Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252Entre(p)lacements. Dominique Mala...

Entre(p)lacements. Dominique Malaquais, la performance, la restitution et le politique

Entre(p)lacements. Dominique Malaquais, Performance, Restitution and Politics
Julie Peghini et Alexandra Galitzine-Loumpet
p. 457-471

Résumés

Dominique Malaquais (1964-2021) a laissé une œuvre multiple, inclassable et puissante, entre recherches, pratiques curatoriales et traductions, dans les champs entrecroisés de l’architecture, de l’art contemporain, de la performance et du politique dans les Afriques, que cela soit au Cameroun, en République démocratique du Congo ou en Afrique du Sud. Elle a aussi contribué à profondément renouveler les modalités et l’éthique de la recherche. Des funérailles organisées en son honneur à Bandjoun à l’hommage de Paris et à quelques-unes des manifestations qu’elle a élaborées, toujours en collectif, ce texte en « femmage » revient sur sa présence et sur la nécessité de continuer à penser avec Dominique Malaquais.

Haut de page

Texte intégral

Je sais que je mourrai vivant. Tous les hommes devraient mourir vivant. C’est si beau. Les dimensions de la chose nommée vous dictent en quelque sorte votre propre taille.
Sony Labou Tansi (1985)

  • 1 SPARCK (Space for Pan-African Research, Creation, and Knowledge) est l’espace panafricain de reche (...)
  • 2 À propos de la plateforme curatoriale sparck, Dominique écrit : « Nous nous intéressons à l’Afriqu (...)

1Entre(p)lacements. À chercher un intitulé qui ressemble à Dominique, qui rende justice à son travail comme à sa personnalité, nous sommes arrivées à un néologisme, entre(p)lacements, qui s’est peu à peu imposé à nous. Il dénote la félicité avec laquelle cette chercheure a pu trouver son ancrage entre plusieurs mondes et s’y tenir fidèlement — les États-Unis, la France, Bandjoun, mais aussi Douala, Kinshasa, Cape-Town ou encore Chimurenga ou sparck1 — et, tout en poursuivant ses recherches dans des champs souvent distincts, à amener leurs terreaux à se fertiliser par des entrelacements heureux. Entre(p)lacements, c’est aussi entrelacements, déplacements, replacements, abordés ici en désordre, sans prétendre à aucune exhaustivité, entre lieux, dates et événements, pour penser comme Dominique « des lieux de mouvement et de mobilité, essentiels aux vies vécues » (Malaquais 2022 : 212)2.

Mai 2023

2Pour qui connaît l’ouest du Cameroun, la cérémonie est inouïe malgré le deuil et la perte, l’absence : le 27 mai 2023, dans la concession de Saafotso Tapchom Tayou, chef de 3e degré, à Mvuh Bandjoun, arrondissement Djemben, ont eu lieu les funérailles de Dominique Malaquais, disparue le 17 octobre 2021, en présence de sa famille et de nombreux ami.e.s de Bandjoun, du Cameroun et d’ailleurs.

  • 3 Les auteures de ce femmage ont, dans le cadre de la préparation des ateliers à Bandjoun « Le retou (...)
  • 4 La langue de Bandjoun et de ses environs.

3Inouïe, c’est-à-dire unique, est en effet la décision même d’organiser des funérailles, prise par les amis et proches de Dominique Malaquais à Bandjoun, Ma Moudjè Djuigui Nya Thérèse Solange, Souop Kactio Toguem Michel, Saafotso Tapchom Tayou, tous celles et ceux qui disent qu’un jour elle est « entrée dans leur vie » et qu’elle l’a transformée, celles et ceux avec qui Dominique a fait famille à Bandjoun, et au Cameroun. Ces funérailles ont été précédées, à partir du 25 mai, par plusieurs autres réceptions et partages, pris en charge exclusivement, il faut le souligner, par celles et ceux qui ont décidé de les tenir3. La finalité des funérailles est en effet de lever le deuil et de signifier l’entrée du défunt dans le monde des ancêtres (Kaffo et al. 2019) et ainsi d’ouvrir la succession — une présence performative des morts dans la vie. Elles se tiennent toujours à quelques mois ou années des obsèques, suivant un rituel déterminé. C’est un événement public, avec banderoles imprimées l’annonçant au voisinage, tissus ndop— signe de notabilité —, apposés sur la porte d’entrée de la chefferie, sur les clayonnages en bois distinguant les parties du domaine et délimitant ainsi un espace sacré, masques textiles et chasse-mouches perlés, peau de panthère, danses communes, partage rituel de nourriture et de boisson, et au final un grand repas collectif — une organisation qui regroupe une communauté entière. Parmi les phases importantes, celles de la parole, du maître de céans et de différentes personnes. Une femme parle pour la communauté, devant la grande architecture sacrée, c’est sa fonction. Son nom d’artiste est Milliardaire Lariche. Tenant à la main une photographie de Dominique, elle adresse cette injonction conclusive véhémente en ghomala4 aux hommes et aux femmes de la concession présents (fig. 1) : « Et maintenant, labourez la terre ! Travaillez-la comme il faut ! Fabriquez dès aujourd’hui une nouvelle Dominique Malaquais qui remplace celle que nous avons perdue ! »

Fig. 1. — Prise de parole, funérailles de Dominique Malaquais dans la concession de Sah Fotso Tapchom à Mvuh Bandjoun

Fig. 1. — Prise de parole, funérailles de Dominique Malaquais dans la concession de Sah Fotso Tapchom à Mvuh Bandjoun

Cliché d’A. Galitzine-Loumpet, 27 mai 2023.

  • 5 Cette numérisation, menée conjointement par Bart Legum, Élisabeth Deberdt-Malaquais et Julie Peghi (...)
  • 6 Atelier « Retours : archives et création/Returns: Archives and Creation – Tribute to Dominique Mal (...)

4Dominique Malaquais avait fait plusieurs fois part de son souhait de restituer ses archives de recherche aux chercheurs et artistes camerounais et dans les lieux même où elle les a menées, en 1992, 1997-1998 puis en 2000, en majorité à Bandjoun. Le désir de répondre à ce souhait a conduit à la numérisation de 3 000 diapositives et des cahiers de notes associés5 (fig. 2). Un atelier de restitution et de mise en discussion de ses archives a eu donc lieu à Bandjoun Station6 le 26 mai 2023, en présence de Victor Loko Kouankam avec qui elle travailla quotidiennement durant ses séjours à Bandjoun — une voix d’interprétation centrale pour expliciter ces recherches en commun.

Fig. 2. — Bandjoun, cérémonie sur la place du palais

Fig. 2. — Bandjoun, cérémonie sur la place du palais

Cliché de D. Malaquais, 1998.

  • 7 L’emploi du terme vernaculaire exact a toujours été central dans les écrits et le travail de Domin (...)

5Ce débat collectif a été suivi par la remise officielle des archives numérisées à S. M. Djomo Kamga, fo’(roi) de Bandjoun, ou plus exactement de Goung a Djo’7, en présence de ses pairs, les fo’ de Bamendjida et de Baleng, prélude à une longue cérémonie de discours et d’échanges de cadeaux — dont son portrait, qui à terme trouvera place dans le Musée de Bandjoun. Triple mouvement : une restitution de ses archives a pris place dans le cadre d’un programme de recherche sur les retours et les restitutions dont elle était membre, et a, en retour, restitué ce qu’elle a accompli et son éthique propre de positionnement. Dominique ne restitue pas ses archives, elle les retourne auprès de celles et ceux à qui, de droit, elles appartiennent, libre aux concernés d’en dessiner les devenirs, de se les approprier comme ils l’entendent. Une autre façon de signifier la portée heuristique du retour, quand il n’est pas seulement affaire de diplomatie culturelle, mais aussi de le replacer au cœur du politique.

Juin 2022, cour de la Cité internationale des arts

  • 8 « Entrelacs » a été conçu par un collectif composé de Bénédicte Alliot, Lisa Brittan, Kadiatou Dia (...)
  • 9 Voir l’article d’E. Spiesse, dans ce numéro.

6« Entrelacs »8, premier grand hommage à Dominique Malaquais, au cours duquel une soixantaine d’artistes et de chercheurs se retrouvent à Paris pour échanger et poursuivre la réflexion autour des questions qui étaient au cœur de son travail : « ville(s) flux », imaginaires urbains, violence et capitalocène, nouvelles écritures de l’histoire et pratiques de curation. La manifestation comprend une exposition, des rencontres, une installation autour de sa bibliothèque et des performances, parmi lesquelles Telegraph to Iwaleasa. Un homme transforme Dominique en orisha. Autour de lui, des chercheurs, des artistes, mais aussi Ma Moudjè Djuigui Nya Thérèse Solange, Souop Kactio Toguem Michel, Saafotso Tapchom Tayou. L’homme se nomme Jelili Atiku. Il est performeur. De Lagos, où il vit, à Los Angeles, Lahore et tant d’autres villes, il propose une pratique novatrice, surprenante, de la performance comme acte politique9. Iwaleasa, le monde entre les mondes. Tel un rêve, Telegraph to Iwaleasa nous amène aux bords des mondes, remet en cause le partage entre les vivants et les morts. Sur la tête, Jelili transporte un très long masque, celui d’Ajagunmale, entité du monde spirituel yoruba. Ajagunmale est donc incarné par Jelili (fig. 3).

Fig. 3. — Performance de Jelili Atiku en mémoire de Dominique Malaquais

Fig. 3. — Performance de Jelili Atiku en mémoire de Dominique Malaquais

3 juin 2021, Cité internationale des arts à Paris, © Maurine Tric – Adagp, Paris.

  • 10 Jelili Atiku utlise les concepts d’activation et de désactivation pour nommer la performativité de (...)
  • 11 Entretien de Julie Peghini avec Jelili Atiku, 24 mai 2023.

7En portant six têtes sur le front et six têtes derrière lui, symboles du pouvoir d’Ajagunmale, Jelili Atiku incarne le passage entre les deux mondes. À ses côtés, une statue que l’artiste a créée avec les vêtements de Dominique, pour que son énergie fasse intégralement partie du processus de la performance. Cette statue représente l’orisha qu’elle est devenue. En la créant et en l’activant10 au cours de sa performance, Jelili transporte l’énergie de Dominique dans le monde physique. Aujourd’hui cette statue est avec ses proches, dans son ancien domicile. Jelili possède, quant à lui, une représentation semblable dans son temple, chez lui, à laquelle il fait des libations. De leur relation, Jelili dira plus tard ceci : « Pour moi, Dominique est une personne spéciale. […] Elle comprenait mes valeurs, ma personne, mon art. Elle me programmait avec un sens aigu de la réalité. Elle comprenait l’énergie de mon travail et lui trouvait le contexte adéquat. Elle est une personne importante dans le champ de l’art »11.

8Ce jour d’hommage, à la fin de sa performance Telegraph to Iwaleasa, Jelili a tranquillement conversé avec elle, en parlant de la Russie et de l’Ukraine, de l’état du monde, de politique, au sens de ce qui nous affecte en tant qu’êtres humains, en poursuivant les conversations qu’ils avaient l’habitude d’avoir ensemble.

Juin 2021, Paris

  • 12 Voir également le très beau texte d’E. Lebovici, « Dominique Malaquais (1964-2021) », 17 octobre 2 (...)

9Entre(p)lacements, ou sa forme verbale d’entre(p)lacer, entre places, entre situations, entre alliances, entre amis, en référence aussi avec Entrelacs, comme elle nomme son mémoire de synthèse de son habilitation à diriger des recherches (Malaquais 2021), à voix multiples, sous forme d’entrecroisements et d’enlacements, désignant la nature des liens, d’amitié, de vie, que Dominique a tissés entre les différents mondes auxquels elle appartenait. Elle était « franco-américaine ou américano-française ou on ne sait pas trop bien quoi » disait-elle. Elle était la fille de Jean Malaquais, poète et écrivain de langue française, originaire de Varsovie et apatride. Après une formation en histoire de l’art et une carrière dans les universités de la côte est des États-Unis, elle est venue s’installer à Paris pour y poursuivre sa carrière en tant que chercheure en sciences politiques au cnrs, détachée à l’imaf et enseignante à l’ehess. Elle s’y est consacrée sans réserve à pratiquer et penser les mondes africains et leurs artistes, tout en poursuivant une activité de commissaire d’exposition, de critique d’art, d’éditrice et de traductrice12.

10De déplacements, il a sans arrêt été question dans le travail de Dominique, de par l’éclectisme de ses sujets de recherche et les nœuds dialogiques qu’elle n’a eu de cesse d’articuler entre eux. À commencer par sa perception très dynamique de l’architecture, centrée sur la relation entre corps et architectures et sur les questions des itinéraires et de la mobilité dans l’espace. Son ouvrage Architecture, pouvoir et dissidence au Cameroun (Malaquais 2002) invite à une approche des usages alternatifs de l’espace dans l’ouest du Cameroun, pour comprendre comment tel ou tel individu peut se déplacer d’un endroit à un autre ou emprunter tantôt un itinéraire, tantôt un autre, franchir tel ou tel seuil au sein d’un espace codifié. Dans le manuscrit inédit de son hdr, On the Road (aussi à voix multiples), Dominique Malaquais documente les déplacements de la jeunesse camerounaise comme ceux à l’origine de la communauté camerounaise vivant à Cape-Town. Elle propose une étude inédite sur les migrations internes au Cameroun et sur les migrations entre villes africaines, mais aussi entre architecture et musée dans le monde occidental (Malaquais 2022). La métamorphose d’une place emblématique a été au point de départ d’une série de réflexions et d’événements qu’elle a orchestrés avec ardeur jusqu’à son départ autour de la performance.

Juillet 2015, Place de la Sorbonne, Paris

  • 13 D. Malaquais & C. Roussy « Africa Acts : une semaine de performance », CNRS, Le Journal, 02/06/201 (...)

11Un homme se transforme en arbre. La transformation dure des heures. Autour de lui, des étudiants, des chercheurs, des badauds. L’homme se nomme Jelili Atiku. Le contexte de cette performance : Africa Acts, festival de performance organisé par Dominique et l’historienne Caroline Roussy13 à l’occasion de la sixième édition de la European Conference on African Studies (ecas). Pour la première fois dans l’histoire de l’ecas, manifestation phare des études africaines en Europe, l’art — et plus particulièrement la performance — sont à l’honneur.

  • 14 Africa Acts. Programme et journal, du 5 au 12 juillet 2015, semaine consacrée aux arts de la perfo (...)

12Pour accompagner cette transformation, Jelili Atiku avait écrit à Dominique ces mots : « We have become disruptive agents that cause ecological collapse, global warming and catastrophic climate change. » Il précise également, en réponse à une question sur le rapport entre la performance et le continent africain posée par le collectif Contemporary And dans le journal de l’ecas : « Toutes les sculptures et autres performances culturelles… la plupart d’entre elles ont été créées pour la performance. Cette approche a été abandonnée quand les Européens sont arrivés pendant la colonisation ; ainsi, les œuvres matérielles ont été séparées de la performance […] l’art de la performance est profondément enraciné dans notre culture »14.

  • 15 Dominique Malaquais tenait beaucoup à ce concept, trouvé par Sony Labou Tansi au début des années  (...)

13Par la suite, Dominique n’a eu de cesse de construire une passerelle entre la place de la Sorbonne et d’autres places, en y transportant au gré des possibles les hommes au devenir arbre luttant face au cosmocide15 par leurs performances, comme dans les cours de Gounghin — quartier populaire de Ouagadougou où se déroulait le festival des Récréâtrales en 2018. De place en place, elle souhaitait entrelacer la performance comme acte politique et la recherche en sciences humaines et sociales, guidée par des artistes pour qui la performance et le politique sont matière première à réflexion.

Mai 2018, Bordeaux

  • 16 Voir l’introduction de S. Cousin, A. Doquet & A. Galitzine-Loumpet, dans ce numéro.

14À l’invitation de Dominique, Jelili Atiku performe dans le hall du Musée d’Aquitaine. Son cri résonne : « Je veux rentrer chez moi […] Bénin. Edo… Ramenez-moi chez moi ! » Vêtu comme un guerrier de bronze, les membres ligotés et un drapeau britannique sur ses talons, il incarne la souffrance et la déshérence d’une « chose »16 piégée dans le musée. La performance fait référence aux bronzes du Bénin, une collection de plusieurs milliers de sculptures saisies en 1897 lors du saccage de Benin City par les Britanniques.

15En 2016, Jelili Atiku visite le Musée Rietberg de Zurich. Pour la première fois, il est en contact avec la table de divination utilisée chez les Yoruba, le Fa. Être en présence avec cette « chose » le transforme : il comprend la vision de l’énergie du corps féminin, il reçoit ce qu’il nomme « une importante confirmation » de sa compréhension du monde. « En effet, dit Jelili, l’époque contemporaine ne comprend pas ce qu’est l’énergie féminine. Les Yoruba ont une connaissance très limitée de l’énergie du pouvoir du féminin, de l’énergie féminine ».

16L’énergie est un concept essentiel de la philosophie yoruba, elle représente la respiration, le souffle. En présence de la table de divination, c’est la première fois que Jelili se connecte véritablement avec ce qu’il appelle l’énergie féminine pour ressentir le pouvoir des objets :

  • 17 Entretien de Julie Peghini avec Jelili Atiku, 24 mai 2023.

Avoir un contact avec ces objets m’a permis d’aller plus loin dans mon processus artistique et de pouvoir affirmer que c’est essentiel la restitution, pour nous permettre de nous rendre plus puissants, spirituellement d’abord, économiquement ensuite. À Zurich, j’ai senti et compris davantage encore la philosophie de mes ancêtres. En Afrique, on met la mémoire dans les objets. Les objets sont les archives de nos philosophes, de nos médecins, ils portent la vie de la communauté. Mais les œuvres originelles ne sont pas là. Pourtant, nous avons besoin de ces représentations visuelles. Il y a un pouvoir réel de ces représentations visuelles. En tant qu’artiste, je suis bien placé pour le savoir. Nous perdons nos langues, nos religions, nos connexions avec la nature, car notre mémoire est dehors17.

  • 18 La performance de Jelili Atiku pour la 57e édition de la Biennale de Venise s’intitule Mama Say Ma (...)

17Par la suite, il utilisera cette connaissance nouvelle de l’énergie féminine pour sa mémorable performance à la Biennale de Venise, en 2017, dans laquelle il performe en présence de soixante-douze femmes18. La plupart des objets gardés dans les musées sont faits, explique-t-il, pour des connexions spirituelles, tandis qu’il y a un processus de déconnexion entre la diaspora concernée et ces objets. C’est pourquoi il a conçu un musée ambulant, le Yoruba Ambulatory Museum of Anthropology (yamoa), objet d’une performance en 2021, où l’ensemble des objets qu’il a lui-même recréés constitue un musée mobile de la civilisation yoruba. Grâce à ce musée mobile, Jelili Atiku promène les objets dans la rue pour permettre aux passants de ressentir l’énergie de leurs ancêtres, énergie qui est ainsi réactivée. Images saisissantes d’une performance qui sort les choses des musées, les replace dans le monde et les fait revivre.

Mai 2020, dans l’espace virtuel et en de multiples lieux et continents

  • 19 Programme de recherche collaboratif, pluridisciplinaire et international ReTours : géopolitiques, (...)
  • 20 « Le retour de la restitution, géopolitiques du patrimoine, éthiques du transfert, économies du re (...)
  • 21 Il en existe cinq versions réalisées par Munch entre 1893 et 1917. Voir l’œuvre d’Hervé Youmbi ici (...)
  • 22 Voir l’article d’A. Galitzine-Loumpet, dans ce numéro.

18Pendant le confinement dû à l’épidémie du Covid-19 s’élabore et se finalise, en « distanciel », le programme de recherche participatif et pluridisciplinaire sur le retour des choses19. Dominique accepte immédiatement d’en faire partie, avec plusieurs collègues du Bénin, de Belgique, du Cameroun, de France, d’Italie, du Mali, du Sénégal. Un an avant, elle avait pris part au colloque international « Le retour de la restitution »20. Dans les discussions qui suivent, elle précise ce qu’elle voudrait étudier dans la relation entrelacée de l’art et du politique. D’abord, le rapport entre collecte d’objets et violence coloniale, notamment dans l’Ouest-Cameroun pendant la répression du mouvement indépendantiste de l’Union des populations du Cameroun (upc) de la fin des années 1950 au début des années 1970, dont elle a si bien décrit, dans sa thèse et dans l’ouvrage qui en est issu, les transformations majeures à travers l’architecture, la rupture des savoir-faire, le déplacement forcé des populations, les exactions et assassinats. Or, dit-elle, si les conséquences sur les corps, les êtres, la structure du pouvoir sont connues, c’est moins le cas pour les formes d’acquisition, voire de spoliation des choses, et leur arrivée progressive sur le marché de l’art, dans les collections privées ou les musées. L’enjeu est important et transcende la seule période de la conquête pour s’étendre aux périodes troublées des Indépendances et, plus loin, aux trafics illicites en temps de conflit armé. Ensuite et en relation étroite, Dominique souhaite poursuivre ses recherches sur les manières dont l’art contemporain et la performance réagencent le rapport à la violence et au patrimoine, leur donnent un nouveau corps. En introduction à un texte sur le sujet, elle écrit : « Penser la violence du pillage d’œuvres d’art sur le continent africain au cours de la période coloniale et dans son sillage, penser les possibles d’une réparation face à cette violence, passe par diverses formes de réflexion, d’initiatives et d’expérimentations. Parmi celles-ci : propositions et projets d’artistes contemporain » (Malaquais à paraître). Elle poursuit son analyse autour de l’œuvre Visages de masques d’Hervé Youmbi et notamment de la forme revue d’un masque de société initiatique bamiléké intégrant « Le Cri » (en norvégien : Skrik) d’Edvard Munch21 (fig. 4) (Malaquais 2016). Le masque/œuvre est ensuite « chargé » de significations et de puissance22 par un autre artiste, Hervé Yamguen, lors d’une cérémonie nommée Ku’ngang.

Fig 4. — Création d’Hervé Youmbi, 2016

Fig 4. — Création d’Hervé Youmbi, 2016

Avec l’aimable autorisation de l’artiste

19Ce qui intéresse spécialement Dominique dans ce masque intégré à la fois dans le contexte rituel et dans le marché de l’art est ce qu’en disent également les deux artistes : il s’agit pour eux de déstabiliser les catégories et, à travers des allers-retours entre plusieurs mondes d’usages et de fonctions, de « prendre en compte les réverbérations de cette violence sur un présent qu’elle a tronqué, amputé » (Malaquais à paraître) et qui persiste.

  • 23 Zora Snake, Dominique Malaquais et Julie Peghini avaient entamé un dialogue avec pour focale une r (...)
  • 24 En septembre 2021, Dominique Malaquais et Julie Peghini organisent, en collaboration avec la Cité (...)
  • 25 Une vidéo de cette performance existe dans le lien suivant : <https://www.youtube.com/watch?v=Lgdh (...)

20Cette analyse de l’art et de la performance au prisme du politique, elle entendait aussi la faire autour des créations de Zora Snake dans le cadre d’une résidence de la Fondation Camargo23. Car à son tour, cet artiste performe la présence des choses enfermées dans les musées, au Cameroun et ailleurs dans le monde. L’Opéra du villagois, créé pour la première fois dans le cadre du festival Afriques : Utopies performatives, à la Cité internationale des arts en juin 202124, l’est de nouveau au Rautenstrauch-Joest-Museum de Cologne, en juin 2023. D’autres de ces performances prennent place dans les musées. Dans la dernière pourtant, portant un masque éléphant textile de la région bamiléké, le tcho bapten, le corps doré, un pantalon reproduisant la peau du serpent, il demande que soit remonté des réserves un trône à dossier perlé appartenant au royaume bamoun, le plus grand de l’Ouest-Cameroun. Celui-ci est mis en vitrine, masqué par un grand tissu blanc qu’il arrache d’un grand geste. Il entre peu après dans une autre vitrine et l’habite par sa danse. Au fur et à mesure, il présente des papiers aux spectateurs, silencieux et émus25. Sur l’un, est écrit : « I’m not an object », sur l’autre : « In the silence of corpses », ou encore : « They took the work but not the spirit ».

  • 26 Communication personnelle avec Alexandra Galitzine-Loumpet, 13 juin 2023.

21À propos de cette performance, Snake dit : « Ma performance vient donc mettre en abyme ce trône mis à nu sans la clarté de son histoire au musée », et plus loin : « J’ai senti l’esprit du roi bamoun pendant ma performance parce que le combat est loyal et légitime, il m’a protégé et a permis que le trône sorte dans le dépôt pour la performance parce que j’ai un esprit de bienveillance et de combat pour le peuple camerounais. Je suis un artiste qui utilise les forces de sa tradition pour challenger le monde dans tous ses sens »26. Snake se définit comme « un élément déclencheur » pour révéler la puissance des choses — et la remettre au cœur du monde. La puissance des choses et la puissance de la performance comme arts de combat lui permettent aussi de faire siens les mots conclusifs d’un manifeste (Deliss 2018) :

Pour que, sur la base d’innovations brevetées
Dérivées de ces collections historiques occluses
Nous puissions renommer les artistes exclus,
Et retourner le respect et les droits d’auteur
À leurs ancêtres !
Organes et alliances !
Vous !
Artistes,
Écrivains,
Commissaires d’expositions,
Cinéastes,
Avocats,
Architectes,
Écologues !
Frères et Sœurs !
Il n’y a plus de temps à perdre !

22Il n’y a plus de temps à perdre ni pour penser la restitution, l’art, la performance et le politique, ni pour continuer à réfléchir avec Dominique Malaquais. Son mémoire de synthèse Entrelacs se termine par une citation de Sony Labou Tansi, que Dominique, qui écrivait et traduisait la poésie, tenait pour l’un des plus grands auteurs du xxe siècle. Aussi allons-nous finir avec ces mots de slt (qui veut bien dire ici Sony Labou Tansi et non les Soulèvements de la Terre, mais cette abréviation désormais commune pour les nommer aurait beaucoup plu à Dominique) :

Il n’y a pas de néant. Je te le dis parce que je le sais. Quand un monde meurt, un autre naît. […] Je dialogue ma vie. Tu diras comme cela. Je monologue ma vie. C’est possible. Mais j’ai vu le monde d’un bout à l’autre. Je ne vis pas en ligne. À quoi bon. Je multiplie toute chose par moi. Une opération à priori audacieuse. Pas. Elle justifie le bruit de la respiration (Lettre à Françoise Ligier, 12 octobre1974) (Labou Tansi 2005 : 161).

  • 27 Elle y avait consacré un enseignement au sein de la Raw Academy, à Dakar, avec Julie Peghini, en 2 (...)
  • 28 « L’acte de respirer » et « 930 mots dans un aquarium » (Labou Tansi 2005).

23Dominique aimait la façon singulièrement humaine de Sony de penser la question de la respiration27, sa façon de lier « l’Acte de respirer »28 à l’action de démultiplier les mondes, comme si ce sont autant d’humains qui respirent, autant de mondes qui viennent mourir et renaître. Nul doute que le lieu particulier d’énonciation du poète, celui de se placer entre les mondes, là où ils peuvent basculer, où les forces viennent s’abolir, où le politique peut être subverti, rejoint celui des artistes et performeurs dont elle se sentait si proche et qui continuent à la rendre présente.

Haut de page

Bibliographie

Deliss C., 2018, « Manifeste pour le droit d’accès aux collections coloniales séquestrées en Europe de l’ouest », Multitudes, 73 (4) : 18-24.

Diallo K., Malaquais D. & Zsuzsa L., 2022, Entretien « La façon de faire ce que l’on fait est parfois ce qui compte le plus », Multitudes, 87 (2) : 212-215.

Kaffo C., Chapgang Noubactep, Akamba Bekono J. C. & Tchekote H., 2019, « Les cérémonies funéraires à l’Ouest-Cameroun », Géographie et cultures, 110 (1) : 13-32.

Labou Tansi S., 1985, Notre librairie, 79.

Labou Tansi S., 2005, « Lettre à Françoise Ligier, 12 octobre1974 », in SLT. L’atelier de Sony Labou Tansi, édition établie par N. Martin-Granel et G. Rodriguez-Antoniotti, vol. II, Paris, Revue Noire (« Soleil »).

Malaquais D., 2002, Architecture, pouvoir et dissidence au Cameroun, Paris, Karthala.

Malaquais D., 2016, « Playing (in) the Market. Hervé Youmbi and the Art World Maze », Cahiers d’Études africaines, LVI (3), 223 : 559-580.

Malaquais D., 2021, Faire art pour faire politique. Pratiques collectives d’insoumission, Habilitation à diriger des recherches, EHESS, Paris.

Malaquais D., 2022, « Entrelacs, extraits », Multitudes, 87 : 162-168, <https://www.cairn.info/revue-multitudes-2022-2-page-162.htm>.

Malaquais D., à paraître, « Retour, retournements, retours de bâton : Expérimentations depuis le champ de l’art contemporain », in S. Cousin, A. Doquet, A. Galitzine-Loumpet (dir.), La restitution à l’heure du retour, Paris, La Documentation française (« Musées Mondes »).

Haut de page

Notes

1 SPARCK (Space for Pan-African Research, Creation, and Knowledge) est l’espace panafricain de recherche, de création et de connaissance, fondé par Dominique Malaquais et Kadiatou Diallo en 2008. C’est un programme expérimental et multidisciplinaire de résidences d’artistes, d’ateliers, d’expositions, de publications et de performances centré sur des approches novatrices et éthiques d’espaces et de sociétés postcoloniales. Voir <https://sparck.org>.

2 À propos de la plateforme curatoriale sparck, Dominique écrit : « Nous nous intéressons à l’Afrique et aux mondes africains non pas tant comme des lieux délimités dans l’espace que comme des lieux de mouvement et de mobilité, essentiels aux vies vécues en Afrique et dans la diaspora africaine, que ce soit en Asie, aux Amériques ou en Europe » (Malaquais 2022 : 212).

3 Les auteures de ce femmage ont, dans le cadre de la préparation des ateliers à Bandjoun « Le retour des choses » (Yaoundé et Bandjoun, 22-27 mai 2023), tenu de multiples réunions avec les amis de Dominique à Bandjoun. Elles ont ainsi eu l’illusion de prendre part à l’organisation des funérailles et des hommages associés. Erreur. L’ampleur des manifestations organisées sur place les ont surprises en premier lieu. Leurs remerciements envers l’hospitalité et la charge d’organisation des amis de Dominique sont donc immenses. Julie Peghini a travaillé de nombreuses années avec Dominique sur le projet Yif Menga, autour de la performance dans les Afriques. Alexandra Galitzine-Loumpet avait en partage cette profonde amitié pour l’Ouest-Cameroun, elle pour le royaume bamoun voisin, Dominique pour Bandjoun et sa région.

4 La langue de Bandjoun et de ses environs.

5 Cette numérisation, menée conjointement par Bart Legum, Élisabeth Deberdt-Malaquais et Julie Peghini, a pu être réalisée grâce à un financement spécifique voté par le conseil de laboratoire de l’Institut des mondes africains (IMAF), sur proposition d’Anne Doquet. Le devenir des archives de Dominique Malaquais, les modalités de dépôt et de partage, sont à l’étude. Ces archives offrent un matériau inestimable de données, de photographies et de notes, documentant aussi bien la concession palatiale de Bandjoun et l’histoire de l’Ouest-Cameroun qu’une méthodologie de recherche respectueuse.

6 Atelier « Retours : archives et création/Returns: Archives and Creation – Tribute to Dominique Malaquais », 26 mai 2023, <https://retours.hypotheses.org/935#more-935>.

7 L’emploi du terme vernaculaire exact a toujours été central dans les écrits et le travail de Dominique Malaquais.

8 « Entrelacs » a été conçu par un collectif composé de Bénédicte Alliot, Lisa Brittan, Kadiatou Diallo, Jean-Christophe Lanquetin, Bart Legum, Élisabeth Deberdt-Malaquais, Julie Peghini, Zahia Rahmani, Gary Van Wyk. Participants et programme sur <https://www.citedesartsparis.net/fr/evenement-entrelacs>.

9 Voir l’article d’E. Spiesse, dans ce numéro.

10 Jelili Atiku utlise les concepts d’activation et de désactivation pour nommer la performativité des « choses ».

11 Entretien de Julie Peghini avec Jelili Atiku, 24 mai 2023.

12 Voir également le très beau texte d’E. Lebovici, « Dominique Malaquais (1964-2021) », 17 octobre 2021, <https://le-beau-vice.blogspot.com/2021/10/dominique-malaquais-1964-2021.html>.

13 D. Malaquais & C. Roussy « Africa Acts : une semaine de performance », CNRS, Le Journal, 02/06/2015, <https://lejournal.cnrs.fr/nos-blogs/focales-afriques/africa-acts-une-semaine-de-performances>.

14 Africa Acts. Programme et journal, du 5 au 12 juillet 2015, semaine consacrée aux arts de la performance en Afrique et dans ses diasporas, ECAS, 2015, p. 9, <https://sparck.org/wp-content/uploads/2021/02/Africa-Acts-FR-.pdf>.

15 Dominique Malaquais tenait beaucoup à ce concept, trouvé par Sony Labou Tansi au début des années 1970.

16 Voir l’introduction de S. Cousin, A. Doquet & A. Galitzine-Loumpet, dans ce numéro.

17 Entretien de Julie Peghini avec Jelili Atiku, 24 mai 2023.

18 La performance de Jelili Atiku pour la 57e édition de la Biennale de Venise s’intitule Mama Say Make I Dey Go, She Dey My Back. Elle est visible dans le lien suivant : <https://www.youtube.com/watch?v=HksbgVJ5KuE>.

19 Programme de recherche collaboratif, pluridisciplinaire et international ReTours : géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution, financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR), <https://retours.hypotheses.org/125>.

20 « Le retour de la restitution, géopolitiques du patrimoine, éthiques du transfert, économies du retour », 12 juin 2019, Amphi Durkheim, Sorbonne, <http://www.inalco.fr/evenement/retour-restitution-geopolitiques-patrimoine-ethiques-transfert-economies-retour>.

21 Il en existe cinq versions réalisées par Munch entre 1893 et 1917. Voir l’œuvre d’Hervé Youmbi ici : <https://www.hear.fr/agenda/herve-youmbi-masks-on-the-move/>.

22 Voir l’article d’A. Galitzine-Loumpet, dans ce numéro.

23 Zora Snake, Dominique Malaquais et Julie Peghini avaient entamé un dialogue avec pour focale une réflexion autour de la performance comme moyen de créer des espaces communs de contestation, de réflexion et de collaboration — espaces qui transcendent les frontières, tant physiques que disciplinaires. Ensemble, ils espéraient réaliser un ouvrage avec pour titre L’art est une boxe : de la performance, du politique. Ils le pensaient multiforme, réunissant entretiens, essais de chercheurs, billets et fictions, ainsi qu’un important corpus photographique. Un premier jalon de ce travail commun devait se tenir en janvier 2022 à Cassis, au sein de la Fondation Camargo, lieu de résidence international pour artistes et chercheurs grâce à une bourse EHESS/Camargo obtenue par Dominique Malaquais et Zora Snake. Hélas, cette résidence n’a pu se faire en présence de Dominique Malaquais. La publication se poursuit et devrait paraître en 2024.

24 En septembre 2021, Dominique Malaquais et Julie Peghini organisent, en collaboration avec la Cité internationale des arts, les Utopies performatives, trois jours consacrés à des performances, des conférences, des interventions d’artistes performeur.e.s et de chercheur.e.s. Les Utopies performatives ont pour principale focale le déploiement de la performance en Afrique et dans les diasporas à des fins de transgression. Il s’agit, dans le sillage d’artistes contemporains, de réfléchir aux intersections entre actes performatifs et contestation politique, <https://www.citedesartsparis.net/fr/afriques-utopies-performatives>.

25 Une vidéo de cette performance existe dans le lien suivant : <https://www.youtube.com/watch?v=LgdhCUZ9Hkw> ; voir également l’analyse d’une performance de Zora Snake au Linden Museum de Stuttgart par Sandra Ferracuti dans l’article de S. Ferracuti, A. Galitzine-Loumpet & P. Ndjock Nyobé, dans ce numéro.

26 Communication personnelle avec Alexandra Galitzine-Loumpet, 13 juin 2023.

27 Elle y avait consacré un enseignement au sein de la Raw Academy, à Dakar, avec Julie Peghini, en 2017.

28 « L’acte de respirer » et « 930 mots dans un aquarium » (Labou Tansi 2005).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. — Prise de parole, funérailles de Dominique Malaquais dans la concession de Sah Fotso Tapchom à Mvuh Bandjoun
Légende Cliché d’A. Galitzine-Loumpet, 27 mai 2023.
URL http://journals.openedition.org/etudesafricaines/docannexe/image/44948/img-1.png
Fichier image/png, 309k
Titre Fig. 2. — Bandjoun, cérémonie sur la place du palais
Légende Cliché de D. Malaquais, 1998.
URL http://journals.openedition.org/etudesafricaines/docannexe/image/44948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Fig. 3. — Performance de Jelili Atiku en mémoire de Dominique Malaquais
Légende 3 juin 2021, Cité internationale des arts à Paris, © Maurine Tric – Adagp, Paris.
URL http://journals.openedition.org/etudesafricaines/docannexe/image/44948/img-3.png
Fichier image/png, 826k
Titre Fig 4. — Création d’Hervé Youmbi, 2016
Légende Avec l’aimable autorisation de l’artiste
URL http://journals.openedition.org/etudesafricaines/docannexe/image/44948/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Peghini et Alexandra Galitzine-Loumpet, « Entre(p)lacements. Dominique Malaquais, la performance, la restitution et le politique »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 457-471.

Référence électronique

Julie Peghini et Alexandra Galitzine-Loumpet, « Entre(p)lacements. Dominique Malaquais, la performance, la restitution et le politique »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 15 novembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/44948 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.44948

Haut de page

Auteurs

Julie Peghini

Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (CEMTI), Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, France

Du même auteur

Alexandra Galitzine-Loumpet

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA), Paris ; Sophiapol, Université de Nanterre, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search