Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusBodenstein Felicity, Oţoiu Damian...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Bodenstein Felicity, Oţoiu Damiana & Troelenberg Eva-Maria (eds.). — Contested Holdings. Museum Collections in Political, Epistemic and Artistic Processes of Return

Didier Nativel
p. 1008-1010
Référence(s) :

Bodenstein Felicity, Oţoiu Damiana & Troelenberg Eva-Maria (eds.). — Contested Holdings. Museum Collections in Political, Epistemic and Artistic Processes of Return. New York-Oxford, Berghahn, 2022, 306 p., bibl., index, ill.

Texte intégral

  • 1 K. Pomian, Le musée, une histoire mondiale. 3. À la conquête du monde, 1850-2020, Paris, Gallimard (...)

1Contested Holdings commence d’une certaine manière là où s’achève le dernier volume récent de Krzysztof Pomian1 sur l’histoire des musées : le défi des restitutions. Mais en réalité, comme le montrent certains contributeurs de l’ouvrage, la question du retour d’objets, en l’occurrence africains ou océaniens, conservés dans des musées occidentaux est loin d’être récente. Dirigé par deux historiennes de l’art et une anthropologue, Felicity Bodenstein, Damiana Oţoiu et Eva-Maria Troelenberg, le livre est la quinzième publication de la collection « Museums and Collections » de l’éditeur américain Berghahn. Situé à la confluence de trois groupes et programmes de recherches internationaux, il s’interroge sur l’impact des demandes de restitutions à partir de musées occidentaux et non occidentaux en croisant de manière originale, mais complexe à articuler, deux types de spoliations demandant réparations : ceux associés au nazisme et ceux liés aux conquêtes coloniales. Il souhaite en cela prendre la mesure du « décentrement des pratiques muséales » qui est monté en puissance depuis une vingtaine d’années en Occident et ailleurs. Ce faisant, Contested Holdings est particulièrement sensible aux initiatives nées dans d’anciennes colonies, parfois de longue date. De manière très heureuse, les douze chapitres et les quatre parties du texte contribuent à éclairer une riche discussion sur le sens des termes à employer (restitutions, réparations, retours, etc.) et mettent en lumière, avec finesse, le jeu des acteurs et la multiplicité des logiques à l’œuvre dans des processus de transfert d’objets qui ont pris plus d’ampleur depuis quelques années. Responsables politiques, conservateurs d’institutions de taille et de renommée variables, collectionneurs (mais de manière plus limitée), descendants de personnes spoliées et activistes ou encore artistes sont évoqués à juste titre pour prendre la mesure de cette dynamique réelle, mais, somme toute inégale et fragile comme le soulignent de nombreux auteurs.

  • 2 Voir aussi, à ce sujet, l’article de P. Mumbembele Sanger, dans ce numéro.
  • 3 Il prend la suite du Festival des arts nègres de 1966 à Dakar. Il est alors rebaptisé Black and Af (...)

2Plusieurs articles des troisième et quatrième parties, sur lesquels nous nous attarderons plus longuement, reviennent sur des études de cas africains abordées depuis les musées européens ou du continent (RDC, Afrique du Sud, Bénin). Cristina Golomoz et Damiana Oţoiu s’interrogent ainsi sur les enjeux juridiques et, par extension politiques, qui interviennent s’agissant de la restitution des restes humains. Dans un article très complet, qui s’appuie sur des archives et des entretiens, Placide Mumbembele Sanger, qui enseigne l’histoire des musées à Kinshasa, évoque les multiples raisons pour lesquelles Tervuren a freiné le retour d’objets congolais après l’indépendance2. Il montre aussi que les premiers défenseurs d’une valorisation d’un patrimoine local ont d’abord été des administrateurs coloniaux belges soucieux, il est vrai, de défendre une certaine autonomie par rapport à Bruxelles. Bien plus, des partis politiques congolais ont inclus la question des restitutions dès les négociations d’indépendance de 1960. Plus tard, un tournant a lieu avec la mise en place de l’Institut des musées nationaux du Zaïre en 1970, fortement appuyé par l’UNESCO, et qui devient l’un des supports de la politique de l’authenticité voulue par Mobutu. Cependant, malgré l’ancienneté de ces revendications, seul un nombre restreint de pièces de collections muséales a été jusqu’à présent restitué. Cette question de la partialité des retours est justement au centre de la contribution de Felicity Bodenstein qui s’intéresse au cas célèbre des regalia du royaume du Bénin pillés par l’expédition britannique de 1897. L’autrice, maîtresse de conférences à Paris et chercheuse au Musée du quai Branly, est la principale animatrice de Digital Benin, un ambitieux programme de recherche qui livre des informations sur les milliers d’objets emportés en Grande-Bretagne puis dispersés dans plus de 131 musées de 20 pays. Comme dans le cas congolais, l’autrice s’appuie sur des archives et une diversité d’autres documents pour explorer, avec une grande précision, la « biographie » des pièces les plus emblématiques de ce patrimoine. Elle retrace ainsi l’histoire des demandes de restitution entreprises par l’oba Akenzua II, héritier direct du Royaume du Bénin à partir des années 1930. Plus que dans le cas de la RDC, l’aura de certains objets (comme le masque en ivoire appelé « Seligman » en Grande-Bretagne ou rapporté au Nigéria à l’iyoba Idia, du nom de la mère d’un souverain du Bénin au début du XVIe siècle), font converger des revendications panafricaines, nationales et locales, notamment lors du FESTAC3 de 1977. En vain cependant. En effet, comme en RDC, les musées du Nigéria présentent souvent des copies de pièces de grande valeur historique du fait, jusqu’à présent, de l’absence de volonté politique de gouvernements occidentaux à accélérer les retours mais aussi du rôle majeur que jouent le marché de l’art et les stratégies des collectionneurs dans le devenir d’artefacts venus du continent.

3In fine, les auteurs reviennent trop rapidement, et nous pouvons le regretter, sur la pertinence d’associer études de cas relevant dans la longue durée de phénomènes impériaux, ici privilégiés, et ceux portant sur des régimes totalitaires européens. Dans la mesure où la majorité des articles porte sur la gestion de situations postcoloniales, c’est plutôt vers une comparaison implicite entre territoires conquis par les Européens, mais de statuts différents (anciens dominions ou colonies à proprement parler) et/ou de compositions démographiques variées, que tend le livre.

  • 4 F-X. Fauvelle, À la recherche du sauvage idéal, Paris, Éditions du Seuil, 2017.

4Indéniablement, Contested Holdings permet au lecteur francophone de découvrir une abondance de travaux publiés en langue anglaise. Ce dernier ne peut cependant qu’être frustré de ne pas retrouver, ou alors de manière discrète et sans véritable discussion (à l’exception de l’incontournable rapport Sarr-Savoy), quelques références ou même des approches déployées depuis les années 1990-2000 dans le monde francophone. À cette période, ce champ d’investigation bien balisé par des auteurs comme P. Nora et D. Poulot s’ouvrait déjà sur les effets à long terme de l’esclavage et de la colonisation. Ainsi, le numéro 155-156 de 1999 des Cahiers d’Études africaines intitulé « Prélever. Exhiber, la mise en musées » questionnait les soubassements de ce que Nicolas Martin-Granel appelait alors un « malaise dans le patrimoine ». Anne Gaugue revenait par exemple sur l’origine des musées africains et s’intéressait aux rapports entre patrimonialisation et construction nationale à l’aube des Indépendances. Les réflexions de longue durée de François-Xavier Fauvelle à propos du regard européen sur les Khoisan ou, dans une publication ultérieure, sa lecture méticuleuse des enjeux du retour des restes de Sara Baartman4 sont étrangement ignorées dans les articles évoquant l’Afrique du Sud. Au-delà de la très utile focalisation sur les experts et les élites politiques et intellectuelles qui interviennent au sein ou en dehors des musées, nous aurions aimé en savoir plus sur les échos plus larges que les demandes de retour suscitent. Que nous apprennent-ils sur les rapports collectifs au passé voire, plus profondément, sur les imaginaires nationaux ? À cet égard, il aurait été intéressant de bénéficier de contrepoints non institutionnels mieux ancrés dans les sociétés postcoloniales in situ et leurs diasporas en Occident.

Haut de page

Notes

1 K. Pomian, Le musée, une histoire mondiale. 3. À la conquête du monde, 1850-2020, Paris, Gallimard, 2022.

2 Voir aussi, à ce sujet, l’article de P. Mumbembele Sanger, dans ce numéro.

3 Il prend la suite du Festival des arts nègres de 1966 à Dakar. Il est alors rebaptisé Black and African Festival of Arts and Culture.

4 F-X. Fauvelle, À la recherche du sauvage idéal, Paris, Éditions du Seuil, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Nativel, « Bodenstein Felicity, Oţoiu Damiana & Troelenberg Eva-Maria (eds.). — Contested Holdings. Museum Collections in Political, Epistemic and Artistic Processes of Return »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 1008-1010.

Référence électronique

Didier Nativel, « Bodenstein Felicity, Oţoiu Damiana & Troelenberg Eva-Maria (eds.). — Contested Holdings. Museum Collections in Political, Epistemic and Artistic Processes of Return »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 15 novembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46058 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46058

Haut de page

Auteur

Didier Nativel

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA), Université Paris Cité, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search