Navigation – Plan du site

AccueilNuméros247analyses et comptes rendusToulmin Camilla. — Land...

analyses et comptes rendus

Toulmin Camilla. — Land, Investment, and Migration : Thirty-five Years of Village Life in Mali

Philippe Lavigne Delville
p. 668-670
Référence(s) :

Toulmin Camilla. — Land, Investment, and Migration : Thirty-five Years of Village Life in Mali. Oxford, Oxford University Press, 2020, 257 p., bibl., index, ill.

Texte intégral

  • 1 C. Toulmin, Cattle, Women and Wells : Managing Household Survival in the Sahel, Oxford, (...)

1Après une carrière de chercheuse et d’experte à l’International Institute for Environment and Developpement (IIED), think tank international dont elle a coordonné le programme « Zones arides » avant d’en assurer la direction, Camilla Toulmin a repris sa casquette de chercheuse. Elle est revenue à Dlonguébougou (DBG dans le texte), village où elle avait séjourné deux ans entre 1980 et 1982 pour sa thèse1, pour une étude longitudinale des évolutions qu’a connues ce petit village de la région de Ségou, au centre du Mali, au cours de presque quarante ans.

2L’insécurité croissante dans le centre du Mali ne l’a pas autorisée à y séjourner autant qu’elle l’aurait voulu, mais ne l’a pas empêchée de mener, avec l’aide de ses assistants de recherche (dont celui qui l’avait été à l’époque !), une passionnante actualisation de ses données, mettant en lumière les profondes évolutions qu’a connues ce village en trente-cinq ans. Avec cet ouvrage, Camilla Toulmin nous fait entrer dans la vie quotidienne de ce village, au plus proche des réalités et du vécu des acteurs, sans aucun misérabilisme évidemment, mais aussi sans idéalisation naïve. Elle met à jour des changements peu perceptibles au regard pressé mais néanmoins profonds, et nous donne accès aux dilemmes et interrogations de ses habitants.

3À première vue, DBG est, comme il y a quarante ans, avant tout constitué de maisons en banco. Les activités économiques reposent sur l’agriculture et l’élevage, les techniques agricoles n’ont pas beaucoup changé. Mais en rester à ce constat serait ignorer l’ampleur des changements qu’a connus le village : la population a beaucoup crû, les terres se sont réduites du fait de l’arrivée de cultivateurs de la région, chassés par des projets d’aménagement. Les réseaux familiaux s’étendent désormais dans les villes, Ségou et Bamako, où la plupart des jeunes migrent ou espèrent migrer. Si l’agriculture parvient de moins en moins à assurer la subsistance, le développement des revenus commerciaux et surtout les transferts depuis la ville permettent de vivre. Les panneaux solaires et les motos se sont multipliés. Dans un contexte particulièrement difficile d’un point de vue agroclimatique, et alors que la disponibilité en terres s’est réduite et que les rendements ont chuté, les familles ont globalement réussi à investir et à accroître leur capital. Si l’attrait pour la ville demeure, les jeunes ne se voient pas vivre ailleurs qu’au village.

4Ce sont tous ces changements que Camilla Toulmin documente, analysant successivement les grandes dimensions de la vie quotidienne et de l’économie locale (l’agriculture, la terre, l’organisation domestique, l’investissement, les migrations). Avec la plume alerte et limpide qu’on lui connaît, couplant le souci de quantifier de l’économiste et une profonde empathie doublée d’un regard ethnographique, elle resitue l’histoire de DBG dans celle de la région et du Mali, croise destins individuels et données quantitatives, mobilise photos et schémas (particulièrement travaillés et parlants). Elle donne à voir une histoire nuancée, qui ne voile rien des inquiétudes (« Facing an Uncertain Future » est le titre du chapitre conclusif) mais met l’accent sur l’impressionnante capacité d’adaptation des habitants de DBG, face à ces changements et aux incertitudes permanentes liées à la pluie, aux maladies, à la démographie, etc.

5En trente-cinq ans, la population de DBG a triplé, passant de 534 à 1 589 habitants. Retracer le devenir des 29 concessions de 1980 permet à l’auteure de proposer une analyse fine de la dynamique des unités domestiques. Malgré les segmentations, la taille moyenne des concessions a augmenté, passant de 18 à 35 personnes, dans un double processus où quelques grandes concessions ont encore grossi parallèlement à une multiplication de petites unités domestiques. L’individualisme plus marqué dans les activités économiques n’est pas allé de pair avec une fragmentation des concessions, celles-ci assurant, comme dans les années 1980, un rôle essentiel de protection et de solidarité face aux incertitudes de la vie. Cet accroissement démographique, couplé à l’extension de la culture attelée bovine, a entraîné une forte augmentation des surfaces cultivées (aujourd‘hui huit fois plus étendues qu’il y a trente-cinq ans, réduisant l’espace disponible pour le pâturage. Les concessions cultivent chacune plusieurs dizaines d’hectares, mais l’extension des surfaces (3-4 ha cultivés par adulte) n’a pas suivi l’accroissement démographique. Couplée avec une stagnation ou une baisse des rendements — en particulier dans les champs de village —, la production vivrière par personne a diminué de moitié, rendant indispensable l’achat de vivres. Les contrastes sont pourtant croissants entre les grandes concessions, qui exploitent de bonnes terres aux limites du territoire villageois et peuvent continuer les jachères, et les petites, dont les terres, moins fertiles, sont plutôt situées à proximité du village, et qui n’ont pas le matériel de culture nécessaire. La pression foncière est d’autant plus accrue que de nombreux cultivateurs, chassés par les projets d’irrigation autour de l’Office du Niger, viennent cultiver à DBG depuis quelques années, et occupent aujourd’hui plus de la moitié des terres cultivées. Bien que situé à plusieurs dizaines de kilomètres, DBG est fortement impacté par ces projets.

6La chute du disponible vivrier, l’individualisation de l’économie et l’évolution des modes de consommation ont accru les migrations. Celles-ci étaient déjà un élément structurel dans les années 1980, les jeunes hommes (et quelques jeunes femmes) non mariés partant pour la saison sèche. Le départ des jeunes, hommes et femmes, est désormais systématique, les destinations se sont étendues vers Bamako et, pour quelques-uns, l’Europe. Les migrant.e.s gardent de plus en plus leurs revenus, auparavant donnés au chef de famille. Toutes les jeunes filles non mariées partent désormais pendant 8 à 9 mois, principalement comme bonnes à Bamako, pour économiser de quoi préparer leur mariage. Plus que jamais, la migration est indispensable à l’économie domestique. Ses revenus ont permis des investissements nombreux, productifs pour partie (puits), mais aussi de confort (motos, panneaux solaires, etc.). Mesurant le montant du capital détenu par les concessions, Camilla Toulmin montre qu’il a été multiplié par 5 alors que la population a seulement triplé, en même temps qu’il a changé de nature.

7Cette riche étude, abondamment illustrée, donne ainsi à voir, à partir du cas de Dlonguébougou, les dynamiques agraires et socioéconomiques de la zone sahélo-soudanienne, avec des économies domestiques en partie désagrarianisées et de plus en plus dépendantes de la mobilité et des revenus de la migration. Elle permet de prendre la mesure de ces dynamiques, sur un pas de temps rarement traité, illustrant de façon particulièrement fine et précise les multiples manières dont les ruraux font face à des environnements très incertains, adaptent leurs modes de vie et de consommation, renégocient les rapports intrafamiliaux, cherchent à assurer leur existence (à des niveaux de vie très bas : l’auteure estime le revenu annuel moyen par personne à 225 000 FCFA, soit 340 €), et arrivent malgré tout à épargner. Ce livre est une lecture indispensable, à la fois comme introduction pédagogique pour ceux qui découvrent ces régions et comme outil de travail pour ceux qui s’intéressent de façon plus spécifique à l’une ou l’autre des thématiques abordées. La publication de la version française, en préparation, le rendra accessible à un plus large public, en particulier en Afrique et au Mali même.

Haut de page

Notes

1 C. Toulmin, Cattle, Women and Wells : Managing Household Survival in the Sahel, Oxford, Oxford University Press, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Lavigne Delville, « Toulmin Camilla. — Land, Investment, and Migration : Thirty-five Years of Village Life in Mali »Cahiers d’études africaines, 247 | 2022, 668-670.

Référence électronique

Philippe Lavigne Delville, « Toulmin Camilla. — Land, Investment, and Migration : Thirty-five Years of Village Life in Mali »Cahiers d’études africaines [En ligne], 247 | 2022, mis en ligne le 01 septembre 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/39947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.39947

Haut de page

Auteur

Philippe Lavigne Delville

Savoirs, Environnement, Sociétés (SENS), Université Paul-Valéry - Montpellier 3, IRD, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search