Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247analyses et comptes rendusLeguy Cécile. — Façonne...

analyses et comptes rendus

Leguy Cécile. — Façonner la parole en Afrique de l’Ouest

Alice Degorce
p. 655-657
Référence(s) :

Leguy Cécile. — Façonner la parole en Afrique de l’Ouest. Londres-Singapour, Balestier Press (« Entendre la voix des autres »), 2019, 132 p., bibl., ill.

Texte intégral

  • 1 C. Leguy, Le proverbe chez les Bwa du Mali, Paris, Karthala, 2001 ; P. Diarra & C. Leguy(...)
  • 2 G. Calame-Griaule, Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon, Limoges, L (...)

1Spécialiste de l’anthropologie linguistique, Cécile Leguy travaille depuis les années 1990 chez les Bwa du Mali et a ainsi déjà publié plusieurs ouvrages1, notamment Le proverbe chez les Bwa du Mali, Anthropologie des pratiques langagières ou encore Paroles imagées. Le proverbe au croisement des cultures. Dans cette nouvelle publication, elle se livre à l’exercice de la réflexivité près de trente ans après son premier séjour sur le terrain. Elle y séjourne alors de longs mois, et y reviendra régulièrement par la suite. Étudiante à la Sorbonne, elle décide en effet de s’orienter vers une thèse en anthropologie sociale, à la fois attirée par l’expérience de terrain que suppose cette discipline et intriguée par les pratiques langagières d’amis ouest-africains rencontrés en France. Elle raconte également l’importance de la découverte du travail de Geneviève Calame-Griaule, notamment dans Ethnologie et langage2, qui l’a confortée à la fois dans le choix de sa destination malienne et dans celui de l’anthropologie linguistique.

2L’ouvrage est composé de 18 courts chapitres, qui rythment la lecture et guident le lecteur depuis les questionnements préalables au terrain jusqu’au moment où son auteure s’est finalement retrouvée impliquée au centre de celui-ci, en tant que seule représentante féminine de son village d’enquête lors d’une cérémonie funéraire. L’expérience de terrain, et surtout la place de l’anthropologue en son sein, se trouvent au cœur de ce récit. En effet, Cécile Leguy questionne tour à tour sa position en tant qu’étrangère, que femme et que « toubab » (blanc.che ou européen.ne). Le genre et le statut de l’anthropologue sur le terrain, souvent en marge des catégories sociales locales, sont ainsi à la fois une opportunité pour naviguer de l’une à l’autre, mais aussi un frein pour accéder à certaines données, du moins au début de son parcours. L’âge est également un élément important et récurrent dans le texte, à la fois quant à la perception qu’elle a du terrain et pour la façon dont elle est elle-même perçue. Ainsi, partie très jeune pour son premier terrain, le livre décrit bien comment en devenant plus mature, épouse puis mère, son statut a évolué et, en conséquence, ses enquêtes et leur contenu. Mais surtout, comme elle le souligne elle-même, les relations fortes nouées sur le terrain, articulées autour de la confiance et perdurant au fil des années, ont été déterminantes.

3Ce récit des premières expériences anthropologiques est aussi celui de premières sensations. Les descriptions fines de Cécile Leguy si, comme elle le remarque, ne peuvent transmettre au lecteur l’intégralité du ressenti, permettent néanmoins de revenir habilement sur celui-ci. Tout en ayant ses sens en éveil, par exemple le goût et l’odorat, à travers la nourriture ou la préparation de la bière de mil, ou encore la vue, troublée lors de l’arrivée de nuit pour la première fois au village, l’anthropologue doit néanmoins « s’oublier soi-même » (p. 40), accepter la perte de repères, « son incompétence dans tous les domaines » (p. 36), et remettre en question ses a priori, ses principes et ses sens. En ceci, elle aborde avec humilité et sans tabou ces expériences, y compris des moments d’incompréhensions mutuelles.

  • 3 G. Calame-Griaule, La parole du monde, Paris, Mercure de France, 2002.

4Toutefois, loin de ne relater que les impressions ou les sensations de l’ethnographe, son récit garde le lien avec son objet d’étude, l’anthropologie linguistique. Elle relate son propre apprentissage de la langue, et son évolution au fur et à mesure des changements de statuts auxquels elle a été soumise sur le terrain. À la manière dont Geneviève Calame-Griaule le raconte dans La parole du monde3, l’anthropologue non locutrice de la langue à son arrivée sur le terrain doit rattraper, autant que faire se peut, les différentes étapes de son apprentissage. Apprenant tout d’abord à saluer, premier enseignement indispensable à l’établissement des relations sociales, puis à parler avec les enfants, elle fut rapidement confrontée au fait, que « dire » ne suffit pas : il faut apprendre l’implicite, savoir faire deviner ce qui ne se dit pas (p. 65), notion centrale dans l’art de la parole bwa. En ceci, son cheminement peut être mis en parallèle avec l’évolution sociale de ceux qui grandissent en apprenant à « bien parler ». La maîtrise de ce maniement du langage va de pair avec l’évolution du statut dans la société, et avec la découverte de nouvelles dimensions du social.

5Ce livre, dont l’écriture a été impulsée par la professeure en anthropologie linguistique Ruth Finnegan et par la demande des filles d’une de ses amies, comme le rapporte l’auteure, est publié dans une édition et un style destinés aux jeunes et au grand public. Il s’inscrit cependant dans la lignée des récits de terrain, également destinés aux étudiants et aux chercheurs, qui interrogent la place de l’anthropologue dans la société qu’elle étudie d’un point de vue réflexif. Le format court et dynamique marqué par le rythme des chapitres en rend la lecture accessible à tous. Au fur et à mesure des scènes et des interactions de la vie quotidienne qu’elle décrit, Cécile Leguy fait ainsi découvrir à ses lecteurs la manière dont les relations sociales et les pratiques langagières s’articulent les unes aux autres. Mais elle raconte également le quotidien d’un Mali rural trop souvent oublié et effacé derrière la guerre et l’insécurité.

Haut de page

Notes

1 C. Leguy, Le proverbe chez les Bwa du Mali, Paris, Karthala, 2001 ; P. Diarra & C. Leguy, Paroles imagées. Le proverbe au croisement des cultures, Paris, Bréal, 2004 ; S. Bornand & C. Leguy, Anthropologie des pratiques langagières, Paris, Armand Colin, 2013.

2 G. Calame-Griaule, Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon, Limoges, Lambert-Lucas, 2009 [1965].

3 G. Calame-Griaule, La parole du monde, Paris, Mercure de France, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Degorce, « Leguy Cécile. — Façonner la parole en Afrique de l’Ouest »Cahiers d’études africaines, 247 | 2022, 655-657.

Référence électronique

Alice Degorce, « Leguy Cécile. — Façonner la parole en Afrique de l’Ouest »Cahiers d’études africaines [En ligne], 247 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/39897 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.39897

Haut de page

Auteur

Alice Degorce

Institut des mondes africains (IMAF), IRD, Aubervilliers, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search