Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249études et essaisLes relations entre migrants oues...

études et essais

Les relations entre migrants ouest-africains (Sénégal, Mauritanie) et Afro-Américains aux États-Unis au prisme de la question migratoire

Relations between West African Migrants (Senegal, Mauritania) and African Americans in the United States through the Lens of the Migration Issue
Olivier Leservoisier et Bruno Moynié
p. 63-83

Résumés

Si les études s’accordent à définir les relations entre migrants africains et Afro-Américains comme complexes, très peu d’entre elles se focalisent sur la problématique migratoire comme élément d’explication. Celle-ci s’avère pourtant essentielle pour comprendre comment ces relations renvoient à une dialectique du proche et du lointain. C’est à partir de l’exemple des migrations sénégalaises et mauritaniennes aux États-Unis que cet article analyse les enjeux d’altérité et de classement entre ces populations au prisme de la question migratoire. Il conduit à interroger à la fois la manière dont les migrants participent ou non à la blackness transnationale et le sens qu’ils donnent à leur place dans une société américaine racialisée.

Haut de page

Notes de l'auteur

Cet article s’appuie sur des enquêtes anthropologiques menées depuis 2013 par O. Leservoisier sur les migrations des Haalpulaaren aux États-Unis et sur celles conduites par B. Moynié, auteur en 2016 du film documentaire Le sens de sa place portant sur les expériences vécues d’Africains francophones dans la société nord-américaine. Leurs recherches, qui ont respectivement bénéficié de financements du laboratoire du Ceped et du Conseil des arts de l’Ontario, les ont conduits à interroger les enjeux de catégorisation et de racialisation aux États-Unis à partir de parcours de migrants vivant dans des quartiers à forte présence noire américaine. Sur ce thème, une cinquantaine d’entretiens, menés en français et en anglais auprès de personnes aux profils différents (vendeurs ambulants, ouvriers, commerçants, étudiants…), ont été réalisés à New York et dans d’autres villes de l’intérieur des États-Unis. Ces entretiens ont été complétés par de nombreuses discussions informelles et par des observations sur les lieux de travail (commerces) propices aux interactions entre ces populations.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

De la blackness transnationale dans les imaginaires de départ aux réalités vécues à l’arrivée aux États-Unis
De l’insécurité dans les quartiers résidentiels à l’émergence de stéréotypes et de discriminations
L’impact de l’organisation de la migration sur un modèle communautaire
Les effets ambivalents de l’insertion professionnelle
Commerce et afrocentrisme
Le poids de l’héritage de l’esclavage
Situations matrimoniales et enjeux migratoires
Stratégies éducatives et nouvelles générations

Aperçu du texte

Le développement des migrations contemporaines africaines aux États-Unis a suscité ces dernières années de plus en plus de recherches sur les modalités d’insertion et les activités transnationales de communautés migrantes africaines. Il a, dans le même temps, favorisé les études sur les relations entre migrants africains et Afro-Américains, lesquelles ont été qualifiées le plus souvent de complexes (Arthur 2000 ; Stoller 2002 ; Takougang 2003 ; Dodson & Diouf 2005 ; Mambou 2008 ; Mwakikagile 2009 ; Kane 2011 ; Mary 2014). Curieusement, alors que la plupart des auteurs expliquent cette situation en raison principalement de disparités culturelles, d’un rapport différent au passé de l’esclavage ou du rôle des médias dans la transmission de stéréotypes, rares sont les écrits qui mettent en exergue le facteur migratoire comme élément d’explication. Qu’il s’agisse des imaginaires de départ, des conditions d’insertion résidentielle et professionnelle, des alliances matrimoniales ou des str...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Leservoisier et Bruno Moynié, « Les relations entre migrants ouest-africains (Sénégal, Mauritanie) et Afro-Américains aux États-Unis au prisme de la question migratoire »Cahiers d’études africaines, 249 | 2023, 63-83.

Référence électronique

Olivier Leservoisier et Bruno Moynié, « Les relations entre migrants ouest-africains (Sénégal, Mauritanie) et Afro-Américains aux États-Unis au prisme de la question migratoire »Cahiers d’études africaines [En ligne], 249 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/40636 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.40636

Haut de page

Auteurs

Olivier Leservoisier

Centre Population et Développement (CEPED), Université de Paris ; Institut Convergences Migrations, France

Du même auteur

Bruno Moynié

Ethnocinéaste indépendant, Toronto, Canada

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search