Navigation – Plan du site

AccueilNuméros248Analyses et comptes rendusHagberg Sten, Kibora Ludovic O., ...

Analyses et comptes rendus

Hagberg Sten, Kibora Ludovic O., Barry Sidi, Cissao Yacouba, Gnessi Siaka, Kaboré Amado, Koné Bintou & Zongo Mariatou. — Sécurité par le bas. Perceptions et perspectives citoyennes des défis de sécurité au Burkina Faso

Fabienne Samson
p. 908-911
Référence(s) :

Hagberg Sten, Kibora Ludovic O., Barry Sidi, Cissao Yacouba, Gnessi Siaka, Kaboré Amado, Koné Bintou & Zongo Mariatou. — Sécurité par le bas. Perceptions et perspectives citoyennes des défis de sécurité au Burkina Faso. Uppsala, Uppsala Universitet, 2019, 109 p., bibl.

Texte intégral

1L’ouvrage Sécurité par le bas. Perceptions et perspectives citoyennes des défis de sécurité au Burkina Faso est un petit livre de 109 pages, édité par un collectif de sept chercheurs burkinabè, sociologues et anthropologues au LACET (Laboratoire d’anthropologie comparative, engagée et transnationale) à Ouagadougou, et d’un professeur d’anthropologie suédois, actuel directeur du LACET. Publié aux éditions Uppsala Universitet en 2019, l’ouvrage se donne comme objectif d’apporter un éclairage sur les défis de sécurité au Burkina Faso. Le titre est attractif, le sujet d’actualité et l’approche intéressante, consistant à travailler davantage la notion de « perception d’insécurité » que des faits d’insécurité concrets et avérés. Cela est annoncé dès l’introduction (p. 13) : il s’agit d’appréhender les expériences de citoyens, dans leur quotidien et à travers le pays, d’une insécurité vue et vécue, et les réponses apportées par les militaires et par l’État. Ainsi, ce travail se définit comme une anthropologie « par le bas », caractérisée ici par un travail mené dans treize communes du pays auprès des populations locales. Dans un contexte d’attaques djihadistes, depuis 2015, sur l’ensemble du territoire burkinabé, analyser la manière dont ces populations perçoivent cette violence, s’y adaptent et/ou luttent contre elle est une démarche à saluer.

2L’ouvrage est divisé en dix chapitres (introduction et conclusion comprises), aucun ne dépassant dix pages. Si le premier chapitre (introduction) pose l’enjeu général de l’étude, le deuxième définit les termes et le contexte. Ainsi la notion de sécurité (et son opposé, l’insécurité) est définie à partir de la page 23 — c’est un peu tard — et les auteurs montrent toute la complexité de ce concept décrit à la fois par son contraire (l’absence de sécurité) et par les dispositifs techniques et pratiques de son maintien. Les auteurs annoncent, dès lors, qu’ils envisagent la sécurité (ou l’insécurité) comme rendant compte de « situations de socialités incertaines » et de « processus d’(in)sécurisation » (p. 24), laissant finalement — et cela peut être heureux — aux enquêtés la possibilité de définir eux-mêmes, dans leurs langues respectives, les caractéristiques de ces notions. Les auteurs, dans ce chapitre, proposent également diverses entrées thématiques (mobilisations communautaires ; instrumentalisation ethnique ; groupes d’autodéfense ; insécurités genrées, etc.) qui permettent de structurer l’ouvrage et présagent de réflexions méthodologiques quant aux diverses manières d’aborder la problématique de la sécurité. Aussi, ce chapitre explique-t-il au lecteur toutes les précautions à prendre pour analyser chacun des termes usités, telle la notion de « citoyens ordinaires » (ceux-ci constituant le lot des enquêtés) dont il est dit qu’elle doit être déconstruite sans que les auteurs nous révèlent, finalement, comment le faire (p. 25).

  • 1 J.-F. Augoyard & M. Leroux, « Les facteurs sensoriels du sentiment d’insécurité », in Y. Bernard  (...)
  • 2 Voir notamment : H. Lagrange, « Perceptions de la violence et sentiment d'insécurité », Déviance e (...)

3C’est là que le bât blesse : malgré tous les discernements méthodologiques et théoriques annoncés, le troisième chapitre entame une série de sections trop courtes pour offrir la moindre possibilité d’analyse en profondeur. Tel un catalogue, l’ouvrage se déroule selon des entrées aux titres intéressants (les communes, les violences passées, les perceptions de l’État par les populations, les groupes d’autodéfense, les initiatives citoyennes, etc.) mais aux contenus pauvres, qui ne donnent quasiment aucune explication historique et sociologique aux propos des enquêtés, propos qui d’ailleurs ne sont ni analysés ni, au minimum, discutés, comparés et mis en contradiction. Tout aussi gênant, les données méthodologiques sont absentes ou discutables. Tout d’abord, les communes étudiées ont été choisies en fonction de faits de violence connus (p. 14), ce qui présage d’une classification a priori, par les chercheurs, des thématiques liées à la violence. Cette démarche contredit l’objet central de l’ouvrage qui est de glaner le ressenti des populations, ressenti à dissocier — d’après ce qui est annoncé dans l’introduction — des faits avérés de violence. Ainsi, la perception d’une insécurité sans cause identifiable1 est, d’emblée, mise de côté. Toute la littérature, nombreuse et ancienne, sur cette question, n’est pas citée2. Par ailleurs, aucune autre explication ne permet de comprendre le choix de ces treize communes : les zones géographiques, les populations, l’histoire et la sociologie locales ont-elles eu une importance dans la sélection ? Ensuite, que devient la catégorie de « citoyens ordinaires », présentée comme étant délicate à définir (p. 25) mais qui disparaît totalement de la suite de l’ouvrage ? Aucune précision n’est donnée sur les personnes interrogées : on ne sait qui elles sont, ni pourquoi elles ont été incluses dans l’enquête. Le travail se veut ethnographique sans qu’aucune donnée de terrain (outre les extraits d’entretiens) ne soit fournie : pas d’incarnation, pas de faits retranscrits, pas de réflexivité. Les enquêtes, individuelles et collectives (p. 14), ne sont pas visibles, il est par conséquent impossible au lecteur de savoir qui a enquêté, où, et auprès de qui. In fine, il est dommage que les auteurs des différents chapitres ne soient pas nommés, laissant en suspens la question de savoir comment le travail d’écriture a été effectué à partir d’un collectif de chercheurs (huit) aussi important.

4Le résultat de ce travail, prometteur au départ, laisse le lecteur sur sa faim. Certains sujets abordés, comme celui sur les rivalités entre groupes d’autodéfense (p. 67), auraient pu constituer un sujet à part entière. Malheureusement, l’ouvrage se limite à une simple énumération de faits de violence, répétitifs et décrits par des personnes inconnues donnant leur propre grille d’analyse. Les propos, jamais confrontés à des explications scientifiques, restent creux puisqu’on ne peut saisir leurs logiques historiques et sociales. Par exemple, des prédicateurs transformeraient leur manière de prêcher pour lutter contre le djihadisme (p. 71). Certes, mais qui sont ces prédicateurs ? Que font-ils concrètement ? Quel effet cela a-t-il ? On ne sait pas, on se contente de l’énonciation, sans explication. Pire, des certitudes (des auteurs de l’ouvrage cette fois), étourdissantes, sont assénées : « avant 2014, le Burkina Faso était un exemple de stabilité politique et sociale » (p. 71). Est-ce déjà oublier les crimes d’État et les « insécurités du passé » décrites au chapitre 4 ? D’autres poncifs sont également étonnants : « de telles situations interrogent le devenir de la légendaire hospitalité burkinabé, voire africaine » (p. 59). La « légendaire hospitalité » devient, ici, un fait scientifique !

  • 3 K. Langewiesche, Mobilité religieuse. Changements religieux au Burkina Faso, Münster, LIT Verlag ( (...)
  • 4 F. Samson, « Muslim-Christian Relations in Burkina Faso », in J. L. Esposito (ed.), Oxford Encyclo (...)

5Au final, l’ouvrage se termine sur des recommandations telles que le dialogue interreligieux pour lutter contre le djihadisme. Lorsque l’on connaît le Burkina Faso, ses mobilités religieuses3 et les rivalités entre groupes islamiques et chrétiens4, le lecteur se demande comment, sans avoir réfléchi à la complexité des causes, les auteurs parviennent à proposer ce type de solutions, relativement simplistes, aux diverses violences que connaît actuellement le pays.

Haut de page

Notes

1 J.-F. Augoyard & M. Leroux, « Les facteurs sensoriels du sentiment d’insécurité », in Y. Bernard & M. Segaud (dir.), La ville inquiète : habitat et sentiment d’insécurité, La Garenne-Colombes, Éditions de l’Espace européen, 1992, pp. 23-51.

2 Voir notamment : H. Lagrange, « Perceptions de la violence et sentiment d'insécurité », Déviance et société, 8 (4), 1984, pp. 321-344 ; S. Roché, « Expliquer le sentiment d’insécurité. Pression, exposition, vulnérabilité et acceptabilité », Revue française de science politique, 48 (2), 1998, pp. 274-305 ; M. Lieber, « Le sentiment d’insécurité des femmes dans l’espace public : une entrave à la citoyenneté ? », Nouvelles questions féministes, 21, 2002, pp. 41-56 ; É. Widmer et al., « Du sentiment d’insécurité aux représentations de la délinquance », Déviance et société, 28, 2004, pp. 141-157.

3 K. Langewiesche, Mobilité religieuse. Changements religieux au Burkina Faso, Münster, LIT Verlag (« Mainzer Beiträge zur Afrika-Forschung, 8 »), 2003.

4 F. Samson, « Muslim-Christian Relations in Burkina Faso », in J. L. Esposito (ed.), Oxford Encyclopedia of the Islamic World : Digital Collection, Oxford, Oxford University Press, 2022, <https://www.oxfordreference.com/view/10.1093/acref/9780197669419.001.0001/acref-9780197669419-e-58?rskey=54AC7d&result=1>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Samson, « Hagberg Sten, Kibora Ludovic O., Barry Sidi, Cissao Yacouba, Gnessi Siaka, Kaboré Amado, Koné Bintou & Zongo Mariatou. — Sécurité par le bas. Perceptions et perspectives citoyennes des défis de sécurité au Burkina Faso »Cahiers d’études africaines, 248 | 2022, 908-911.

Référence électronique

Fabienne Samson, « Hagberg Sten, Kibora Ludovic O., Barry Sidi, Cissao Yacouba, Gnessi Siaka, Kaboré Amado, Koné Bintou & Zongo Mariatou. — Sécurité par le bas. Perceptions et perspectives citoyennes des défis de sécurité au Burkina Faso »Cahiers d’études africaines [En ligne], 248 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/40372 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.40372

Haut de page

Auteur

Fabienne Samson

Institut des mondes africains (IMAF), IRD, Aubervilliers, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search