Navigation – Plan du site

AccueilNuméros250Analyses et comptes rendusGravesen Marie Ladekjær. — The Co...

Analyses et comptes rendus

Gravesen Marie Ladekjær. — The Contested Lands of Laikipia : Histories of Claims and Conflict in a Kenyan Landscape

Yvan Droz
p. 404-405
Référence(s) :

Gravesen Marie Ladekjær. — The Contested Lands of Laikipia : Histories of Claims and Conflict in a Kenyan Landscape. Leiden, Brill (« African Social Studies Series, 42 »), 2021, 263 p., bibl., index, ill.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat défendue à l’Université de Cologne, cet ouvrage présente l’histoire sociologique du plateau de Laikipia au centre nord du Kenya, avant d’interroger ce que l’on a pudiquement appelé les « troubles ethniques » qui précédèrent les élections présidentielles kenyanes depuis 1992. Ainsi, l’auteure raconte la longue histoire de l’occupation de ce plateau, tout d’abord par des groupes masaïs — qui se déchirèrent dans des guerres intersectionnelles à la fin du XIXe siècle — jusqu’à la colonisation. Ces « premiers occupants » furent déplacés par les Britanniques en 1905, puis en 1912, afin de libérer les terres pour des colons blancs, essentiellement britanniques et sud-africains. En effet, le plateau de Laikipia fut intégré au sein des « White Highlands » destinés à la colonisation de peuplement que constituait le Kenya au début du XXe siècle. Ces colons, qui participèrent aux frasques dont la « Happy Valley » kenyane de l’Entre-deux-guerres fut témoin, attirèrent des cultivateurs kikuyus pour développer leurs immenses fermes sous-capitalisées et en manque de main-d’œuvre. Quelques éleveurs turkanas provenant du nord-est du Kenya complètent le tableau de ce peuplement pour le moins complexe qui explique partiellement les revendications multiples et contradictoires quant à la propriété légitime de la terre qui surgirent au cours de ces dernières décennies.

2Après une introduction, le premier chapitre définit les concepts-clés de cette recherche (terre, propriété, « commons », ethnicité, paysage, etc.), puis Marie Gravesen résume l’histoire de ce plateau dans un chapitre d’une cinquantaine de pages. Le troisième chapitre aborde la problématique ethnique et celle des revendications foncières qui sont supposées être légitimées par l’« autochtonie » ou des titres de propriété, voire des toponymes. Avec prudence, l’auteure analyse les différents discours sur l’origine des droits sur la terre. Elle montre comment ceux-ci s’inscrivent dans une problématique politique qui dépasse largement le cas du plateau de Laikipia. Pour cela, elle construit dans le chapitre suivant les différents groupes — dont elle rappelle la labilité — qui portent ces discours : pastoralistes, petits propriétaires fonciers, éleveurs de bétail disposant de grandes fermes, conservationnistes transformant de vastes propriétés en sanctuaires pour la faune sauvage et les « absents », c’est-à-dire les spéculateurs fonciers, souvent de puissants politiciens ou hommes d’affaires ayant acheté de grandes fermes sans les exploiter.

3Le cinquième chapitre traite de la matérialité des revendications foncières par la pose de clôtures sur des kilomètres de savane semi-aride. Marie Gravesen analyse le cas d’un grand propriétaire foncier britannique en montrant ainsi l’histoire longue de la construction et de la destruction des barrières dans la savane, puis celui d’une compagnie d’achat de terres composée de petits propriétaires fonciers. L’avant-dernier chapitre étudie ces compagnies d’achat de terres qui se formèrent après l’indépendance à l’instigation de Jomo Kenyatta, le premier président du Kenya. En effet, afin de réunir assez de fonds pour racheter les vastes fermes « blanches » aux colons qui retournaient en Europe suite à l’indépendance, ces associations se constituèrent en rassemblant des personnes qui pouvaient payer chaque mois une modique somme d’argent. Après quelques années, la compagnie d’achat de terres commençait à prospecter pour racheter une ferme blanche et la subdiviser en parcelles pour ses membres. Le dernier chapitre évoque les récents développements qui affectent le plateau : une forte « africanisation » des propriétaires fonciers et de nombreuses tentatives — fréquemment dues à des éleveurs samburu — d’invasion des propriétés laissées à l’abandon par les spéculateurs fonciers. L’auteure analyse finement les transformations du foncier et du paysage à partir de l’étude de plusieurs compagnies d’achat de terres en soulignant que — trop souvent — la subdivision foncière engendre des parcelles bien trop petites pour pouvoir offrir aux petits propriétaires de quoi subvenir à leurs besoins, ce à quoi s’ajoutent les fréquents conflits avec des pastoralistes « envahissant » les parcelles avec leurs troupeaux, lorsque ce n’est pas la faune sauvage qui les dévaste. La conclusion revient sur les problématiques évoquées en les résumant.

4Grâce à une ethnographie précise et des recherches dans les archives, Marie Gravesen nous offre un bel ouvrage détaillant les transformations historiques du foncier sur le plateau de Laikipia et leurs inscriptions dans le paysage : elle définit les différents groupes de protagonistes tout en soulignant leur labilité, avant d’analyser leurs discours destinés à légitimer leurs revendications foncières, souvent inspirés par des conflits politiques qui dépassent les frontières du plateau de Laikipia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvan Droz, « Gravesen Marie Ladekjær. — The Contested Lands of Laikipia : Histories of Claims and Conflict in a Kenyan Landscape »Cahiers d’études africaines, 250 | 2023, 404-405.

Référence électronique

Yvan Droz, « Gravesen Marie Ladekjær. — The Contested Lands of Laikipia : Histories of Claims and Conflict in a Kenyan Landscape »Cahiers d’études africaines [En ligne], 250 | 2023, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/42080 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.42080

Haut de page

Auteur

Yvan Droz

Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID), Genève, Suisse

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search