Navigation – Plan du site

AccueilNuméros250études et essaisFaire du terrain en femme riche e...

études et essais

Faire du terrain en femme riche et métisse au Burundi. Rapports de pouvoir, relations d’enquête et réajustement méthodologique

Doing Fieldwork as a Rich and Mixed-Race Woman in Burundi. Power, Fieldwork Study Relations, and Methodological Readjustment
Zoé Quétu
p. 219-238

Résumés

Cet article propose un retour réflexif sur une enquête de terrain menée au Burundi entre 2018 et 2021. Il montre les effets de la position de chercheuse, femme et métisse, auprès d’acteurs évoluant en situation d’extrême pauvreté dans un pays caractérisé par un régime autoritaire. En s’intéressant aux rapports de genre, de race, d’ethnicité ou de classe qui traversent la relation d’enquête, l’article interroge la manière dont la prise en compte de ces rapports de pouvoir peut conduire à repenser une méthode et un objet de recherche.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Surtout blanche, parfois burundaise : rapports de race et d’ethnicité dans la relation d’enquête
Être une chercheuse blanche dans une société « ONGisée »
« Toi et moi, nous avons le même nez » : assignations ethniques en situation d’enquête
Enquêter en situation d’extrême pauvreté : rapports de pouvoir et asymétries économiques dans la relation d’enquête
Des asymétries économiques abyssales entre enquêtrice et enquêté.e.s
Faire du terrain « chez les Batwa » : une enquête collective auprès d’un public discriminé
Enquêter en tant que femme en situation autoritaire et sécuritaire
Enquêter sous surveillance dans le Burundi post-2015
« Es-tu mariée ? » : assignations genrées et vulnérabilités dans la relation d’enquête

Aperçu du texte

En restituant une expérience de terrain au Burundi, réalisée entre mars 2018 et octobre 2021, cet article souhaite interroger les rapports sociaux de pouvoir qui traversent la relation d’enquête et la manière dont ces derniers influencent la constitution d’une méthode et d’un objet de recherche. Il porte un regard spécifique sur ce que des rapports de genre, de classe, de race et d’ethnicité font à la pratique ethnographique. Cet article s’inscrit à la fois dans la suite des travaux qui dénoncent l’illusion d’une « distanciation objectiviste » (Althabe & Hernandez 2004 : 8) entre le ou la chercheur.se et son terrain et des approches féministes et décoloniales, qui ont notamment permis de mettre en lumière les mécanismes de domination qui sous-tendent les formes de production du savoir (Bracke & Puig de la Bellacasa 2013 ; Wai 2015). Il met ainsi en évidence la manière dont la réflexivité peut représenter une porte d’entrée pour saisir la structuration des hiérarchies sociales et pol...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoé Quétu, « Faire du terrain en femme riche et métisse au Burundi. Rapports de pouvoir, relations d’enquête et réajustement méthodologique »Cahiers d’études africaines, 250 | 2023, 219-238.

Référence électronique

Zoé Quétu, « Faire du terrain en femme riche et métisse au Burundi. Rapports de pouvoir, relations d’enquête et réajustement méthodologique »Cahiers d’études africaines [En ligne], 250 | 2023, mis en ligne le 02 janvier 2026, consulté le 27 septembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/41511 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.41511

Haut de page

Auteur

Zoé Quétu

Les Afriques dans le monde (LAM), Sciences Po Bordeaux, France

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search