Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249Analyses et comptes rendusFourchard Laurent. — Trier, exclu...

Analyses et comptes rendus

Fourchard Laurent. — Trier, exclure et policer. Vies urbaines en Afrique du Sud et au Nigeria

Catherine Coquery-Vidrovitch
p. 189-191
Référence(s) :

Fourchard Laurent. — Trier, exclure et policer. Vies urbaines en Afrique du Sud et au Nigeria. Paris, Les Presses de Sciences Po, 2018, 368 p., bibl., index, gloss., ill.

Texte intégral

1C’est un ouvrage éblouissant de savoir et de rigueur sur la question. Une somme réfléchie depuis deux ou trois dizaines d’années, si l’on en juge aussi par la longue liste des collègues que l’auteur remercie pour l’avoir soutenu durant ce parcours. L’auteur dispose d’une documentation quasi exhaustive sur les villes en Afrique subsaharienne, leur histoire, et les tenants et aboutissants de la violence urbaine. Il vise une histoire complète et imbriquée des données du sujet, en cumulant le savoir historique, sociologique, politique et anthropologique, avec le souci de relier tout ce qu’il analyse à l’évolution historiographique de la question, et tout cela dans le même texte. Sa première phrase de conclusion résume ce propos : « Donner une description dense du quotidien des acteurs, enchâsser les historicités et les jeux d’échelle sans renoncer à l’analyse comparée est un défi méthodologique, épistémologique et politique. » C’est une gageure réussie sur le plan scientifique. La rançon est que tenir tous ces fils en même temps rend la lecture ardue. L’imbrication concerne toute une série d’éléments : à la fois la confrontation de deux cas en apparence différents — celui de l’apartheid en Afrique du Sud et du fédéralisme au Nigéria, la succession et critique des interprétations données aux faits évoqués par les auteurs précédents, et l’analyse qu’en infère l’auteur à partir de ses propres recherches, qui concernent plus particulièrement mais sans exclusive Ibadan et Lagos pour le Nigéria, Le Cap et Johannesburg pour l’Afrique du Sud, toutes villes intimement connues par l’auteur. C’est bien écrit, mais les phrases sont longues (souvent de 5 ou 6 lignes et j’en ai repéré plusieurs de dix lignes), ce qui exige une attention soutenue : on peut en avoir un peu oublié le début quand on arrive au bout. On se demande parfois si l’auteur n’a pas fait de même : ainsi page 186, où il nous annonce trois questionnements : j’avoue que j’ai saisi le troisième deux pages plus loin, mais le deuxième est noyé dans la masse… Il y a aussi parfois des lourdeurs (« Il est difficile de ne pas voir… »), voire une opacité de l’expression — disons une tendance à énoncer de façon compliquée des éléments dont l’énoncé pourrait être plus clair. On saisit l’un des objectifs de l’auteur : rendre par la complexité de l’écriture l’imbrication extrême des facteurs historiques, sociaux et politiques. On rêve parfois de la conception de graphiques qui rendraient plus lisibles les multiples connexions évoquées.

  • 1 J.-L. Martineau, Oba et constructions identitaires dans l’espace yoruba nigérian (début XXe siècle (...)

2Les trois parties correspondent aux trois termes annoncés par le titre. Dans la première, « Politiques d’appartenance et politiques d’exclusion », l’auteur explique comment, dans les deux cas, les contrastes actuels trouvent leur origine dans l’héritage colonial. Il en suit pas à pas les étapes : en Afrique du Sud, la ségrégation et l’apartheid ont construit l’opposition qui sévit toujours aujourd’hui entre le migrant et l’urbain ; la séparation est construite dans le cas de la colonisation du Nigéria entre « natives » et « non-natives » qui fera émerger après l’indépendance la différence entre « indigenes » et « non-indigenes », avec des incidences politiques et sociales considérables. En qualité d’historienne, je ne peux qu’abonder dans son sens concernant l’importance des héritages et la complexité de leur évolution, avec une légère réserve à propos du Nigéria, où Laurent Fourchard ne s’interroge guère sur l’héritage précolonial (évoqué dans un court paragraphe page 69) d’une zone urbanisée depuis des siècles ; j’ai mauvaise grâce à regretter, dans son énorme bibliographie, qu’il n’ait pas utilisé la thèse de Jean-Luc Martineau malheureusement non publiée, qui aborde davantage cet aspect du sujet1.

  • 2 Voir, à ce sujet, L. Revilla, « Des hommes forts mais dociles ? La salarisation du secteur de la s (...)

3Le meilleur chapitre de cette partie est l’analyse de la « fabrique du délinquant », par le passage généralisé, surtout en Afrique du Sud, de la pauvreté à la délinquance, et de la délinquance à la violence, incarnées par les jeunes urbains, le jeune indigent devenant en fin de course quasiment synonyme de délinquant. Le châtiment par la chicotte (coups de fouet) se généralise au Nigéria, d’où le caractère inévitable de la violence. Cela conduit à la deuxième partie, « Policer le quartier », riche de développements précis sur l’histoire du maintien de l’ordre en situation coloniale, avec l’accent mis sur le « vigilantisme », c’est-à-dire les différentes formes de police des quartiers générées par les habitants eux-mêmes, originellement volontaires, progressivement bureaucratisées, marchandisées et politisées2.

4La troisième partie est peut-être la plus importante par ses implications politiques : elle analyse, sur le cas nigérian essentiellement, les interactions entre le politique et la pratique généralisée du « patronage » pratiqué par des hommes localement puissants, qu’ils soient gouverneurs, entrepreneurs ou bandits. C’est une façon originale d’aborder le problème récurrent de la corruption liée au clientélisme, à l’« informel » et à un point clé de la circulation et de l’approvisionnement urbains : les gares routières (p. 243). L’entrecroisement des données a au moins un aspect positif : celui de « contourner les discriminations dans les quartiers non indigene », notamment par l’analyse précise du processus administratif d’obtention d’un certificat devenu quasiment obligatoire : celui du « certificat d’origine ».

5Les trois parties et aussi chacun des chapitres sont introduits par un développement théorique explicatif mais un peu abstrait de quelques pages qui vont ensuite être éclairées par des développements denses et précis, riches, en revanche, d’évocations documentées de nombreux faits historiques d’importance : émeute de Sharpeville et de Langa, émeutes de Kano, etc., qui agissent comme autant d’explications de texte.

6Quelles conclusions en tirer ? On se trouve face à une somme qui sera utile aux spécialistes, à la fois par ses analyses et par ses notes de référence longues et nombreuses. On peut regretter que les questions de genre, sans être absentes, soient un peu esquivées (comme la prostitution urbaine, évoquée dans un paragraphe page 114), même si la féminisation de la « vigilance » est mentionnée. Mais rien n’est dit sur le rôle des femmes dans l’informel ou dans le patronage, alors que des « femmes fortes » existent au Nigéria. Les processus analysés sont tellement imbriqués et complexes qu’on ne peut, comme d’ailleurs semble conclure l’auteur, que s’interroger sur les pistes très nombreuses ainsi suggérées pour essayer de comprendre la recomposition des sociétés et de l’État en Afrique, pour l’instant toujours dominée par le genre masculin.

Haut de page

Notes

1 J.-L. Martineau, Oba et constructions identitaires dans l’espace yoruba nigérian (début XXe siècle-1962/66), Paris, Université Paris Diderot, 2004. Martineau est cité pour un bref article publié.

2 Voir, à ce sujet, L. Revilla, « Des hommes forts mais dociles ? La salarisation du secteur de la sécurité locale comme révélateur de la hiérarchisation des masculinités à Lagos (Nigéria) », Cahiers d’Études africaines, LXII (1-2), 245-246, 2022, pp. 93-122.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Coquery-Vidrovitch, « Fourchard Laurent. — Trier, exclure et policer. Vies urbaines en Afrique du Sud et au Nigeria »Cahiers d’études africaines, 249 | 2023, 189-191.

Référence électronique

Catherine Coquery-Vidrovitch, « Fourchard Laurent. — Trier, exclure et policer. Vies urbaines en Afrique du Sud et au Nigeria »Cahiers d’études africaines [En ligne], 249 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/40924 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.40924

Haut de page

Auteur

Catherine Coquery-Vidrovitch

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA), CNRS, Université Paris-Cité, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search