Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252Muséalités et patrimonialités bou...Colonialités, postcolonialités et...

Muséalités et patrimonialités bousculées

Colonialités, postcolonialités et patrimoines au/du Cameroun. Foumban, Douala, Stuttgart

Colonialities, Postcolonialities, and Heritages in/from Cameroon. Foumban, Douala, Stuttgart
Sandra Ferracuti, Alexandra Galitzine-Loumpet et Pascal Ndjock Nyobé
p. 879-909

Résumés

Qu’auraient en commun la statue de Leclerc à Douala, le musée créé par le roi Njoya à Foumban et les collections camerounaises du Linden Museum de Stuttgart ? À la dégradation répétée de la statue commémorative par des activistes qui cherchent à délier une relation coloniale répond la performance de deux artistes du Cameroun dans un musée européen, qui vise à relier ce qui a été disjoint par des collectes coloniales. En soubassement, le destin du musée du roi Njoya sous colonisation française se transforme, du politique au marché post-colonial du patrimoine et du tourisme culturel. Ces exemples permettent d’aborder les déconstructions en cours d’espaces et de patrimoines coloniaux, les différents acteurs impliqués, au Cameroun et dans les diasporas et, partant, d’interroger la performativité des enjeux contemporaines en temps de restitution.

Haut de page

Notes de l'auteur

Recherches réalisées par les trois auteurs dans le cadre du programme international collaboratif ReTours : géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution, financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR), <https://retours.hypotheses.org/>.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Au début, à Foumban. Exhibitions coloniales et contre-coloniales
Aujourd’hui, à Douala. Édifices coloniaux et activisme anticolonial
Ailleurs, à Stuttgart. Décolonialité en performance au musée
Demain, partout. Performativités décoloniales

Aperçu du texte

Qu’auraient en commun la statue de Leclerc de Hautecloque à Douala, le musée créé par le roi Njoya dans la capitale du royaume bamoun à Foumban et les importantes collections camerounaises du Linden Museum de Stuttgart, dans le Baden-Württemberg ? À la dégradation répétée du monument commémoratif par des activistes camerounais qui cherchent à délier une relation coloniale répond une performance de deux artistes du Cameroun dans un musée européen, qui vise à relier ce qui a été disjoint par des collectes coloniales. En soubassement, le destin du musée du roi Njoya sous colonisation française se métamorphose, du politique de son origine au marché post-colonial du patrimoine et du tourisme culturel. Ces exemples dessinent ainsi un champ patrimonial que l’on pourrait désigner ici comme un espace de colonialité à plusieurs échelles. Si la « colonialité » peut être définie, de façon large, comme la perduration de schèmes hérités du colonial — subalternisation et subordination, aliénation ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Ferracuti, Alexandra Galitzine-Loumpet et Pascal Ndjock Nyobé, « Colonialités, postcolonialités et patrimoines au/du Cameroun. Foumban, Douala, Stuttgart »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 879-909.

Référence électronique

Sandra Ferracuti, Alexandra Galitzine-Loumpet et Pascal Ndjock Nyobé, « Colonialités, postcolonialités et patrimoines au/du Cameroun. Foumban, Douala, Stuttgart »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 03 janvier 2026, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/45773 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.45773

Haut de page

Auteurs

Sandra Ferracuti

Dipartimento delle Culture Europee e del Mediterraneo (DiCEM), Università della Basilicata (Unibas), Matera, Italie

Alexandra Galitzine-Loumpet

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (Cessma), Paris ; Sophiapol, Université de Nanterre, France

Du même auteur

Pascal Ndjock Nyobé

Laboratoire histoire et sciences du patrimoine (Labhispa), Département d’histoire, Université de Douala, Cameroun

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search