Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247analyses et comptes rendusChoplin Armelle. — Mati...

analyses et comptes rendus

Choplin Armelle. — Matières grises de l’urbain. La vie du ciment en Afrique

Hélène Blaszkiewicz
p. 642-644
Référence(s) :

Choplin Armelle. — Matières grises de l’urbain. La vie du ciment en Afrique. Genève, Métis Presses, 2020, 256 p., bibl., ill.

Texte intégral

1Le ciment : un matériau omniprésent dans notre environnement, mais presque transparent tant il est méconnu. Le dernier livre d’Armelle Choplin, professeure de géographie à l’Université de Genève, vise à combler cette lacune en prenant le point de vue du cordon de villes de la côte ouest-africaine. L’ouvrage étudie la manière dont cet immense ensemble urbain, s’étalant de Lagos à Accra en passant par Cotonou et Lomé, entre océan Atlantique et lagunes fragiles, se construit au jour le jour. Comment les 30 millions de personnes qui l’occupent, réparties sur quatre pays, remplissent-elles de ciment les interstices urbains ? Et que signifie « émerger » pour ces pays du golfe de Guinée, notamment pour le Nigéria, représentant par excellence du discours sur l’« Africa Rising » qui décrit une Afrique pleine de promesses de croissance et la réussite des businessmen africains ? Voilà certaines des questions auxquelles répond Matières grises de l’urbain, grâce à un long travail de terrain mené par son auteure entre juillet 2016 et décembre 2018. L’ouvrage se fonde sur une démarche ethnographique riche, combinant des entretiens menés dans plusieurs pays avec des cimentiers, des grossistes, des citadins engagés dans la construction de leur maison, et une pratique de l’observation des chantiers comme des convois transfrontaliers de ciment.

2L’ouvrage est constitué de quatre chapitres. Le premier traite d’une géopolitique régionale de la production cimentière et présente les acteurs locaux et internationaux qui contribuent à faire du ciment le matériau incontournable de la région. Importé lors de la colonisation, le ciment est aujourd’hui complètement « africanisé ». Il est considéré comme un produit de première nécessité, notamment par les experts de la Banque mondiale pour qui la consommation de ciment est synonyme de développement économique. Il représente aujourd’hui un produit national presque patriotique : c’est ce que démontre la figure d’Aliko Dangote, considéré comme l’homme le plus riche d’Afrique, fondateur de l’entreprise éponyme et cherchant à produire un ciment « 100 % africain » grâce à l’exploitation de carrières et la transformation locale des matières premières. Cette dynamique est soutenue par les politiques des « Présidents bâtisseurs », cherchant à laisser leur marque sur le paysage bâti de leurs villes. Ce premier chapitre dépeint donc une région représentant un juteux marché pour des entreprises cimentières concurrentes (Dangote, mais aussi LafargeHolcim ou Heidelberg, présentes de longue date dans la région). Le chapitre décrit également, en filigrane, la compétition qui se joue entre les États de la région, soucieux de défendre à la fois l’intégration régionale et leur industrie nationale, fût-elle détenue par des capitaux étrangers.

3Le deuxième chapitre se rapproche de la ville elle-même pour se concentrer sur les nouveaux acteurs et des formes urbaines marquées par la privatisation et la néolibéralisation de la fabrique de la ville. Le secteur de la construction et l’industrie cimentière font partie des « success stories » économiques soulignées par les tenants du discours « Africa Rising ». Armelle Choplin met en avant les grands projets de villes nouvelles (Akon City au Sénégal, porté par le chanteur américain à succès, Eko City au Nigéria ou Sèmè City au Bénin, première smart city du pays), dont les modèles de modernité et les skylines sont inspirés de Singapour ou de Kigali. Il s’agit, pour les gouvernements et les cabinets d’études qui les secondent, de montrer qu’ils font partie d’un monde qui émerge ; les projets urbains se transforment alors en outil marketing visant l’attraction des capitaux privés. Ces derniers ne se limitent pas aux grands projets luxueux : bailleurs de fonds internationaux, fondations d’entreprises et banques investissent également dans des projets de logements dits « sociaux » censés répondre à l’augmentation rapide de la population urbaine et à la crise du logement qui en découle. Construits en béton, accessibles via l’emprunt, la plupart de ces projets immobiliers demeurent trop onéreux pour la majorité de la population : ils sont donc investis avant tout par la diaspora. Relativement aisée, celle-ci est de plus en plus la cible de promoteurs immobiliers, cabinets d’architectes et autres intermédiaires proposant des suivis de chantier au jour le jour ou des constructions clés en main, transformant le visage des villes. Ce deuxième chapitre est également l’occasion pour Armelle Choplin d’enquêter sur tous les autres matériaux entrant dans la composition des logements : elle retrace les trajets des fers à béton, des tôles et des carrelages, en général importés, et cartographie les carrières de sable trouant les lagunes côtières.

4Le troisième chapitre se rapproche encore davantage des parcelles et des « habitants-bâtisseurs » qui les occupent. Il rappelle que l’urbain, le long du corridor, n’est pas seulement présente dans les hypercentres. Elle se construit également dans les interstices ruraux, en dehors de la ville, sous la forme d’avant-postes habités par de nouveaux acteurs (revendeurs de matériaux de construction, de branchements sauvages à l’électricité ou d’églises évangéliques), révélés par un travail de cartographie des nouveaux quartiers réalisé avec l’appui d’une équipe béninoise. Ce chapitre représente le cœur ethnographique de l’ouvrage, décrivant l’organisation des différents métiers sur les chantiers, intégrant la parole d’hommes et de femmes au fil de la construction de leur maison. La construction d’un logement en dur s’intègre dans plusieurs logiques sociales : celle de l’émancipation tout d’abord, qui résonne avec des conceptions de la virilité et de la féminité en pleine transformation. Celle du droit à être urbain ensuite, à revendiquer son appartenance à la ville et son droit à y rester. La construction en béton est donc liée à une idée de la citoyenneté, de la représentation de soi et de son rapport au monde.

5Partant des limites écologiques des constructions en béton (le ciment représente à lui seul près de 10 % des émissions globales de gaz à effet de serre — GES) et des conséquences sanitaires visibles sur les populations vivant à proximité des cimenteries, le quatrième chapitre traite de l’après-béton, c’est-à-dire à la fois de la déconstruction des bâtiments existants et des matériaux alternatifs pouvant représenter l’avenir de la construction urbaine, en Afrique comme ailleurs dans le monde. Il aborde les tentatives développées par les cimentiers pour produire un ciment « vert » ou « décarboné », pour l’instant peu disponible sur les marchés africains. Mais ce dernier chapitre vise surtout à montrer combien il est important de remettre au goût du jour les techniques architecturales vernaculaires (en terre, paille ou banco), malgré l’image passéiste qu’elles véhiculent et leur coût parfois important.

6L’ouvrage d’Armelle Choplin invite donc à penser la ville à partir d’un de ses constituants banals, le ciment. Ce matériau lie d’un même tenant plusieurs problématiques clés du continent africain : les politiques économiques et le libre-échange, la place des multinationales dans son industrialisation, la construction et la définition même de la ville, de ce que signifie être urbain, ses défis climatiques. On pourrait reprocher à cet ouvrage de ne traiter que marginalement des marchés de la logistique (alimentés par les convois de ciment) et de ses acteurs (agences en douane, gestionnaires privés d’infrastructures). Cependant, il actualise et complète de façon originale les études parues dans les années 1990 et 2000 sur les figures de l’entreprenariat et de la réussite en Afrique, ainsi que celles publiées plus récemment sur le rôle des multinationales. Dernier point, et non des moindres, Matières grises de l’urbain est un livre accessible et agréable à lire : les nombreuses descriptions du terrain et citations d’entretiens ainsi que les multiples photographies, cartes et infographies contribuent à rendre l’ouvrage vivant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Blaszkiewicz, « Choplin Armelle. — Matières grises de l’urbain. La vie du ciment en Afrique »,  Cahiers d’études africaines, 247 | 2022, 642-644.

Référence électronique

Hélène Blaszkiewicz, « Choplin Armelle. — Matières grises de l’urbain. La vie du ciment en Afrique »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 247 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 24 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/39832  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.39832

Haut de page

Auteur

Hélène Blaszkiewicz

Institut de la gouvernance, de l’environnement et du développement territorial (GEDT), Université de Genève, Suisse

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search