Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245-246Analyses et comptes rendusFeldman Nehara. — Migrantes : du ...

Analyses et comptes rendus

Feldman Nehara. — Migrantes : du bassin du fleuve Sénégal aux rives de la Seine

Jean Copans
p. 397-403
Référence(s) :

Feldman Nehara. — Migrantes : du bassin du fleuve Sénégal aux rives de la Seine. Paris, La Dispute, 2018, 207 p., ill.

Texte intégral

1Un lecteur attentif de la littérature africaniste consacrée aux migrations extra-africaines, notamment d’origine malienne, parviendrait sans aucun doute à une conclusion paradoxale en choisissant comme entrée de sa recherche le nom de Kayes, une petite ville des bords maliens du Sénégal : en un demi-siècle, il y aurait suffisamment de noms pour constituer un important quartier uniquement peuplé de chercheuses et de chercheurs en sciences sociales ! Tous les chemins partent-ils donc de Kayes ?

2Nehara Feldman part de la France, de la banlieue parisienne en l’occurrence, et se rend dans un village du Mali, Galoba, de la région de Kayes pour comprendre les raisons qui conduisent des jeunes femmes d’un village de cette région à entreprendre une migration vers la France. Il s’agit surtout de saisir de près les situations familiales et sociales qui autorisent ou restreignent cette apparente prise d’autonomie. Ce regard anthroposociologique est initialement féministe : le retour de ces femmes mariées chez elles témoigne en effet d’un semblant de changement de condition, en fait illusoire et illusionniste, dont personne n’est dupe, même si ces femmes semblent occuper parfois à cette occasion la position d’un homme en se comportant très différemment de leurs habitudes courantes.

  • 1 Notons que l’auteure a publié dès 2011 un article récapitulant l’essentiel de ses résultats : N. F(...)
  • 2 Il s’agit d’un article de J. Bondaz (« Le thé des hommes. Sociabilités masculines et culture de la (...)

3L’ouvrage de N. Feldman est tiré d’une thèse de doctorat soutenue en 2009, fondée sur sept ans d’enquête et des séjours au Mali échelonnés entre 2005 et 20071. Malheureusement, les nouvelles références portant sur ce terrain, lors de la publication de sa thèse en 2018, se comptent sur les doigts d’une seule main et en fin de compte une seule d’entre elles concerne véritablement son objet de recherche2. L’anthropologue se place dans une position apparemment contradictoire : proposer, d’une part, un nouveau regard, véritablement féministe, bien marqué sur le genre et sur la situation à l’origine rurale des migrantes enquêtées, et procéder, d’autre part, à une démarche multisituée qui révèle en fait un certain maintien des formes traditionnelles de la domination des femmes par les aînés, hommes mais aussi femmes. N. Feldman débute sa démonstration par une interrogation préalable qui part des enquêtes menées en France : « Ce livre questionne l’impact des processus migratoires sur le genre : comment le départ de certaines personnes à l’étranger modifie-t-il les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes dans la société de départ ? » (p. 10). L’ouvrage part d’une question, certes anthropologique, mais en un sens également militante : l’émigration (dans ce cas-ci vers la région parisienne) contribue-t-elle à l’émancipation des femmes ou, pour citer son image d’incipit qui correspond selon elle à une image d’Épinal, « L’air de la France rend-il plus libre ? ».

  • 3 On peut regretter que, sur ce point, elle n’utilise pas plus les nombreux travaux conduits sur les (...)
  • 4 Signalons la demi-douzaine d’illustrations in-texte par Aline Planet qui sont des dessins très fin (...)

4Cette étude est organisée en trois parties. La première vise à « explorer le genre à travers l’observation de l’espace au village » auprès des membres d’un lignage « noble » sous l’intitulé d’une problématique qui relie le genre au territoire ou à l’espace. N. Feldman passe ainsi du village de Galoba à Kayes, puis à Bamako, et enfin à Paris et à sa banlieue, puis opère un retour sur ses pas en suivant ses enquêtées rentrées en vacances au pays. La deuxième partie nous décrit la vie au village et les conditions de la migration féminine, à l’intérieur du Mali d’abord, avec une étape ou une fin de course à Bamako3. La troisième partie aborde enfin la situation des migrantes en France. Cette démarche met d’emblée en lumière les différents statuts possibles de ces futures migrantes, depuis celui du confiage à des parents à celui de jeune fille « au pair » ou à celui de femme mariée ou en âge de se marier4.

5N. Feldman expose très clairement les conditions de son terrain et les problèmes soulevés par une enquête qui implique d’aborder des questions personnelles voire intimes auprès de ses informatrices et informateurs. Car il est bien connu que les émigré.e.s font toujours silence sur les véritables conditions de leur accueil, de leur séjour et de leur degré « d’intégration » réel en France ou en Europe. Notons que l’enquête de l’auteure porte sur les membres d’un lignage malien important qui ont essaimé non seulement dans d’autres pays africains (Sénégal, Côte d’Ivoire et Gabon) ou européens (France et Espagne).

6Au fil des chapitres, N. Feldman décrit la diversité des statuts et âges des migrantes (fillettes, femmes d’âge mûr, veuves, malades, handicapées, etc.) ainsi que les liens entre ces statuts et l’expérience migratoire vécue par ces femmes. Les migrantes rencontrées par la chercheuse en région parisienne deviennent soit salariées, soit productrices informelles de biens, ce qui permet de mettre en lumière l’importance de l’argent dans les relations avec le lignage d’origine. Le retour au pays, même temporaire, suscite une mise en scène de valorisation des femmes qui peuvent alors se comporter en esquivant les codes habituels de la soumission et de l’enfermement féminin initial. Toutefois, il est rare que les femmes rentrent en vacances en même temps que leur mari et cette « liberté provisoire » disparaît dès leur retour au foyer parisien.

7L’anthropologue française a pu ainsi repérer le jeu des contraintes et des statuts au regard des espaces collectifs, masculins ou genrés, ou au contraire plus restreints, où les femmes se retrouvent assez isolées. Pourtant, cette dialectique, qui est affaire de situations contradictoires, ne débouche malheureusement pas sur des activités plus collectives, voire des actions de rupture ou de critique de l’ordre établi. La soumission ou la domination, selon le point de vue adopté, peut varier voire s’inverser, mais c’est un phénomène temporaire sur lequel il est difficile de capitaliser sur le temps long. Si les femmes réussissent à créer un espace provisoirement plus autonome et libre, elles savent bien que, très souvent, du fait d’événements indépendants de leur volonté (maladie, décès ou, au contraire, grossesse, voire concurrence d’une nouvelle épouse), ce cheminement peut se terminer brutalement sans grand secours de leurs consœurs. L’anthropologie féminine contemporaine peut à l’évidence débusquer avec plus d’attention que l’anthropologie classique le fameux « poids des traditions patriarcales ». Peut-elle faire plus ? C’est une question à laquelle N. Feldman ne répond pas et nous n’aurons pas l’outrecuidance de lui reprocher ce silence. L’engagement féministe pour la défense des femmes immigrées en France impliquerait aussi, à l’évidence, comme véritable point de départ une défense des femmes non immigrées chez elles.

8Les deux premières parties explorent successivement les trois espaces villageois, urbain africain et enfin français, afin de présenter à la fois un tableau de toutes les conditions féminines possibles mais aussi des évolutions ou des mutations favorisées ou limitées par le passage d’un espace à l’autre. L’étude de ces différents espaces et mutations facilite la possibilité pour la chercheuse de s’installer à demeure (dans la concession domestique) ou, au contraire, de passer de temps à autre dans le petit logement de banlieue parisienne. La mobilité féminine est évidemment déterminée par la division sexuelle du travail et par les statuts assumés ou imposés. Mais elle renvoie également à la vie domestique, à la pratique du confiage ou à l’organisation d’un mariage avec un migrant. N. Feldman rend très bien compte de la concurrence qui s’installe entre les jeunes filles placées qui travaillent gratuitement à l’entretien de la famille d’accueil souvent sans liberté aucune (par exemple de poursuivre des études à Bamako) et les domestiques très exploitées mais qui reçoivent au moins formellement une espèce de salaire.

9La venue en France est, le plus souvent, une situation à double tranchant, car si ce sont des cadettes, elles se retrouvent sous l’autorité de leurs aînées ou des sœurs de leur mari. La migration ne libère donc pas les jeunes femmes qui ont toujours, par ailleurs, des obligations envers celles qui sont restées au pays. Certes, elles ont accès à des revenus ou à des emplois totalement inaccessibles dans leur lou-ow (l’unité domestique d’habitation ou, plus familièrement, la concession) d’origine et elles parviennent même à accumuler un petit pécule qui peut leur permettre d’ouvrir un commerce (de tissus mais aussi de plats cuisinés), voire de voyager hors de France pour « faire des affaires » et se procurer tissus ou matières premières. Les retours au pays auxquels assiste Feldman sont l’occasion de manifestations de dépenses ostentatoires mais aussi d’anticipations d’un retour en investissant par exemple dans le foncier. Bref, ces femmes sont loin d’être passives. Mais leur statut marital dessine malgré tout un espace assez restreint où se manifeste souvent la violence des maris.

10Pourtant, l’intimité obtenue par Feldman tant par des confidences que par le témoignage direct permet à l’anthropologue de décrire comment ces jeunes femmes réussissent parfois à contester vigoureusement les prérogatives « naturelles » des pères, des frères ou des maris et à se faire respecter. Il est vrai cependant que la menace, parfois mise à exécution, de l’arrivée d’une seconde épouse, facilite l’obéissance conjugale. N. Feldman va jusqu’à évoquer à ce propos l’existence de deux modèles, l’un authentique, voire traditionnel, et l’autre plutôt occidental, une distinction assumée par les jeunes femmes elles-mêmes notamment au niveau vestimentaire (boubous en tissus africains, d’une part, et tenues de confection européenne, d’autre part). Ces modèles relèvent davantage de modalités d’accommodation différentielle que de stratégies mobilisatrices contradictoires ou collectives. Les dix pages de conclusion sont excellentes mais le lecteur attentif peut regretter que les prémisses de certaines de ces remarques récapitulatives n’aient pas été suggérées dès le début. Ainsi, au fur et à mesure de l’avancement dans le texte, il est possible de repérer tous les petits cailloux blancs « genrés » que l’auteure avait déjà semés, l’air de rien. Son constat, quant au caractère finalement individuel mais toujours négocié des comportements de résistance dû au fractionnement du groupe des femmes, à sa solidarité quasi impossible, me paraît décisif.

11Pourtant, cet ouvrage nous a un peu déçu par certains de ses jugements à l’emporte-pièce mais surtout par une forme de méconnaissance de l’évolution internationale de l’anthropologie depuis un demi-siècle, qui se manifeste de manière d’autant plus inquiétante que N. Feldman ne semble accorder aucune importance à l’examen de cette dernière. C’est pourquoi un retour critique sur les contextualisations de la démonstration choisie me semble nécessaire au risque de donner l’impression de transformer mon opinion très favorable en son contraire. Gageons que ces lacunes sont d’abord de nature involontaire et qu’elles peuvent être facilement corrigées. N. Feldman est loin d’être seule sur son terrain et, même si elle dédie son texte à Michel Samuel, l’un des premiers à avoir abordé ce genre de terrain, toutefois masculin, dès le milieu des années 1970, elle réduit singulièrement son corpus référentiel.

  • 5 Je dispose dans ma bibliothèque depuis sa publication en 1975 de l’anthologie dirigée par Rayna Re (...)
  • 6 Seulement deux chapitres de l’anthologie de Reiter portent sur des cas africains. Très normalement (...)
  • 7 Voir A. Imam, A. Mama & F. Sow (dir.), Sexe, genre et société : engendrer les sciences sociales af (...)

12Dénoncer l’espèce de silence ou de mépris des anthropologues français masculins jusqu’à ces dernières années, quant à l’examen des effets du genre dans la configuration sociétale, est en effet tout à fait abusif. La chercheuse se contente, pour construire ses hypothèses de travail, des réflexions des féministes françaises des années 1970-1990. Ces dernières, à la fois philosophes, sociologues et accessoirement anthropologues, étaient fort peu au fait des situations africaines concrètes. Faut-il rappeler que l’anthropologie féminine et féministe est née aux États-Unis il y a presqu’un demi-siècle et qu’aujourd’hui les états des lieux, les mises au point et même les journaux spécialisés sur la question ne manquent pas5. Certes, il a fallu attendre un certain temps avant que ce domaine ne s’africanise6 mais les chercheuses africaines militantes se sont manifestées de manière très visible quasiment à la même époque et il existait même, dès les années 1980, une association réunissant ces dernières7.

  • 8 C. Meillassoux, Femmes, greniers et capitaux, Paris, François Maspero, 1975.
  • 9 Ibid., pp. 116-126.
  • 10 Sa défiance à l’égard du complexe migratoire global se devine à la lecture de la forme totalement (...)

13Cette double absence de curiosité pour les dynamiques de la construction historique et épistémologique de ses objets ainsi que pour les démarches en sciences sociales nécessaires à la compréhension de ces derniers, est assez contre-productive. Juxtaposer les descriptions du couple Pollet, datant de la fin des années 1960, avec celles de C. Quiminal, une vingtaine d’années plus tard, et enfin, avec les siennes propres des années 2000, sans discuter l’historicité des concepts utilisés à ces époques tout à fait différentes est un manque élémentaire de rigueur analytique. S’ajoute à cela une seconde défaillance. Certes, C. Meillassoux n’est pas féministe, et son marxisme n’est que l’une des versions élaborées au cours des années 1960-1970, mais le titre de son best-seller, Femmes, greniers et capitaux, est tout à fait explicite8. Il fallait probablement en passer par une telle problématique d’anthropologie économique, à une époque où, faut-il rappeler encore ce point d’histoire, le champ des seuls rapports de parenté définissait par son étrangeté et son exotisme « primitif » présumé le noyau dur, voire le fondement même, de la discipline ethnologique. Partir de la communauté domestique et de son exploitation impérialiste dessinait en filigrane le destin des femmes, selon Meillassoux. Il ne faut pas oublier que la cinquième section de cet ouvrage9 pose la question décisive : « Qui sont les exploités ? », et répond dans l’ordre, les femmes puis les cadets. L’anthropologue va même plus loin en expliquant, dans la seconde partie de son ouvrage, que la communauté domestique est exploitée à son tour par des migrations visant à l’obtention des biens de subsistance nécessaires. Il fallait donc bien tenir compte du fait, à la fois historique, analytique et disciplinaire, que pour construire l’objet « migrantes », il était au préalable nécessaire de construire les objets « communauté domestique », « migrants », puis « immigrés » au masculin avant de déboucher, peut-être avec un certain retard, comme dans toute exploration d’un nouveau champ empirique, sur les femmes et sur une conceptualisation genrée de ce phénomène à la domination plurielle. Ce patchwork référentiel (féministes franco-centrées/descriptions empiriques datées de plusieurs décennies distinctes/absence de comparatisme ethnologique régional) dévalorise involontairement l’extrême précision de son ethnographie, tout comme la portée de ses commentaires plus généralistes voire de sa problématique féministe10.

  • 11 M. Rodet, Les migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946), Paris, Karthala, 2009.

14Pour des raisons inexplicables, N. Feldman semble avoir aggravé son cas en négligeant, du moins dans l’ouvrage car cette absence est peut-être due à une suppression exigée par l’éditeur, un rappel historique des dynamiques migratoires, notamment féminines, déjà bien anciennes dans la région. Lacune d’autant plus surprenante que Marie Rodet a mené une remarquable recherche sur la première période, coloniale, de ce phénomène11. En effet, l’introduction à ce dernier ouvrage répond à la plupart des questions que nous avons soulevées quant à la nature incomplète des problématiques utilisées par N. Feldman. L’oubli des femmes « migrantes », le mauvais positionnement du genre dans l’approche globale du phénomène migratoire, les apports spécifiques de la conduite d’une enquête historique soucieuse tant des archives que des sources orales sont autant de domaines explorés par l’historienne.

  • 12 Voir J. Copans, « Pourquoi travail et travailleurs ne sont plus à la mode en 2014 dans les science (...)
  • 13 Voir notre préface à l’ouvrage d’H. Dia, Trajectoires et pratiques migratoires des Haalpulaaren du (...)

15Toutefois, une troisième dérive menace le processus de construction de l’objet, ce que N. Feldman a d’ailleurs senti intuitivement. À partir des années 1990, le thème des migrations a pris l’ascendant sur l’approche du champ domestique et des conditions de production et de reproduction, du moins dans la recherche africaniste française et francophone. Ce fut la fin de l’anthropologie économique et même de celle de l’étude du travail et des travailleurs12. L’examen du monde diasporique et en flux prit le dessus sur celui des producteurs et des productrices : cette « migration » des préoccupations scientifiques déboucha sur l’abandon de fait de l’examen des situations sociétales de départ. Les approches multisituées elles-mêmes apparaissaient ainsi comme dissymétriques par leur valorisation excessive du déplacement et des difficultés d’arrivée13.

  • 14 La première partie (p. 23) s’intitule « Le genre, une question de lieu ? ».
  • 15 Le lecteur de 2022 peut enrichir son point de vue en lisant les romans de la camerounaise Djaïli A (...)

16N. Feldman avait ouvert son ouvrage par une autre interrogation, celle de l’espace, puisque c’est par ce biais qu’elle regrette le silence des anthropologues sur ces migrantes. Pourtant, cette question du lieu14 s’avère un peu floue puisque d’autres termes lui font concurrence : territoires, espaces (qualifiés selon les cas d’ambigus, d’englobants, de légitimes), et qu’ils sont soumis à des aménagements, à une division sexuelle, etc. Fallait-il pour cela aller jusqu’à rechercher la caution de Michel Foucault ? Néanmoins, cette spatialisation s’efface assez rapidement derrière une anthropologie des relations sociales et domestiques de bon aloi observées dans les lou-ow de Galoba, dont l’observation et les fréquentations permettent de poser subtilement la question qui taraude, souterrainement d’abord puis de manière de plus en plus explicite ensuite, N. Feldman : celle de la domination permanente des femmes par les hommes et des jeunes femmes par le biais des femmes plus âgées, relais non seulement consentantes mais très actives dans ce processus. C’est pourtant sur ce dernier point que se révèlent les grandes qualités ethnographiques de la chercheuse malgré sa faible maîtrise du soninké. L’accumulation de détails apparemment anodins finit par dessiner le caractère rigide et indiscutable de rapports qui confortent cette domination. La fluidité apparente de la liberté féminine (l’espace des femmes, les rassemblements aux activités collaboratives, leurs initiatives agricoles ou commerciales) n’a aucune prise, en fin de compte, sur les hiérarchies domestiques invisibles qui leur dénient toute espèce d’autonomie individuelle comme sociétale15.

Haut de page

Notes

1 Notons que l’auteure a publié dès 2011 un article récapitulant l’essentiel de ses résultats : N. Feldman, « Relations familiales et rapports sociaux de sexe au Mali », Journal des anthropologues, 124-125, 2011, pp. 199-220.

2 Il s’agit d’un article de J. Bondaz (« Le thé des hommes. Sociabilités masculines et culture de la rue au Mali », Cahiers d’Études africaines, LIII (1-2), 209-210, 2013, pp. 61-85) sur le grin. La recherche menée par D. Mahut portant sur l’impossible mobilité sociale en France de la petite bourgeoisie bamakoise d’origine sociale pourtant bien plus élevée aurait ainsi permis à l’auteure de relativiser quelque peu la possible libération des migrantes. Voir D. Mahut, Le déclassement dans la migration. Ethnographie d’une petite bourgeoisie bamakoise installée à Paris, Paris, L’Harmattan, 2018.

3 On peut regretter que, sur ce point, elle n’utilise pas plus les nombreux travaux conduits sur les conditions d’insertion à Bamako au cours des années 1980-1990. Voir, par exemple, D. Ouédraogo & V. Piché (dir.), L’insertion urbaine à Bamako, Paris, Karthala, 1995.

4 Signalons la demi-douzaine d’illustrations in-texte par Aline Planet qui sont des dessins très fins inspirés de ses propres photos.

5 Je dispose dans ma bibliothèque depuis sa publication en 1975 de l’anthologie dirigée par Rayna Reiter qui comporte 17 contributions de 17 anthropologues femmes : R. Reiter (ed.), Toward an Anthropology of Women, New York, Monthly Review Press, 1975. Les Handbooks et autres Readings en anthropologie féminine ne manquent pas depuis cette date. La notice Wikipedia consacrée à cette spécialisation, en laquelle j’ai une confiance très mitigée, propose une bibliographie significative. Une Association for Feminist Anthropology a été fondée en 1988 et publie un annuel en ligne, Voices, depuis 1997. Enfin, une revue, Feminist Anthropology, a vu le jour en 2020 avec un comité éditorial pléthorique uniquement féminin. Je n’ouvrirai pas de débat ici quant aux problématiques se réclamant du sexe, du genre ou encore du féminisme en tant que tel.

6 Seulement deux chapitres de l’anthologie de Reiter portent sur des cas africains. Très normalement, l’anthropologie américaine de ces années-là favorisait encore les terrains au sud du Rio Grande.

7 Voir A. Imam, A. Mama & F. Sow (dir.), Sexe, genre et société : engendrer les sciences sociales africaines, Dakar, Codesria ; Paris, Karthala, 2002.

8 C. Meillassoux, Femmes, greniers et capitaux, Paris, François Maspero, 1975.

9 Ibid., pp. 116-126.

10 Sa défiance à l’égard du complexe migratoire global se devine à la lecture de la forme totalement juxtaposée de son article corédigé avec S. Roux, qui se contente de faire suivre chacune des parties des auteurs sans que chacun ne se frotte aux apports de l’autre : la réflexivité globalisante de Roux ne déteint nullement sur la micro-monographie des migrantes de Galoba et réciproquement. N. Feldman & S. Roux, « Des vies actuelles. Expériences contemporaines d’un monde globalisé », in J. Siméant (dir.), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, Paris, CNRS Éditions, 2015, pp. 153-171.

11 M. Rodet, Les migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946), Paris, Karthala, 2009.

12 Voir J. Copans, « Pourquoi travail et travailleurs ne sont plus à la mode en 2014 dans les sciences sociales. Retour sur l’actualité d’une problématique du XXsiècle », Politique africaine, 133, 2014, pp. 25-43, et A. Eckert, « Où sont les travailleurs ? », Politique africaine, 161-162, 2021, pp. 189-204.

13 Voir notre préface à l’ouvrage d’H. Dia, Trajectoires et pratiques migratoires des Haalpulaaren du Sénégal. Socio-anthropologie d’un « village multi-situé », Paris, L’Harmattan, 2015.

14 La première partie (p. 23) s’intitule « Le genre, une question de lieu ? ».

15 Le lecteur de 2022 peut enrichir son point de vue en lisant les romans de la camerounaise Djaïli Amadou Amal qui portent sur les pratiques polygamiques peules à Maroua, dans le nord de son pays. Voir Walaande, l’art de partager un mari (Yaoundé, Ifrikiya, 2010) et surtout Les impatientes (Paris, Emmanuelle Colas, 2020), qui a reçu le Prix Goncourt des lycéens en 2020. Bien que portant sur un tout autre contexte, le vécu prémarital de cette auteure éclaire tragiquement de l’intérieur les codes de la soumission absolue des jeunes filles et des jeunes femmes dans certaines sociétés africaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Copans, « Feldman Nehara. — Migrantes : du bassin du fleuve Sénégal aux rives de la Seine »,  Cahiers d’études africaines, 245-246 | 2022, 397-403.

Référence électronique

Jean Copans, « Feldman Nehara. — Migrantes : du bassin du fleuve Sénégal aux rives de la Seine »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 245-246 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/36784  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.36784

Haut de page

Auteur

Jean Copans

Université Paris-Descartes, Paris, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search