Navigation – Plan du site

AccueilNuméros245-246Analyses et comptes rendusUngruhe Christian, Röschenthaler ...

Analyses et comptes rendus

Ungruhe Christian, Röschenthaler Ute & Diawara Mamadou (dir.).— Dossier « Working for Better Lives : Mobilities and Trajectories of Young People in West and Central Africa », Cadernos de Estudios Africanos

Alizèta Ouédraogo
p. 424-427
Référence(s) :

Ungruhe Christian, Röschenthaler Ute & Diawara Mamadou (dir.).— Dossier « Working for Better Lives : Mobilities and Trajectories of Young People in West and Central Africa », Cadernos de Estudios Africanos, 37, 2019, 244 p.

Texte intégral

1Dans l’introduction du dossier, « Young People Working for Better Lives in West and Central Africa », Christian Ungruhe, Ute Röschenthaler et Mamadou Diawara abordent la question de la participation des jeunes dans la vie économique, politique et sociale, sans pour autant donner une définition et l’intervalle d’âge du terme « jeune ». Ces auteurs font ressortir la mobilité et le travail des jeunes parfois dans la rue, en remettant en cause les représentations des jeunes de la rue comme des sans-avenirs dont le sort funeste est déjà connu. Les jeunes du nord du Cameroun ayant réussi à fuir les exactions de Boko Haram sont arrivés dans les capitales dans l’espoir de trouver une opportunité de s’en sortir et de servir de success-stories pour les autres. Pour mieux matérialiser leur facilité d’adaptation au contexte social, ces auteurs mettent l’accent sur les jeunes conducteurs de mototaxis dans les rues de Goma à l’est de la République démocratique du Congo ; montrent le lien entre la mobilité physique et sociale des jeunes et la « sagesse de la rue » dont ils font preuve. Par « sagesse de la rue », il est question de la facilité d’adaptation et des réussites d’auto-emploi de ces jeunes. Le fait d’être jeune dans la rue ne conduit ainsi pas nécessairement au grand banditisme ni à un échec cuisant. Cette mobilité et cette faculté d’adaptation des jeunes ne s’observent pas seulement sur le continent africain. Les auteurs évoquent le cas de boursiers que les États africains envoient en Europe qui s’adonnent également à des petits métiers pour s’en sortir. Certains d’entre eux y trouvent satisfaction et refusent par la suite de retourner dans leur pays d’origine. Les coordinateurs du dossier soulignent une corrélation entre les jeunes des rues des bidonvilles d’Afrique ayant quitté la campagne pour œuvrer dans les villes régionales et les boursiers africains dans les capitales européennes.

2Isaiah Kunock Afu, dans son article « Boko Haram Insurgency. Youth Mobility and Better Life in the Far North Region of Cameroon », aborde la mobilité des jeunes dans un contexte marqué par les attaques de Boko Haram au Cameroun. Il présente des jeunes en fuite se refusant le droit d’abdiquer face aux difficultés. Une fois arrivés en zone de paix, ceux-ci mettent tout en œuvre pour oublier le passé, se réaliser et travailler pour subvenir aux besoins de leur famille. Depuis 2012, les Groupes organisés armés (GOA) ont investi la bande sahélo-saharienne. De Boko Haram au Mouvement de libération de l’Azawad (MLA) en passant par le Jama’at Nusrat al-Islam wal-muslimin (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans), ces groupes exercent une terreur croissante. Entre 2009 et 2012, Boko Haram est à l’origine de pillages incessants au nord du Cameroun et a enlevé de nombreux jeunes. Cette situation a conduit plusieurs jeunes à fuir ces groupes armés pour se rendre dans les capitales régionales. À l’issue de l’enquête, plusieurs d’entre eux sont convaincus qu’une vie meilleure est possible à condition d’accepter de faire plus d’efforts que les autres et de ne pas s’ancrer définitivement dans des métiers particuliers. Les dix jeunes interrogés n’envisagent plus de retourner dans leur village et comptent se réaliser en ville afin d’apporter du soutien à leur famille.

3L’article de Christian Ungruhe « Beyond Agency’s Limits. “Street Children’s” Mobilities in Southern Ghana », aborde la question de la mobilité des « enfants des rues » dans le sud du Ghana. Cette étude est constituée essentiellement de récits de vie afin de comprendre les ressorts sous-jacents de la mobilité de ces jeunes et la manière dont ils réussissent à survivre dans la rue. D’emblée, Christian Ungruhe présente Tunjay, 15 ans, qui s’est retrouvée contrainte de vivre dans la rue suite au divorce de ses parents et à sa volonté d’aider sa mère abandonnée par son père avec ses trois frères. Dans la rue, les jeunes forment ce que l’auteur appelle la « famille aimante ». Ils se soutiennent entre eux, se partagent les informations, les endroits sécurisés pour dormir, et se procurent souvent de la nourriture auprès d’autres camarades.

4Silke Oldenburg met elle aussi l’accent sur la question de la mobilité physique des jeunes dans son article « Dead End ? Young Mototaxi Drivers Between Being Stuck, Bridging Potholes and Building a Future in Goma, Eastern Congo ». Elle axe sa recherche sur les jeunes qui conduisent des mototaxis en RDC en analysant leur trajectoire et leur façon de travailler en vue de s’assurer un avenir. Elle montre que ces jeunes conducteurs ne sont pas physiquement et socialement immobiles malgré le contexte et qu’ils réussissent à avoir une mobilité sociale. En effet, en dépit de leur accès limité au pouvoir, ces motards tentent de construire et d’améliorer leurs conditions sociales, économiques et existentielles. Il n’est pas question pour eux de ralentir ou de se laisser aller, parce qu’il leur faut saisir toutes les opportunités pour se réaliser. La plupart de ces jeunes cherchent du travail pour subvenir aux besoins de leur famille, mais les emplois sont de plus en plus difficiles à trouver. Ils doivent faire preuve d’inventivité pour réussir et, pour ce faire, ils affrontent les limites de leurs conditions économiques tout en évoluant dans des situations d’incertitude urbaine. Loin d’être des victimes passives, oisives et violentes comme ils sont souvent représentés, ils peuvent trouver des moyens de manipuler, de commenter et d’aborder les conditions sociales restrictives de l’environnement urbain. Ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes pour s’en sortir, ce que traduit le concept de « débrouillardise ». Il s’agit ici pour les motards d’avoir des objectifs, à court terme pour assurer leurs prochains repas ou à long terme pour assurer un gain économique, continuer à diversifier leurs sources de revenus et gérer les risques et les récompenses « dans un paysage local incertain ». Leur trajectoire s’apparente à un exercice d’équilibre entre la jeunesse et l’âge adulte avec toutes les difficultés liées à la carrière choisie, qui n’a pas une bonne réputation pour leur vie sociale et professionnelle.

5La question du chômage des jeunes est abordée ensuite par Youssouf Karambé dans son article « Le parcours professionnel des jeunes au Mali vers l’auto-entrepreneuriat ». Si l’État et les ONG étaient des secteurs attractifs, de nos jours ces secteurs se referment en raison de la forte demande. Ce faisant, le chômage des jeunes entraîne un certain nombre de difficultés dans la société malienne. L’auteur décrit la manière dont les jeunes, ayant de moins en moins accès aux emplois, notamment ceux proposés par l’État et les ONG, ont recours à l’auto-emploi. Les difficultés d’accès à l’emploi sont corrélées à la question de la formation, qui s’avère insuffisamment professionnalisante, un problème récurrent dans plusieurs pays d’Afrique. Ces déficiences entraînent également un phénomène de décrochage scolaire, de la part de jeunes, soit atteints par le découragement, soit poussés à abandonner par leur famille. L’auto-emploi, surtout dans les secteurs du tourisme, des transports, du commerce ambulant, représente alors pour eux le seul moyen de générer des revenus afin de soutenir leur famille. Certains parviennent à en vivre et à accroître leur activité afin d’engager d’autres jeunes.

6Fodié Tandjigora met en évidence, dans son article « Le non-retour des étudiants boursiers. Un cas inédit de l’immigration malienne en France », un biais concernant le profil du migrant malien construit par les observateurs, qui ont surtout centré leur attention sur les « ruraux analphabètes ». L’auteur décrit le « nouveau paradigme migratoire » de l’étudiant malien. L’article s’articule en huit points : (1) l’avènement du marché de l’emploi qualifié, (2) l’immigration choisie en France, (3) l’arrivée des étudiants étrangers maliens en France, (4) l’insertion des diplômés maliens en France, (5) le non-retour des diplômés maliens : fuite des cerveaux ou stratégie de promotion sociale ?, (6) la question du retour, (7) les facteurs de non-retour/fuite des cerveaux maliens et (8) les couples mixtes : un retour compliqué. Si les immigrés étaient dans la majorité des cas employés comme ouvriers, une révolution migratoire est en cours au XXIe siècle avec l’avènement des économies s’appuyant sur les technologies de connaissance et ayant besoin de personnels compétents. Confrontée au besoin d’attirer un personnel qualifié, la France met en place une nouvelle politique migratoire pour attirer le maximum de migrants qualifiés dans différents domaines. Les analyses révèlent des difficultés de mise en œuvre de la politique dite « d’immigration choisie ». Pourtant l’immigration des diplômés est d’abord un projet personnel et professionnel pour la « réalisation de soi ». Aussi, le retour est lié à la spécificité des formations, à la trajectoire et au projet migratoire. Quant aux couples mixtes, le problème du retour est lié à la difficile insertion et adaptation du/de la partenaire français.e dans la société malienne et africaine en général.

7L’article de Moris Samen intitulé « “Rester c’est vivre, partir c’est mourir”. Le regard des érudits bamiléké sur la migration des jeunes et ses causes aujourd’hui » traite des raisons pour lesquelles les jeunes Africains choisissent la migration en tenant compte des perceptions des « érudits africains ». Moris Samen explique pourquoi certains jeunes partis « à l’aventure » en Europe réussissent souvent davantage que ceux restés dans leur pays. La pauvreté, le chômage, le manque de perspectives, l’instabilité des régimes politiques, la quête d’une vie meilleure sont souvent les raisons évoquées par les jeunes pour justifier leur migration. Les six « érudits » enquêtés par Moris Samen s’accordent tous à dire que les raisons fondamentales des migrations résident aussi dans « l’acculturation » accentuée par un désordre croissant, tant sur les plans spirituel que social. Ces érudits sont pour la plupart âgés et attachés aux valeurs ancestrales et à la terre natale, et considèrent qu’il vaut mieux rester vivre sur sa terre d’origine que migrer.

8Susanne U. Schultz, dans son article « Unfulfilled Expectations for Making a Better Life : Young Malian Men Coping with their Post-Deportation Adventures », présente des jeunes Maliens ayant voyagé à un moment en Europe mais qui n’ont pas connu le succès et sont finalement retournés au Mali. Si les uns pensent toujours revenir en Europe, d’autres ont réussi à s’adapter au Mali et mènent une meilleure vie. Cependant, dans les villages, on fait la différence entre un rapatrié et une personne qui rentre volontairement. Ceux qui rentrent volontairement rapportent de nombreux cadeaux qu’ils distribuent au village, alors que les rapatriés rentrent les mains vides et sont souvent source de honte pour la famille. De ce fait, une fois rentrés, ils ne sortent quasiment plus de leur concession et fuient les espaces publics du village. Finalement, après avoir traversé cette période honteuse au retour, la plupart réussissent à s’intégrer pour finalement lancer leur activité sédentaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alizèta Ouédraogo, « Ungruhe Christian, Röschenthaler Ute & Diawara Mamadou (dir.).— Dossier « Working for Better Lives : Mobilities and Trajectories of Young People in West and Central Africa », Cadernos de Estudios Africanos »,  Cahiers d’études africaines, 245-246 | 2022, 424-427.

Référence électronique

Alizèta Ouédraogo, « Ungruhe Christian, Röschenthaler Ute & Diawara Mamadou (dir.).— Dossier « Working for Better Lives : Mobilities and Trajectories of Young People in West and Central Africa », Cadernos de Estudios Africanos »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 245-246 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 25 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/36864  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.36864

Haut de page

Auteur

Alizèta Ouédraogo

Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains (LADEC), Université Lyon 2, France

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search