Navigation – Plan du site

AccueilNuméros248Analyses et comptes rendusGez Yonathan N., Droz Yvan, Rey J...

Analyses et comptes rendus

Gez Yonathan N., Droz Yvan, Rey Jeanne & Soares Edio. — Butinage. The Art of Religious Mobility

Cécile Petitdemange
p. 905-908
Référence(s) :

Gez Yonathan N., Droz Yvan, Rey Jeanne & Soares Edio. — Butinage. The Art of Religious Mobility. Toronto, Buffalo-London, University of Toronto Press, 2021, 240 p., bibl., index.

Texte intégral

  • 1 « We recognize the integrity of predefined religious forms and look at the individual’s back and f (...)

1À la croisée de l’anthropologie et de la sociologie du religieux, l’ouvrage Butinage. The Art of Mobility contribue, à l’aide d’un appareil critique fourni et de quatre remarquables études de terrain, à enrichir la boîte à outils conceptuelle de tout chercheur aux prises avec l’ambivalence et la complexité des pratiques et identités religieuses. La métaphore du butinage religieux, intuitivement fort séduisante, n’est pas une énième terminologie se juxtaposant aux concepts de syncrétisme, bricolage et autre créolisation définissant les dynamiques identitaires des sociétés du Sud. À l’intersection des approches institutionnelles par le haut et des expériences vécues par le bas, cette métaphore se distingue par sa capacité à capturer le dynamisme et la fluidité des logiques sociales, institutionnelles, et personnelles coproduisant les identités religieuses1. Le butinage permet en effet d’observer les différents degrés d’interactions entre l’abeille (le pratiquant avec ses propres motivations personnelles), les types de fleurs butinées (les institutions religieuses) et la ruche (l’environnement socioculturel du butineur), le tout articulé au temps long des trajectoires de vie et au temps immédiat des pratiques quotidiennes (butinage diachronique et synchronique). Posée d’emblée non comme hypothèse de recherche mais comme paradigme scientifique, la nature fluide, mobile, et polymorphe des pratiques religieuses suppose dès lors un nouvel agenda de recherche interrogeant les limites, normes et sanctions propres aux circulations religieuses. Explorant le comment des choix opérés à l’appui de quatre solides études de terrain sur lesquelles nous reviendrons, Y. Gez, Y. Droz, J. Rey, E. Soares, tous quatre anthropologues, enrichissent la métaphore du butinage de plusieurs concepts spatiaux fort utiles pour cartographier, par exemple, le champ des représentations religieuses légitimes (territory of religious landscape). Ils proposent également de percevoir selon un axe vertical et horizontal les différents degrés d’intensité et d’implication du croyant en termes de pratiques « pivots » (ce qui correspond le plus souvent à l’identification institutionnelle du croyant) et « périphériques » (ce qui correspond aux expérimentations parfois simultanées du croyant). Le modèle du « répertoire religieux », nécessairement individuel et contextualisé, constitue certainement la synthèse de ce progressif étayage conceptuel. Opérant une distinction entre les pratiques religieuses actives périphériques-pivots et les pratiques familières mais cependant non activées ou usitées par le croyant, le modèle du répertoire religieux encapsule les différents types de comportements à disposition des acteurs en fonction de leur propre stock de représentations et pratiques antérieures. Ces constellations de pratiques plus ou moins intenses, plus ou moins habituelles, plus ou moins légitimes nous permettent de penser le caractère changeant et protéiforme des identités religieuses.

2Conscients de la difficile conciliation méthodologique entre le caractère dynamique des identités et la rigidité des cadres conceptuels proposés, les auteurs rendent cependant leur propos vivant en démontrant la fluidité des pratiques de leurs enquêtés. Menées aux Brésil, Ghana, Kenya et en Suisse, ces enquêtes de terrain ont pour qualité première de souligner, outre la diversité sociolinguistique des terminologies émiques usitées, une pluralité d’actions et de matrices de pensées dans des contextes pourtant a priori marqués par un héritage judéo-chrétien commun. Soulignant la forte signification sociale de la religion, ces différents sites dessinent plusieurs tendances clés de la mobilité religieuse : dans la localité brésilienne de Joinville, le butinage est avant tout lié à la consolidation et l’entretien de relations de voisinage dénommées jeitinho. Au sein du contexte urbain kenyan, la forte pression sociale sanctionnant toute dérive hors du territoire chrétien tend à restreindre les pratiques de butinage religieux autour d’un même univers (butinage monochrome) sans pour autant interdire toute mobilité, notamment de retour. Cette tension entre liberté et condamnation sociale semble en revanche beaucoup moins présente au Ghana, comme l’illustrent les différentes identités religieuses (cependant toutes chrétiennes) du président John Dramani Mahama. La mobilité, dans ce contexte, est liée aux trajectoires d’ascension sociale articulée à la mobilité géographique et aux liens de parenté. Enfin, étude fort stimulante invitant à redéfinir les frontières épistémologiques du religieux, le cas suisse nous montre comment, dans un contexte largement sécularisé, les pratiques se recomposent sur le mode de la désaffiliation et de la personnalisation, lesdites institutions jouant cependant toujours, en arrière-plan, un certain rôle social.

  • 2 G. Althabe, « Ethnologie du contemporain et enquête de terrain », Terrain, 14, 1990, pp. 126-131.

3Plusieurs interrogations viennent cependant à l’esprit à la lecture de l’ouvrage. En termes méthodologiques, la manière dont chaque chercheur a géré la distance ou la proximité par rapport à son objet d’étude mériterait quelques lignes de plus, ceci permettant d’étayer les stratégies, ou « ficelles », pour négocier son terrain. Si certains terrains relèvent en effet d’une anthropologie at home (Brésil et Suisse), les auteurs sont assignés à la figure du blanc au Ghana et au Kenya. Rapidement évoqués en introduction du chapitre 2 dédié aux case studies, les biais sous-jacents aux identités et statuts (supposés comme réels) des chercheurs peuvent, dans certains contextes, conditionner leurs accès au terrain. Comment, dès lors, présupposés identitaires et contexte socioreligieux influent-ils sur la production des données ? Y. Gez et Y. Droz, ont-ils, lors de certaines interactions, inventé un « faux moi » afin de réduire la distance avec leurs enquêtés kenyans dans un contexte de forte sanction sociale à l’encontre de tout athéisme supposé ? Par ailleurs, si les auteurs prennent soin de souligner d’emblée aux enquêtés leur autonomie (ni missionnaires, ni pro-sécularistes [p. 43]), tout chercheur est cependant, « dès son arrivée, impliqué, le plus souvent à son insu, dans un réseau d’alliances et d’oppositions, […] est placé dans une position qui se transformera dans le cours de l’enquête »2. Peu évoquée, la question des enjeux de compétition entre Églises et de leurs effets sur le positionnement des chercheurs (méfiance, exclusion, ou instrumentalisation ?) est pourtant importante afin de comprendre comment ces derniers ont stratégiquement construit la « bonne » distance vis-à-vis de leurs enquêtés.

  • 3 A. Giddens, La constitution de la société, Paris, PUF, 1987.
  • 4 En d’autres termes, la structure n’est pas « extérieure » aux individus, elle est constitutive de (...)

4Deuxièmement, la discussion scientifique menée par les auteurs autour du nécessaire cheminement entre le tout institutionnalisé et le tout personnalisé (p. 182) manque une référence importante. La problématique de la transformation mutuelle des institutions et des individus n’est pas nouvelle et l’une des notions essentielles de la théorie de la structuration proposée par A. Giddens3 est justement de souligner en quoi les structures, parce qu’elles sont produites et reproduites par l’interaction des acteurs, sont simultanément constituées et constituantes4. Butiner dans la sociologie des organisations aurait permis, en ce sens, de faire le pont entre dynamiques de structuration individuelles et collectives.

  • 5 P. Haenni, L’islam de marché : l’autre révolution conservatrice, Paris, Éditions du Seuil, 2005.
  • 6 J.-F. Bayart, A. Mbembe & C. Toulabor, Le politique par le bas en Afrique noire, Paris, Karthala, (...)
  • 7 J. Lonsdale, « Moral Ethnicity and Political Tribalism », in P. Kaarsholm & J. Hultin (eds.), Inve (...)
  • 8 C. Petitdemange, Bricoler au rythme du politique : l’ambivalence des islams au Tchad, Thèse de doc (...)

5Tester, dans une perspective comparatiste, la validité des tendances clés de ces quatre terrains en contexte musulman aurait été également fort pertinent, ne serait-ce que pour abonder dans le sens d’une banalisation des manières d’être et d’agir islamiques, trop souvent réduites à leur supposé rigidité. Par exemple, l’émergence d’un islam de marché influencé par la culture managériale et les techniques plus ou moins spirituelles de développement personnel5 montre combien les acteurs musulmans butinent d’une fleur à l’autre. Relativisant en conclusion de leur ouvrage tout fondamentalisme au regard des ponts jetés par les pratiquants entre diverses affiliations et pratiques religieuses, les auteurs soulignent la tolérance produite par ces multiples identités. Même si ce butinage peut être un mode d’action politique6 par le bas permettant de nuancer tout discours clivant et dogmatique sur le mode du tribalisme religieux7, les multiples conflits actuels à coloration moins religieuse que politique nous rappellent qu’en cas de crise, les frontières entre mobilité et rigidité identitaire peuvent facilement se fermer. Imprégnant les imaginaires, l’instrumentalisation de la carte confessionnelle peut durablement et profondément marquer les relations entre populations. Dans un contexte de monopolisation des ressources économiques et d’accroissement de la violence politique, l’exemple tchadien8 nous montre que les individus tendent à se replier autour d’un territoire imaginaire ethnoconfessionnel restreint, traduit par l’essentialisation des modalités d’appréhension de l’autre.

6Ce sont là cependant des remarques secondaires quant à l’intérêt heuristique et l’envergure scientifique de l’ouvrage qui enrichissent notre compréhension des mobilités religieuses.

Haut de page

Notes

1 « We recognize the integrity of predefined religious forms and look at the individual’s back and forth journeying and bridge building between these institutional points of reference » (p. 78).

2 G. Althabe, « Ethnologie du contemporain et enquête de terrain », Terrain, 14, 1990, pp. 126-131.

3 A. Giddens, La constitution de la société, Paris, PUF, 1987.

4 En d’autres termes, la structure n’est pas « extérieure » aux individus, elle est constitutive de leurs actions. Par ailleurs, elle est le cadre qui permet cette action. Voir M. Kechidi, « La théorie de la structuration, une analyse des formes et des dynamiques organisationnelles », Revue industrielle, 60, 2005, pp. 348-369.

5 P. Haenni, L’islam de marché : l’autre révolution conservatrice, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

6 J.-F. Bayart, A. Mbembe & C. Toulabor, Le politique par le bas en Afrique noire, Paris, Karthala, 1992.

7 J. Lonsdale, « Moral Ethnicity and Political Tribalism », in P. Kaarsholm & J. Hultin (eds.), Inventions and Boundaries : Historical and Anthropological Approaches to the Study of Ethnicity and Nationalism, Roskilde, Roskilde University, 1994, pp. 142-150.

8 C. Petitdemange, Bricoler au rythme du politique : l’ambivalence des islams au Tchad, Thèse de doctorat, Genève, UNIGE ; Paris, EHESS, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Petitdemange, « Gez Yonathan N., Droz Yvan, Rey Jeanne & Soares Edio. — Butinage. The Art of Religious Mobility »Cahiers d’études africaines, 248 | 2022, 905-908.

Référence électronique

Cécile Petitdemange, « Gez Yonathan N., Droz Yvan, Rey Jeanne & Soares Edio. — Butinage. The Art of Religious Mobility »Cahiers d’études africaines [En ligne], 248 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/40352 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.40352

Haut de page

Auteur

Cécile Petitdemange

IMAF, IRD, France ; chaire ICAO, Université du Québec à Montréal, Canada

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search