Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252Le retour des choses : points de ...Sur les traces d’Omar ibn Saïd, e...

Le retour des choses : points de vue situés et plurivocalités

Sur les traces d’Omar ibn Saïd, esclave musulman originaire du Fuuta Tooro (Sénégal)

In the Footsteps of Omar ibn Saïd, a Muslim Slave from Fuuta Tooro
Mamarame Seck
p. 659-690

Résumés

Cet article a un double objectif. Premièrement, il explore les origines de l’esclave musulman Omar ibn Saïd du Fuuta Tooro décrites dans son autobiographie, datée de 1831, et dans ses autres écrits. Deuxièmement, il pose la question du partage du patrimoine d’Omar avec les populations du Fuuta Tooro. En effet, l’autobiographie de l’esclave musulman Omar ibn Saïd a été présentée à la communauté scientifique par la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis en 2017. La redécouverte de ce manuscrit de quinze pages restituant des éléments biographiques d’Omar ibn Saïd a attiré l’intérêt d’acteurs très différents de part et d’autre de l’Atlantique. Ce serait le seul manuscrit, conservé aux États-Unis, écrit en arabe ajami, de la main d’un esclave, originaire de la région de Fuuta Tooro, au Sénégal, au XIXe siècle. De plus, se pose aussi la question du retour symbolique de son œuvre intégrale inédite en Afrique afin qu’elle soit partagée avec son peuple d’origine. Un voyage de dix jours au Fuuta Tooro et au-delà nous a permis de montrer les manuscrits d’Omar aux imams et aux locuteurs et traducteurs arabes et pulaar et de mener des entretiens dans le but d’identifier son village natal. Cet article contribue à l’enrichissement des connaissances sur les origines africaines des esclaves musulmans noirs. De plus, il lance le débat sur le partage du patrimoine des anciens esclaves avec le continent africain en vue de la réconciliation des Africains-Américains avec la terre de leurs ancêtres.

Haut de page

Notes de l'auteur

Nous tenons à remercier toute l’équipe de recherche, l’ANR ReTours : géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution et l’Institut fondamental d’Afrique noire Cheikh Anta Diop (IFAN). Une mention spéciale va à Amandine Situ Bocco dont la prise de notes tout au long de notre périple à travers le Fuuta a permis de rassembler tous les éléments nécessaires à la composition de ce document. Nous ne saurions oublier les populations de Fuuta, surtout celle du village de Coppe Mangay, son chef, les jeunes, les femmes et les personnes âgées qui nous ont ouvert les portes de leur concession et leur mémoire pour nous faciliter la tâche.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Histoire de l’esclavage dans le Fuuta Tooro : des satigi aux almami (XVe-XVIIIe siècles)
À la recherche d’Omar
Méthodologie
Compte rendu des entretiens d’enquête
Dimat Walo, 16 février 2021
Dimat Dieri, 16 et 18 février 2021
Coppe Mangay, 17 février 2021
Alwar, 17 février 2021
Hore Fonde, 19 février 2021
Gababé, 19 février 2021
Barobe Jakkel, 19 février 2021
Guia, 20 février 2021
Podor, 21 février 2021
Podor, 21 février 2021
Coppe Mangay, village natal d’Omar ibn Saïd ?

Aperçu du texte

L’autobiographie de l’esclave Omar ibn Saïd a récemment été présentée à la communauté scientifique par la bibliothèque du Congrès aux États-Unis en 2017. La redécouverte de ce manuscrit d’une quinzaine de pages environ, daté de 1831 et restituant des éléments biographiques d’Omar ibn Saïd, a suscité l’intérêt d’acteurs très différents de part et d’autre du globe : chercheurs, journalistes, associations noires, institutions religieuses comme la mosquée nommée Omar ibn Saïd à Charleston et autres. Une pièce d’opéra a d’ailleurs été présentée au festival Spoleto 2022 à Charleston, en Caroline du Sud.

L’autobiographie d’Omar ibn Saïd serait le seul manuscrit, conservé aux États-Unis, écrit en arabe ajami, c’est-à-dire la transcription en arabe des langues africaines, ici en l’occurrence le poular, de la main d’un esclave, originaire de la région du Fuuta Tooro, au Sénégal, au xixe siècle. Au-delà de son caractère inédit, la trajectoire individuelle d’Omar ibn Saïd renseigne sur l’histoir...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mamarame Seck, « Sur les traces d’Omar ibn Saïd, esclave musulman originaire du Fuuta Tooro (Sénégal) »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 659-690.

Référence électronique

Mamarame Seck, « Sur les traces d’Omar ibn Saïd, esclave musulman originaire du Fuuta Tooro (Sénégal) »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 03 janvier 2026, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/45428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.45428

Haut de page

Auteur

Mamarame Seck

Enseignant-chercheur, conservateur du Musée historique du Sénégal à Gorée, IFAN Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search