développement économique et politique. Ce sont en effet l’instabilité de l’emploi et l’informalité des rapports de production qui ont prévalu dans l’histoire globale des rapports de production capitalistes — le salariat lui-même était considéré comme une dégradation au XIXe siècle. Comme le notaient J. Breman et M. van der Linden dans un texte publié en 2014, « la véritable norme […] dans le capitalisme est l’insécurité, l’informalité ou la précarité »4. À cet égard, A. Eckert souligne dans l’ouvrage que l’Afrique est un modèle paradigmatique pour l’histoire globale du capitalisme et de la question sociale (p. 152).

  • 5 J. Fabian, Le temps et les autres. Comment l’anthropologie construit son objet, Toulouse, Anachars (...)

7Considérant la focale africaine de la revue dans laquelle paraît ce compte rendu, il paraît juste de s’arrêter plus longuement sur la contribution qu’A. Eckert consacre au continent (pp. 152-169) : il affirme qu’il est largement ignoré par la littérature sur la question sociale ou l’État social, qui ne l’a longtemps mobilisé qu’incidemment comme figure de l’altérité, située de l’autre côté du spectre du « développement » et frappée par un déni de contemporanéité5. Son histoire éclaire pourtant la sociologie et l’histoire du travail capitaliste sous maints aspects. C’est en ce sens qu’Eckert propose une exploration historique de la question sociale en Afrique depuis la période coloniale, en mobilisant une littérature renvoyant à différents exemples situés, glanés à travers le continent. Pendant une majeure partie de la période coloniale, les activités relevant de la politique de protection sociale étaient largement externalisées par l’État, déléguées à l’initiative privée de ladite « solidarité traditionnelle africaine » (solidarité des réseaux de parenté notamment) et aux Églises, qui s’occupaient d’ailleurs bien plus souvent des populations de colons que des populations colonisées, et plus rarement à des segments minoritaires de « travailleurs indigènes », comme en Afrique orientale allemande au début du XXe siècle. L’émergence d’une politique sociale étatique en Afrique du Sud dans les années 1920-1930 suivait cette logique raciste et racialisante, profitant aux « blancs » et aux « colored » (le cas sud-africain est abordé en détail dans le chapitre signé par B. Scully, pp. 170-187). Le continent était par ailleurs communément considéré comme une zone d’extraction de main-d’œuvre pour les besoins des capitalismes européens, certains régimes coloniaux n’hésitant pas à avoir recours au travail forcé, notamment dans les possessions portugaises, entre autres nombreux exemples. Ce n’est qu’au crépuscule des Empires, dans les années 1950, à la faveur de la montée en puissance de l’idée de la nécessité d’une sécurité sociale et d’une régulation du travail en Europe et aux États-Unis, que des administrateurs coloniaux ont pensé la possibilité de sortir une portion des populations indigènes de « l’arriération africaine » pour former une classe ouvrière et salariée à part entière, avant tout masculine, à travers la mise en place de politiques idoines. Le biais de genre, faisant la part belle aux hommes africains, relevait notamment de la menace que constituaient aux yeux des colonisateurs les jeunes chômeurs de plus en plus nombreux qui commençaient à peupler ostensiblement l’espace urbain suite aux évolutions démographiques que connaissait le continent (pp. 158-159). Cependant, les Britanniques renvoyèrent la mise en place de mesures de sécurité sociale dans leurs territoires africains à un futur lointain, envisageant d’ailleurs l’autonomie financière des colonies en ce domaine (p. 157). Les Français, quant à eux, mirent en place un système d’allocations familiales (dites « allocation du foyer ») pour les ménages de travailleurs salariés en AOF et en AEF à partir de janvier 1956, sous la pression des syndicats africains (p. 159), non sans renvoyer aux motifs stéréotypés qui les avaient amenés à en rejeter l’idée auparavant : « la nature particulière de la famille africaine », allant de pair avec un ethnocentrisme quant à ce que signifie « faire famille » (unité structurée autour d’un homme, soutien d’une famille nucléaire et monogame) et des critères bureaucratiques qui rendaient difficile l’application de ces mesures. Les colonisateurs freinaient la mise en place de ces mesures parce qu’à leurs yeux, la généralisation d’une politique de protection sociale en Afrique, demandée par les syndicats locaux, aurait placé les indigènes sur un pied d’égalité avec les travailleurs de la métropole, faisant vaciller les fondements structurellement inégalitaires du système colonial. Après les Indépendances, les régimes postcoloniaux cooptèrent les syndicalistes et mirent souvent à mal l’existence des corps intermédiaires à travers la mise en place de relations de clientèles, dans leur propre pays et avec les anciennes métropoles, et de pratiques répressives portant atteinte à la dynamique des mouvements mêmes qui leur avaient souvent permis d’accéder au pouvoir (p. 160). Les espoirs suscités par les Indépendances de voir émerger des classes ouvrières, des industries et des États sociaux africains furent ainsi rapidement déçus, le marché se trouvant marqué par l’instabilité de l’emploi et la pérennisation d’un important secteur dit « informel » (concept critiquable et critiqué), notamment sous les coups de la fluctuation des prix des matières premières et de ce qui serait connu à partir de la fin des années 1970 comme les « programmes d’ajustement structurel », qui posent la réduction des coûts des systèmes publics de protection sociale comme une condition à l’« aide » apportée aux pays en crise. Précisons que cette analyse est en partie valable pour l’Afrique arabe et amazighe, abordée séparément dans l’ouvrage, par K. Harris (pp. 188-207), bien que l’intervention sociale des États y ait été plus vigoureuse et efficiente, notamment dans les espaces urbains (p. 195), des années 1950 jusqu’à la libéralisation partielle des économies dans les années 1980 (dite infitah, littéralement « ouverture »). Les États de la région ont en effet résisté plus efficacement au démantèlement du secteur public. Le secteur « informel », autrefois considéré comme une étape transitionnelle vers la formation d’une économie stable et prospère, s’est avéré, comme ailleurs, structurel, nécessaire, et pleinement intégré au jeu de l’accumulation du capital à l’échelle globale, complètement solidaire en cela du secteur « formel ». Le continent est par ailleurs gangréné par « l’esclavage moderne », touchant, selon un rapport du Bureau international du travail datant de 2016, près de 9 millions d’individus.

8Certaines des grandes fresques historiques proposées par quelques contributeurs laissent parfois songeur au regard des approximations — ou amnésies — que l’on peut y déceler. Pour ne citer qu’un exemple, on est surpris de lire, sous la plume de F. Block, dans un chapitre postulant « la fin de l’exceptionnalisme américain », que les États-Unis se seraient historiquement différenciés des autres puissances occidentales en ce qu’ils n’auraient pas eu besoin d’établir de colonies ultramarines pour prospérer, pouvant s’étendre à l’envi vers leur frontière ouest (p. 40). C’est passer sous silence le fait que le pays était lui-même une colonie ultramarine européenne fondée sur le massacre de populations amérindiennes, qui ne sont pas une seule fois mentionnées dans ce chapitre parsemé de poncifs sur le caractère « démocratique » et foncièrement « égalitaire » des États-Unis d’Amérique, secret de leur prospérité économique, modèle politique qui ne serait entré en « crise » qu’à partir des années 1980, avec la victoire des conservateurs néolibéraux. Il faut attendre le geste comparatif de K. Harris, qui met en parallèle le monde arabe et l’Amérique latine, pour voir évoquée la doctrine Monroe sur le pré carré latino-américain des États-Unis, qui, si elle n’est pas coloniale à proprement parler, constitue sans aucun doute une forme d’impérialisme en lien avec la prospérité nord-américaine.

  • 6 A. Césaire, Discours sur le colonialisme, Paris, Présence africaine, 2004 [1955], p. 13.

9Cela n’enlève rien à l’intérêt de l’ouvrage qui remet en perspective le caractère supposément nouveau de la « précarisation » qui accompagnerait le tournant néolibéral global depuis les années 1980, révélant ainsi qu’il ne s’agit là que de l’illusion du réductionnisme euro-américain prenant pour règle ce qui n’était rien d’autre que le « privilège » exceptionnel de quelques générations dans les pays dominants du système capitaliste. Bien que les écarts de revenus entre « Nord » et « Sud » soient encore démesurés, n’est-ce pas là l’effet, pour reprendre la formule controversée d’Aimé Césaire, d’un « choc en retour »6 : l’Europe et l’Amérique ne (re)découvrent-elles pas tout bonnement ce que les élites capitalistes, notamment les leurs, appliquaient déjà partout ailleurs, faisant finalement apparaître les classes de travailleurs comme plus « en danger » que « dangereuses » ?

Haut de page

Notes

1 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Gallimard, 1995, p. 39.

2 Ibid., p. 20.

3 K. Marx, Le Capital. Livre I – Sections V à VIII, trad. de l’allemand par J. Roy, Paris, Flammarion, 1985 [1867], pp. 101, 126.

4 J. Breman & M. van der Linden, « Informalizing the Economy. The Return of the Social Question at a Global Level », Development and Change, 45 (5), 2014, p. 920.

5 J. Fabian, Le temps et les autres. Comment l’anthropologie construit son objet, Toulouse, Anacharsis, 2006.

6 A. Césaire, Discours sur le colonialisme, Paris, Présence africaine, 2004 [1955], p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émir Mahieddin, « Breman Jan, Harris Kevan, Kwan Lee Ching & van der Linden Marcel (eds.). — The Social Question in the Twenty-First Century: A Global View »,  Cahiers d’études africaines, 245-246 | 2022, 380-384.

Référence électronique

Émir Mahieddin, « Breman Jan, Harris Kevan, Kwan Lee Ching & van der Linden Marcel (eds.). — The Social Question in the Twenty-First Century: A Global View »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 245-246 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/36719  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.36719

Haut de page

Auteur

Émir Mahieddin

Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), CNRS-EHESS, Aubervilliers, France

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search