Navigation – Plan du site

AccueilNuméros248Analyses et comptes rendusRaufu Mustapha Abdul & Meagher Ka...

Analyses et comptes rendus

Raufu Mustapha Abdul & Meagher Kate (eds.). — Overcoming Boko Haram. Faith, Society & Islamic Radicalization in Northern Nigeria

Éric Morier-Genoud
p. 918-920
Référence(s) :

Raufu Mustapha Abdul & Meagher Kate (eds.). — Overcoming Boko Haram. Faith, Society & Islamic Radicalization in Northern Nigeria. Woodbridge, James Currey ; Abuja, Premium Times Books, 2020, 336 p., bibl., index, ill.

Texte intégral

1Overcoming Boko Haram (« Vaincre Boko Haram ») est le troisième et dernier volume de la trilogie éditée par Abdul Raufu Mustapha (un volume avec David Ehrhardt et le présent volume avec Kate Meagher) sur le conflit djihadiste au nord Nigéria. C’est le résultat d’un grand projet de recherche dirigé par le Nigeria Research Network, basé à l’Université d’Oxford, et le Development Research and Project Centre, basé à Kano, au nord Nigéria. Alors que les deux volumes précédents étaient centrés sur la question des identités musulmanes et du conflit, pour le premier volume, et sur les relations entre musulmans et chrétiens et la résolution de conflit, pour le deuxième, le présent ouvrage aborde la foi, la société et la radicalisation islamique.

2L’opus est constitué de neuf chapitres, une longue introduction et une solide conclusion. Le tout est divisé en trois sections : la première sur les dynamiques macrosociales, la deuxième sur les dynamiques microsociales, et la dernière sur la recherche de solutions au conflit. Après le décès de Raufu Mustapha en 2017, sa veuve et collègue, Kate Meagher, a repris le flambeau et mené le projet à terme. Le livre réunit treize auteurs, dont une majorité de Nigérians, entre chercheurs et praticiens des mouvements sociaux et activistes de la paix.

3Le livre commence avec un avant-propos de Muhammad Sani II, le grand leader soufi nigérian, qui, significativement, prend la défense des acteurs salafis qui ne sont pas, explique-t-il, responsables de la radicalisation et de la violence dans le pays. Suivent une courte préface et des remerciements de K. Meagher, puis une introduction substantielle des éditeurs de l’ouvrage qui situent la question du djihadisme au nord Nigéria dans son contexte historique, avant de discuter du rôle du salafisme, de la pauvreté, des inégalités, des imaginaires radicaux, et des failles de la gouvernance. L’approche est critique et le but de l’ouvrage est explicité ainsi : la radicalisation islamique est une question complexe, qui va au-delà de la question du djihadisme, et le rôle de l’économie ne se résume pas à la pauvreté comme cause de radicalisation.

4Dans la première partie de l’ouvrage, on trouve quatre chapitres sur le rôle des oulémas dans la radicalisation et la contre-radicalisation, sur la province de Borno où a émergé Boko Haram, sur la radicalisation dans la République du Niger, et sur les effets des mesures de sécurité sur les jeunes. Le chapitre 2, sur les oulémas, est fascinant quoiqu’un peu en porte-à-faux avec l’idée que le salafisme n’est pas une étape de radicalisation vers le djihadisme. Le texte sur la province de Borno est extensif et très riche, discutant du conflit dans toutes ses facettes. Le chapitre suivant, comparant la zone nigérienne frontalière du Nigéria soulève d’excellentes questions sur l’importance du contexte, de l’histoire et de la gouvernance, révélant notamment l’importance de la question de la laïcité. Enfin, le chapitre 5, sur les forces armées et leur impact sur la radicalisation, montre les limites, risques et conséquences prévues et imprévues du travail contre-insurrectionnel.

5Dans la deuxième partie du livre, quatre chapitres discutent des chemins de la radicalisation au travers d’histoires de vie, du genre, de l’enfance et de la jeunesse, ainsi que de l’économie informelle. Le chapitre 6 identifie empiriquement trois trajectoires de radicalisation violente : la trajectoire idéologique, la trajectoire relationnelle et celle des opportunités. Le texte suivant se penche sur le rôle des femmes dans le conflit, entre victimes passives, participantes actives, et agentes de contre-radicalisation ; dans tous les cas, elles se trouvent dans une position subordonnée aux hommes, avancent les auteures, du fait des normes sociales et religieuses locales. Le chapitre 8 est centré, lui, sur les enfants et la jeunesse hausa : l’auteur y explique que la radicalisation et le recrutement par les mouvements de radicalisation sont davantage des phénomènes urbains que ruraux. Le chapitre 9 montre que l’économie informelle peut réduire, voire absorber, les tensions à la source de la radicalisation, mais aussi que cette capacité tend à diminuer avec le temps sous l’influence polarisante de la guerre et du salafisme.

6La troisième section du livre contient deux chapitres, sur des scénarios possibles de fin de guerre au nord Nigéria, et la conclusion de l’ouvrage sur la contre-radicalisation. Le chapitre 10 construit des scénarios sur la base d’une comparaison théorique et empirique de différents modèles de fin de guerre. Les auteurs offrent cinq développements possibles pour le Nigéria, bien argumentés, détaillés, et montrant les conditions nécessaires pour que chacun d’entre eux puisse se réaliser. Texte collectif, la conclusion reprend, elle, tous les résultats de la recherche discutés dans le livre et repense, à partir de là, l’« approche totale » (« all-of-society approach ») du gouvernement nigérian. Les propositions sont concrètes, détaillées, nuancées et complexes, dans les domaines de la religion, de l’État, du militaire, de la pauvreté, de l’emploi, du genre, et de la société civile. Pour ne donner qu’un exemple à propos de la religion, les auteurs argumentent que les messages contre la radicalisation religieuse, qui promeuvent la tolérance et le quiétisme, ne sont pas suffisants ; il faut aussi permettre aux musulmans d’être critiques et de développer et diffuser leur propre vision de ce que devrait être le futur dans le pays.

7Riche de 336 pages, Overcoming Boko Haram est un livre très riche et instructif, discutant de tous les principaux domaines de la société : social, religieux, genre, gouvernement, forces armées, et économie. Il est basé sur des recherches originales et/ou sur des expériences de terrain uniques, et il propose nombre d’angles nouveaux et de faits inédits. Il avance des propositions originales, concrètes et détaillées qui pourraient aider à mettre en œuvre de meilleurs programmes de contre-radicalisation sur le terrain. C’est la force de cet opus que de nous montrer autrement la résolution du conflit au nord Nigéria. Pour les non-spécialistes du pays, l’ouvrage est aussi utile afin de penser systématiquement d’autres cas de conflits armés djihadistes et leurs résolutions.

8La seule faiblesse de l’ouvrage concerne la problématique de la « radicalisation ». Utiliser cet angle crée deux problèmes. Tout d’abord, analyser le conflit sous cet angle introduit une contradiction dans la mesure où ce concept ramène tout à la religion, alors que l’ouvrage voulait justement montrer que le conflit avait plus à voir avec le politique qu’avec la religion. En effet, on ne parle pas de « radicalisation » dans les études de guérilla non djihadiste, que ce soit à propos du Movement for the Emancipation of the Niger Delta (MEND) ou du Liberians United for Reconciliation and Democracy (LURD). Analytiquement, ensuite, ce choix amène plusieurs auteurs à parler de « radicalisation » pour se référer à des pratiques que l’on qualifierait ailleurs de « mobilisation », de « recrutement », ou de « diffusion d’idéologie » (symptomatiquement, ces termes n’apparaissent pas dans l’index du livre). Le paradoxe résulte probablement du choix des éditeurs de faire du dernier volume de cette trilogie un ouvrage qui parle aux politiques et autres praticiens de la résolution de conflit au nord Nigéria, acteurs qui utilisent justement le langage de la « radicalisation » et de la « contre-radicalisation ».

9Ce problème noté, ce livre est vivement recommandé. Il est basé sur un corpus de recherche novateur ; il traite de beaucoup de sujets et de domaines ; il est bien écrit ; il est stimulant ; et il est important tant pour avancer dans la réflexion sur le nord Nigéria que pour penser systématiquement d’autres cas de djihad armés et leur résolution. Le livre est aussi un bel objet, bien édité et publié, dont la lecture est agréable et facilitée par une multitude de cartes et de graphes. C’est un livre dont tous les lecteurs, de tous niveaux de connaissance, bénéficieront grandement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Morier-Genoud, « Raufu Mustapha Abdul & Meagher Kate (eds.). — Overcoming Boko Haram. Faith, Society & Islamic Radicalization in Northern Nigeria »Cahiers d’études africaines, 248 | 2022, 918-920.

Référence électronique

Éric Morier-Genoud, « Raufu Mustapha Abdul & Meagher Kate (eds.). — Overcoming Boko Haram. Faith, Society & Islamic Radicalization in Northern Nigeria »Cahiers d’études africaines [En ligne], 248 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/40442 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.40442

Haut de page

Auteur

Éric Morier-Genoud

School of History, Anthropology, Philosophy and Politics, Queen’s University Belfast, Royaume-Uni

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search