Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247analyses et comptes rendusJolly Laurent. — Tirail...

analyses et comptes rendus

Jolly Laurent. — Tirailleurs de la Côte des Somalis. Des mercenaires au service de la France ?

Simon Imbert-Vier
p. 653-655
Référence(s) :

Jolly Laurent. — Tirailleurs de la Côte des Somalis. Des mercenaires au service de la France ? Paris, Les Indes savantes, 2019, 324 p., bibl.

Texte intégral

1Alors que les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale étaient achevées, la publication de cet ouvrage aurait pu sembler à contre-temps mais est en réalité bienvenue. En effet, Laurent Jolly, bien au-delà d’une histoire militaire de certaines recrues de l’armée française, nous expose un pan d’histoire sociale de la Corne de l’Afrique en utilisant des outils issus des études rurales.

2Par un heureux hasard, le Centre des archives du personnel militaire de Pau a exceptionnellement conservé la quasi-totalité des livrets militaires des plus de 7 000 soldats recrutés à Djibouti entre 1899 et la fin des années 1960. L’auteur a tiré de ce fonds des éléments statistiques généraux, puis réalisé l’étude plus poussée d’une sélection aléatoire de 1 300 livrets. Il a croisé cette analyse avec des documents issus d’autres centres d’archives militaires (Vincennes, Fréjus, Caen, Toulon), mais aussi des Affaires étrangères (La Courneuve, Nantes), des Archives nationales d’outre-mer d’Aix-en-Provence et même du diocèse de Djibouti. Il y ajoute une cinquantaine d’entretiens réalisés à Djibouti, avec d’anciens militaires, ou leurs descendants, et des responsables administratifs et militaires. Il mobilise également une importante bibliographie en français et en anglais.

3Dans la première partie, l’auteur insiste sur les modalités de la « rencontre entre un État colonial aux moyens limités » et des « populations [qui] se sont d’abord adaptées à une situation coloniale dont elles pouvaient tirer quelques profits, avant de revendiquer des droits qu’elles n’avaient jamais cédés » (p. 52). C’est ainsi que sont effectués les premiers recrutements militaires, sans doute dès 1896 pour la conquête de Madagascar. En 1916, une mission dirigée par le capitaine Depui engage 1 541 soldats, incorporés dans un « bataillon somali » créé à Majunga en mai. 2 403 recrutements ont finalement lieu durant la Grande Guerre, et 2 281 pour la Seconde Guerre mondiale, soit les deux tiers du total. Aucune coercition n’est utilisée : les engagés sont tous volontaires, souvent issus de territoires limitrophes, en particulier du Somaliland.

4Laurent Jolly insère ces engagements dans le parcours de vie des pasteurs transhumants, profession déclarée par la plupart des recrues jusqu’en 1945. Les autres annoncent travailler au port (coolie) ou occuper des emplois précaires urbains (boy), des activités le plus souvent temporaires souvent pratiquées par des pasteurs de passage en ville (p. 111). Les recrutements sont plus nombreux durant les crises de subsistance, les épisodes de sécheresse, mais aussi à la saison où les troupeaux se rapprochent du littoral, période de soudure où les hommes viennent chercher du travail en ville (pp. 90, 113). De nombreux engagés, plus de la moitié avant 1938, sont orphelins de père, une situation qui entraîne une fragilité personnelle plus importante au sein de la société pastorale (pp. 124-128). Après la Seconde Guerre mondiale, les engagements diminuent et se modifient : les natifs de la Côte française des Somalis (CFS) sont privilégiés, urbains de plus ou moins longue date.

5Ces éléments permettent à Laurent Jolly de décrire comment le passage par l’armée s’intègre dans des parcours professionnels. Il s’agit habituellement d’une étape, même si quelques véritables carrières militaires se dessinent. Certaines sont mêmes réparties entre plusieurs empires, avec des passages successifs dans les armées anglaises ou italiennes en fonction des opportunités.

6La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux aspects militaires de l’engagement des « tirailleurs somalis ». Durant la Première Guerre mondiale, ils sont envoyés en première ligne dans des combats très durs (Douaumont, Chemin des Dames, Malmaison, etc.). Le bataillon est cité deux fois à l’ordre de l’armée, et 26 tirailleurs obtiennent la médaille militaire, « plus haute récompense après la Légion d’honneur » (p. 170). La proportion des tués, autour de 20 %, est comparable à celle des ruraux métropolitains engagés dans l’infanterie. À la démobilisation du bataillon, en mars 1919 à Djibouti, une manifestation demandant de meilleures conditions de retour à la vie civile est réprimée par une compagnie de tirailleurs sénégalais, et de nombreux « meneurs » sont expulsés du territoire. Les recrues locales tendent ensuite à être effacées de la mémoire administrative et officielle de la guerre, comme le montre leur absence sur le monument aux morts inauguré en 1935.

7Durant la Seconde Guerre mondiale, les premiers militaires engagés à Djibouti n’arrivent en France qu’en février 1945. Les officiers métropolitains qui les dirigent insistent pour que ces troupes, mal équipées, soient engagées contre la poche du Médoc en avril. Sans doute souhaitent-ils effacer le ralliement de la CFS au régime de Vichy en 1940 et « assurer aux officiers d’active une part dans la victoire contre l’Allemagne » (p. 182).

8Les tirailleurs qui poursuivent une carrière militaire sont ensuite engagés dans les conflits coloniaux. 166 sont envoyés à Madagascar en 1947, où ils participent à la répression, et certains y stationnent jusqu’en 1960. Une quarantaine partent au Sahara algérien en 1959. Après 1962, la plupart des engagés djiboutiens restent en CFS, travaillant parfois dans la gendarmerie. Certains participent au maintien de l’ordre lors des manifestations de 1966-1967, qui causent plusieurs morts, mais ils servent aussi d’intermédiaires entre la population et la troupe (p. 197). Le terme « tirailleur » disparaît et les différences de traitement s’atténuent. En 1956 est nommé le premier officier djiboutien ; engagé en 1941, il devient sous-lieutenant.

9La troisième partie est consacrée au devenir des recrues après leur engagement. Comme chez les ruraux métropolitains, le passage par l’armée modifie les trajectoires sociales. « La première génération de tirailleurs africains recrutés durant la Grande Guerre souffrait surtout d’un déficit éducatif la confinant dans une forme de soumission respectueuse à l’égard de l’autorité » (p. 275). Certains sont restés en CFS, où ils ont pu valoriser les compétences acquises à l’armée (maîtrise du français, apprentissage de la discipline) pour occuper des emplois dans l’administration ou les entreprises coloniales, en particulier le chemin de fer.

10Ceux revenus en CFS après 1945, plus souvent originaires du territoire, y ont scolarisé leurs enfants, y compris les filles, qui « ont constitué une élite intellectuelle à cheval entre l’influence occidentale et le respect des traditions » (p. 246). Nombre de leurs descendants occupent aujourd’hui des positions importantes dans la société djiboutienne.

11Le passage par l’armée de certains habitants a participé à la création d’une identité « moderne », marquée en particulier par la création d’une Maison du combattant en 1956, puis d’un foyer pour anciens militaires en 1976. Ces démarches sont soutenues par l’administration ; elle souhaitait constituer « une catégorie intermédiaire de colonisés » (p. 235) qui soutiendraient la présence française. Cependant, les anciens militaires fournissent aussi des cadres indépendantistes, dont le plus connu est le syndicaliste Mahmoud Harbi, engagé dans la marine gaulliste à Aden en 1941, représentant de la CFS à l’Assemblée nationale en 1956, et condamné à dix ans de prison et vingt ans d’interdiction de séjour en 1959 pour « atteinte à la sureté extérieure de l’État ». L’auteur conclut que « les anciens combattants ont donc été autant des contestataires que des courroies de transmission de l’autorité coloniale » (p. 296).

12Laurent Jolly appuie certaines de ses analyses sur une description des sociétés somalies, exposée dans les travaux « incontournables » (p. 84) de l’anthropologue I. M. Lewis, selon laquelle chaque individu y serait rattaché de façon univoque à un groupe clanique, seule base de l’organisation sociale. Cette représentation reprend celle construite au long de la colonisation britannique, comme l’a montré Lidwien Kapteijns, d’une société où les conflits seraient toujours traités dans le cadre de groupes patrilinéaires pérennes. Des travaux, comme ceux de Lee Cassanelli, Günther Schlee ou Markus Hoehne, ont entrepris depuis de renouveler ces approches en banalisant et en historicisant les sociétés somalies. Laurent Jolly est d’ailleurs amené, lui aussi, à constater que les individus sont susceptibles de mobiliser d’autres réseaux, ce qui l’« invite à considérer les critiques à l’égard des travaux majeurs d’I. M. Lewis comme fondées » (p. 106).

13Laurent Jolly ouvre des portes pour une sociologie historique concrète de la société djiboutienne. La lecture de son ouvrage est indispensable à celles et ceux qui s’intéressent aux sociétés de la Corne de l’Afrique ou à l’utilisation d’outils élaborés pour l’histoire de l’Europe, comme les études rurales, dans d’autres contextes. Grâce à l’exploitation de nombreuses sources, Laurent Jolly nous propose une histoire riche et passionnante, à la fois par le haut et par le bas, d’un groupe social historiquement constitué et inséré dans des réalités multiples, du local au mondial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Imbert-Vier, « Jolly Laurent. — Tirailleurs de la Côte des Somalis. Des mercenaires au service de la France ? »Cahiers d’études africaines, 247 | 2022, 653-655.

Référence électronique

Simon Imbert-Vier, « Jolly Laurent. — Tirailleurs de la Côte des Somalis. Des mercenaires au service de la France ? »Cahiers d’études africaines [En ligne], 247 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/39887 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.39887

Haut de page

Auteur

Simon Imbert-Vier

Institut des mondes africains (IMAF), Aix-en-Provence, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search