Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252Le retour des choses : points de ...Note sur le rapatriement des bien...

Le retour des choses : points de vue situés et plurivocalités

Note sur le rapatriement des biens culturels camerounais spoliés ou illégalement exportés. Une stratégie entre complexité et prudence

Note on the Repatriation of Looted or Illegally Exported Cameroonian Cultural Goods. A Strategy between Complexity and Precaution
Hugues Heumen Tchana
p. 599-613

Résumés

L’histoire des collections camerounaises illégalement exportées se distingue d’autres pays d’Afrique par deux éléments : la présence de trois puissances coloniales (Allemagne, France, Grande-Bretagne) et un contexte de forte polarisation communautaire et d’identités dans les demandes de rapatriement et de restitution. Cette note de recherche présente la démarche adoptée par le Cameroun à travers la stratégie nationale pour la mise en œuvre des activités de rapatriement des objets d’art illicitement exportés et déposés à l’étranger, afin de suivre et de contrôler, de manière concrète et prudente, les demandes issues de communautés qui ont subi des pillages.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Biens culturels et histoire coloniale complexe
Colonisation et spoliation des biens culturels
Exportations illicites des biens culturels après les Indépendances
Les politiques de l’État du Cameroun : entre prudence et méthode
La stratégie nationale de restitution des biens culturels
Les autorités traditionnelles actives dans les demandes de restitutions
Les attentes envers les programmes de recherche internationaux

Aperçu du texte

Le Cameroun est le fruit de la colonisation qui a débuté sur les berges du fleuve Wouri. Au prix de conquêtes souvent sanglantes, les pouvoirs coloniaux (allemand d’abord, puis franco-britannique) ont rassemblé, en une seule entité territoriale et sous la même autorité politique, un ensemble épars de communautés dotées de systèmes politiques propres. Les frontières et même les délimitations administratives du Cameroun, négociées et renégociées entre les puissances coloniales, ont parfois éclaté des communautés que l’histoire, la langue et la religion soudaient (à l’instar des communautés peul et kanuri dans le septentrion, ou encore la communauté fang dans le Centre, Sud et Est. Néanmoins, présenté comme un concentré d’Afrique du fait de sa diversité écologique, géologique, humaine et culturelle, le Cameroun est connu pour la qualité, la variété et la grande valeur esthétique de ses réalisations artistiques. Une grande partie du patrimoine culturel camerounais a été illégalement exp...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugues Heumen Tchana, « Note sur le rapatriement des biens culturels camerounais spoliés ou illégalement exportés. Une stratégie entre complexité et prudence »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 599-613.

Référence électronique

Hugues Heumen Tchana, « Note sur le rapatriement des biens culturels camerounais spoliés ou illégalement exportés. Une stratégie entre complexité et prudence »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 03 janvier 2026, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/45268 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.45268

Haut de page

Auteur

Hugues Heumen Tchana

Enseignant-chercheur, Université de Maroua ; directeur du Musée national du Cameroun

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search