Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247analyses et comptes rendusBlanc Guillaume. — L’inv...

analyses et comptes rendus

Blanc Guillaume. — L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Éden africain

Étienne Bourel
p. 635-638
Référence(s) :

Blanc Guillaume. — L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Éden africain. Préface de F.-X Fauvelle. Paris, Flammarion, 2020, 346 p., notes, index, ill.

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, la tribune du sous-directeur général de l’Unesco, publiée dans Le Mon (...)

1Publié dans une maison d’édition qui en a assuré une bonne visibilité médiatique, le livre de Guillaume Blanc, L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec l’Eden africain, est un essai sur l’histoire environnementale de l’Éthiopie et de l’Afrique qui endosse les paradoxes propres à son style. Il a été rédigé par un historien, actuellement maître de conférences à l’Université Rennes 2, et à l’invitation d’un titulaire d’une chaire au Collège de France (qui en signe la préface), François-Xavier Fauvelle. Le propos se base principalement sur des documents d’archives et des références bibliographiques académiques, ainsi que sur des enquêtes de terrain. Ceci lui garantit un certain sérieux et tend à emporter la conviction. Pour autant, les répétitions (lourdes) des principaux arguments, les montées en généralité fulgurantes et les oppositions binaires commodes (ce à quoi nous pourrions ajouter une mise en page légère, même si cela ne relève certainement pas des choix de l’auteur) donnent à ce texte une tournure provocatrice, voire polémique, probablement assumée et qui n’a pas manqué de susciter des réactions vives1.

2Après la préface et une brève introduction de deux pages, deux cartes de l’Éthiopie situent les trois parcs naturels abordés, et notamment celui du Simien (qui sera au centre du propos). Le livre est ensuite découpé en huit chapitres et une conclusion auxquels succèdent les remerciements, un triple index (des noms, des lieux et des institutions) et des notes présentant les acronymes des institutions et leurs dates de création, les abréviations et la localisation des fonds d’archives et enfin les références appelées au fil des pages (s’y trouvent les références bibliographiques). Le style, aussi acéré soit-il, est fluide dans son ensemble et accessible à un public qui ne se restreint pas aux cercles académiques. Les références bibliographiques sont précises et choisies, elles témoignent d’une connaissance certaine du champ discuté.

  • 2 J. Siméant-Germanos, « Penser les ingénieries de l’environnement en Afrique à l’aune des (...)
  • 3 J. Copans, Mythologies des Afriques, Paris, Téraèdre, 2010.

3Les arguments principaux de Guillaume Blanc s’orientent dans trois directions : les grandes institutions environnementales internationales (Unesco, WWF et UICN en premier lieu) sont issues de l’époque coloniale et reconduisent durant la période postcoloniale une domination imposée aux États et aux populations africaines. Leurs considérations sur la « nature » sont basées sur des imaginaires et des représentations de l’environnement proprement fantasmatiques et sans lien de continuité avec les réalités empiriques et les méthodologies scientifiques dont elles se réclament. Ceci se traduit par une « déshumanisation de l’Afrique » (p. 16) via un ensemble de politiques prohibitionnistes et de déplacements de population. Cette histoire de la violence perpétrée en Afrique au nom de la biodiversité documente donc également les modalités de l’extraversion en matière d’ingénierie de l’environnement2 ainsi que les mythologies (passées et présentes) produites sur l’Afrique3.

  • 4 Qui a pu connaître différentes déclinaisons selon les contextes et les besoins : lorsqu’ (...)

4Le premier chapitre constitue en fait la véritable introduction du livre : le titre en annonce le cadre (« Déconstruire nos croyances, (re)penser la nature »), ses enjeux y sont mentionnés (« Injustice sociale et absurdité écologique », p. 25). L’auteur indique qu’à partir du cas éthiopien, ce seront bien l’ensemble des politiques environnementales en Afrique, conséquences des injonctions d’organisations internationales, qu’il entend montrer comme le produit d’un « colonialisme vert » (p. 30) : « Cet idéal d’une nature débarrassée de ses habitants guide la majorité des aires protégées du continent » (p. 39). A contrario des histoires nord-américaines et européennes de la conservation, Guillaume Blanc affirme qu’à chaque parc africain correspond des pratiques d’expulsion des populations, de criminalisation de celles-ci et que cette violence est d’abord perpétrée par les experts des institutions internationales de la conservation (pp. 45-46). Le deuxième chapitre revient sur l’histoire de la construction du regard européen sur la nature africaine, au XIXe siècle notamment et durant la colonisation. Il s’est élaboré autant à travers la stigmatisation progressive des populations locales, tenues pour destructrices, que dans le déni de l’épuisement des écosystèmes causé par les Européens eux-mêmes (par la chasse et par les transformations en espaces agricoles). En lien avec les milieux scientifiques, sont ainsi nés différents mythes tels que celui des forêts « primaires » (dégradées par les Africain.e.s)4. Au moment des Indépendances, le discours sur le « développement » devient le nouvel oripeau du paternalisme colonial et nombre d’administrateurs se reconvertissent dans les institutions de la conservation, dont les origines remontant à l’Entre-deux-guerres sont mises en évidence (pp. 77-78).

5Construit autour de quelques figures (anglo-saxonnes) majeures de la conservation, le troisième chapitre détaille les contours et la vie sociale du mythe de l’Éden africain (p. 89) tel qu’il prend forme à partir des années 1960. L’étude de cas est édifiante en matière de savoir-pouvoir et d’imposition de politiques dans l’agenda de l’Éthiopie, et dans celui de nombreux pays du continent. Elle renseigne sur la performativité propre à la littérature grise des « mondes du développement », conséquence d’une circularité entre les références expertes, ce que l’auteur nomme « la vérité des textes-réseaux » (p. 105). Le chapitre suivant (« L’expert et l’empereur ») permet de revenir plus en détails sur les jeux politiques (internationaux et nationaux) qui se sont joués en Éthiopie en matière de protection de l’environnement, à l’époque d’Haïlé Sélassié, et sur la volonté d’anciens coloniaux, aidés d’une batterie d’experts, à matérialiser leur fantasme d’un continent vierge et inhabité. En résultent les trois parcs naturels éthiopiens, celui de la vallée de l’Omo, celui d’Awash et celui du Simien. Deux tensions sont principalement décrites : la présence et le pouvoir accordé aux expatriés et le déplacement des populations résidant jusque-là dans l’espace des parcs. Pour le parc du Simien plus spécifiquement, le chapitre 5 montre comment s’est opérée l’instrumentalisation de la « tragédie des communs » dans le contexte de la protection d’une espèce de bouquetin (le walia ibex). À ce titre, les habitant.e.s agro-pastoraux, accusé.e.s de menacer la survie de l’espèce et visé.e.s par des discours experts aussi délirants que névrotiques, ont été stigmatisé.e.s et expulsé.e.s, à rebours de leurs pratiques effectives (les bouquetins étant peu chassés sauf pendant les épisodes de famine). Devenus hors-la-loi, les habitant.e.s ont résisté pendant des décennies au déplacement qu’on a voulu leur imposer, malgré les pressions réitérées. Au cours des années 1980, l’importance croissante accordée aux discours sur le « développement durable » a assis la légitimité de la protection de la nature (chapitre 6) et renforcé les violences dans le parc du Simien, y compris pendant le régime marxiste-léniniste. Les avatars du mythe de l’Éden africain ont trouvé de nouvelles déclinaisons à travers la protection de la nature, désormais corrélée à la nécessité de sauver la planète, et une hiérarchie des savoirs (p. 195) restée immuable. L’apparition d’une éthique du développement communautaire s’apparente alors à un ultime cynisme tant elle ne vise toujours qu’à déplacer les populations, mais « volontairement » désormais (p. 206).

6Cette « fiction communautaire » est l’objet du chapitre 7 où l’auteur réaffirme une fois de plus que, sous couvert d’un vocabulaire renouvelé, les logiques de conservation sont les mêmes qu’à l’époque coloniale (p. 216). Il insiste encore une fois sur les arguments néomalthusiens et la vacuité des connaissances écologiques justifiant politiques et violences. Dans la description des événements au cours des années 2000, on voit apparaître la rhétorique néolibérale de paiements pour services écosystémiques et celle du Patrimoine mondial qui va augurer des pratiques proprement criminelles. Finalement, ce n’est qu’en 2016 que les dernier.ère.s habitant.e.s du parc du Simien (village de Gich) quittent leur village, plus d’un demi-siècle après les premières demandes de l’Unesco. Le dernier chapitre (« Les racines de l’injustice ») présente des discussions que l’auteur a eues avec certain.e.s d’entre eux. Il en ressort des considérations très variées sur l’environnement constitué par ce parc. Les usages agro-pastoraux semblent en dernier ressort bien plus proches d’une « logique » respectant cet environnement que celle l’ayant mis sous cloche et promouvant un tourisme transcontinental (donc polluant) orienté vers la contemplation de paysages artificiels (car vidés de la présence humaine). Absurdités et injustices caractérisent donc cette « naturalisation forcée de l’Afrique » (p. 278).

7Bien sûr, on aurait préféré que Guillaume Blanc ne se sente pas obligé de répéter ses arguments ad nauseam, suscitant presque la suspicion ou, en tout cas, mettant de la distance avec une pleine adhésion et une entière conviction. Pour autant, son essai met au jour le débat sur l’histoire et l’actualité de la conservation en Afrique en des termes renouvelés, nets et certainement nécessaires. Nul doute que les discussions érudites et engagées et qu’un comparatisme pugnace permettent d’asseoir des analyses solides et étayées qui, peut-être, finiront par faire bouger quelques lignes.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, la tribune du sous-directeur général de l’Unesco, publiée dans Le Monde quelques jours après la parution du livre : E. Ottone Ramirez, « En Afrique, “faire de la protection de la nature un grand dessein colonial n’est pas sérieux” », Le Monde, 1er novembre 2020,
<https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/11/01/en-afrique-faire-de-la-protection-de-la-nature-un-grand-dessein-colonial-n-est-pas-serieux_6058115_3212.html>.

2 J. Siméant-Germanos, « Penser les ingénieries de l’environnement en Afrique à l’aune des sciences sociales du développement », Zilsel, 6, 2019, pp. 281-313.

3 J. Copans, Mythologies des Afriques, Paris, Téraèdre, 2010.

4 Qui a pu connaître différentes déclinaisons selon les contextes et les besoins : lorsqu’il s’est agi de tenter de donner de l’ampleur à un secteur économique comme celui de l’exploitation forestière, s’est répandue l’idée d’une « inépuisabilité des ressources forestières » en AOF et en AEF. Voir J.-Y. Puyo, « Sur le mythe colonial de l’inépuisabilité des ressources forestières (Afrique occidentale française, Afrique équatoriale française, 1900-1940) », Cahiers de géographie du Québec, 126, 2001 : 479-496.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Bourel, « Blanc Guillaume. — L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Éden africain »Cahiers d’études africaines, 247 | 2022, 635-638.

Référence électronique

Étienne Bourel, « Blanc Guillaume. — L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Éden africain »Cahiers d’études africaines [En ligne], 247 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/39812 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.39812

Haut de page

Auteur

Étienne Bourel

Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains (LADEC), Université Lyon 2, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search