Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247analyses et comptes rendusBroqua Christophe (dir)...

analyses et comptes rendus

Broqua Christophe (dir). — Se mobiliser contre le sida en Afrique. Sous la santé globale, les luttes associatives

Larissa Kojoué
p. 638-641
Référence(s) :

Broqua Christophe (dir). — Se mobiliser contre le sida en Afrique. Sous la santé globale, les luttes associatives. Préface de Jean-Pierre Dozon, postface de Vinh-Kim Nguyen. Paris, L’Harmattan (« Anthropologies et médecines »), 2019, 378 p.

Texte intégral

  • 1 N. Dodier, « Les premières années de l’épidémie de sida et la conversion politique du mo (...)
  • 2 A. Desclaux, « Une étrange absence de crise… L’adaptation des systèmes de santé du Sud a (...)

1« Gardons la lumière sur le VIH. » Les analyses des mobilisations associatives dans le cadre de la lutte contre le VIH/sida, au Nord1 comme au Sud2, n’ont certes rien d’inédit. Cependant, il est intéressant de s’interroger sur la formation de ces mobilisations, leur implication et leur impact, autant au plan sanitaire qu’aux plans social et politique. Et c’est ce que propose cet ouvrage collectif dirigé par Christophe Broqua, dont chacune des contributions témoigne du contexte, de l’engagement, des efforts individuels et collectifs pour transformer les conditions de vie face à l’épidémie. Mis en valeur par une préface et une postface qui rappellent fort à propos l’évolution de la gouvernance globale du sida et les spécificités des contextes africains dans cette évolution, la plupart des chapitres, à commencer par l’introduction, retracent, à partir des terrains majoritairement d’Afrique de l’Ouest francophone, les trajectoires nationales de cette gouvernance globale. Les angles choisis sont particulièrement stimulants : la coopération internationale, les nouveaux modèles de gouvernance, la professionnalisation des associations de personnes vivant avec le VIH, les recompositions de la société civile, les pratiques (non) contestataires, les questions identitaires liées au désir d’enfant, au genre et à la sexualité, etc. Dans chacune des contributions, on observe une articulation presque systématique entre le global et le local, la place marginale des institutions étatiques se trouvant progressivement en concurrence avec des ONG et associations locales, ainsi que le poids de l’élite biomédicale dans la structuration des stratégies de lutte.

2Il y a, selon moi, trois marqueurs qui distinguent cet ouvrage collectif de la littérature disponible en sciences sociales sur le VIH/sida.

  • 3 F. Chabrol & G. Girard, VIH/sida. Se confronter aux terrains. Expériences et postures de (...)

3Le premier marqueur est la densité du terrain réalisé pour chacune des contributions. Cet ouvrage aurait bien pu s’inscrire dans la continuité de VIH/sida. Se confronter aux terrains. Expériences et postures de recherche paru en 20103. Tous les matériaux servant à la réflexion ont en effet été rassemblés au travers d’une approche qualitative méticuleuse et attentive, s’appuyant de manière privilégiée sur les entretiens semi-directifs avec les acteurs impliqués dans la lutte, ainsi que sur des observations in situ de plus ou moins longue durée. L’attention à la méthodologie est d’autant plus importante qu’il s’agit de retracer l’évolution des luttes associatives, d’identifier les acteurs, leurs registres d’action, mais aussi leurs capacités d’intervention dans un milieu concurrentiel et en constante évolution. Comment, en effet, saisir ce qui se joue avec l’émergence des mobilisations associatives et les revendications qui sont portées sans être physiquement présent et en interaction avec les personnages au cœur de ce mouvement ? Christophe Broqua, Laurence Touré, Julie Castro, Clément Soriat, Lucie Gallardo et tou.te.s les autres sont allé.e.s au contact de la réalité dont ils et elles parlent, autant au siège des différentes associations étudiées que sur les sites d’activités, voire dans les lieux d’habitation des personnes investiguées.

  • 4 L’intitulé complet est Fonds mondial de lutte contre le VIH/sida, le paludisme (...)

4Le deuxième marqueur qui caractérise cet ouvrage tient à l’analyse fine et contextuelle des configurations d’acteurs divers, et des différents degrés d’engagement et d’actions. Plusieurs contributions insistent notamment sur le rôle central des incitations voire des injonctions internationales dans le façonnement des mobilisations associatives. Par conséquent, ces dernières sont fortement dépendantes des volontés des bailleurs de fonds et des organisations intermédiaires. Le scénario est à peu près le même partout : des médecins préoccupés par la gravité de l’épidémie et encouragés par les dispositifs internationaux de lutte contre le VIH/SIDA profitent d’un contexte politique favorable aux mobilisations (ouverture démocratique) pour créer les premiers espaces de prise en charge psychologique (d’abord) et médicale (ensuite) des personnes vivant avec le VIH (PVVIH). Ces espaces servent à combler les insuffisances des politiques nationales limitées à la prévention du fait de l’inaccessibilité des antirétroviraux (ARV). L’universalisation de l’accès aux ARV et l’arrivée d’un bailleur de poids, le Fonds mondial4, au début des années 2000, vont profondément transformer le paysage associatif. On appréciera particulièrement au passage le chapitre sur l’exception malienne (pp. 53-92), celui traitant des mobilisations des professionnelles du sexe en Côte d’Ivoire (pp. 269-293), autant que celui sur les associations d’usagers de drogues injectables au Sénégal (pp. 345-361). Dans cette dynamique, l’expertise médicale se trouve renforcée et très souvent utilisée comme une ressource dans la construction des trajectoires professionnelles (pp. 93-111). Par ailleurs, l’implication des réseaux d’experts internationaux prolonge les logiques d’extraversion des interventions étrangères et pose une question centrale dans l’analyse des politiques publiques : quelle est la place et le rôle des États africains dans la régulation des politiques de lutte contre le sida ? Dans leur contribution, Elhadji Mamadou Mbaye et Anthony Billaud s’interrogent : « Jusqu’où les États concernés sont en mesure d’organiser eux-mêmes l’action publique sans l’aide et le soutien des partenaires extérieurs ? » (p. 127). Aux auteurs de conclure sans surprise que, au regard de « l’humanitaire d’État » observé dans le cadre de la politique française en Afrique, les États du Nord contrôlent l’action des acteurs privés et semi-publics via leur financement (p. 136).

  • 5 J. Siméant, « Protester/mobiliser/ne pas consentir. Sur quelques avatars de la (...)

5Certaines initiatives associatives échappent cependant à ce scénario, sans toutefois remettre en question la dépendance vis-à-vis des bailleurs de fonds et de leurs conditionnalités. Conditionnalités par ailleurs souvent remplies de manière artificielle, comme c’est le cas pour la question de la « bonne gouvernance », par exemple (pp. 215-232). Ainsi, la multiplication et l’institutionnalisation des associations sont parfois le fait des programmes nationaux qui suscitent la participation des séropositifs et personnes affectées en finançant la création d’associations ou de réseaux d’associations, en réponse à des opportunités de financement. On parle alors d’une « participation décrétée » ou sous « contrôle » (p. 209), ce qui relativise fortement l’autonomie de ces associations et compromet la formation et le positionnement d’une société civile en forme de contre-pouvoir, alors même que les motifs de revendications ne manquent pas. D’où l’expression de Christophe Broqua en introduction, « se mobiliser sans protester » (p. 30), en écho aux travaux sur le caractère non contestataire (du moins en apparence) des mobilisations politiques en Afrique5.

6Enfin, le dernier marqueur qui fait de ce livre un incontournable dans la littérature en sciences sociales sur le VIH/sida est l’aisance de la lecture, la clarté des descriptions et une certaine intimité avec les acteurs et actrices des mobilisations. Le VIH/sida touche avant tout à l’intime, et c’est bien la force de cet ouvrage d’en faire ressortir l’étendue, au-delà des stratégies de positionnement opportunistes communes et légitimes, étant donné les conditions économiques et sociales particulièrement délétères. Les PVVIH aspirent, tout comme les professionnel.le.s/travailleur.se.s du sexe, les usagers de drogues injectables ou les personnes homosexuelles, au renversement du stigmate. Les deux dernières parties de l’ouvrage, consacrées aux catégories cibles et aux enjeux identitaires, font ressortir un rapport différent au politique, voire une repolitisation de l’objet sida jusqu’ici traité en termes uniquement techniques. C’est peut-être là l’entreprise la plus stimulante des mobilisations. Il est possible de sortir du désenchantement militant, constaté ici et là, à condition de tirer profit de la professionnalisation croissante des associations et d’élargir la focale santé publique à celle des droits humains.

  • 6 H. Combes et al., « Observer les mobilisations », Politix, 93 (1), 10 juillet 2011, pp.  (...)

7Pour conclure, cet ouvrage rend parfaitement compte de l’historicité des formes d’engagement dans la lutte contre le VIH/sida en Afrique de l’Ouest francophone, avec une contribution singulière d’Éthiopie. Chaque chapitre a le mérite de documenter de façon substantielle les logiques d’engagement associatif qui, au-delà des avantages matériels et financiers, portent aussi le désir de transformer la société, de lutter pour améliorer le sort des catégories discriminées, y compris par la négociation et le compromis. On regrettera cependant la présentation et la répartition inégales des chapitres (mais c’est l’un des revers des ouvrages collectifs) et donc des niveaux d’analyse souvent décalés. Certaines contributions sont plus descriptives qu’analytiques. Par ailleurs, si l’immense travail de terrain et l’utilisation des matériaux accumulés sont à saluer, on note néanmoins que le parti pris de la méthode anthropologique utilisée comme seule perspective méthodologique peut poser problème. Pour « observer les mobilisations »6, l’ouvrage aurait certainement gagné à croiser les approches méthodologiques. Il n’y a presque pas de données de presse comme source de données, et aucune étude quantitative n’a été menée. Parce qu’il s’agit de saisir les dynamiques associatives liées au VIH/sida dans plusieurs pays aux profils très proches, un angle comparatif ancré dans la sociologie historique aurait pu apporter à ce livre une profondeur supplémentaire. Par ailleurs, l’ouvrage aurait gagné en lisibilité en offrant des encadrés, des visuels ou des tableaux comme quelques instants de respiration dans la profusion des données mises en avant. Cela dit, étant donné que la plupart des disciplines de sciences sociales empruntent à l’anthropologie ses méthodes (enquête de terrain, entretiens, observations, patience, etc.), politistes sociologues ou historien.ne.s, voire épidémiologistes ou économistes travaillant sur des enjeux politiques des objets de santé publique, s’y retrouveront facilement. Alors qu’on observe un peu partout un rebond épidémique du VIH, Se mobiliser contre le sida en Afrique. Sous la santé globale, les luttes associatives s’avère être un ouvrage intemporel, un rappel et un appel à « garder la lumière sur le VIH ».

Haut de page

Notes

1 N. Dodier, « Les premières années de l’épidémie de sida et la conversion politique du mouvement homosexuel », in C. Broqua, F. Lert & Y. Souteyrand (dir.), Homosexualités au temps du sida. Tensions sociales et identitaires, Paris, Éditions EDK-ANRS (« Sciences sociales et sida »), 2003 ; N. Dodier, Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, Éditions de l’EHESS, 2004 ; F. Buton, « Sida et politique : saisir les formes de la lutte », Revue française de science politique, 55 (5), 2005, pp. 787-810.

2 A. Desclaux, « Une étrange absence de crise… L’adaptation des systèmes de santé du Sud au VIH/sida », in B. Hours (dir.), Anthopologie des systèmes et politiques de santé, Paris, Karthala, 2001, pp. 87-102 ; D. Fassin, Quand les corps se souviennent. Expériences et politiques du sida en Afrique du Sud, Paris, La Découverte, 2006 ; F. Eboko, F. Bourdier & C. Broqua (dir.), Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, Marseille, IRD Éditions (« Objectifs Suds »), 2011 ; F. Eboko & Y. Mandjem, « ONG et associations de lutte contre le sida en Afrique : incitations transnationales et ruptures locales au Cameroun », in F. Eboko, F. Bourdier & C. Broqua (dir.), Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, Marseille, IRD Éditions (« Objectifs Suds »), 2011, pp. 205-230 ; F. Eboko, Repenser l’action publique en Afrique. Du sida à la globalisation des politiques, Paris, Karthala, 2015.

3 F. Chabrol & G. Girard, VIH/sida. Se confronter aux terrains. Expériences et postures de recherche, Paris, Éditions ANRS (« Sciences sociales et sida »), 2010.

4 L’intitulé complet est Fonds mondial de lutte contre le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose.

5 J. Siméant, « Protester/mobiliser/ne pas consentir. Sur quelques avatars de la sociologie des mobilisations appliquée au continent africain », Revue internationale de politique comparée, 20 (2), 2013, pp. 125-143, <https://doi.org/10.3917/ripc.202.0125> ; M. Cahen, M.-E. Pommerolle & K. Tall, « Introduction. On the Banality of Mobilisation in Africa/De la banalité des mobilisations en Afrique », in K. Tall, M.-E. Pommerolle  & M. Cahen (dir.), Collective Mobilisations in Africa. Enough is Enough ! Mobilisations collectives en Afrique. Ça suffit !, vol. 15, Leiden-Boston, Brill, 2015, pp. 1-19 ; K. Tall, M.-E. Pommerolle  & M. Cahen (dir.), Collective Mobilisations in Africa. Enough is Enough ! Mobilisations collectives en Afrique. Ça suffit !, vol. 15, Leiden-Boston, Brill, 2015, <https://doi.org/10.1163/9789004300002>.

6 H. Combes et al., « Observer les mobilisations », Politix, 93 (1), 10 juillet 2011, pp. 7-27, <https://doi.org/10.3917/pox.093.0007>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larissa Kojoué, « Broqua Christophe (dir). — Se mobiliser contre le sida en Afrique. Sous la santé globale, les luttes associatives »Cahiers d’études africaines, 247 | 2022, 638-641.

Référence électronique

Larissa Kojoué, « Broqua Christophe (dir). — Se mobiliser contre le sida en Afrique. Sous la santé globale, les luttes associatives »Cahiers d’études africaines [En ligne], 247 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/39817 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.39817

Haut de page

Auteur

Larissa Kojoué

Faculty of Laws and Political Science, University of Buea, Buea, Cameroun ; Centre population et développement (CEPED), Paris, France

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search