Navigation – Plan du site

AccueilNuméros248Analyses et comptes rendusSchmitz Jean, Ould Cheikh Abdel W...

Analyses et comptes rendus

Schmitz Jean, Ould Cheikh Abdel Wedoud & Jourde Cédric (dir.). — Le Sahel musulman entre soufisme et salafisme. Subalternité, luttes de classement et transnationalisme

Amalia Dragani
p. 921-924
Référence(s) :

Schmitz Jean, Ould Cheikh Abdel Wedoud & Jourde Cédric (dir.). — Le Sahel musulman entre soufisme et salafisme. Subalternité, luttes de classement et transnationalisme. Paris, Karthala, 2022, 413 p., bibl., index, ill.

Texte intégral

1Ce volumineux ouvrage, édité par Jean Schmitz, Abdel Wedoud Ould Cheikh et Cédric Jourde, illustre parfaitement la complexité des liens entre soufisme et salafisme au Sahel dans une perspective subalterniste.

2Tout au long des 413 pages et des quinze chapitres organisés en cinq parties, les auteur.e.s proposent une analyse de l’emprise que ces mouvements religieux exercent sur les catégories subordonnées, qu’ils cherchent à enrôler pour augmenter leurs effectifs.

3Les directeurs précisent dans l’introduction que par « subalternes » on doit entendre des groupes minorés (femmes, artisans, jeunes et présumés descendants d’esclaves) et que la notion de subalternité est utilisée « sans se référer à l’arrière-plan épistémologique et philosophique des Subaltern Studies » (p. 10), qu’ils conçoivent comme initialement anglophones bien que d’inspiration gramscienne. En revanche, l’ouvrage prend en compte des approches théoriques basées sur le genre et l’agentivité des femmes (S. Mahmood, B. Buggenhagen, M. Gomez-Perez).

4Les rapports que les mouvements confrériques et salafistes entretiennent avec les subalternes revêtent une dimension globale, d’où le recours aux notions de « transnationalisme » et de « virtualisation » des populations étudiées par des terrains digitaux. C’est pourquoi les lieux d’enquête incluent non seulement des États sahéliens (Nigéria, Mali, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Mauritanie, Sénégal, Gambie) mais aussi des contextes diasporiques : Arabie saoudite, Égypte, France et États-Unis (p. 8).

  • 1 Un premier colloque, « Islam (Tijāniyya, salafisme), « esclavages » et transnationalisme (Afrique (...)

5Au carrefour entre anthropologie, histoire, science politique et islamologie, les riches contributions de cet ouvrage sont le fait d’un groupe pluridisciplinaire de quatorze universitaires chevronnés, exerçant en Allemagne, Belgique, Canada, États-Unis ou en France. Outre les articles issus principalement de deux colloques1 à l’origine de l’ouvrage, neuf textes sont traduits de l’anglais au bénéfice du lectorat francophone (C. Cantone, B. Frede, P. Gaibazzi, S. Hanretta, O. Kane, D. Robinson et R. Seesemann).

6Les articles rassemblés dans le présent volume couvrent un large empan chronologique, qui va de la constitution des imamats (fin XVII-XIXe siècles) et des jihād (fin XIXe siècle) aux ordres soufis anciens (ca 1880-1920) et de seconde génération (à partir de 1930 jusqu’à nos jours). Cette périodisation en quatre phases, proposée par J. Schmitz dans le premier chapitre, s’inscrit résolument dans une nouvelle historiographie, surgie à partir des années 1980 qui, par son approche subalterniste, bouleverse la chronologie précédente en deux étapes centrées sur le fait colonial : imamats et jihād anti-coloniaux, puis ordres soufis agréés par les colons. Le point faible de cette bipartition était la prise en compte d’un agent exclusivement extérieur aux sociétés sahéliennes (la colonisation), négligeant des vecteurs endogènes de transformation sociale, tel l’enrôlement des subalternes musulmans dans le respect de la jurisprudence religieuse, et ce tant par les jihād que par les confréries maraboutiques. Cette opération permet d’introduire une continuité entre des mouvements auparavant conçus comme exclusivement antagonistes et de faire émerger les processus d’influences réciproques, de mimétismes par rivalité et de « brouillage ».

7Ce premier et dense chapitre se clôt par la présentation de quatre cartes géographiques récapitulant la chronologie en quatre étapes, dessinées par A. Le Fur, suivies par une notice rédigée par J. Schmitz. La cartographie, efficace et claire, s’avère un outil d’analyse de taille et non une simple illustration, et figure parmi les qualités remarquables, entre autres pédagogiques, de ce volume.

8Notons enfin que la bibliographie très fournie, sur laquelle s’appuie cet ouvrage, se compose aussi de textes en langue arabe valorisant ainsi des documents potentiellement difficiles d’accès et pourtant souvent très précieux pour corriger des interprétations basées uniquement sur les informations tirées d’archives coloniales. Comme le montre B. Frede (p. 253), les sources coloniales constituent des documents idéologiques peu fiables et propagandistes, au contenu souvent diffamatoire visant à stigmatiser les opposants.

9« Débats locaux et transnationaux autour de l’orthopraxie islamique » est le titre de la première partie présentant quatre importantes contributions. A. W. Ould Cheikh s’attelle à montrer l’ancienneté des antagonismes entre soufisme et (proto)salafisme dans l’espace mauritanien, qui opposent fiqh (droit) et taṣawwuf (mysticisme islamique), ‘ilm (science) et walāya (sainteté), ẓāhir (ce qui est obvie, manifeste) et bāṭin (ce qui est caché) à travers les parcours de paires de savants musulmans rivaux.

10Suivent deux études approfondies sur des carrières religieuses remarquables, la première portant sur Umar Tall (ca 1796-1862), son pèlerinage (ḥajj) et son jihād (D. Robinson), et la seconde sur Bāy Al-Kuntī (1865-1929), son « apologie du soufisme » et des pratiques associées (récitation collective du Coran, chapelets ou célébration de la nativité du Prophète) dans l’actuel septentrion malien (I. Warscheid).

  • 2 P. Stoller, Money Has No Smell : The Africanization of New York City, Chicago, Chicago University (...)
  • 3 O. Kane, « Les marabouts sénégalais et leur clientèle aux États-Unis d’Amérique », Afrique contemp (...)

11Suivant une voie ouverte en 2011 par P. Stoller2 avec son volume sur l’africanisation de New York, Ousmane Kane traite de l’influence des réseaux soufis3 dans l’intégration et la réussite des primo-arrivants sénégalais, sur fond de rivalité avec les Afro-Américains et d’autres minorités dans les quartiers plus défavorisés de la ville.

12La section suivante s’intitule « Islam, subalternité et débats inter-statutaires » et s’ouvre sur une étude de cas, la construction d’une komon misire, une « mosquée d’esclaves », financée et dirigée par deux descendants de captifs, violant les règles coutumières soninké en Haute-Gambie (P. Gaibazzi). R. Dilley se concentre sur le parcours du tisserand Seydou dont il brosse le portrait pour montrer les changements historiques dans les pratiques religieuses des Halpuularen du Sénégal, où un artisan peut se retrouver désormais en position de diriger la prière. Sur ce thème, J. Schmitz traite de la fabrication de l’ignorance, du déni d’islam et de la lutte des présumés esclaves pour l’accès au savoir islamique et à l’école coranique, autrefois nié, dans la vallée du Sénégal, à Fès au Maroc et à Mantes-la-Jolie en région parisienne.

13Dans la quatrième section intitulée « Reconfiguration de la Tijāniyya et subalternité », R. Seesemann apporte une contribution majeure, en se concentrant sur la carrière du « forgeron africain noir » (p. 228) Ibrāhīm Niasse (1900-1975) qui accéda à la direction de la Tijāniyya, favorisé par la soumission de la tribu mauritanienne des Idaw ‘Alī. Bien que descendants du Prophète, ces derniers attribuèrent plus d’importance au savoir religieux de Niasse qu’à son faible statut social.

  • 4 Dans un but comparatiste, je me permets de renvoyer à mon article sur l’expression somatique du pr (...)

14Le chapitre suivant, rédigé par B. Frede, analyse finement la Fayḍa, un mouvement de réveil de la Tijāniyya dirigé par Niasse, et sa réception auprès des Idaw ‘Ali après les années 1930. Ce mouvement de renouveau religieux émancipateur des groupes sociaux subalternes constituait un défi majeur à la fois à la hiérarchie sociale et au pouvoir colonial. S’appuyant sur des entretiens réalisés en 2009, Frede nous livre, entre autres, des pages d’un intérêt phénoménologique certain : ses interlocuteurs lui décrivent l’état de jaḏb en disant qu’il se sont retrouvés avec « leurs mains […] baissées et leurs pieds en l’air »4. Une telle expérience, si elle n’est pas supervisée étroitement, donne lieu à une périlleuse perte du contrôle de soi, dans des sociétés sahéliennes régies par le sentiment social de la honte. Non traité efficacement par un spécialiste religieux, l’individu ayant expérimenté l’extase peut sombrer et « se transformer en juif, chrétien ou fou » (p. 271).

15Pour terminer cette section de l’ouvrage, C. Jourde apporte un éclairage sur les « conversions internes », c’est-à-dire le changement d’affiliation à l’intérieur du même champ islamique chez les jeunes hommes haalpulaaren du Sénégal et de Mauritanie.

16La dernière partie « Islam, subalternité et genre » présente quatre contributions. Pour étudier l’extension de la fonction et du titre de muqaddama aux femmes, M. Vitale nous propose de suivre deux guides spirituelles féminines contemporaines de la Tijānyiya au Burkina Faso, Oumou Kouloussou Maïga et Mariama Kanon.

17Au Sénégal, des leaders religieux féminins sont également étudiés par J. Hill. Exprimant sa dette scientifique à l’égard des recherches pionnières de J. Irvine et D. Heath sur le langage, le genre et le contrôle social au Sénégal, Hill analyse les enjeux de pouvoir et la soumission feinte pour contourner l’autorité masculine. Il propose la notion de « wrapping », le fait de se couvrir d’un voile et d’emprunter une attitude effacée, qui aurait été encore plus convaincante si elle avait eu un ancrage local dans un concept émique exprimé en langue wolof.

18Pour conclure, si S. Hanretta analyse en Côte d’Ivoire la figure religieuse de Yacouba Sylla et de ses partisanes féminines, l’historienne de l’architecture C. Cantone consacre son texte à la difficile appropriation de l’espace religieux de la mosquée par les femmes, d’où elles sont souvent exclues. Cet article, le dernier de l’ouvrage, est le seul où le positionnement de l’autrice par rapport à l’islam est explicité, Cantone se disant ouvertement musulmane.

19Il n’est guère possible de synthétiser ici les très nombreux thèmes abordés dans cet ouvrage qui apporte une somme indéniable de connaissances et démontre toute la complexité et la diversité des logiques hybrides en acte dans les pratiques religieuses sahéliennes. On ne peut que conseiller vivement sa lecture, indispensable pour celles et ceux qui s’intéressent à l’une ou à l’autre des importantes thématiques abordées.

Haut de page

Notes

1 Un premier colloque, « Islam (Tijāniyya, salafisme), « esclavages » et transnationalisme (Afrique de l’Ouest) », a été organisé par J. Schmitz à l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISM-EHESS), 9-10 mars 2012. Le second, « Islam, “esclaves” (ou “castés”) et catégories de race en Afrique de l’Ouest musulmane », a été organisé par C. Flory, C. Fortier et J. Schmitz au Collège de France, 5-6 juin 2014.

2 P. Stoller, Money Has No Smell : The Africanization of New York City, Chicago, Chicago University Press, 2002.

3 O. Kane, « Les marabouts sénégalais et leur clientèle aux États-Unis d’Amérique », Afrique contemporaine, 231 (3), 2009, pp. 209-228.

4 Dans un but comparatiste, je me permets de renvoyer à mon article sur l’expression somatique du processus créateur chez les poètes touaregs, où une expression très proche est utilisée par mes informateurs pour décrire l’état d’inspiration poétique et ses sensations physiques, comme les frissons ou la « chair de poule » : tebăddu n әlam (litt. « le renversement, le retournement de la peau ») ou tebădde, qui désigne un jeu d’enfant qui consiste à se tenir mains au sol et pieds en l’air (A. Dragani, « Poète en morceaux, morceaux de poètes. Organe du corps et processus créateur chez les Touaregs », Ateliers d’anthropologie, 46, 2019, <https://journals.openedition.org/ateliers/11684>).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amalia Dragani, « Schmitz Jean, Ould Cheikh Abdel Wedoud & Jourde Cédric (dir.). — Le Sahel musulman entre soufisme et salafisme. Subalternité, luttes de classement et transnationalisme »Cahiers d’études africaines, 248 | 2022, 921-924.

Référence électronique

Amalia Dragani, « Schmitz Jean, Ould Cheikh Abdel Wedoud & Jourde Cédric (dir.). — Le Sahel musulman entre soufisme et salafisme. Subalternité, luttes de classement et transnationalisme »Cahiers d’études africaines [En ligne], 248 | 2022, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/40457 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.40457

Haut de page

Auteur

Amalia Dragani

Center for Global Islamic Studies, University of Florida, Gainesville, États-Unis ; Department of Social and Cultural Anthropology, Katholieke Universiteit Leuven, Louvain, Belgique

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search