Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249Analyses et comptes rendusHugon Anne. — Être mère en situat...

Analyses et comptes rendus

Hugon Anne. — Être mère en situation coloniale. Gold Coast, années 1910-1950

Louise Barré
p. 194-197
Référence(s) :

Hugon Anne. — Être mère en situation coloniale. Gold Coast, années 1910-1950. Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020, 320 p., bibl., ill.

Texte intégral

1Être mère en situation coloniale propose un récit de la mise en place des services médicaux à destination des femmes et des enfants en Gold Coast à partir de 1917 et jusqu’en 1957. Le livre retrace l’histoire de trois hôpitaux et des centres de PMI construits pour soigner femmes et enfants, la formation et l’exercice du métier de sage-femme et enfin les normes maternelles au prisme de ce qu’en saisissaient les autorités coloniales. Issu d’une habilitation à diriger des recherches (HDR), il mêle des archives britanniques, ghanéennes, des entretiens particulièrement nourris pour les années 1920 et 1930. L’introduction, qui inscrit l’ouvrage dans une histoire de la maternité et de la biomédecine en contexte colonial, est une démonstration de précision puisqu’elle comprend une série de définitions des termes clés utilisés.

2La comparaison avec l’espace colonial francophone, amenée par l’autrice, permet tout d’abord de mettre en relief cet ouvrage : à plusieurs égards, le système du soin maternel et infantile tel qu’il se met en place en Gold Coast est une exception dans l’empire britannique et il a plus à voir avec le système colonial français. En effet, la biomédecine y est une affaire d’État (du moins jusqu’en 1941), elle repose sur le financement d’un Medical Departement, bientôt relayé par la Croix Rouge, ce qui contraste avec l’importance des missionnaires dans les autres colonies britanniques ou encore au Congo belge. En AOF comme en Gold Coast, l’avènement de la biomédecine repose sur la formation locale de personnels spécialisés (vétérinaires, sages-femmes) et jamais de médecins (pour la PMI), sans toutefois que cela ne remette en question le succès et l’extension de ce corps médical qui comprend plus de 800 sages-femmes au moment de l’indépendance. De même, le souci démographique des administrateurs qui justifie la première politique de soin tient davantage à la volonté de préserver la main-d’œuvre qu’à celle d’améliorer la santé des colonisés. Enfin, comme dans l’empire français, le personnel médical formé joue un rôle important dans l’indépendance en soutien au Convention People’s Party de Kwame Nkrumah. Les similitudes entre les empires s’arrêtent toutefois ici : les femmes recrutées pour devenir sages-femmes en Gold Coast sont toutes d’une origine sociale favorisée du fait de l’existence d’une élite urbaine ancienne. En outre, les sages-femmes deviennent pour l’essentiel des professions libérales, contrôlées par l’État mais non fonctionnaires. À l’aune de ces remarques, cet ouvrage permet une contribution à plusieurs champs historiographiques.

3La première partie, qui traite des aspects institutionnels, participe au débat sur l’intérêt de l’administration coloniale pour le développement d’un service social et médical avant le tournant des années 1940. Le premier chapitre identifie les origines de la politique maternelle et infantile dans un rapport rédigé à destination du gouverneur de la colonie qui motive la formation d’un premier comité d’enquête en 1917. Ses conclusions sélectives qui consacrent la responsabilité des femmes (tant des mères que des accoucheuses dites « traditionnelles ») dans la survie des enfants, indépendamment des conditions socioéconomiques urbaines, ont pour effet de préconiser la formation d’un personnel médical spécialisé. Le chapitre 2 revient sur la construction et le fonctionnement des trois principaux hôpitaux qui concrétisent cette politique, la maternité de Korle Bu, l’hôpital pour enfants Princess Marie Louise (1926) et celui de Kumasi (1949). Le chapitre 3 décrit le développement des centres de PMI à l’action théoriquement préventive et leur infléchissement dans les années 1930 quand la Croix Rouge en prend les commandes. Les faits présentés par Anne Hugon confortent ici l’idée d’une rareté des services sociaux (15 lits à Accra en 1928, 87 en 1947), de l’effet « vitrine » attendu par ces institutions à la pointe et fondamentalement de la faiblesse des moyens alloués, aggravée par la crise de 1929 qui entrave dès 1932 ces premières velléités. La « gestion de la pénurie » est aussi un principe d’organisation de la profession soignante.

  • 1 P. Barthélémy, Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957), Rennes, Presses universit (...)

4Les trois chapitres suivants traitent en effet des professionnelles qui travaillent dans ces services, en commençant par les Européennes. Ils montrent ici comment l’exercice d’un métier lié au soin par les femmes les menace sans arrêt de dépréciation (salariale ou professionnelle) par la naturalisation de leurs compétences, ce qu’atteste aussi l’important recours complémentaire au bénévolat pour acquitter les tâches de la PMI. L’approche biographique dans le chapitre 4 soulève la question de l’intersection entre la race, le genre et la situation coloniale avec le récit du parcours de la doctoresse britannique noire Agnes Yewande Savage. Les chapitres 5 et 6, basés sur des entretiens oraux, restituent l’origine sociale des sages-femmes, les conditions de leur formation, qui ne sont pas sans rappeler celles des « Africaines diplômées »1, avant d’évoquer l’exercice de leur profession, là encore marqué par un important contrôle colonial, bien que leurs tâches dépassent bien vite les soins liés à la PMI. Ici, Anne Hugon fait le bilan d’une profession ambiguë dont « l’imaginaire » est situé du côté des colonisateurs (p. 204), « missionnaires de “nouvelles pratiques de santé” », « dominatrices » et jouissant pourtant d’une bonne réussite financière et d’une reconnaissance politique.

  • 2 D. Golaszewski, « Last Acts of Mothering : Nuptial Counselling in Late Colonial French Soudan (Mal (...)

5La troisième partie se concentre plus spécifiquement sur le thème de la maternité, même si les chapitres précédents l’abordent déjà ponctuellement par les pratiques. Ces compétences physiologiques (maternity) mais aussi sociales (motherhood), sont toutes deux déterminées par le contexte, comme le rappelle l’auteure, et ces derniers chapitres illustrent surtout la maternité telle qu’elle est imaginée, institutionnalisée et prescrite par les services de santé. Le chapitre 7 revient sur « l’angoisse reproductive » en montrant comment la biomédecine est mobilisée pour répondre aux inquiétudes sur la fertilité des femmes, que l’auteure nuance par le récit d’abandons ou d’infanticides. Elle montre en particulier comment l’administration coloniale, contrairement au Kenya, dissocie l’excision des pratiques reproductives et partant de là, s’en désintéresse simplement. Le chapitre 8 développe « l’éducation des mères » mise en place dans la colonie, tant par les cours ménagers dans les écoles, par le biais des infirmières visiteuses ou des sages-femmes qui se rendent au domicile, que par l’intermédiaire de films éducatifs. Enfin, l’épilogue introduit la dimension interpersonnelle de la maternité en rappelant comment les décisions génésiques sont partagées avec le père ou encore avec la mère de la parturiente, ce qui introduit aussi au thème de la maternité sociale, comme la développe Devon Golaszewski au Soudan2.

6Cet ouvrage vient illustrer la demande des Africaines pour ces services médicaux. Les élites urbaines éduquées en métropole ont joué le rôle d’initiatrices. L’auteure souligne d’abord le rôle du médecin Frederick Nanka Bruce, propriétaire du Gold Coast Independent. Mais le succès des hôpitaux repose aussi sur leur fréquentation importante par les femmes : plutôt qu’une « substitution », nous dit l’auteure, la biomédecine est mobilisée de manière « cumulative » aux pratiques de soin antérieures et c’est là un des points les plus stimulants de cette recherche. Démontrant à plusieurs reprises comment les institutions coloniales sont amenées à s’adapter aux usages des parturientes, ce livre dément l’idée d’une hostilité des Africaines à ces soins tout en insistant sur les usages sélectifs qu’elles en font. La PMI devient aussi un prétexte à l’engagement féminin pour les élites de la Gold Coast, au sein de l’association de la League for Maternal and Child Welfare (chapitre 3), ou encore par le choix de la profession de sage-femme. La mobilisation des urbains, tant des usagères par la pétition que des chefs traditionnels qui financent les centres de PMI, est aussi notable.

  • 3 J. Castro, « Sida, Afrique et mythologie des comportements sexuels », La vie des idées, 1er décemb (...)
  • 4 S. Tamale, « Researching and Theorizing Sexualities in Africa », in S. Tamale (ed.), African Sexua (...)

7Enfin, ce livre illustre comment la médecine coloniale, en privilégiant des hypothèses culturalistes couplées à des préjugés sur le genre, crée des invisibilités. On peut croiser ces conclusions avec celles de Julie Castro3 ou de Sylvia Tamale4 dans son introduction à African Sexualities pour montrer le retard médical qu’ont entraîné les hypothèses raciales et le préjugé de classe sur l’observation et le soin. La conclusion d’Anne Hugon nuance l’idée d’une « colonisation » des ventres par la faible imprégnation des principes de la biomédecine et par la sélectivité avec laquelle celle-ci est adoptée. Toutefois, on pourrait aussi arguer que l’influence coloniale ne s’est pas limitée aux services qu’elle a mis en place mais surtout à ce qu’elle a légitimé d’ignorer.

Haut de page

Notes

1 P. Barthélémy, Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

2 D. Golaszewski, « Last Acts of Mothering : Nuptial Counselling in Late Colonial French Soudan (Mali) », Past and Present, 246, 2020, pp. 239-262.

3 J. Castro, « Sida, Afrique et mythologie des comportements sexuels », La vie des idées, 1er décembre 2015, <https://laviedesidees.fr/Sida-Afrique-et-mythologie-des-comportements-sexuels.html>.

4 S. Tamale, « Researching and Theorizing Sexualities in Africa », in S. Tamale (ed.), African Sexualities : A Reader, Nairobi, Pabazuka Press 2011, <https://www.sxpolitics.org/sexuality-and-politics/pdfs/volume1/2.pdf>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Barré, « Hugon Anne. — Être mère en situation coloniale. Gold Coast, années 1910-1950 »Cahiers d’études africaines, 249 | 2023, 194-197.

Référence électronique

Louise Barré, « Hugon Anne. — Être mère en situation coloniale. Gold Coast, années 1910-1950 »Cahiers d’études africaines [En ligne], 249 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/40944 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.40944

Haut de page

Auteur

Louise Barré

Laboratoire des Afriques dans le monde (LAM), Université Bordeaux Montaigne, Bordeaux, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search