Navigation – Plan du site

AccueilNuméros248Analyses et comptes rendusBen Hounet Yazid & Therrien Cathe...

Analyses et comptes rendus

Ben Hounet Yazid & Therrien Catherine (dir.). — Les parentalités en Afrique musulmane. Repenser la famille à partir de l’intérêt de l’enfant et des transformations sociales

Louise Barré
p. 902-905
Référence(s) :

Ben Hounet Yazid & Therrien Catherine (dir.). — Les parentalités en Afrique musulmane. Repenser la famille à partir de l’intérêt de l’enfant et des transformations sociales. Rabat, Centre Jacques-Berque, 2021, 210 p., ill.

Texte intégral

1Cet ouvrage1 propose une migration du concept de parentalité, néologisme officialisé dans les années 1980 par les politiques publiques dans les espaces francophones au sujet des « compétences parentales »2 à acquérir, théorisé comme un concept scientifique émancipateur permettant de se soustraire à la norme des familles conjugales hétérosexuelles. Issu d’une journée d’étude qui s’est tenue en décembre 2015 à Rabat au Centre Jacques-Berque, cette publication découle du programme de recherche dans le même institut sur « Les parentalités au Nord de l’Afrique (Algérie, Maroc) et en contextes migratoires ». Les directeurs de cette publication collective, tous deux anthropologues, proposent en effet de faire usage de ce terme encore peu mobilisé dans les pays d’Afrique musulmane. Alors que l’étude de la parenté a privilégié une approche « structurelle » des sociétés, parler de parentalité amène à mettre en avant de nouveaux objets « relationnels », comme le rappelle l’introduction, pour rendre compte des changements sociaux à l’œuvre. On peut saluer ce déplacement notionnel au sujet d’un continent où la famille a longtemps été étudiée comme un schéma plutôt que dans ses interactions.

  • 3 E. N. Goody, Parenthood and Social Reproduction. Fostering and Occupational Roles in West Africa, (...)

2Le premier chapitre réflexif d’Agnès Fine rappelle la généalogie du concept de « pluriparentalité » dans ses travaux. Partant de la dissociation entre les différentes fonctions parentales établie par Esther Goody3, Agnès Fine définit la pluriparentalité comme « l’ensemble des personnes qui occupent à des degrés divers des positions ou des fonctions parentales vis-à-vis de l’enfant ». Elle souligne ensuite comment le concept de parenté additionnelle, développé après sa thèse sur le parrainage catholique, comporte une utilité heuristique pour rendre compte de parentalités adoptives ou d’homoparentalités. Mais que nous amènent donc à penser ces termes quand ils sont utilisés pour écrire le Soudan, le Burkina Faso, la Tanzanie, ou encore le Maroc et l’Algérie d’aujourd’hui ?

3Les auteurs des douze chapitres suivants y ont recours pour décrire les pratiques d’éducation collective des enfants. Or, celles-ci sont moins des rituels inhérents aux sociétés que des solutions pragmatiques face à des contraintes de vie, en particulier dans le cas des « mères célibataires » qui confient la garde des enfants en attente d’une situation socioéconomique stable. L’existence de normes de genre dans les rôles parentaux est aussi un facteur de démultiplication des parents : au Sénégal, étudié par M. N’Diaye, le soin de l’enfant dans la petite enfance n’est jamais un attribut masculin. La réclamation de la garde des enfants par les hommes repose donc sur la capacité de leurs proches (seconde épouse, sœurs, tantes) à s’occuper de ceux-ci. Enfin, la pluriparentalité est aussi le fait de l’intervention de professionnels qui véhiculent des normes internationales sur les droits des femmes et l’égalité des sexes, s’immisçant dans les disputes familiales et la définition des rôles et des comportements parentaux.

4La partie 1 s’inscrit dans le champ de l’anthropologie de la loi : les deux premiers chapitres de Y. Ben Hounet, N. Rupert et M. N’Diaye procèdent d’enquêtes dans les tribunaux de Rabat et de Dakar tandis que N. Bernard-Maugiron utilise la jurisprudence égyptienne pour illustrer la manière dont les rôles parentaux sont déterminés par le juge au moment de la séparation. L’ensemble démontre comment les conceptions de rôles éducatifs genrés inspirent les décisions de garde d’enfant, dans un contexte de pénurie de moyens où la rareté des enquêtes sociales auprès des familles ne permet pas de déterminer « l’intérêt de l’enfant ».

5E. Barraud et B. Moutassem-Mimouni proposent ensuite deux contributions complémentaires sur la kafâla en Algérie, un système de « recueil » légal d’enfant, démontrant comment cette institution d’ordre charitable du point de vue du droit tend à être réinvestie pour ouvrir la voie à l’exercice de parentalités, et comment les parents détournent le droit pour créer une filiation avec les enfants adoptés. La seconde met davantage en valeur le lien entre célibat féminin et kafâla.

6Ce chapitre 6 initie par ailleurs le thème des « mères célibataires » qui est l’objet des chapitres 7, 8 et 10, basés sur des entretiens et des enquêtes participatives avec des femmes au Maroc et en Algérie. Un paradoxe ressort de ces travaux : la pluriparentalité semble a priori d’autant plus compromise que les femmes qui ont eu un enfant hors mariage sont rejetées socialement. Or, les conclusions des auteures, bien que similaires aux études internationales sur les familles monoparentales qui soulignent la précarité des femmes, insistent aussi sur leur capacité à recourir à des « parentalités d’appoint » (Y. Rahou), dans la famille ou dans des maisons de célibataires. Ces parentalités difficiles et parfois douloureuses, nous disent les auteures, ont toutefois un rôle décisif dans l’évolution des mentalités pour lutter contre l’opprobre d’une sexualité hors mariage. L’instruction des femmes semble être un facteur pour expliquer la capacité des femmes à conserver leur enfant quand elles le souhaitent ou à le récupérer.

7La troisième partie porte sur les « experts de la parentalité » et montre comment les associations locales au Maroc (chapitre 10), le service d’Action sociale au Burkina Faso, ou encore l’association Save the Children en Tanzanie interviennent à des niveaux différents auprès des femmes et des familles. On pourra d’ailleurs contraster les conclusions d’A. Bousbaa avec celles d’I. Capelli : celle-ci adopte une approche plus critique du rôle des associations de prise en charge des mères célibataires, en insistant en particulier sur la manière dont le travail associatif contribue à responsabiliser les femmes sur leur situation et à « dépolitiser la vulnérabilité sociale et de genre ». Toutefois, ces études n’ignorent pas le rôle des parents et les réponses qu’ils offrent aux institutions, telle l’analyse d’A. Diop sur les mots de l’éducation en swahili.

8La catégorie « Afrique musulmane » utilisée par les directeurs de publication se justifie ici en termes de parentalité, car ces articles démontrent une récurrence de la partition parentale genrée dans l’éducation des enfants : la petite enfance et le « soin » sont confiés à la mère, tandis que « l’éducation » et l’autorité reviennent au père un peu avant l’adolescence. Mais ces espaces sont aussi bien différents les uns des autres, comme le rappellent les auteures : la prévalence de références religieuses qui inspirent la loi, la morale ou certaines formules populaires ne fait pas oublier l’existence de traditions différentes (malékite/chaféite) ou l’application partielle de la charia pour régir les questions familiales. En lieu et place de cette « Afrique musulmane », ce qui ressort à la lecture de l’ouvrage, c’est plutôt le jeu de superposition des références législatives dans des situations où des minorités religieuses coexistent. Le chapitre 9 de S. Lamoureaux est à ce titre édifiant, nous mettant en présence de femmes moro tributaires de la « tradition chrétienne » qui obtiennent le divorce en en appelant à la responsabilité masculine dans les tribunaux islamiques. Mais on peut aussi se référer aux tentatives, par les femmes coptes en Égypte, de faire étendre les principes de garde issus de la charia pour conserver plus longtemps leur enfant auprès d’elle. Dans ce contexte de superposition des normes juridiques, certaines femmes mobilisent des normes alternatives pour conserver la garde de leur enfant. Mais cette mobilisation de références dépasse, là encore, l’espace religieux puisque la pratique de la kafâla démontre dans le même temps une distanciation avec l’interdit islamique de l’adoption en Algérie.

9En outre, ces articles ouvrent une réflexion sur le lien entre filiation et prise en charge financière de l’éducation des enfants, présent dans les différentes traditions musulmanes mais aussi dans l’approche « individualiste » (I. Capelli) ou « capitaliste » (S. Lamoureux). En Algérie, la non-reconnaissance du père équivaut à l’absence de parenté d’un enfant. Comme le rappellent les auteures, cette parenté inassumée peut être due à l’importance de la charge financière liée à la parentalité, exclusivement réservée au père. À ce titre, la manière dont certaines femmes choisissent d’assumer financièrement la parentalité (B. Bertho, chap. 11) pour réclamer une parenté exclusive ou de donner leur nom à leur enfant pour revendiquer une parenté utérine constitue un retournement passionnant. Ces tendances sont toutefois plus anciennes qu’il n’y paraît, et certaines des transformations sociales citées dans l’ouvrage (urbanisation, travail des femmes) mériteraient d’être recontextualisées.

10Pour conclure, cet ouvrage a la grande qualité de faire dialoguer des espaces différents en remettant en cause les traditionnelles séparations entre Afrique du Nord et Afrique subsaharienne, voire entre Afrique de l’Ouest et Afrique de l’Est. Il met en exergue le fait que les interdits sur la sexualité hors mariage ne conduisent pas à une condamnation des enfants qui en sont issus. Ceux-ci viennent remplir des désirs de parentalité en réponse à une autre norme : la condamnation de la stérilité. Ces dynamiques conduisent à des formes de pluriparentalité, durables ou temporaires. L’ouvrage illustre enfin des rapports au droit, à la loi ou aux institutions familiales faits de détournement et de distanciation malgré leur usage.

Haut de page

Notes

1 Consultable sur <https://books.openedition.org/cjb/1744?format=toc>.

2 Y. Ben Hounet, « La parentalité des uns… et celle des autres », L’Homme, 209, 2014, pp. 121-141.

3 E. N. Goody, Parenthood and Social Reproduction. Fostering and Occupational Roles in West Africa, Cambridge-Londres, Cambridge University Press, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Barré, « Ben Hounet Yazid & Therrien Catherine (dir.). — Les parentalités en Afrique musulmane. Repenser la famille à partir de l’intérêt de l’enfant et des transformations sociales »Cahiers d’études africaines, 248 | 2022, 902-905.

Référence électronique

Louise Barré, « Ben Hounet Yazid & Therrien Catherine (dir.). — Les parentalités en Afrique musulmane. Repenser la famille à partir de l’intérêt de l’enfant et des transformations sociales »Cahiers d’études africaines [En ligne], 248 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/40337 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.40337

Haut de page

Auteur

Louise Barré

Laboratoire des Afriques dans le monde (LAM), Bordeaux, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search