Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusBondaz Julien & Frioux-Salgas Sar...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Bondaz Julien & Frioux-Salgas Sara (dir.). — dossier thématique « Tous les musées du monde »

Anna Seiderer
p. 1011-1013
Référence(s) :

Bondaz Julien & Frioux-Salgas Sara (dir.). — dossier thématique « Tous les musées du monde », Gradhiva, 34 (2), 2022, 230 p., bibl., ill.

Texte intégral

1Le dossier dirigé par Julien Bondaz et Sara Frioux-Salgas paraît dans un contexte politique et culturel encore animé par les débats qui divisent contempteurs et défenseurs de la restitution des 26 « trésors royaux d’Abomey » à la République du Bénin. Certains arguments mobilisés mettent en doute le fonctionnement et le rôle des institutions culturelles extra-occidentales et s’interrogent sur leur propension critique à aborder, ou à prendre en charge, matériellement et conceptuellement, ce passé. Ce dossier déplace les lignes de front médiatiques en se concentrant sur les processus historiques et politiques de « décolonisation » engagés à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Il enrichit la compréhension de ces processus, dissociés de la « décolonialisation » épistémologique et généalogique au cœur des réflexions contemporaines.

2Le renouvellement historiographique et l’hétérogénéité des études monographiques des musées apportent un éclairage salutaire à la compréhension des politiques culturelles postcoloniales. Ainsi, Romuald Tchibozo retrace l’influence muséographique de l’ex-RDA sur le continent africain à partir du musée national de Dar Es Salam. Cette analyse fait écho à celle que Bernard Knodel et Serge Reubi consacrent au musée national de Kaboul. Les chercheurs suisses y explorent l’influence de Jean Gabus, alors directeur du Musée d’ethnographie de Genève. Une autre figure tutélaire des institutions muséales extra-européennes apparaît dans la contribution consacrée au Musée des civilisations de Côte d’Ivoire. Julien Bondaz et Francis Gnoleba Tagro insistent sur les fonctions diplomatiques des objets culturels dont la gestion est confiée à l’ethnologue hongrois Bohumil Holas. L’approche biographique qui guide ces études monographiques explicite les dynamiques politiques, culturelles et économiques des institutions muséales à l’épreuve de la décolonisation. L’impensé des modèles muséographiques, c’est-à-dire leurs héritages coloniaux, est développé dans les contributions de Julien Levesque et d’Émilie Goudal. Le premier s’intéresse au levier politique de la folklorisation de la culture sindh dans sa négociation d’autonomie réclamée à l’État central. La seconde analyse les choix politiques et esthétiques qui ont déterminé le projet de création d’un musée d’art moderne à Alger. La programmation culturelle du Mama, inauguré quarante-quatre ans après l’indépendance du pays, permet d’observer un renouvellement des épistémès coloniales par l’articulation d’une histoire de l’art située et internationale.

  • 1 Dans un contexte africaniste récent, on peut mentionner A. Girard-Muscagorry & M. Nur Goni (dir.), (...)
  • 2 On pourrait citer les travaux publiés dans les actes des rencontres Quels musées pour l’Afrique ? (...)

3L’attention portée aux intérêts géopolitiques que servent les institutions muséales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale permet de comprendre les processus de décolonisation à l’échelle d’une histoire globale, marquée par des personnalités charismatiques et des rivalités idéologiques. Si ces renégociations patrimoniales, en contextes postcoloniaux, ont fait l’objet d’études antérieures1, l’originalité de ce dossier est d’ordre méthodologique et éditorial. C’est l’articulation d’une approche miro-historique et globale, et leur coexistence dans ce dossier, qui mettent en lumière les conflits d’intérêts dans lesquels sont pris les musées extra-européens. Ainsi, bien que les contributions soient singulièrement déterminées par une approche nationale — la Tanzanie, l’Afghanistan, la Côte d’Ivoire, le Pakistan, l’Algérie, la Syrie, la Polynésie française —, leur mise en perspective décentre ces frontières géographiques héritées de la colonisation. Enfin, et surtout, l’attention portée au contexte de la Guerre froide et à la coopération culturelle envisagée par les pays non alignés apporte un éclairage précieux à la compréhension des renégociations politiques des héritages coloniaux et crée le décloisonnement historique que les éditeurs appellent de leurs vœux dans l’introduction. Loin de réitérer les écueils d’une approche globalisante de surplomb, le décentrement se tisse au fil des contributions et appelle à des développements futurs qui gagneraient à s’appuyer sur les multiples études monographiques des musées postcoloniaux2 et des institutions patrimoniales extra-occidentales en lien ou en réaction aux missions définies par l’ICOM.

4Le traitement graphique du numéro accorde une place importante aux archives ainsi qu’aux ressources visuelles. Ce choix notable donne une cohérence formelle à la méthodologie de recherche poursuivie ici. Les documents et les œuvres reproduites ont une temporalité propre et matérialisent l’opacité foisonnante avec laquelle composent les chercheurs. Plus que des illustrations, ces ressources sont le point d’ancrage qui scande la compréhension des textes. De même, le portfolio que Mathilde Ayoub consacre aux musées syriens au XXe siècle et l’entretien mené par Stéphanie Leclerc-Caffarel avec Miriama Bono, directrice du Musée de Tahiti, prolongent et complètent les analyses par la diversité des formes narratives qui concourent à dessiner un horizon postcolonial hétérogène et polymorphe.

5Le titre, « Tous les musées du monde » est une référence tronquée et détournée de Césaire. Tiré du célèbre Discours sur le colonialisme, publié en 1955, ce titre esquisse cet horizon utopique d’une internationale des musées qui adviendrait « une fois dépassé le colonialisme ».

6L’ensemble des études analysent ce projet « utopique » et les manières dont il détermine les stratégies culturelles postcoloniales en s’ajustant ou en répondant aux conflits historiques marqués par la Seconde Guerre mondiale. Les rapports de force demeurent asymétriques et les musées n’ont jamais cessé de jouer un rôle crucial dans la « diplomatie culturelle » entre anciens États coloniaux et nouveaux États indépendants. Néanmoins, ce dossier montre bien que les musées extra-occidentaux ne peuvent être réduits à des formes de pouvoirs néocoloniaux.

  • 3 Cette observation me permet de préciser mon point d’énonciation qui s’est formalisé dans le cadre (...)

7Il nuance ainsi l’idée que les restitutions de biens culturels ne pourraient être légitimement envisagées que comme un retour aux institutions précoloniales, sans prendre en considération leurs histoires et leurs transformations. C’est dans cette optique que l’on peut mentionner une autre référence, implicite, et pourtant centrale. Le titre du dossier n’est pas sans rappeler, aussi, le célèbre film d’Alain Resnais Toute la mémoire du monde sorti en 1956. Cette analogie, que je me permets d’établir, souligne l’ambivalence inhérente aux institutions culturelles tributaires d’un modèle de transmission généalogique institué par le musée moderne et colonial3. Néanmoins, aux itérations coloniales des relations de pouvoirs asymétriques s’ajoute la fonction mnésique qui double la compréhension des pratiques institutionnelles d’une dimension performative qui s’opère en marge des discours institués. Cette dimension traverse l’ensemble des gestes d’appropriation, de détournement et parfois de rejet des formes muséales étudiées ici et les dynamiques que conduisent à repenser, inlassablement, les sciences humaines qui structurent la compréhension des objets patrimoniaux. Ainsi, le recul historique, le décentrement géopolitique et la mise en œuvre plastique de ce dossier apportent la complexité nécessaire à la compréhension des débats sur la restitution des biens culturels aux anciens territoires colonisés, ainsi qu’aux processus « décoloniaux » que nombre de musées occidentaux entendent développer.

Haut de page

Notes

1 Dans un contexte africaniste récent, on peut mentionner A. Girard-Muscagorry & M. Nur Goni (dir.), dossier thématique « Patrimoines africains. Les performances politiques des objets », Politique africaine, 165 (1) (voir la recension d’E. Bertho, dans ce numéro) ; et, plus ancien, A. Diallo, Die Rolle des kulturgeschichtlichen Museums in Afrika am Beispiel Mali, Frankfurt am Main, Peter Lang, 1995.

2 On pourrait citer les travaux publiés dans les actes des rencontres Quels musées pour l’Afrique ? Patrimoine en devenir, Bénin, Ghana, Togo, Paris, ICOM, 1992 ; ainsi que les études ethnographiques parues dans A.-M. Bouttiaux (dir.), Afrique : musées et patrimoines pour quels publics ?, Tervuren, Culture Lab Éditions ; Paris, Karthala, 2007.

3 Cette observation me permet de préciser mon point d’énonciation qui s’est formalisé dans le cadre de mes recherches sur les musées coloniaux à l’épreuve de la décolonisation au Bénin : A. Seiderer, Le musée colonial à l’épreuve de la décolonisation. Étude du concept de transmission dans les musées postcoloniaux du Bénin, Thèse de doctorat, Université Paris 10 Nanterre et Centre des hautes études africaines, Porto-Novo, 2009, <https://www.theses.fr/2009PA100200>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Seiderer, « Bondaz Julien & Frioux-Salgas Sara (dir.). — dossier thématique « Tous les musées du monde » »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 1011-1013.

Référence électronique

Anna Seiderer, « Bondaz Julien & Frioux-Salgas Sara (dir.). — dossier thématique « Tous les musées du monde » »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 15 novembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46078 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46078

Haut de page

Auteur

Anna Seiderer

Arts des images et art contemporain (AIAC), Université Vincennes-Paris 8, Saint-Denis, France

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search