Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249études et essaisProduire, exporter mais contrôler...

études et essais

Produire, exporter mais contrôler l’argent du khat (Dire Dawa, Éthiopie)

Produce, Export but Control the Khat Money (Dire Dawa, Ethiopia)
Céline Lesourd
p. 9-36

Résumés

La culture du khat ne répond plus à l’économie domestique qui l’a longtemps caractérisée et sa consommation, en Éthiopie et dans le monde, n’a cessé de croître. Cet article explore les conséquences locales de ces circulations globales en focalisant sur le secteur de la production et celui de l’exportation, et interroge les rapports de pouvoir que génère le khat dans cette région périphérique du Harargué. Nous montrons, d’une part, que l’explosion du nombre de producteurs et l’expansion des terres dédiées au khat s’inscrivent à rebours de la politique agricole développementaliste nationale et de celle de la food security prônée par les bailleurs de fond internationaux. D’autre part, nous analysons la restructuration du secteur de l’exportation par l’État-parti, laquelle, articulée aux prohibitions internationales, permet de contrôler une partie des bénéfices mais non sans faille : dans ces jeux d’échelles, en effet, la marchandise globale khat peut être lue in situ comme un révélateur de la faiblesse, voire d’une faille, de l’État éthiopien.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Dans les champs de khat : de la vulnérabilité paysanne à la fragilité de l’État ?
« L’agriculture éthiopienne a épuisé son potentiel »
Une culture de rente… à rebours
Un talon d’Achille 
Entre gouvernance locale et globale : une exportation sous contrôle ?
Vers Djibouti : « privatiser »
Vers le Somaliland : faire alliance(s)
À l’international : réguler par les prohibitions

Aperçu du texte

En Éthiopie, mastiquer les feuilles de khat à la recherche de leurs propriétés stimulantes est longtemps demeuré circonscrit aux hommes, musulmans, dans la région productrice du Harargué (Amare Getahun & Krikorian Abraham 1973 ; Krikorian Abraham 1984 ; Gebissa Ezekiel 2004, 2010b). Toutefois, ces trois dernières décennies, les feuilles ont essaimé : dans le pays, on compterait désormais 14 millions de mâcheurs, de toutes confessions religieuses ; dans la sous-région, à Djibouti et au Somaliland, elles sont importées massivement et légalement tandis que plus loin en Europe, en Chine ou aux États-Unis, malgré les prohibitions, elles suivent les diasporas somalienne, yéménite, éthiopienne et djiboutienne (Cassanelli 1986 ; Gebissa Ezekiel 2004, 2010a ; Anderson et al. 2007). Parce que le khat met en contact le local et le global, notre enquête s’est construite dans les articulations entre son berceau de production et le monde pour saisir, par le bas, les transformations sociales et po...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Lesourd, « Produire, exporter mais contrôler l’argent du khat (Dire Dawa, Éthiopie) »Cahiers d’études africaines, 249 | 2023, 9-36.

Référence électronique

Céline Lesourd, « Produire, exporter mais contrôler l’argent du khat (Dire Dawa, Éthiopie) »Cahiers d’études africaines [En ligne], 249 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/40506 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.40506

Haut de page

Auteur

Céline Lesourd

Centre Norbert Elias, CNRS, Marseille

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search