Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249Analyses et comptes rendusAncel Stéphane, Krzyżanowska Magd...

Analyses et comptes rendus

Ancel Stéphane, Krzyżanowska Magdalena & Lemire Vincent. — Le moine sur le toit. Histoire d’un manuscrit éthiopien trouvé à Jérusalem (1904)

Alain Gascon
p. 181-183
Référence(s) :

Ancel Stéphane, Krzyżanowska Magdalena & Lemire Vincent. — Le moine sur le toit. Histoire d’un manuscrit éthiopien trouvé à Jérusalem (1904). Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020, 247 p., bibl., index, ill., annexes.

Texte intégral

  • 1 Un violon sur le toit (Fiddler on the Roof), comédie musicale de Joseph Stein créée à Broadway en (...)

1S. Ancel, historien éthiopisant (Césor CNRS), M. Krzyżanowsa, linguiste éthiopisante (H. Ludolf Zentrum für Äthiopistik Hambourg) et V. Lemire, historien du Moyen-Orient (Université G. Eiffel/CRF Jérusalem) ont rédigé ce livre en commun. Ils sont engagés dans le projet de recherche européen Open Jerusalem dans les archives déposées dans la « ville-monde » (p. 145). Clin d’œil au lecteur cinéphile, le titre et le sous-titre du livre font allusion à des films cultes1.

  • 2  A. Jouette, Dictionnaire d’orthographe et expression écrite, Paris, Le Robert, 1993.

2Le plaisir et l’intérêt pris à la lecture de cet ouvrage, qui présente une iconographie et une cartographie pertinentes et de qualité, sont gâchés, à la longue, par la suppression systématique et injustifiée des majuscules initiales aux noms de peuples ou de groupes confessionnels2. Il lui a aussi manqué un relecteur vigilant qui aurait éliminé diverses scories : telle la confusion entre « maîtres du palais » (p. 122) et « maires du palais » dans la caractérisation de la montée en puissances des ras provinciaux face au pouvoir royal affaibli entre 1769 et 1855. Les éthiopisants seront déroutés par la translittération de l’amharique et du guèze qui n’obéit à aucune règle connue. Plus gênant, on doit attendre la page 83 pour que soit précisé le statut de l’Église éthiopienne, certes officiellement « orthodoxe et täwahedo [monophysite ou miaphysite] ». Or, à l’instar des Églises copte, syriaque, arménienne, syro-malabare, elle n’applique pas les décrets du Concile de Chalcédoine (451) et se sépare du patriarcat de Constantinople (et de Rome). En principe, les éthiopisants sont au courant mais, pour le grand public, une mise au point en début de livre aurait été nécessaire, alors qu’elle survient après quinze mentions « éthiopiens orthodoxes » (sic) erronées. De la même manière, les fidèles de l’Église arménienne, pourtant non chalcédonienne, sont toujours comptés parmi les « orthodoxes ».

3Cependant, il ne faut pas se décourager car le livre nous emmène dans une enquête passionnante. On reste admiratif devant l’ingéniosité des auteurs, leur obstination et leurs compétences pour dénicher dans des dépôts d’archives, aussi variés qu’éloignés, des textes de toute provenance — dans des langues multiples — et leur faculté à en faire leur miel. Au passage, ils égratignent quelques auteurs qui font allègrement le commerce des clichés sur les Africains, les Éthiopiens, les Ottomans, la Palestine… Dans le Cartoguide Gallimard « Jérusalem » de 2015 (cité p. 17), on lit que le couvent des Éthiopiens est : « un pan d’Afrique sur les toits du Saint Sépulcre ! Des huttes… » (sic). Pour l’avoir visité et échangé avec les moines, je puis assurer que ce couvent, à part sa situation particulière, ressemble avant tout à un couvent.

4L’ouvrage comprend sept chapitres précédés d’une introduction exposant le projet des auteurs et suivis d’une conclusion un peu courte et d’annexes parmi lesquelles figurent le texte en amharique de Wäldä Mädhen, sa traduction commentée en français, sa version en allemand, la lettre de l’évêque anglican Samuel Gobat au secrétaire britannique aux Affaires étrangères et le témoignage du guide italien Giovanni Battista Albengo. Les deux derniers chapitres 6 et 7, plus longs, exposent comment les Éthiopiens ont mené de front, avec la même obstination, le combat pour la possession du couvent de Dayr al-Sultan à Jérusalem et pour l’admission de l’Éthiopie dans « le concert des nations » grâce aux efforts de Menilek II. Construire l’église de Däbrä Gännät et le palais de l’impératrice Ṭaytu à l’extérieur des remparts dans un quartier désormais appelé « éthiopien », dans la ville-monde, parmi les bâtiments édifiés par la Russie, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, participait de la même stratégie que le développement monumental d’Addis Abäba, la nouvelle capitale. Ces analyses originales emportent la conviction du lecteur. De plus, l’iconographie très riche, et souvent peu connue, appuie efficacement la démonstration.

5Les cinq premiers chapitres ne sont pas moins intéressants : ils montrent comment les Éthiopiens ont fait feu de tout bois pour plaider leur cause avec succès. Les chapitres 2 et 3 font une sorte d’état des lieux du conflit, tel qu’il a éclaté au milieu du XIXe siècle, quand les Éthiopiens étaient menacés d’être chassés par les autres confessions chrétiennes qui se partageaient le Saint Sépulcre en lambeaux. Dans cette guerre picrocholine où tous les coups étaient permis, les moines éthiopiens ne disposaient en Palestine, alors province ottomane, d’aucun appui extérieur. En effet, d’après les capitulations signées avec le sultan, la France protégeait les Latins, le patriarcat œcuménique et l’empire russe, les Grecs et le khédive d’Égypte, vassal de la Sublime Porte, les Coptes. Les Éthiopiens ont cherché un moment le concours des anglicans, puis des protestants, mais les objectifs des puissances divergeaient quant à l’avenir de l’Empire ottoman, « homme malade de l’Europe ». De plus, la Turquie tenait les Éthiopiens comme des sujets du khédive, donc ottomans, en dépit des défaites que l’armée du negus Yohannes IV avait infligées aux Égyptiens. Son successeur, Menilek II, proche des Italiens au début de son règne (1889), réussit à obtenir leur protection en 1902, alors qu’il les avait battus à Adwa en 1896 : bel exercice éthio-italien de Realpolitik ! Tout au long des chapitres 1 à 4, les auteurs transcrivent le manuscrit rédigé sur papier, dans le désordre de la bibliothèque de l’évêque éthiopien de Jérusalem, puis analysent minutieusement sa confection à partir d’un large éventail de sources qui incluent jusqu’à des extraits d’un texte rédigé par un guide italien de Terre sainte. Pour les Éthiopiens, il ne s’agit pas d’atteindre la vérité ou même la vraisemblance historique, mais de construire avec « la mémoire pour seule arme » (p. 99) un plaidoyer soutenant que l’ancienneté de leur présence rend légitime leur installation sur le toit du monument. Leur manuscrit ne s’embarrasse guère de précautions, arguant que tel ou tel document manquant a été détruit par un incendie criminel. La force de la conviction jointe à une capacité certaine à l’intrigue l’emportent finalement.

  • 3 Y. Lacoste, « Définir la géopolitique », Vie publique, 9 décembre 2019 : « Par géopolitique, il fa (...)

6Le couvent sur le toit, arraché aux Coptes, fut la première étape de l’émancipation de l’Église éthiopienne täwahedo de la tutelle du patriarcat d’Alexandrie. En 1952 sous la pression de Haylä Sellasé, elle accéda à l’autocéphalie et ses évêques, désormais éthiopiens, élisent leur patriarche (abun). Pourtant, en 1993, l’Église täwahedo de l’Érythrée, État désormais indépendant, reçut le soutien empressé du patriarcat d’Alexandrie afin d’échapper à l’autorité d’Addis Abäba. Dernièrement, le ministre égyptien des Ressources hydrauliques, venu négocier en Éthiopie au sujet du barrage sur le Nil bleu, avait emmené dans son avion le patriarche d’Alexandrie. Élu en 2013, le patriarche éthiopien, Abunä Matyas, était auparavant évêque de Jérusalem. Ce livre met en lumière comment les représentations sociales sous-tendent les rapports entre les puissances nilotiques qui aspirent à dominer l’Afrique orientale : l’Égypte, maîtresse du delta et l’Éthiopie, détentrice des sources et de la crue3. Il expose, également, l’importance de la dimension scalaire des rivalités de pouvoir sur les territoires : du toit du Saint Sépulcre au cours du Nil, même combat !

  • 4 J.-F. F, « Juifs et judaïsants de l’isthme soudanais Nil-mer Rouge du Ve au XIIe siècles au miro (...)

7Formulons un vœu au sujet du livre ambitieux Le moine sur le toit : que paraisse — le plus tôt sera le mieux — une édition corrigée des erreurs typographiques qui rendent sa lecture pénible et, en introduction, une note précisant clairement le statut non chalcédonien de l’Église d’Éthiopie « orthodoxe » täwahedo. Son audience tant chez les éthiopisants que parmi le public « cultivé » ne pourra qu’en être élargie. La consultation d’un article récent des Cahiers d’Études africaines éclairera le lecteur à la recherche d’informations sur l’histoire des communautés juives, judéo-chrétiennes et chrétiennes, échelonnées le long du Nil et des rivages de la mer Rouge, entre Égypte, Nubie et actuelle Éthiopie, dont les Églises monophysites copte et éthiopienne sont les héritières4.

Haut de page

Notes

1 Un violon sur le toit (Fiddler on the Roof), comédie musicale de Joseph Stein créée à Broadway en 1964 et portée à l’écran en 1971 par Norman Jewison. Manuscrit trouvé à Saragosse, roman de Jean Potocki (1761-1815), adaptée au cinéma par Wojciech Has (Rękopis znaleziony w Saragossie) avec Zbigniew Cybulski en 1965.

2  A. Jouette, Dictionnaire d’orthographe et expression écrite, Paris, Le Robert, 1993.

3 Y. Lacoste, « Définir la géopolitique », Vie publique, 9 décembre 2019 : « Par géopolitique, il faut entendre toute rivalité de pouvoirs sur ou pour du territoire. »

4 J.-F. F, « Juifs et judaïsants de l’isthme soudanais Nil-mer Rouge du Ve au XIIe siècles au miroir des sources », Cahiers d’Études africaines, LX (1), 2021, pp. 83-101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Gascon, « Ancel Stéphane, Krzyżanowska Magdalena & Lemire Vincent. — Le moine sur le toit. Histoire d’un manuscrit éthiopien trouvé à Jérusalem (1904) »Cahiers d’études africaines, 249 | 2023, 181-183.

Référence électronique

Alain Gascon, « Ancel Stéphane, Krzyżanowska Magdalena & Lemire Vincent. — Le moine sur le toit. Histoire d’un manuscrit éthiopien trouvé à Jérusalem (1904) »Cahiers d’études africaines [En ligne], 249 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/40884 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.40884

Haut de page

Auteur

Alain Gascon

Institut français de géopolitique (IFG Lab.), Université Paris 8, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search