Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247analyses et comptes rendusDrewes Abraham J. — Recu...

analyses et comptes rendus

Drewes Abraham J. — Recueil des inscriptions de l’Ethiopie des périodes pré-axoumite et axoumite, Tome III - Traductions et commentaires. B. Les inscriptions sémitiques

Jean-François Breton
p. 647-649
Référence(s) :

Drewes Abraham J. — Recueil des inscriptions de l’Ethiopie des périodes pré-axoumite et axoumite, Tome III - Traductions et commentaires. B. Les inscriptions sémitiques. Texte révisé et adapté par Manfred Kropp, édité par Manfred Kropp et Henri Stroomer. Wiesbaden, Harrassowitz Verlag (« Aethiopistische Forschngen, 85 »), 2019, 722 p., bibl., index.

Texte intégral

1Ce volume est le dernier de la série « Recueil des inscriptions de l’Éthiopie des périodes pré-axoumite et axoumite », les tomes I et II ayant été publiés par Étienne Bernand, Abraham J. Drewes et Roger Schneider, sous l’égide de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et édités par De Boccard à Paris en 1991.

  • 1 Ses archives sont conservées au Walda Masqal Centre à Addis Abeba.

2Issue d’une collaboration fructueuse entre A. J. Drewes, R. Schneider et J. Ryckmans, la publication des deux premiers volumes devait être suivie d’un volume final comprenant un catalogue des inscriptions, des index de mots et de noms propres. Le cours de l’histoire en décida autrement. Tout d’abord, R. Schneider entreprit de rester en Éthiopie malgré la situation politique, ce qui rendit les communications difficiles avec ses collègues ; puis les uns et les autres disparurent, R. Schneider en 20021, J. Ryckmans en 2005 et enfin A. J. Drewes en 2007. Quelques années plus tard, H. J. Stroomer proposa à M. Kropp, linguiste et sémitisant de renom, de reprendre le dossier et de le mener à terme. Le résultat est impressionnant tant par la quantité que par la qualité des informations.

3La première partie du livre est consacrée aux inscriptions de la période pré-axoumite, classées dans l’ordre suivant : Axoum, Melazo, Yeha, Maqalle, Senafe (en reproduisant la toponymie utilisée par l’auteur) et « provenance inconnue ». Rappelons brièvement le contexte historique, ce qui n’aurait pas été superflu dans ce volume. Vers le VIIIe siècle av. J.-C., des Sabéens, originaires de Mâ’rib et de la région de Sana’a, tailleurs de pierre ou négociants, s’installent dans le Tigray, au temps du souverain Karib’il Watar. Il est curieux toutefois que l’Abyssinie ne soit jamais mentionnée dans les inscriptions contemporaines d’Arabie du Sud. Près de 200 inscriptions en écriture sudarabique peuvent ainsi être considérées comme sabéennes par la langue, par les divinités et par l’invocation d’un souverain (mais non par la mention de Saba’). Treize inscriptions royales, sans doute rédigées par une population locale, témoignent d’une forte influence sabéenne, avec l’emploi du titre de « mukarrib » (« fédérateur ») porté par trois souverains « mukarrib de Da’mat » et « mukarrib de Da’mat et de Saba’ » (pp. 21-48).

  • 2 Les numéros correspondent aux inscriptions dans l’ouvrage (ex. : 1 Amda Tsyon).

4Selon J. Schneider, la succession des premiers souverains éthiopiens est désormais bien connue : W’RN HYWT, RD’M, RBH, LMN ; le premier d’entre eux (mentionné dans le texte d’Addi Seglamen n° 5 [R. Schneider 1976, pp. 81-93]=1 Amda Tsyon2 dans le présent ouvrage, pp. 23-30) étant sans aucun doute le plus ancien, et ses trois successeurs se proclamant « mukarribs » sont devenus « rois de Da’mat par la grâce des dieux ». Ce qui semble toutefois probable, selon lui, c’est que les Sabéens étaient dans le Tigray, non en maîtres, mais soumis à l’autorité des souverains locaux qui n’étaient pas des Sabéens ; leurs noms et leurs titulatures sont différents malgré le titre importé de « mukarribs », mais surtout leur langue appartient au groupe II éthiopien. Les termes ‘dm et slm, dans les textes royaux d’Enda Tcherqos, traduits par R. Schneider et M. Kropp comme « Les rouges et les noirs », pourraient désigner des peuples de couleurs de peau différentes, et ainsi « tout le monde » (pp. 37-38). Le chapitre 2, « Les autres inscriptions », des numéros 14 à 179 (pp. 49-149), sont en général de brèves dédicaces sur des autels ou des statues, faites soit par des tailleurs de pierre soit par des personnages locaux.

5La deuxième partie, la plus longue (pp 153-360), est consacrée aux inscriptions axoumites du Tigray et des régions voisines. Comme les premières inscriptions (chapitre 1) sont datées de la fin du IIe ou du début du IIIe siècle, il n’aurait pas été inutile de dresser un tableau, même succinct, de la période séparant les textes pré-axoumites de ceux en guèze. En effet, le sceptre de bronze (180 Addi Gelemo, pp. 155-166) serait le plus ancien document guèze d’un roi axoumite dénommé GDR, et le terme ksm désigne tant la capitale (Aksum) que la population. Le Sabéen cesse donc de fonctionner comme langue écrite bien avant l’émergence de ce royaume.

6Ces textes en guèze, évidemment les plus nombreux, 129 au total (du n° 180 au n° 309), rendent compte des institutions du royaume, de son évolution politique, de son extension territoriale, de ses liens avec les puissances régionales, des questions religieuses, etc. Une place de choix revient évidemment aux grandes inscriptions d’‘Ezânâ (‘Âzânâ) et de son frère (Ousanas, l’homme de Gisene), datées du milieu du IVe s., dont deux, non point « trilingues » (n° 185 et 185 bis), mais écrites en deux langues, sont notées en trois écritures, en grec, en sudarabique, et en éthiopien archaïque non vocalisé (p. 482). Ces inscriptions font l’objet, en deuxième partie, de traductions et de savants commentaires linguistiques (pp. 197-242) et, en sixième partie, d’études historiques (pp. 461-507). L’une d’entre elles soulève la question récurrente d’un éventuel doublement des rois ‘Ezânâ qu’A. J. Drewes soutenait. M. Kropp conclut prudemment que « les inscriptions ne semblent pas contenir de données qui s’opposent à l’hypothèse des deux rois ‘Ezânâ » (p. 493), ce que le monnayage infirme.

7Enfin, le chapitre III (pp. 289-360) présente les autres inscriptions axoumites du Tigray, de l’actuelle Erythrée (Sen’afe, Addi Qayyih et Dakhanamo d’où provient la plus ancienne attestation de l’alphabet éthiopien (239 Dakhanamo) (ainsi que d’Arabie du Sud [Zafâr] et du Soudan [Méroé]).

8La troisième partie est dédiée aux « petits objets inscrits », sceaux de bronze, où le mot est inscrit dans un animal stylisé, en provenance d’Axoum, de Yeha, de Matara, publiés par Francis Anfray et exposés pour la plupart au Musée archéologique d’Addis Abeba. Ce sont aussi F. Anfray et A. J. Drewes qui publient les courts textes sur poterie (quatrième partie : pp. 390-419). Le site d’Addi Alawti fournit enfin toute une série de monogrammes si difficiles à déchiffrer (cinquième partie : pp. 425-457) que l’auteur ne peut en tirer quelque conclusion. À ce propos, une carte de localisation des sites aurait été fort utile.

9La septième partie de l’ouvrage — la plus longue (pp. 520-687) et la plus utile — est dédiée aux index des mots et des noms propres des personnes, des divinités, des peuples et des lieux. C’est évidemment la réalisation de ces index très fournis par A. J. Drewes qui explique le retard de cette publication.

10Une abondante bibliographie clôt l’ouvrage, mais le dépouillement des périodiques s’arrête, selon M. Kropp, vers 1995, et celui des ouvrages, vers les années 2000. De son aveu même, les publications récentes ne sont pas prises en considération. Sont donc exclus les textes de Meqaber Gae’wa (vers Wuqro, datés au moins du VIIe s. av. J.-C.), de Färäs May (bassine de bronze de date similaire), d’Axoum (deux plaques de bronze au nom du roi Halifâ) et de Hoq dans l’île de Socotra (graffites en guèze du IIIe siècle), etc.

11En conclusion, cet ouvrage de référence majeur auquel on pourrait regretter l’absence de conclusions historiques — mais tel n’était pas le propos du livre — rendra plus d’un service aux spécialistes de l’Éthiopie antique.

Haut de page

Notes

1 Ses archives sont conservées au Walda Masqal Centre à Addis Abeba.

2 Les numéros correspondent aux inscriptions dans l’ouvrage (ex. : 1 Amda Tsyon).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Breton, « Drewes Abraham J. — Recueil des inscriptions de l’Ethiopie des périodes pré-axoumite et axoumite, Tome III - Traductions et commentaires. B. Les inscriptions sémitiques »Cahiers d’études africaines, 247 | 2022, 647-649.

Référence électronique

Jean-François Breton, « Drewes Abraham J. — Recueil des inscriptions de l’Ethiopie des périodes pré-axoumite et axoumite, Tome III - Traductions et commentaires. B. Les inscriptions sémitiques »Cahiers d’études africaines [En ligne], 247 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/39862 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.39862

Haut de page

Auteur

Jean-François Breton

Archéologies et sciences de l’Antiquité (ArScAn), CNRS, Nanterre, France

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search