Navigation – Plan du site

AccueilNuméros248Analyses et comptes rendusManetta Delphine & Samson Fabienn...

Analyses et comptes rendus

Manetta Delphine & Samson Fabienne (dir.). — Du contrôle social en Afrique. Réflexivités autour du genre et de l’origine « locale » du chercheur

Anna Poujeau
p. 911-914
Référence(s) :

Manetta Delphine & Samson Fabienne (dir.). — Du contrôle social en Afrique. Réflexivités autour du genre et de l’origine « locale » du chercheur. La Loupe-N’tamo Brazzaville-Paris, Paari (« Germod »), 2021, 304 p., bibl.

Texte intégral

1Cet ouvrage dirigé par Delphine Manetta et Fabienne Samson réunit les réflexions de trois anthropologues, dont les directrices du collectif, et d’un historien sur la question du contrôle social sur le terrain du chercheur. Articulée à celle du genre — dans les contributions de F. Samson et de D. Manetta qui composent la première partie de l’ouvrage — puis à celle de l’origine locale du chercheur — dans les chapitres écrits par Fred Olichet Biyela et Daouda Gary-Tounkara au sein de la seconde partie —, cette question est pensée à nouveaux frais à partir d’un point de vue réflexif et d’un positionnement épistémologique renversant le paradigme de l’altérité du côté du chercheur et non plus de celui de l’enquêté. Chacune des longues contributions, entre 50 et 70 pages, fait place à la reconstitution précise du cadre de l’enquête, des conditions de réalisation ou d’empêchement de la recherche et aux évolutions sur le temps long, non seulement du terrain lui-même, mais aussi du chercheur et de ses choix méthodologiques en fonction du niveau de contrôle social qui s’exerce sur lui et auquel il doit faire face, selon son genre et son origine.

2Comme le rappellent les deux directrices du volume dans l’introduction, cette problématique du contrôle social tient une place centrale dans les sciences sociales depuis les débuts de la sociologie — française, américaine et allemande — jusqu’à aujourd’hui. D’abord envisagée selon une approche fonctionnaliste pour penser les modes de cohésion sociale au tournant du XXe siècle, elle est, à partir de la moitié du XXe siècle, adossée à celle du pouvoir. Un renversement de paradigme s’opère alors progressivement : abandonnant le cadre d’intelligibilité des normes et valeurs collectives que le contrôle social assumait pour les sociologues de la première heure, celui-ci est pensé dans toute sa dimension contraignante qui définit à la fois ses effets et sa nature. Inspirant toute une série de travaux majeurs sur les institutions notamment, ce nouveau paradigme est en partie fondateur de la tradition sociologique française de la domination mais aussi interactionniste en remplaçant peu à peu la société par l’individu dans les objets de recherche, ouvrant la voie à de nombreux travaux sur les subjectivités, les capacités d’action de l’individu et les rapports de pouvoir.

  • 1 J. Clifford & G. E. Marcus (eds.), Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berke (...)

3Après avoir ainsi fait le rappel synthétique de la richesse de l’objet qui les intéresse, les auteures s’emploient à décrire le cadre particulier de leur réflexion collective à la fois d’un point de vue méthodologique, qui pose la pratique de terrain comme permettant de faire dialoguer anthropologie et histoire, et également théorique, qui examine son objet à partir de la notion de contrainte qu’il porte. En outre, la réflexion collective se fait à partir d’un point de vue réflexif qui impose un renversement du paradigme de l’altérité : l’Autre est celui qui enquête. Ainsi, la question somme toute classique de la relation ethnographique est prise dans un cadre théorique et méthodologique particulier qui oblige les auteurs à penser leur terrain par le volet du contrôle social qui s’est imposé à eux en tant qu’étrangers. Prenant le contre-pied du Reflexive turn en anthropologie, inauguré par l’ouvrage fondateur de James Clifford et George Marcus (1986)1, les auteurs examinent de façon réflexive ce que le terrain a fait ou a tenté de faire du chercheur, non seulement de leur présence mais aussi de leurs relations et de leur statut, en se demandant « dans quelle mesure le contrôle social situe-t-il celui-ci au cœur de dynamiques dont il est autant l’objet que l’observateur ? En quoi les épreuves auxquelles il se trouve confronté sont-elles révélatrices, au-delà des aléas propres à toute enquête, des manières complexes par lesquelles se nouent les rapports sociaux ? Comment ces épreuves reflètent-elles les tensions et les conflits qui, se cristallisant par la présence et la personnalité du chercheur, agissent plus largement dans les sociétés et les groupes ? » (Manetta & Samson, p. 10). Ainsi, il ne s’agit pas seulement d’adopter un point de vue réflexif sur la fabrique du terrain et des données mais plutôt d’aborder la question du contrôle social exercé sur le chercheur selon son genre et son origine comme matériau à partir duquel est forgé son analyse des dynamiques locales de pouvoir. La démarche adoptée assume ainsi un point de vue microanalytique passionnant.

4Ce cadre de réflexion précisément posé et articulé dans chacun des chapitres autour de trois axes — l’espace et le contexte d’exercice du contrôle social, les modalités de relation du chercheur avec ce contrôle dont il prend conscience au fur et à mesure de son terrain et, enfin, ce que cela met en lumière de la société étudiée —, permet d’offrir à la lecture un ouvrage collectif d’une remarquable cohérence avec des parties qui s’enchaînent et se répondent parfaitement. De plus, comme les directrices de l’ouvrage le soulignent, les terrains explorés, situés tous en Afrique, du Nord, de l’Ouest et centrale, permettent une comparaison interafricaine des dynamiques de transformation politique dans ces sociétés. Enfin, le mode de narration du terrain par chacun des contributeurs et la grande clarté de l’écriture de l’ensemble donnent à l’ouvrage de grandes qualité didactiques nous incitant à recommander tout particulièrement sa lecture à toutes et tous les étudiant.e.s en sciences sociales s’apprêtant à faire du terrain.

5Le premier chapitre écrit par F. Samson constitue une véritable mise en abyme du contrôle social exercé sur les femmes dans les milieux conservateurs de la wilaya de Blida en Algérie à partir de l’analyse réflexive du huis clos familial qui lui a été imposé. Le retour sur le sens de la place que l’on a voulu faire prendre à la chercheuse, dans la belle maison bourgeoise à l’impénétrable jardin luxuriant dont il était interdit de sortir, ouvre une réflexion plus large à la fois sur le genre comme déterminant des modes de vie au quotidien et sur la variation du rapport au religieux dans les milieux algériens conservateurs et les relations complexes à l’étranger. Faisant la genèse d’un terrain qui, dès ses prémices, s’annonçait mal alors même qu’il avait été soigneusement préparé par l’anthropologue aguerrie, la chercheuse décrypte les dynamiques de pouvoir et les rapports de genre d’une violence pleine d’ambiguïté dont elle fait les frais en tant que femme, étrangère et chercheuse au sein d’une famille pratiquant un islam rigoriste. Enfermée dans une maison au sein d’un foyer qui la rejette, la situation paradoxale qu’elle vit, mais dont elle réussit dans ce chapitre à dénouer les fils, représente un beau cas d’école de terrain qui peine à s’ouvrir ainsi qu’un bel exemple de la richesse de l’approche réflexive engagée dans le collectif.

6Le deuxième chapitre écrit par D. Manetta rend compte d’une situation de terrain beaucoup plus pacifiée, mais non moins contraignante, au sein d’une cour domestique d’un village jàan du sud-ouest du Burkina Faso. La chercheuse, femme et étrangère venue de France, est perçue comme étant la cible potentielle d’attaques en sorcellerie en raison des convoitises que pourrait attiser sa supposée richesse. Dès lors, tout est motif de surveillance : sa nourriture, ses dépenses, ses fréquentations, ses façons de dormir, etc. ; l’objectif étant de l’inciter à minimiser ses déplacements pour l’immobiliser au sein de la cour. Année après année, l’anthropologue devra déployer toute une série de protocoles pour réussir malgré tout à mener son enquête, dont l’achat d’une moto qui, tout en facilitant sa liberté de circulation, entraîna une focalisation des potentielles menaces sur sa sexualité. L’analyse produite à partir d’un retour réflexif sur l’évolution du contrôle social exercé sur elle par ses hôtes permet à la chercheuse de produire une réflexion passionnante sur les dynamiques de pouvoir chez les Jàan de cette région qui s’articulent autour des mouvements des personnes et des objets dans l’espace et le temps tout en se dupliquant dans la topographie locale et l’architecture des maisons et des cours.

7Les deux derniers chapitres de l’ouvrage proposent une réflexion sur le contrôle social du chercheur articulé avec son origine locale. On découvre alors que les attentes du terrain par rapport à un chercheur issu de la société étudiée ne sont pas moins contraignantes qu’envers un étranger. Elles s’expriment cependant sur d’autres registres. F. O. Biyela, d’origine congolaise mais vivant en Europe, travaille sur l’Église de Zéphirin, à Pointe-Noire au Congo-Brazzaville, qui traverse une crise profonde depuis la mort de son fondateur en 1974. La légitimité des autorités dirigeantes de l’Église étant remise en cause par l’organe des choristes qui représente la jeunesse d’une institution néanmoins dynamique, le chercheur dont on présuppose la proximité culturelle est pris au cœur des conflits structurels à l’Église tout en étant sans cesse remis en cause dans les relations qu’il entretient avec l’une ou l’autre faction pour les besoins de son enquête. En outre, le chercheur est soupçonné de cacher les desseins véritables de sa recherche qui viserait à monnayer en Europe ses connaissances et les pouvoirs qu’il aurait réussis à capter. Le retour sur les difficultés de cette enquête et sur les accusations qui lui sont faites lui permet de produire une analyse importante des logiques lignagères, religieuses et politiques à l’œuvre dans cette Église. La dernière production de ce volume est celle d’un historien, D. Gary-Tounkara, qui revient sur son accès au terrain en Côte d’Ivoire et au Mali, dont il est originaire et où il a passé son enfance, ainsi que sur sa place de chercheur en tant que Soninké, groupe attaché dans les représentations collectives à des activités commerçantes. S’intéressant, au tournant des années 2000, à l’histoire de la migration malienne en Côte d’Ivoire, l’historien est confronté à une actualité sensible autour des appartenances ethniques et nationales dans l’un et l’autre pays. Il se trouve donc d’emblée confronté à de grandes difficultés de positionnement identitaire et statutaire qu’il réussira à résoudre par la distance critique qu’il s’imposera en tant qu’historien. In fine, cette contribution interroge aussi les modes d’écriture de l’Histoire selon les héritages et leur réception sur le terrain ainsi que l’histoire des relations des anciennes colonies avec la France.

Haut de page

Notes

1 J. Clifford & G. E. Marcus (eds.), Writing Culture. The Poetics and Politics of Ethnography, Berkeley, University of California Press, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Poujeau, « Manetta Delphine & Samson Fabienne (dir.). — Du contrôle social en Afrique. Réflexivités autour du genre et de l’origine « locale » du chercheur »Cahiers d’études africaines, 248 | 2022, 911-914.

Référence électronique

Anna Poujeau, « Manetta Delphine & Samson Fabienne (dir.). — Du contrôle social en Afrique. Réflexivités autour du genre et de l’origine « locale » du chercheur »Cahiers d’études africaines [En ligne], 248 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/40417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.40417

Haut de page

Auteur

Anna Poujeau

Institut français du Proche-Orient (Ifpo), CNRS, Beyrouth, Liban

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search