Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247analyses et comptes rendusFontaine Hugues. — Ménélik

analyses et comptes rendus

Fontaine Hugues. — Ménélik

Alain Gascon
p. 650-652
Référence(s) :

Fontaine Hugues. — Ménélik. Nanterre, Amarna, 2020, 316 p., bibl., ill.

Texte intégral

  • 1 H. G. Marcus, The Life and Times of Menelik II, Ethiopia 1844-1913, Oxford, Ox (...)
  • 2 E. Sohier, Le Roi des rois et la photographie. Politique de l’image et pouvoir royal en (...)
  • 3 C. Clapham, « Menilek ii », in S. Uhlig & al. (eds.), Encyclopaedia Aethiopica, vol. 3, (...)
  • 4  H. de Monfreid, Ménélik tel qu’il fut, Paris, Bernard Grasset, 1954.

1Hugues Fontaine, auteur de plusieurs ouvrages de photographies sur l’Éthiopie qui ont fait date, publie Ménélik. Les lecteurs de ce très beau livre apprécieront le soin avec lequel les documents sont reproduits. Alors qu’on s’attend à lire une biographie du souverain qui tripla l’étendue de ses possessions, battit les Italiens à Adwa (1896) et fit entrer l’Éthiopie dans le « monde moderne », on découvre au fil de plus de 300 pages, des textes le plus souvent réduits qui accompagnent des photographies, des gravures et des cartes. Contrairement à la plupart des auteurs, H. Fontaine met l’accent sur les images et l’écrit ne vient qu’en second. Afin de s’informer sur le negus, on se reportera à H. G. Marcus1 et à E. Sohier2 signalés dans la bibliographie, à la notice de l’Encyclopaedia Aethiopica3 et, on se méfiera du Ménélik tel qu’il fut de Henry de Monfreid4, un témoin partiel et partial.

2Ce Ménélik/Menilek nous présente, dans un livre en grand format et aux images de grande qualité, la carrière du souverain, sa famille, son entourage, ses traits qui vieillissent, dans un film documentaire en cinémascope, mais fixe, en dix chapitres qui sont autant de plans-séquences. Menilek n’apparaît ni dans le premier chapitre : « L’explorateur photographe », ni dans le deuxième : « L’expédition d’Abyssinie ». L’auteur y montre comment la photographie a donné une dimension internationale à la campagne de Napier (1868) dont la presse diffusa largement en Europe les clichés pris en Éthiopie par les Britanniques. Certes, son retentissement fut moindre que la guerre de Sécession (1861-1865), abondamment photographiée, mais l’expédition, à la veille de l’ouverture du canal de Suez (1869), attira durablement l’attention sur les rivages de la mer Rouge. Au troisième chapitre : « L’ingénieur et le roi » entrent en scène Menilek et son « inventeur » en Europe, l’ingénieur suisse Alfred Ilg qui demeura à son service de 1878 à 1906. Il fut l’homme à tout faire du roi du Choa (1865-1889) puis du roi des rois d’Éthiopie (1889-1913), tour à tour ingénieur en travaux publics, imprimeur, armurier, architecte, urbaniste… du souverain « technophile ». Il prit un très grand nombre de clichés déposés au musée d’ethnographie de l’Université de Zürich que l’auteur a choisis et reproduits dans son ouvrage. Ilg devint l’homme de confiance de Menilek, honoré du titre de bitwäddäd (le plus aimé), principal ministre en charge des contacts avec les étrangers (färänj), soit installés dans le pays, soit sur les côtes de la mer Rouge. Il sut, à l’exemple du souverain, exploiter les rivalités entre les puissances, car, après Adwa, ils étaient nombreux à se presser à sa cour. Avec une belle obstination, H. Fontaine a eu accès à des fonds photographiques publics et privés qui ont reçu les images, notes et croquis de ces färänj. À titre comparatif, dans chaque chapitre consacré à l’Éthiopie, il a judicieusement inséré, en double page et en couleur, des clichés qu’il a pris en 2018.

  • 5 A. Gascon, « Menilek ii traceur des frontières dans la Corne de l’Afrique », in S. Consi (...)

3Dans le quatrième chapitre, « Enjeux cartographiques », H. Fontaine reproduit des cartes de la fin du XIXe siècle qui montrent les lacunes des Européens comparées à la liste précise des territoires revendiqués par Menilek dans la circulaire envoyée aux Puissances en 1891 et reproduite aux pages 62-64. Le souverain en savait beaucoup plus sur les lieux et les peuples que les cartographes de Justus Perthes. Plus qu’on le croit généralement et que le dit l’auteur, cette lettre, rédigée en amharique puis traduite en français, exprime, à mon sens, le fond de la pensée de Menilek, peut-être « aidé » par des étrangers5. Le chapitre suivant, « Un voyage au Choa », et ses remarquables clichés, peu connus, nous dépeint l’état de cette province excentrée et isolée quand Ilg, après un long voyage depuis Seylac/Zaylah, atteignit Ankobär sa capitale, établie sur le rebord de l’escarpement du Rift. Le sixième chapitre, « Établissements royaux », nous emmène des hautes terres du vieux Choa vers le Sud chez les Oromo Tulama à Finfinnee, le piémont des monts Watchätcha et Enṭoṭṭo où furent construites des églises qui bénéficièrent des apports de la technique des étrangers. Il annonce le septième chapitre, « Abba Dagnew/Daññäw », le nom de cheval de Menilek, son nom de guerre, car ces établissements méridionaux servirent de points d’appui aux conquêtes du souverain. C’est à Enṭoṭṭo qu’il fut couronné roi des rois en 1889. Les images montrent des chefs coiffés de crinières de lion et des vagues de soldats armés grâce aux trafiquants européens et aux prises de guerre sur l’Égypte et l’Italie et même un parc d’artillerie. Les portraits du negus gagnent maintenant les journaux d’Europe et révèlent un visage marqué par le vieillissement et les attaques qui le cloîtrent dans son Gebbi palais après 1908. Etégé Tayṭu, l’impératrice, apparaît de plus en plus ainsi que ses héritiers putatifs car il n’avait pas d’héritiers directs.

  • 6 Mahtämä Sellasé Wäldä Mäsqäl décrit Menilek observant ses soldats avec sa longue vue dan (...)

4Deux chapitres, les huitième et neuvième : « La “nouvelle fleur” » et « Modernisations » traitent des changements radicaux introduits par le souverain « technophile »6. Nous suivons, sur les clichés et les plans, la fondation et l’expansion d’Addis Abäba (la nouvelle fleur), la capitale qui sédentarise le pouvoir, naguère nomade, à l’orée des territoires conquis. Ilg y est l’interlocuteur obligé des envoyés étrangers et, suivant la volonté royale, il joue de leurs rivalités afin de limiter leur influence. Ingénieur à tout faire, il installe des ateliers, l’eau courante et l’électricité au Palais et fait appel à des architectes européens et indiens pour les bâtiments du pouvoir, édifiés avec les mêmes échafaudages branlants qu’aujourd’hui. Le mobilier et la décoration de la maison « bourgeoise » du ministre suisse et les boissons (champagne) servies sont les mêmes que dans les appartements royaux. Des huttes rondes et des tentes se regroupent en säfär (quartiers) autour des gebbi des ras, au voisinage de la colline du grand Gebbi dominée par l’Addarash, l’immense salle des banquets (geber) où le negus régalait ses serviteurs, ses soldats, ses lieutenants et les invités officiels des Puissances européennes. Sur une éminence voisine, coiffée par l’église St. Georges, se tient le marché, aboutissement des caravanes venues du sud de l’empire. Suivi par les photographes, Menilek paye de sa personne pour moderniser la capitale : il inspecte les chantiers de ses résidences extérieures (Holäta, Addis Aläm), des routes, du chemin de fer, accueille la locomobile et le rouleau compresseur importés par Sarkis Terzian, visite le télégraphe et le magasin Mohammedally, enregistre un rouleau de cire pour la reine Victoria, monte en automobile… Le dernier chapitre : « En vedette », aurait pu s’appeler : « Une étoile est née » tant Menilek occupe les médias jusqu’à devenir image publicitaire dans et sur les paquets de friandises. Il s’invite dans la politique en France où les caricaturistes le croquent corrigeant Crispi à Adwa. La France était alors brouillée avec l’Italie qui était alliée à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie dans la Triplice.

  • 7 Je remercie A. Triulzi qui m’a montré des clichés de l’expédition Napier à l’O (...)
  • 8 Voir, à ce sujet, notre recension de l’ouvrage de Guillaume Blanc dans ce volu (...)

5H. Fontaine publie un livre indispensable à qui veut comprendre comment, à la fin du XIXe siècle, l’Éthiopie, dirigée par un despote « éclairé par la technique », prit le virage abrupt de la modernisation. Le lecteur tirera un grand profit de l’examen attentif de chaque image. Certaines dévoilent l’envers du décor : ainsi les manœuvres (i.e. esclaves) shanqella, qui empierrent avec des outils rudimentaires les rues de la capitale, ont été razziés par milliers lors des conquêtes des basses terres du Sud-Ouest. Les clichés confirment aussi que les eucalyptus ne sont arrivés à Addis Abäba qu’au tout début des années 1900, très progressivement et, après bien d’autres documents, que les hautes terres éthiopiennes, au nord de la capitale actuelle, n’étaient pas couvertes de forêts denses, il y a 150 ans. Ce faisant, H. Fontaine verse comme preuves des photographies de l’expédition Napier7 et d’autres explorateurs au dossier de la défense des paysans éthiopiens que maints « experts » et les autorités locales accusent d’être des « ennemis de l’arbre » (sic) pour mieux les déposséder de leurs terroirs et de leurs parcours8.

  • 9 S. Dewel, Addis-Abeba (Éthiopie). Construction d’une nouvelle capitale pour une nation s (...)

6En somme, Ménélik est un « beau » livre qui nous enseigne l’histoire à l’aide d’images rendues intelligibles par leur choix et leur assemblage. Édité avec le soutien de l’ambassade de Suisse en Éthiopie, il est traduit en anglais et, bonne nouvelle, en amharique. C’est aussi une invitation à lire le remarquable travail de Serge Dewel9 qui a exploité des documents photographiques, très souvent inédits.

Haut de page

Notes

1 H. G. Marcus, The Life and Times of Menelik II, Ethiopia 1844-1913, Oxford, Oxford University Press, 1975.

2 E. Sohier, Le Roi des rois et la photographie. Politique de l’image et pouvoir royal en Éthiopie sous le règne de Ménélik ii, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012.

3 C. Clapham, « Menilek ii », in S. Uhlig & al. (eds.), Encyclopaedia Aethiopica, vol. 3, Wiesbaden, Harassowitz, 2007, p. 922-927.

4  H. de Monfreid, Ménélik tel qu’il fut, Paris, Bernard Grasset, 1954.

5 A. Gascon, « Menilek ii traceur des frontières dans la Corne de l’Afrique », in S. Considère & T. Perrin (dir.), Frontières et représentations sociales. Questions et perspectives méthodologiques, Louvain, Academia-L’Harmattan (« Theleme, 20 »), 2017, pp. 241-265.

6 Mahtämä Sellasé Wäldä Mäsqäl décrit Menilek observant ses soldats avec sa longue vue dans : Zekrä nägär (Paroles mémorables), AA, 1962 A.M. (cours de J. Tubiana INALCO 1973-1974).

7 Je remercie A. Triulzi qui m’a montré des clichés de l’expédition Napier à l’Orientale à Naples en 1992. On y voit, tant au Tegray qu’au Wällo, un magnifique openfield sans le moindre eucalyptus.

8 Voir, à ce sujet, notre recension de l’ouvrage de Guillaume Blanc dans ce volume.

9 S. Dewel, Addis-Abeba (Éthiopie). Construction d’une nouvelle capitale pour une nation souveraine, t. 1 (1886-1936) ; t. 2 (1936-2016), Paris, L’Harmattan (« Peiresc, 37-38 »), 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gascon, « Fontaine Hugues. — Ménélik »,  Cahiers d’études africaines, 247 | 2022, 650-652.

Référence électronique

Alain Gascon, « Fontaine Hugues. — Ménélik »,  Cahiers d’études africaines [En ligne], 247 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 25 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/39877  ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.39877

Haut de page

Auteur

Alain Gascon

Institut français de géopolitique (IFG Lab.), Université Paris 8, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Cahiers d’Études africaines

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search