Navigation – Plan du site

AccueilNuméros249Analyses et comptes rendusRubenson Sven (ed.) & Amsalu Akli...

Analyses et comptes rendus

Rubenson Sven (ed.) & Amsalu Aklilu, Shiferaw Bekele & Rubenson Samuel (co-eds.). — Colonial Powers and Ethiopian Frontiers 1880-1884

Stéphane Ancel
p. 202-205
Référence(s) :

Rubenson Sven (ed.) & Amsalu Aklilu, Shiferaw Bekele & Rubenson Samuel (co-eds.). — Colonial Powers and Ethiopian Frontiers 1880-1884. Lund, Lund University Press (« Acta Aethiopica, vol. IV »), 2021, 281 p., index, ill.

Texte intégral

  • 1 S. Rubenson (ed.), Correspondence and Treaties, 1800-1854, Addis Ababa, University Press-Northwest (...)
  • 2 S. Rubenson (ed.), Tewodros and His Contemporaries, 1855-1868, Addis Ababa, University Press-Lund (...)
  • 3 190 docs. dans le vol. I, 250 docs. dans le vol. II et 235 docs. dans le vol. III.

1Nous ne l’attendions plus et pourtant voilà le quatrième volume de l’indispensable collection « Acta Aethiopica ». Disons-le tout de suite : c’est une excellente nouvelle pour la recherche historique sur la Corne de l’Afrique. La collection « Acta Aethiopica » démarra en 1987, sous la direction de l’historien Sven Rubenson, par un premier volume intitulé Correspondence and Treaties, 1800-18541. Comme son titre l’indique, ce premier volume rassembla la correspondance des acteurs éthiopiens et étrangers jouant un rôle de premier plan sur la scène politique, diplomatique ou religieuse de la Corne de l’Afrique entre 1800 et 1854, ainsi que les traités signés entre le royaume chrétien d’Éthiopie et leurs partenaires étrangers. Chaque document bénéficia d’une reproduction photographique et d’une traduction en anglais. La réussite de cette entreprise encouragea la publication en 1994 d’un second volume, adoptant les mêmes formats et toujours sous la direction de S. Rubenson, intitulé Tewodros and His Contemporaries, 1855-1868, puis d’un troisième volume, en 2000, portant le titre d’Internal Rivalries and Foreign Threats, 1869-18792. Les étudiants, les enseignants et les chercheurs eurent ainsi à leur disposition un nombre impressionnant de documents3, datant de 1800 à 1879, et cette accessibilité aux sources donna une impulsion indéniable à la recherche historique sur l’Éthiopie et la Corne de l’Afrique. Après la publication du volume III, Sven Rubenson, Amsalu Aklilu et Samuel Rubenson s’attelèrent à collecter les documents correspondant à la décennie 1880-1890. En effet, le volume III présentait des documents témoignant de processus historiques dont le dénouement allait survenir durant la décennie suivante et ainsi, nombreux étaient les chercheurs qui attendaient avidement le volume suivant de la collection. Mais malheureusement, les problèmes de santé puis les décès de Sven Rubenson et d’Amsalu Aklilu en 2013 mirent un coup d’arrêt, a priori définitif, à l’entreprise. De nombreux documents avaient pourtant déjà été collectés. Heureusement, Shiferaw Bekele, professeur à l’Université d’Addis-Abeba, offrit son aide à Samuel Rubenson afin que la publication puisse voir finalement le jour, comme nous l’apprend la préface du volume ici présenté (p. vii). C’est ainsi qu’ils reprirent le travail d’édition et nous offrent, vingt et un ans après la publication du volume III, un quatrième volume de la collection « Acta Aethiopica ».

2Comme l’expliquent les éditeurs en introduction (p. viii), l’abondance de sources les obligea à abandonner l’idée d’une publication couvrant l’ensemble de la décennie 1880, et donc à proposer les documents d’une période bien plus courte (cinq années) que dans les précédents volumes. Ce dernier volume présente donc, chronologiquement, 198 documents dont la datation va de janvier 1880 à décembre 1884, écrits en amharique, guèze, arabe, français, suédois, italien, anglais. Qu’ils aient été déjà publiés (ex. docs. 22, 23), ou qu’ils soient totalement inédits (ex. docs. 21, 26, 29), les documents bénéficient chacun d’une reproduction photographique, d’une traduction en anglais, et d’un court commentaire en note incluant leurs localisations actuelles et leurs références bibliographiques. Toutefois, quelques-uns ne sont présentés qu’à travers une traduction, les originaux ayant été détruits ou n’ayant pas pu être localisés (ex. docs. 4, 133, 134, 135). Les fonds d’archives explorés par les éditeurs sont conservés en Europe, en Éthiopie, au Soudan et en Égypte, et pour certains, ils sont bien connus des chercheurs (Archives des Affaires étrangères à Paris, Archivio storico diplomatico à Rome, Foreign Office Records à Londres, etc.). D’autres, en revanche, sont bien plus difficilement accessibles (par exemple, les archives de l’éparchie d’Addigrat et les archives de Dayr al-Sultan à Jérusalem) et le premier et principal avantage de cette publication est ainsi d’éditer des documents qui en sont issus. La navigation dans l’ouvrage est par ailleurs facilitée par la présence d’une liste des documents publiés et de trois index. Notons également la reproduction commentée en début d’ouvrage des différents sceaux utilisés par les auteurs des documents.

  • 4 Bairu Tafla, A Chronicle of Emperor Yohannes IV (1872-89), Wiesbaden, Franz Steiner Verlag GMBH, 1 (...)

3L’ensemble publié met en lumière en premier lieu la fin des négociations entre l’Égypte (sous domination britannique) et l’Éthiopie au sujet de la frontière éthio-soudanaise, et ainsi le processus menant à l’accord conclu en juin 1884 (doc. 167). En second lieu, cette publication nous présente de nombreux documents relatifs à l’implication et à l’installation dans la Corne de l’Afrique de l’Italie et de la France, à travers leur correspondance avec les dirigeants locaux de la côte du Bab el-Mandeb et du Golfe de Djibouti. Par ailleurs, les chercheurs qui s’intéressent à l’histoire du christianisme éthiopien seront ravis de trouver des documents issus du travail de collecte mené par Mirrit Butrus Ghali et préservé par la Société d’archéologie copte du Caire. En effet, ces documents (docs. 21, 26, 29, 35, 37, 38, 58, 65) représentent les rares témoignages d’archives issus de l’Église copte accessibles aux chercheurs et amènent notamment à porter un nouveau regard sur la nomination de quatre évêques coptes pour l’Éthiopie en 1881. En outre, les lettres reçues par la communauté chrétienne éthiopienne de Jérusalem sont ici présentes (docs. 43, 44, 57, 77, 130, 182, 192, 195). Nous les connaissions certes déjà, la copie de ces lettres (sauf une, doc. 130) ayant été insérée dans la chronique de Yohannes IV publiées par Bairu Tafla en 19774, mais elles sont ici bien plus fidèlement éditées (ex. docs. 43, 44).

4Les éditeurs ont choisi de garder les principes et le format adoptés lors des précédents volumes. Nous comprenons ce choix comme une volonté de préserver l’homogénéité de la collection. Mais nous pouvons regretter que cette volonté ait prévalu sur la possibilité d’apporter des améliorations et de pallier les manques, mineurs mais sensibles, des précédents volumes. Osons ainsi exprimer deux regrets. En premier lieu, cet ouvrage ne propose pas d’informations générales sur les fonds d’archives dont sont issus les documents. Si chaque document, à la page qui lui est dédiée, est accompagné de la cote d’inventaire que l’institution de préservation lui a attribuée, aucune liste globale des fonds d’archives utilisés pour l’ensemble du volume n’est communiquée au lecteur. Seule la liste des abréviations, fournie en début d’ouvrage, donne accès aux noms de ces institutions, un accès quelque peu limité car aucun renvoi aux documents n’est donné, et seuls le nom officiel de l’institution et sa ville d’accueil sont mentionnés alors même que ces informations se mélangent avec les titres des ouvrages ayant eux aussi fait l’objet d’une abréviation. Le second regret est que cet ouvrage ne bénéficie pas d’une bibliographie générale. En effet, les éditeurs ont le souci, quand cela est nécessaire, de citer dans leurs commentaires les publications apportant un éclairage sur les documents présentés. Pour cela, le choix a été fait de ne citer la référence complète que lors de la première occurrence, et d’utiliser une référence raccourcie dans les notes suivantes. S’il n’est pas accompagné d’une bibliographie générale, ce système de citation devient vite problématique.

5Toutefois, ce ne sont là que deux regrets qui ne doivent absolument pas éclipser l’apport fondamental de cet ouvrage à la connaissance et à la recherche historique sur l’Éthiopie et la Corne de l’Afrique.

Haut de page

Notes

1 S. Rubenson (ed.), Correspondence and Treaties, 1800-1854, Addis Ababa, University Press-Northwestern University Press, 1987.

2 S. Rubenson (ed.), Tewodros and His Contemporaries, 1855-1868, Addis Ababa, University Press-Lund University Press, 1994 ; Internal Rivalries and Foreign Threats, 1869-1879, Addis Ababa, Addis Ababa University Press-Transaction Publishers-Rutgers University, 2000.

3 190 docs. dans le vol. I, 250 docs. dans le vol. II et 235 docs. dans le vol. III.

4 Bairu Tafla, A Chronicle of Emperor Yohannes IV (1872-89), Wiesbaden, Franz Steiner Verlag GMBH, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Ancel, « Rubenson Sven (ed.) & Amsalu Aklilu, Shiferaw Bekele & Rubenson Samuel (co-eds.). — Colonial Powers and Ethiopian Frontiers 1880-1884 »Cahiers d’études africaines, 249 | 2023, 202-205.

Référence électronique

Stéphane Ancel, « Rubenson Sven (ed.) & Amsalu Aklilu, Shiferaw Bekele & Rubenson Samuel (co-eds.). — Colonial Powers and Ethiopian Frontiers 1880-1884 »Cahiers d’études africaines [En ligne], 249 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 11 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/40974 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.40974

Haut de page

Auteur

Stéphane Ancel

Centre de recherche français de Jérusalem, CNRS, Jérusalem

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search