Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252Muséalités et patrimonialités bou...Les statues pleurent aussi. Récep...

Muséalités et patrimonialités bousculées

Les statues pleurent aussi. Réceptions critiques de l’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun, du visible à l'invisible

The Statues Are Crying Too. Critical Reception of the Exhibition Sur la route des chefferies du Cameroun, du visible à l’invisible
Alexandra Galitzine-Loumpet
p. 929-952

Résumés

L’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun, du visible à l’invisible du Musée du quai Branly-Jacques Chirac et la « saison culturelle du Cameroun à Paris » ont été élaborées par différentes institutions françaises avec l’association Route des chefferies. Au Cameroun et dans la diaspora camerounaise en France, ces deux manifestations ont généré de nombreux commentaires par des acteurs divers (autorités traditionnelles, société civile, mondes académiques ou de l’art, spécialistes du patrimoine) dans les médias, les réseaux sociaux, les contributions scientifiques ou dans des discussions informelles. Les commentaires les plus critiques portent sur la sélection des œuvres, la mise en scène du pouvoir royal, les bénéfices des communautés, les intentions des partenaires impliqués, mais également sur les enjeux actuels des partenariats Nord-Sud autour du patrimoine et des objets du Cameroun en temps de restitution.

Haut de page

Notes de l'auteur

Recherches réalisées dans le cadre du programme international collaboratif ReTours : géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution, financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR), <https://retours.hypotheses.org/>.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Genèses enchevêtrées
Exposer. Du montrable à l’immontrable
S’exhiber. Pouvoirs sur scène, pouvoirs exposés
Déplacer. L’exposition tout contre la restitution
La statue qui pleure. Retours conclusifs

Aperçu du texte

La statue pleurait sans arrêt, chaque nuit, au point que des pompiers ont dû intervenir car le musée français était inondé.
Dschang, Ouest-Cameroun, septembre 2022, à propos de l’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun, du visible à l’invisible

L’intitulé de cette contribution, « Les statues pleurent aussi », se fonde sur une double référence. Il est d’abord paraphrase du titre du film documentaire Les statues meurent aussi de Chris Marker et Alain Resnais (1953). Commande de la revue Présence Africaine, prix Jean-Vigo, l’essai filmique interroge à la fois le regard européen sur les œuvres africaines et le musée occidental en période coloniale (De Groof 2019). Il fut censuré en France pendant huit ans avant d’être projeté en 1964 dans une version tronquée.

Ce titre s’inscrit ensuite dans des récits prêtant vie et puissance aux choses illicitement exportées, à l’exemple d’Afo-A-Kom (la « chose des Kom »), statue effigie perlée d’un souverain du royaume de Kom au nord-ouest du...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Galitzine-Loumpet, « Les statues pleurent aussi. Réceptions critiques de l’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun, du visible à l'invisible »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 929-952.

Référence électronique

Alexandra Galitzine-Loumpet, « Les statues pleurent aussi. Réceptions critiques de l’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun, du visible à l'invisible »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 03 janvier 2026, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/45813 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.45813

Haut de page

Auteur

Alexandra Galitzine-Loumpet

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA), Paris ; Sophiapol, Université de Nanterre, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search