Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252chronique bibliographiqueDe la genèse du rapport Sarr-Savo...

chronique bibliographique

De la genèse du rapport Sarr-Savoy à sa mise en œuvre. Philosophie et épistémologie des restitutions du patrimoine africain

From the Genesis of the Sarr-Savoy Report to Its Implementation. Philosophy and Epistemology of Restitutions of African Heritage
Josua Gaboriau
p. 985-1000

Résumés

S’engageant à ce que « d’ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique », Emmanuel Macron a provoqué en 2017 un véritable séisme au sein des institutions patrimoniales hexagonales. Chargeant Felwine Sarr et Bénédicte Savoy de mener un état des lieux de la question des restitutions, il a inauguré un vent de restitution qui a depuis soufflé sur toute l’Europe. Convaincu de l’importance philosophique des restitutions, le présent article se propose de revenir sur la genèse du rapport Sarr-Savoy pour éclairer d’un nouveau jour les propositions formulées par ses auteurs. Il s’attachera également à comprendre le sens de « l’éthique relationnelle » proposée comme sous-titre de ce rapport et à imaginer les moyens pour la mettre en œuvre.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Demandes répétées des États et évolution de la notion de patrimoine
Manifestation croissante de la société civile
Un double (en)jeu politique
Susciter de nouvelles grammaires
Politique des savoirs et travail épistémologique
Propositions concrètes
Aménagements juridiques
Recherche de provenance
Resociabilisation des objets

Aperçu du texte

Le sujet des restitutions des collections coloniales cristallise nombre d’interrogations depuis les Indépendances, bien plus encore depuis 2017 et le discours d’Emmanuel Macron à Ouagadougou. Qu’est-ce pourtant que restituer ? Cela ne dépend-il que du geste ou du retour physique des objets ? « On ne dissout pas les contradictions d’une société en les niant », affirmait Christiane Taubira. Les objets, des flûtes qu’elle évoque ou des masques, des collections entières parfois, ne peuvent en effet se réduire à leur seule matérialité, et ce qu’ils incarnent par leur simple présence ou leur déplacement, par leur (ré)interprétation, suscite parfois, déjà, la contradiction — dans la société, la relation, les savoirs. Quelques lignes plus haut, la même Taubira mettait en garde : « [c]haque fois que se joue, dans les faits ou plus encore dans les consciences, la représentation cruciale qu’une société se fait d’elle-même, il importe toujours de savoir quelles idées virevoltent et lesquelles t...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josua Gaboriau, « De la genèse du rapport Sarr-Savoy à sa mise en œuvre. Philosophie et épistémologie des restitutions du patrimoine africain »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 985-1000.

Référence électronique

Josua Gaboriau, « De la genèse du rapport Sarr-Savoy à sa mise en œuvre. Philosophie et épistémologie des restitutions du patrimoine africain »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 03 janvier 2026, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/45978 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.45978

Haut de page

Auteur

Josua Gaboriau

Chercheur indépendant, Paris, France

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search