Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252Restitutions : enjeux juridiques ...Restituer, partager, réparer : pe...

Restitutions : enjeux juridiques et politiques

Restituer, partager, réparer : penser la légalité de demain

To Return, Share, Repair: Designing a Legal Framework for the Future
Vincent Négri
p. 527-541

Résumés

La voie qu’a dessinée le rapport Sarr-Savoy sur la restitution du patrimoine culturel africain devrait introduire de nouveaux modes de penser un droit des restitutions, à partir d’une nouvelle éthique relationnelle. Jusqu’à cet horizon tracé en 2018, les revendications des peuples et des États africains pour le retour des biens culturels dont ils ont été dépossédés pendant la période coloniale se heurtaient au droit des collections publiques, qui armait le front du refus de restituer. Mais, depuis les années 1960, se jouait une autre partition sur la scène internationale, où montaient en gamme et en puissance des revendications portées jusque dans l’arène des Nations unies. De ce concert de résolutions, de déclarations et de recommandations internationales émerge un principe de restitution qui, aujourd’hui, tend à fertiliser les droits nationaux des anciennes puissances coloniales et à briser les digues contre lesquelles s’épuisaient les revendications.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Endiguer les restitutions par un principe de conservation
Rehausser les droits des peuples : la « levée d’écrou » du monde colonisé
Penser la légalité de demain : une éthique des restitutions

Aperçu du texte

Restituer le patrimoine culturel prélevé en Afrique pendant la période coloniale induit de poser une nouvelle matrice dans notre rapport aux peuples auxquels nous avons imposé le récit de notre passé (Goody 2010), à partir de ce que Bénédicte Savoy et Felwine Sarr désignent comme « une éthique relationnelle repensée » :

Parler ouvertement des restitutions, c’est parler de justice, de rééquilibrage, de reconnaissance, de restauration et de réparation, mais surtout : c’est ouvrir la voie vers l’établissement de nouveaux rapports culturels reposant sur une éthique relationnelle repensée (Sarr & Savoy 2018 : 25).

Penser par le droit cette aspiration infère de débusquer ce qui grippe jusqu’à révoquer cette intention. Autrement dit, il s’agit au préalable de connaître les présupposés normatifs qui arment le discours du droit sur le refus de restituer. C’est là la singularité de cette situation : aux revendications argumentées sur l’histoire, sur l’identité, sur la reconstitution des patrimo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Négri, « Restituer, partager, réparer : penser la légalité de demain »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 527-541.

Référence électronique

Vincent Négri, « Restituer, partager, réparer : penser la légalité de demain »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 03 janvier 2026, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/45108 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.45108

Haut de page

Auteur

Vincent Négri

Institut des sciences sociales du politique (ISP, UMR 7220), École normale supérieure Paris-Saclay, France

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search