Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247analyses et comptes rendusComberiati Daniele, Lou...

analyses et comptes rendus

Comberiati Daniele, Lounes-Vona Rosaria & Halen Pierre (dir.). — Des Italiens au Congo aux Italiens du Congo : aspects d’une glocalité

Ninon Chavoz
p. 644-647
Référence(s) :

Comberiati Daniele, Lounes-Vona Rosaria & Halen Pierre (dir.). — Des Italiens au Congo aux Italiens du Congo : aspects d’une glocalité. Paris, L’Harmattan (« Mémoires lieux de savoir »), 2020, 363 p., index.

Texte intégral

1Adoptant une « perspective cavalière » (p. 11) autant qu’internationale (les contributeurs écrivent depuis l’Italie, la Belgique, la France et le Congo, mais aussi depuis l’Afrique du Sud et l’Allemagne), les vingt-trois articles rassemblés dans le présent ouvrage couvrent un large empan chronologique : ils traitent en effet successivement de la « période controversée de l’État indépendant du Congo » (1885-1908), de la période coloniale belge proprement dite (1908-1960), puis de l’ère post-coloniale et contemporaine. En optant pour ce découpage chronologique, les éditeurs du volume opèrent un choix éminemment heuristique : laissant de côté les premiers contacts italo-congolais, marqués en 1591 par la publication de la célèbre Relatione del Reame di Congo de Filippo Pigafetta, ils se concentrent sur une période à la singulière densité historique, scandée par les débats internationaux suscités par la gestion de l’État indépendant du Congo ; par l’avènement de l’Italie mussolinienne, elle-même dotée d’aspirations coloniales assumées ; par l’indépendance congolaise et la crise consécutive du Katanga et, plus récemment, par l’afflux des populations migrantes africaines sur les rives de la Méditerranée. L’examen de la relation italo-congolaise offre ainsi une remarquable fenêtre sur l’histoire des XIXe, XXe et XXIe siècles : à ce titre, la perspective qu’elle conduit à embrasser est d’autant plus stimulante que le regard italien, au sein de la colonie belge, demeure un « point de vue de biais » (p. 12), étranger au dialogue de sourds entre dominants et dominés. Comme le rappelle Inge Lanslots, la figure de Savorgnan de Brazza bénéficie ainsi des effets d’une « fictionnalisation, toujours dans une perspective idéalisante » (p. 51), qui en fait l’exact opposé du brutal Stanley. Plus encore, le choix ambitieux d’une perspective longue permet aux auteurs de mettre en évidence un mouvement de balancier historique et géographique : si le regretté Thorsten Schüller note à juste titre la saisissante inversion de la position internationale de l’Italie, qui « d’un pays d’émigration, […] a mué en pays d’immigration » (p. 328), un constat inverse s’applique implicitement au Congo.

2Tandis que les trois premières parties de l’ouvrage se concentrent sur la présence italienne au Congo, les deux dernières passent donc de l’autre côté du miroir pour donner à voir la présence congolaise en Italie. Plusieurs contributions s’attachent notamment à la représentation de l’Afrique cultivée dans les œuvres du journaliste et écrivain Alberto Moravia (Elisabetta Bevilacqua), qui définit dans ses œuvres un lancinant « mal d’Afrique » (p. 47), et dans celles du cinéaste, poète et intellectuel Pier Paolo Pasolini, dont le rapport au continent noir est examiné dans pas moins de trois articles (Bruno Mancini à propos de l’Orestie africaine), Silvia Riva à propos des images documentaires utilisées dans La Rage et Flaviano Pisanelli à propos du film de G. Borgna et E. Menduni, Profezia : l’Africa di Pasolini). La dernière partie, enfin, consacrée aux Congolais « migrants » en Italie, rassemble un article de Thorsten Schüller, qui analyse, à travers l’œuvre de Jadelin Mabiala Gangbo, les inflexions contemporaines de la littérature migrante italienne, ainsi que deux entretiens. Le premier est mené avec l’écrivain Paul Bakolo Ngoi, auteur de romans pour la jeunesse en italien et descendant, comme le rappelle l’introduction « d’un autre écrivain, Paul Ngoi, collaborateur à l’époque coloniale des pères Hulstaert et Boelaert dans la région de l’Équateur » (p. 14) ; le second donne la parole à Cécile Kyenge, « première ministre noire d’origine africaine au Parlement italien » (p. 343) et élue en 2014 au Parlement européen.

3En jouant de la notion de « glocalité », que le présent volume s’emploie intelligemment à illustrer, les deux volets de l’ouvrage pourraient être placés sous les signes respectifs de « l’Italie congolaise » et du « Congo italien » : la première s’entendrait alors au sens où, dans le courant du XXe siècle, le Congo devient pour partie une terre (mais non une colonie !) italienne et le second s’expliquerait dans la mesure où le Congo prend peu à peu corps dans un imaginaire cinématographique, littéraire et même encyclopédique péninsulaire (sur ce dernier point, on se reportera à la captivante contribution de János Riesz qui analyse les enjeux idéologiques de la présence africaine dans l’Enciclopedia Treccani).

4Si cette double approche ne peut que convaincre le lecteur de la densité des échanges historiques et symboliques entre les deux pays, force est cependant de constater une certaine asymétrie du dialogue transcontinental. Richement documentées, les premières parties du volume s’emploient efficacement à démontrer l’étroite imbrication de la communauté italienne dans la vie congolaise et sa pénétration dans différentes catégories socioprofessionnelles. Les Italiens se comptent parmi les bâtisseurs piémontais dont la geste est évoquée par Matteo Grilli ; les militaires, comme Eduardo Baccari, dont le récit de voyage est analysé par Giulia Piccolino ; les médecins, à l’image de Virgilio Grossule, dont le Journal est dépouillé par Francine Meurice et Chiara Ruffinengo ; les missionnaires salésiens étudiés par Edoardo Quaretta ; les industriels et autres investisseurs, comme Enrico Mattei, fondateur de l’Ente Nazionale Idrocarburi, étudié ici par Vincent Genin, et les aventuriers en tous genres, comme le roué Attilio Gatti, « producteur visionnaire […], homme d’affaires redoutable » (p. 101), initiateur des safaris motorisés au Congo et découvreur de l’okapi, dont l’itinéraire hors du commun est retracé par Patricia Van Schuylenbergh. Ce large panorama implique la sollicitation de points de vue disciplinaires variés : la relation italo-congolaise se trouve ainsi envisagée à travers un prisme historique, économique, géopolitique, juridique, médical, pédagogique, cinématographique ou plus largement artistique. À cette remarquable insertion des Italiens dans le quotidien et dans la cité congolaise (voir par exemple la contribution de Clémentine Alaruka Anzo-Aga sur la présence italienne dans la vie socioéconomique de Lubumbashi ou l’article de Sandra Federici sur la réception des bandes dessinées « tarzanides » italiennes parmi la jeunesse africaine), s’oppose le caractère relativement statique de la vision italienne du Congo qui ressort des deux dernières parties : tandis que Cécile Kyenge et Paul Bakolo Ngoi déplorent tous deux la méconnaissance généralisée de l’histoire congolaise en Italie et la persistance de stéréotypes galvaudés, les œuvres de Moravia et de Pasolini contribuent largement à la perpétuation d’un certain « mythe » africain ou à la prédilection primitiviste pour « un espace de résistance » opposé à un Occident embourgeoisé (p. 285). En ce sens, le présent ouvrage ne peut être lu que comme une salutaire incitation à ne pas en rester là et à embrasser la complexité d’une relation aux acteurs et aux enjeux multiples : la contribution de Pierre Halen et Maurice Amuri Mpala-Lutebele, consacrée à la production littéraire d’Albert Russo, s’avère à cet égard exemplaire. Deuxième roman d’un auteur né au Congo belge d’un père italien, Sang mêlé relate l’immigration africaine « d’un Américain de la banlieue de Baltimore » (p. 249) qui ne fait pas mystère de ses préférences homosexuelles : formant avec sa gouvernante congolaise, Mama Malkia, un couple parental inédit, Harry Wilson adopte et éduque le petit mulâtre Léopold Kitoko, offrant ainsi à l’auteur l’occasion de déployer une « mise en situation des différences » (p. 250) en même temps qu’une poétique du métissage et une éthique de la tolérance à bien des égards visionnaire.

  • 1 Voir L. Dubreuil, La Dictature des identités, Paris, Gallimard (« Le Débat »), 2019.

5Par la richesse de ces contributions qui éclairent des aspects, des textes et des figures bien souvent méconnus de l’histoire des deux pays, le présent ouvrage trouve indubitablement sa place dans la collection « Mémoires lieux de savoir — Archive congolaise ». Nombreux sont en effet les articles qui se fondent sur l’analyse scrupuleuse de documents d’archive, dont l’exhumation est parfois récente : on citera entre autres, sans pouvoir prétendre à l’exhaustivité, le récit de voyage d’Eduardo Baccari, complété à partir du recours à des « sources quasiment inutilisées conservées par le ministère des Affaires étrangères » italien (p. 18), les rapports officiels et procès-verbaux remis à la Commission d’enquête internationale instituée dans l’État indépendant du Congo, le journal complet du médecin véronais Virgilio Grossule, récemment numérisé par l’Archivio Diaristico Nazionale (p. 55), le négatif restauré du Voyage au Congo de l’industriel piémontais Guido Piacenza (p. 117) ou encore les archives de la congrégation des Salésiens à Rome (p. 147)… Au-delà de ces indéniables apports documentaires, qui font des Italiens au Congo un ouvrage de référence précieux pour tous ceux qui s’intéressent à la période coloniale, ce volume ne manquera pas d’interpeller ceux dont le regard se tourne plus volontiers vers les temps présents. De fait, en préférant la construction qu’une « glocalité » à celle d’une identité, les auteurs prennent sciemment le contre-pied des tendances contemporaines aux crispations communautaires et à la « dictature des identités 1». Plus encore, en choisissant de s’attacher aux rapports entretenus par l’Italie et le Congo, ils entendent « montrer comment un pays du Sud a en quelque sorte partie liée avec un pays de l’hémisphère nord, sans qu’il y ait à ce lien l’explication anecdotique d’une histoire coloniale commune » (p. 7). Il faut mesurer le poids d’une telle déclaration d’intention et surtout celui de l’épithète : à l’heure où le discours postcolonial continue de faire florès, rappeler que l’histoire coloniale n’est qu’« anecdotique », pour peu qu’on accepte de la replacer dans un contexte à la fois global et local, constitue un acte critique salutaire que vient ici étayer une documentation foisonnante. Des Italiens au Congo on pourrait donc dire, si cela ne revenait à employer le vocabulaire désormais galvaudé dont les auteurs ont su se garder, qu’il offre l’exemple remarquable d’un ouvrage proprement postcolonial — au sens où il parvient à s’exciper pleinement des dynamiques coloniales et de leurs résurgences obstinées.

Haut de page

Notes

1 Voir L. Dubreuil, La Dictature des identités, Paris, Gallimard (« Le Débat »), 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ninon Chavoz, « Comberiati Daniele, Lounes-Vona Rosaria & Halen Pierre (dir.). — Des Italiens au Congo aux Italiens du Congo : aspects d’une glocalité »Cahiers d’études africaines, 247 | 2022, 644-647.

Référence électronique

Ninon Chavoz, « Comberiati Daniele, Lounes-Vona Rosaria & Halen Pierre (dir.). — Des Italiens au Congo aux Italiens du Congo : aspects d’une glocalité »Cahiers d’études africaines [En ligne], 247 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/39842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.39842

Haut de page

Auteur

Ninon Chavoz

Configurations littéraires, Université de Strasbourg, France

Du même auteur

  • « Ruines à rebours » [Texte intégral]
    Pour une lecture littéraire des textes ethnographiques de Paul Hazoumé
    “Ruines à rebours”. For a Literary Reading of Paul Hazoumé’s Ethnographic Writings
    Paru dans Cahiers d’études africaines, 235 | 2019
  • Kinshasa chroniques [Texte intégral]
    Paru dans Cahiers d’études africaines, 239 | 2020
Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search