Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245-246Analyses et comptes rendusRubbers Benjamin (ed.). — Inside ...

Analyses et comptes rendus

Rubbers Benjamin (ed.). — Inside Mining Capitalism. The Micropolitics of Work on the Congolese and Zambian Copperbelts

Hélène Blaszkiewicz
p. 419-421
Référence(s) :

Rubbers Benjamin (ed.). — Inside Mining Capitalism. The Micropolitics of Work on the Congolese and Zambian Copperbelts. Londres, James Currey, 2021, 167 p., bibl., ill., index.

Texte intégral

1Depuis le milieu des années 2010, la popularité des véhicules électriques et autres appareils électroniques fonctionnant sur batterie a entraîné une importante spéculation sur les métaux stratégiques. Cuivre et cobalt, dont les plus importants gisements se trouvent dans les Copperbelts d’Afrique centrale (Zambie et République démocratique du Congo), en font partie. Le boom minier ayant accompagné cette spéculation a ravivé l’intérêt scientifique pour l’extraction en Afrique. Cependant, au contraire des mines artisanales, les mines légales et industrielles ont été relativement négligées par la recherche. Le livre édité par Benjamin Rubbers, professeur d’anthropologie à l’Université de Liège, vise à combler cette lacune. Il documente plusieurs aspects du travail minier salarié dans les Copperbelts, marqué par l’arrivée de nouveaux investisseurs au tournant des années 2000.

2L’ouvrage, issu du projet ERC WorkInMining, étudie l’évolution des conditions de travail et des techniques de gouvernement de la main-d’œuvre (les labour regimes) en Zambie et RDC. À travers l’analyse d’un nouveau labour regime, le livre se propose d’étudier avec minutie la micropolitique du travail minier, c’est-à-dire la façon dont sont gérées les relations entre investisseurs (multinationales occidentales ou chinoises, entreprises d’État chinoises, congolaise et/ou zambiennes), syndicats, travailleurs, et classes politiques locales. Les contributeurs et contributrices proposent une analyse fine et par le bas des transformations du travail minier en soulignant l’agency des différentes catégories d’acteurs.

3Le livre se compose de six chapitres écrits en binôme par les différents membres de l’équipe (doctorant.e.s et post-doctorant.e.s). Chacun.e des auteur·rice·s ayant travaillé d’un côté de la frontière, tous les chapitres proposent une analyse comparatiste soulignant les différences et les points communs entre Zambie et RDC. Chaque chapitre étudie un aspect du labour regime néolibéral mis en place à partir des années 2000, avec une attention portée sur le redéploiement des inégalités de classe, de race, de genre et de génération.

4Le premier chapitre, écrit par Benjamin Rubbers et Emma Lochery, propose une analyse historique et idéal-typique des labour regimes s’étant succédé dans le temps. Le premier est celui du paternalisme industriel (1925-1965). À travers des contrats longs et la mise en place d’infrastructures sociales (logement, santé, éducation), les entreprises minières coloniales ont tenté de stabiliser la main-d’œuvre africaine autour des centres urbains miniers en mettant en avant leur rôle « civilisateur ». Le second est le régime du paternalisme d’État (1965-2000), mis en place au moment des Indépendances. De grandes entreprises publiques prennent le relais de la production minière dans les deux pays, reprenant à leur compte les infrastructures et politiques coloniales tout en faisant évoluer leur sens. Les mineurs et leurs familles sont considérés comme l’avant-garde d’une société en pleine évolution, et le travail minier comme un service à la nation tout entière. La dissidence politique exercée par les mineurs est encadrée et étroitement contrôlée par les syndicats représentant le parti unique, bien que moins sévèrement en Zambie qu’en RDC. Le troisième labour regime est en place depuis les années 2000. Il s’agit d’un régime néolibéral, caractérisé par la diversification des investisseurs, la fragmentation des syndicats, la fin des avantages en nature, le recours important à la sous-traitance, de bas salaires et une précarité généralisée. C’est ce régime que les chapitres suivants cherchent à caractériser.

5Les chapitres 2 et 3, écrits par James Musonda et Francesca Pugliese, plongent dans le quotidien du travail dans les mines de part et d’autre de la frontière. Le chapitre 2 analyse les dispositifs de sécurité mis en place par les entreprises comme des techniques disciplinaires permettant de contrôler les travailleurs. Bien que tous n’y soient pas soumis de la même façon (les employés des entreprises sous-traitantes sont parfois encouragés à valoriser la productivité aux dépens de leur propre sécurité), ces techniques permettent d’individualiser le risque et de faire porter aux mineurs la responsabilité des éventuels accidents. Le chapitre 3 questionne quant à lui la marginale féminisation du travail minier : en général cantonnées à des rôles genrés dans les entreprises (elles sont plutôt infirmières et secrétaires), les femmes qui travaillent font néanmoins évoluer les normes de genre dans et en dehors des murs de l’entreprise.

6Les chapitres 4 et 5, écrits par Kristien Geenen et Thomas McNamara, s’intéressent aux évolutions du syndicalisme sous le labour regime néolibéral. Le chapitre 4 prend le prétexte d’élections syndicales pour analyser l’histoire, les discours et le positionnement des syndicats miniers vis-à-vis des employeurs. Bien que les deux systèmes nationaux soient très différents, les syndicats zambiens et congolais partagent une image de la modernité de leur rôle, qui passe désormais plus par la collaboration que par la confrontation avec le management. Le chapitre 5 prend, lui, l’occasion de deux grèves sauvages pour analyser en détail la reconfiguration des relations entre management, syndicats et travailleurs dans deux entreprises chinoises. Initialement dépassés par la mobilisation des travailleurs, les syndicats ressortent paradoxalement renforcés de ces grèves car réinstitués par la classe politique et le management comme représentants légitimes des intérêts des mineurs. Ce chapitre montre que le champ social de la mine n’est pas clos sur lui-même. Il est perméable aux influences du politique et aux représentations sociales plus générales répandues dans la société.

7Le chapitre 6, écrit par Emma Lochery et Benjamin Rubbers, se concentrent sur les directeurs et directrices des ressources humaines (DRH) comme points d’entrée pour analyser les relations entre capital et travail, entre nationaux et expatriés, et ce, dans un contexte social toujours plus restreint par la précarisation de l’emploi et les licenciements massifs. Retraçant leur parcours professionnel, Lochery et Rubbers montrent que les DRH sont considérés comme les « gatekeepers » de la mine, et subissent à ce titre d’importantes pressions à différentes échelles politiques : au niveau national, ils représentent le dernier bouclier pour protéger les droits de leurs compatriotes ; au niveau local, ils subissent des pressions pour embaucher certaines personnes en lien avec des patrons politiques puissants ou conformément à une certaine vision de l’autochtonie. Marginalisés à la fois par le management et par les travailleurs, les DRH portent souvent la responsabilité de politiques managériales sur lesquelles ils et elles n’ont pourtant aucun contrôle.

8Cet ouvrage, basé sur une ethnographie minutieuse et complète du salariat dans les mines africaines, entre dans l’intimité des grands ensembles d’acteurs, en général traités comme monolithiques (administrations, entreprises étrangères, syndicats). Il présente donc l’avantage de déconstruire ces grandes catégories pour les étudier de façon critique. Les différents chapitres proposent une analyse fine du régime néolibéral, en montrant bien que son application dépend de nombreux facteurs, tels le type d’investisseurs, le type de mine, sa localisation, son ancienneté, etc. L’analyse est nuancée et évite ainsi les stéréotypes souvent partagés sur les grands investissements miniers en Afrique, notamment chinois (chapitre 5). La méthode comparatiste, utilisée tant dans la mise en œuvre du projet de recherche que dans l’écriture des chapitres, met en valeur la pratique de l’ethnographie et offre de beaux cas d’étude sur les Copperbelts. Les limites que l’ouvrage présente (faible attention portée aux outils de contrôle du travail, peu de détails sur les entreprises sous-traitantes) tiennent certainement au fait que les auteurs et autrices ont publié indépendamment les résultats de leurs recherches dans des revues mais également à la force du secret des affaires dans le monde des grandes entreprises. Il s’agit néanmoins d’un ouvrage accessible, qui propose d’intéressantes pistes de réflexion pour comprendre l’évolution du salariat. On a tout lieu de penser que l’on gagnerait à généraliser ces questions d’évolution des conditions de travail à l’ensemble des activités qui viennent en soutien à la production minière (catering, logistique, dédouanement, transport).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Blaszkiewicz, « Rubbers Benjamin (ed.). — Inside Mining Capitalism. The Micropolitics of Work on the Congolese and Zambian Copperbelts »,  Cahiers d’études africaines, 245-246 | 2022, 419-421.

Référence électronique

Hélène Blaszkiewicz, « Rubbers Benjamin (ed.). — Inside Mining Capitalism. The Micropolitics of Work on the Congolese and Zambian Copperbelts »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 245-246 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/36824

Haut de page

Auteur

Hélène Blaszkiewicz

Institut de la Gouvernance de l’environnement et du développement territorial (GEDT), Université de Genève, Suisse

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search