Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252Le retour des choses : points de ...Note sur des trajectoires de « pa...

Le retour des choses : points de vue situés et plurivocalités

Note sur des trajectoires de « patrimoine restitué » au Bénin au XXIe siècle

A Note on the Trajectories of the Republic of Benin’s « Repatriated Heritage » in the 21st Century
Paul Akogni et Didier Marcel Houénoudé
p. 615-630

Résumés

L’article revient sur le processus de restitution au Bénin par la France des vingt-six œuvres des Trésors royaux du Bénin. Il permet de comprendre qu’au départ d’une demande de restitution très médiatisée et très politisée, il y avait une correspondance du représentant d’une communauté, descendant des anciens propriétaires légitimes des biens spoliés. Cette correspondance adressée non pas à l’ancienne nation colonisatrice mais plutôt au chef de l’État béninois, lui demandait d’œuvrer au retour de ces biens dans leur terre d’origine. Ainsi débute la demande de restitution du patrimoine béninois à la France et la politique de réappropriation mise en place par l’État béninois pour construire une identité nationale autour des biens restitués.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

L’Afrique et la France : une rencontre plutôt douloureuse
Militantisme co-constructif du « patrimoine restitué »
L’après-restitution et la question des collections et de leur réappropriation effective

Aperçu du texte

Une bonne partie du patrimoine culturel africain a subi une période mouvementée à la fin du xixe siècle. Dans la tourmente des guerres d’annexion coloniale, d’une part, et de résistance à la machine colonisatrice, d’autre part, le continent africain est progressivement dépouillé de son patrimoine, lequel d’abord vu comme un trophée de guerre trouve finalement place dans les musées occidentaux. Sir Robert Phillimore (1854 : 240) observait que « tous les États civilisés » reconnaissent la maxime selon laquelle « les acquisitions de guerre appartiennent à l’État ». Ainsi donc, les œuvres du Danxomè, emportées par le colonel Dodds à la fin du xxie siècle, appartiennent fort logiquement aux collections nationales françaises.

Tandis que le phénomène de spoliation des biens culturels africains est bien connu dans la littérature, le récent intérêt des communautés africaines, engendré par la volonté politique de la République du Bénin, a de quoi raviver les débats à l’échelle continentale. Le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Akogni et Didier Marcel Houénoudé, « Note sur des trajectoires de « patrimoine restitué » au Bénin au XXIe siècle »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 615-630.

Référence électronique

Paul Akogni et Didier Marcel Houénoudé, « Note sur des trajectoires de « patrimoine restitué » au Bénin au XXIe siècle »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 03 janvier 2026, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/45318 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.45318

Haut de page

Auteurs

Paul Akogni

Directeur du patrimoine culturel, Ministère du Tourisme, de la Culture et des Arts, Cotonou, Bénin

Didier Marcel Houénoudé

Institut national des métiers d’art, d’archéologie et de la culture, Université d’Abomey-Calavi, Bénin

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search