Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247analyses et comptes rendusBlanc Guillaume. — L’in...

analyses et comptes rendus

Blanc Guillaume. — L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Éden africain

Alain Gascon
p. 631-635
Référence(s) :

Blanc Guillaume. — L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Éden africain. Préface de F.-X Fauvelle. Paris, Flammarion, 2020, 346 p., notes, index, ill.

Texte intégral

  • 1 G. Blanc, Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nati (...)

1Guillaume Blanc appelle à « en finir avec le mythe de l’Éden africain », « inventé [par les promoteurs du] colonialisme vert ». Il étend, à l’échelle de l’Afrique, sa réflexion sur l’« histoire environnementale de la nation », abordée, dans son précédent livre, par une comparaison des parcs nationaux en Éthiopie, en France et au Québec, et reprise dans Études rurales à propos de l’Éthiopie1. Les dirigeants des États africains, devenus indépendants, ont voulu effacer de leurs territoires toutes les traces de la sujétion coloniale dans l’intention de renouer avec l’âge d’or où s’ébattaient, dans les hautes herbes des savanes, les grands fauves que l’on voit dans les films (The Snows of Kilimanjaro, Out of Africa, The Lion King) et les romans (E. Hemingway, K. Blixen, J. Kessel, R. Gary). Dans son livre, G. Blanc assure qu’en fait, les actuels parcs nationaux (Albert/Virunga 1925, Krüger 1926) ne sont qu’un avatar de la sujétion coloniale, pourtant révolue, un « colonialisme vert », plus discret, mais tout autant pernicieux ! Les colonisateurs ont « africanisé » le modèle inventé au XIXe siècle aux États-Unis où dans les réserves, on a parqué les Indiens et, dans les parcs nationaux, les animaux « sauvages ».

2Il est dommage que cet ouvrage, pourvu d’un index, ne comprenne pas de cartes des parcs nationaux à l’échelle de l’Afrique, obligeant le lecteur à les rechercher dans un atlas. On trouve, cependant, deux cartes d’Éthiopie (pp. 18-19) : l’une des régions-États — sans le dessin des frontières du Tigré — et l’autre du parc du Simien. Pourquoi l’éditeur a-t-il reproduit, au début de chacun des huit chapitres et sur des doubles pages, des extraits de huit cartes en courbes de niveau d’Éthiopie, d’Érythrée, de Djibouti et de Somalie ? Tirées des fonds de la Bibliothèque du Congrès, elles nous ramènent, 80 ans en arrière, à l’Africa Orientale Italiana. En outre, elles ne recouvrent qu’une partie des territoires étudiés et ne portent ni légende ni échelle : une fois encore, l’édition — cette fois française — sacrifie la cartographie. Il est vrai que G. Blanc voit le continent africain du haut de son terrain de recherche, le belvédère des hautes terres éthiopiennes qui lui fournissent les seules cartes de son livre. Certes, il ne néglige pas les autres États africains, mais il donne parfois l’impression qu’ils ne viennent qu’en appui de ses démonstrations.

3Dans son premier chapitre : « Déconstruire nos croyances, (re)penser la nature », G. Blanc affaiblit son argumentation par quelques raccourcis à propos de l’Éthiopie (pp. 41-46) qui sont pourtant absents de ses précédents écrits. A-t-il cru « simplifier » pour le grand public une histoire trop « compliquée » ? On ne sait. Ainsi, le drapeau éthiopien date-t-il de Menilek ; ras Täfäri, couronné Haylä Sellasé en 1930, a évincé lejj Iyasu, petit-fils de Menilek, en 1916 ; la réforme agraire, décrétée par la junte en 1975, précéda, en 1977, la prise de pouvoir de Mängestu qui, à la suite de la famine de 1984-1985, accéléra la collectivisation, les déplacements de population et la villagisation. Ces mesures autoritaires précipitèrent sa chute en 1991. Il manque enfin une note rappelant que l’Église éthiopienne a rompu avec Constantinople (et avec Rome) au Concile de Chalcédoine en 451. L’auteur montre, en dépit de ces bévues, comment l’Éthiopie, le seul État africain qui a repoussé la colonisation, n’a pas échappé à l’emprise du colonialisme vert.

  • 2 A. Gascon, « La Grande Éthiopie, une reconquista revanche d’un jihad », Hérodo (...)
  • 3 D. N. Levine, Greater Ethiopia, the Evolution of a Multiethnic Society, Chicago, The Uni (...)
  • 4 M. Rodinson, « Le lion devenu vieux I-II », Le Monde, 13-14 septembre 1974.

4Dommage que dans le quatrième chapitre G. Blanc ajoute : « […] en Éthiopie, une puissance coloniale africaine depuis la fin du XIXe siècle » (p. 147). Une affirmation discutable, qui déroutera plus d’un lecteur, d’autant qu’elle contredit sa thèse. En effet, cette interprétation — dont il n’est pas l’inventeur — fait de la Révolution de 1974 l’un des derniers épisodes de la décolonisation du continent : les populations conquises sous Menilek se sont soulevées contre le joug colonial éthiopien. Or, à Adwa en 1896, les troupes, qui défirent les Italiens, étaient, en majorité, formées d’Oromo, tout juste subjugués par le negus. Ce dernier avait pris de vitesse les Européens en lançant la reconquista de régions arrachées au XVIe siècle, lors du jihad de Graññ [le Gaucher]2. En réalité, la Grande Éthiopie s’est étendue sur le territoire de peuples voisins qui, dans des temps lointains, avaient gravité autour du royaume chrétien. Ces conflits « mitoyens », jalonnés de pillages et de massacres, sont-ils des conquêtes coloniales de même nature que les expéditions lointaines des Européens3 ? De nos jours, le fait de coloniser est chargé d’une connotation péjorative, mais, en 1936, on jugeait les Éthiopiens indignes d’être des colonisateurs. En 1974, Haylä Sellasé — au pouvoir depuis 1916 — ne fut pas déposé par un soulèvement séparatiste mais à cause du scandale de la dissimulation de la famine4 alors que dans les régions conquises au XIXe siècle, la tenure paysanne demeurait précaire. N’aurait-il pas été plus intéressant de chercher à expliquer pourquoi le Därg, qui a détrôné le negus, a poursuivi sa politique de mise en parcs, à l’instar de Mälläs Zénawi, qui a chassé Mängestu ? Une fois cette rectification nécessaire faite, on peut poursuivre la lecture d’un livre d’un grand intérêt.

5G. Blanc conduit une étude contextualisée, convaincante, de morceaux choisis des déclarations émanant des « metteurs en parcs » de l’Afrique (chapitres 2 et 3). Le lecteur sera effaré par la suffisance, la morgue, l’obstination dans l’ignorance, en un mot par le racisme, dont ils ont accablé (et accablent toujours) les Africains. Longtemps après la décolonisation, ils demeurent coloniaux jusqu’à la moelle et attendent de leurs partenaires — qu’ils soient negus chapitre 4 : « L’expert et l’empereur » ou humbles agro-pasteurs — obéissance, servilité, déférence : ce qu’ils appellent, eux, le « respect ». Quand, à la génération des coloniaux « reconvertis », succèdent au sein d’organisations onusiennes, de centre de recherches ou d’ONG, des universitaires et/ou des humanitaires, les populations locales ne sont pas mieux considérées. G. Blanc a mené des enquêtes (en amharique) parmi les habitants autochtones du parc du Simien et leur donne la parole : ils y expriment leur résistance, passive puis violente, aux empiètements dans leurs terroirs ancestraux jusqu’à leurs expulsions (chapitre 5 « Derrière la nature, la violence »). Pour les zélateurs des parcs, ces actes désespérés confirment l’arriération de ces peuples irrécupérables face au progrès. En outre, les emplois promis, gardes du parc, guides des touristes, sont peu nombreux et irréguliers. À de rares exceptions près, les déguerpis n’ont pas compensé la perte du revenu régulier que leur assuraient l’agro-élevage, la cueillette et la chasse dans les forêts (chapitres 7 et 8 « La fiction communautaire » et « Les racines de l’injustice »).

  • 5 E. Boserup, Évolution agraire et pression démographique, Paris, Flammarion, 1970.
  • 6 G. Rossi, L’ingérence écologique. Environnement et développement rural du Nord (...)
  • 7 M. Douet, « Au Kenya, des espions contre le braconnage », Le Monde, 25-26 déce (...)
  • 8 J. Fairhead, M. Leach & D. Milloumo, Second Nature : Building Forests in West (...)
  • 9 A. Gascon, « Les Éthiopiens ont-ils mangé leurs forêts ? », Diplomatie, 46, 20 (...)
  • 10 F. Girault, S. Guyot & M. Houssay-Holzschuch, « La nature, les territoires et le politiq (...)

6Les trois derniers chapitres collectent un échantillon impressionnant de citations qui mettent à nu l’obsession des metteurs en parcs à stigmatiser les techniques agraires des Africains : « du passé, faisons table rase » est leur mot d’ordre ! Alors qu’Ester Boserup5 a réhabilité l’agriculture itinérante sur brûlis — l’écobuage toujours pratiqué en Europe — ils affirment : « L’expert se doit de sauver la nature que l’agro-pasteur africain détruit » (p. 156) et « L’Afrique est une terre naturelle que détruisent les Africains, prisonniers, malgré eux, de leur propre archaïsme » (p. 180). En 1975, J. Stephenson, conseiller de l’Éthiopie, proposait froidement : « Exclusion of human interference » (p. 178). Les Africains se rendent coupables de la disparition des animaux, encore sauvages, en les chassant ou en introduisant leurs troupeaux dans les parcs. Dans le Simien, les walia ibex — des chamois endémiques — bénéficient d’une protection dont rêvent les habitants qui déclarent au journaliste Michael Mok : « Le gouvernement est étrange, il se préoccupe plus des walia que de son peuple » (p. 165). À Madagascar, les paysans des hautes terres demandaient à être traités comme les lémuriens comme le rapporte G. Rossi6. Les autorités s’engagent à lutter contre le braconnage7 alors que souvent, c’est une réaction d’autodéfense des communautés : « Ils se disent [les habitants du Simien] que s’ils font disparaître les walia il n’y aura pas de parc, ils n’auront plus à partir » (p. 151). Enfin, les Africains commettent un crime impardonnable, ils détruisent les forêts. Dans leur film Second Nature : Building Forests in West Africas’s Savannahs, J. Fairhead et M. Leach8 ont montré, concernant l’Afrique de l’Ouest, que, loin de les détruire, les sociétés paysannes entourent de forêts leurs villages au fur et à mesure qu’ils les déplacent. En Éthiopie, rien ne prouve qu’à une date certaine 40 % du territoire était couvert de forêts9, même si Al Gore a repris cette évaluation dans son film Une vérité qui dérange (2006). Un dernier point, abordé par G. Blanc mais qui aurait nécessité un chapitre supplémentaire, concerne la dimension géopolitique de l’« emparquement » de l’Afrique. La protection de la nature permet de dissimuler des pratiques peu avouables : les parcs ont enjolivé l’apartheid10 en Afrique du Sud (25 % du territoire), ils ont soutenu l’Ujamaa, la collectivisation décrétée par Nyerere en Tanzanie et l’Éthiopie en a profité pour vider le Simien de sa population qui avait soutenu des guérillas.

  • 11 Fleuve endoréique terminé par un delta intérieur, oasis dans le désert du Kala (...)
  • 12 N. Hulot, « L’Okavango, c’est l’annexe de l’Éden », Le Figaro, 22 décembre 202 (...)
  • 13 L’auteur de ces lignes participe à la traduction et à la publication, critique, des rapp (...)

7En conclusion, la lecture de G. Blanc est ardue car il emprunte parfois, des raccourcis dans son argumentation et son dossier à charge manque, de temps en temps, de nuances. Il s’est heurté à forte partie : il rapporte le conseil d’un des évaluateurs anonymes d’un de ses articles : « Il me suggère surtout d’abandonner la thèse d’une conservation “injuste” » (p. 250). Comme je l’ai moi-même constaté, son livre, perçu comme iconoclaste, a reçu un accueil mitigé dans les médias. Les journalistes furent unanimes pour saluer son travail, mais certains l’ont néanmoins présenté comme un ouvrage à charge contre les ONG et les organismes qui « protègent la nature ». Je me suis souvenu que G. Rossi m’avait raconté qu’à la suite de la présentation dans Libération de son livre décapant L’ingérence écologique (2000), sa boîte mail a été saturée de messages hostiles pendant plusieurs jours. Il ne fait pas bon, même avec un bon dossier comme celui instruit par G. Blanc, d’aller contre des siècles de préjugés, de clichés et d’idées reçues emballés dans de nobles sentiments. Comme il le résume fort bien, le sort des Africains c’est d’« être privé d’un droit dont bénéficient les Autres au nom d’une éthique définie par d’Autres » (p. 279). Le combat est loin d’être gagné : N. Hulot, « prophète » de l’écologie, déclarait : « L’Okavango11, c’est l’annexe de l’Éden (sic.) »12 et nous renvoyait ainsi plus d’un demi-siècle en arrière quand J. Verschuren, au Zaïre en 1963, écrivait : « L’Europe a ses cathédrales préservées à travers les âges, l’Afrique peut être fière de montrer ses prodigieux spectacles naturels » (p. 289). Pourtant, dans le jardin africain, surgissent des pyramides, des temples, des mosquées, des églises, des palais, des villes ceintes de remparts, des forts… L’image de l’Éden commence maintenant à faire vieux jeu et, à la relecture, toutes les œuvres de fiction ne délivrent pas le message édénique. Ainsi, la traduction du danois du livre de Karen Blixen est-elle très différente de l’image léchée, façon « Club Méditerranée », du film Out of Africa. On peut espérer que bientôt on soulèvera le décor des parcs nationaux dévoilant l’envers brutal et oppressif des « colonies de vacances de l’Occident » (G. Caze, cité par G. Blanc p. 237). Désormais, les chercheurs, longtemps bien seuls à s’intéresser aux populations aux prises avec les divers programmes de développement, reçoivent le renfort des agences internationales et d’ONG. Les campagnes d’opinion lancées par l’International Work Group for Indigenous Affairs (IWGIA) — Groupe de travail international des peuples autochtones (GITPA) — font pression sur l’ONU et ses agences, afin de faire reconnaître les droits des peuples « autochtones » sur leurs terres ancestrales. Chaque année, il publie un rapport traitant de la survie des peuples menacés13.

8En dépit des réserves à propos de l’Éthiopie que je devais formuler et qui m’ont emmené « hors du sujet », je ne puis que conseiller la lecture du livre décapant de G. Blanc. Les éthiopisants reliront l’ouvrage tiré de sa thèse et les africanistes (et les autres), se munissant de cartes, constateront que la mise en parcs de l’Afrique c’est, au fond, « la colonisation poursuivie par d’autres moyens », certes nobles, mais qui conduisent à une nouvelle sujétion.

Haut de page

Notes

1 G. Blanc, Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015. G. Blanc & G. Quénet (dir.), « Pour une histoire environnementale de l’Éthiopie », Études rurales, 197, 2016, pp. 9-24.

2 A. Gascon, « La Grande Éthiopie, une reconquista revanche d’un jihad », Hérodote, 106, oct. 2002, pp. 41-60.

3 D. N. Levine, Greater Ethiopia, the Evolution of a Multiethnic Society, Chicago, The University of Chicago Press, 2000.

4 M. Rodinson, « Le lion devenu vieux I-II », Le Monde, 13-14 septembre 1974.

5 E. Boserup, Évolution agraire et pression démographique, Paris, Flammarion, 1970.

6 G. Rossi, L’ingérence écologique. Environnement et développement rural du Nord au Sud, Paris, CNRS Éditions, 2000.

7 M. Douet, « Au Kenya, des espions contre le braconnage », Le Monde, 25-26 décembre 2020.

8 J. Fairhead, M. Leach & D. Milloumo, Second Nature : Building Forests in West Africas’s Savannahs, Haywards Heath, West Sussex, Cyrus Prod. Ltd, Royaune-Uni, 1996.

9 A. Gascon, « Les Éthiopiens ont-ils mangé leurs forêts ? », Diplomatie, 46, 2010, pp. 73-82.

10 F. Girault, S. Guyot & M. Houssay-Holzschuch, « La nature, les territoires et le politique en Afrique du Sud », Annales. Histoire, sciences sociales, 60 (4), 2005, pp. 695-717.

11 Fleuve endoréique terminé par un delta intérieur, oasis dans le désert du Kalahari, au Botswana.

12 N. Hulot, « L’Okavango, c’est l’annexe de l’Éden », Le Figaro, 22 décembre 2020.

13 L’auteur de ces lignes participe à la traduction et à la publication, critique, des rapports du GITPA.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gascon, « Blanc Guillaume. — L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Éden africain »Cahiers d’études africaines, 247 | 2022, 631-635.

Référence électronique

Alain Gascon, « Blanc Guillaume. — L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Éden africain »Cahiers d’études africaines [En ligne], 247 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/39807 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.39807

Haut de page

Auteur

Alain Gascon

Institut français de géopolitique (IFG Lab.), Université Paris 8, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search