Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusHicks Dan. — The Brutish Museums:...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Hicks Dan. — The Brutish Museums: The Benin Bronzes, Colonial Violence and Cultural Restitution

Vincent Hiribarren
p. 1017-1018
Référence(s) :

Hicks Dan. — The Brutish Museums: The Benin Bronzes, Colonial Violence and Cultural Restitution. London, Pluto Press, 2020, 368 p., bibl., index, ill.

Texte intégral

1Le jeu de mots est assez transparent pour ne pas avoir besoin d’être traduit en français. Le British Museum est brutal : résultat de l’accumulation d’œuvres d’art volées et acquises légalement à travers le monde, le British Museum est devenu en partie grâce à cette brutalité l’un des musées les plus célèbres de la planète. L’auteur, Dan Hicks, n’y va pas par quatre chemins : le British Museum, comme de nombreux musées du Royaume-Uni, perpétue une forme de violence coloniale en conservant et exposant des objets acquis de manière illégale. Par conséquent, ces musées doivent restituer leurs œuvres volées.

2Ce livre est très certainement le résultat de la trajectoire personnelle de l’auteur. Conservateur au Musée Pitt Rivers d’Oxford, celui-ci est tous les jours confronté au passé colonial de son musée. C’est ainsi que l’on peut comprendre pourquoi celui-ci s’adresse aux conservateurs de musées du monde entier pour qu’ils comprennent tout d’abord l’origine des collections de leur institution pour, dans un deuxième temps, rendre les collections liées à la conquête de l’Empire britannique. Ce livre est donc avant tout un plaidoyer réflexif pour les professionnels des musées et a pour but de redéfinir le sens même du mot « musée ». Un musée ne doit plus, selon l’auteur, être l’arme d’un empire. Il doit se réinventer au XXIe siècle. Le ton du livre est donc polémique dès l’introduction.

3Le livre relate aussi l’histoire de certaines pièces présentes au Pitt Rivers Museum et au British Museum. Ces « artefacts » (terme utilisé notamment au Nigéria aujourd’hui pour décrire ces objets) proviennent tous du sac de la ville de Benin City en 1897 par les troupes britanniques. Ces artefacts se trouvaient principalement dans le palais du roi (oba) de Benin et servaient de décorations et sans doute d’archives. Outre leur valeur artistique, ils représentent le roi, ses gardes et la cour en général. On y voit en détail les habits de tous les personnages, différents symboles royaux, des corps de guerriers stylisés ainsi que leurs armes. Afin de montrer la variété et la richesse des œuvres volées, le livre tente en annexe pour la première fois de dresser une liste des musées du monde ayant acquis d’une manière ou d’une autre des artefacts issus de ce pillage.

4Ainsi, l’ouvrage mélange directement deux genres d’habitude séparés : d’un côté, une malheureusement banale histoire de pillage colonial, de l’autre, les appels à décoloniser les musées et les savoirs en général. Ainsi, Brutish Museums se base sur une enquête de l’auteur à Benin City et sur une recherche historique qui s’appuie sur des sources documentaires utilisées de manière classique par les historiens de l’Afrique. Dan Hicks, qui est archéologue de formation, a lu le travail d’historiens nigérians et a rencontré les descendants des populations conquises par les Britanniques au Nigéria. Ainsi, ce livre vulgarise l’histoire du pillage de 1897 avec brio et n’hésite pas à parler des horreurs qui ont mené à ce pillage. Le lecteur n’a donc aucun doute sur la brutalité qui a accompagné cet épisode de la colonisation du Nigéria. La démonstration de Dan Hicks est claire : le sang qui a coulé ce jour-là rejaillit sur les objets pillés, un crime qui salit par conséquent la réputation des musées occidentaux dans lesquels ils sont exposés. Dan Hicks revient en particulier sur les plaques du Bénin, le type d’artefacts exposés en plus grand nombre au British Museum. Dans un style enflammé, il les compare à de véritables « diamants de sang ».

5Cette surenchère stylistique est tout à fait compréhensible du point de vue de l’auteur qui enjoint ses lecteurs à prendre conscience que les musées occidentaux ont dans leurs réserves d’innombrables objets volés. Ces objets sont du reste rarement exposés et très mal catalogués selon lui. Ce faisant, Dan Hicks reprend directement les termes du débat sur la restitution de l’art spolié pendant la période coloniale tels qu’ils sont posés au Royaume-Uni. Ainsi, il est difficile de comprendre son raisonnement sans avoir à l’esprit ni le contexte d’un pays en pleine quête d’identité post-Brexit, ni ce que les journaux conservateurs britanniques appellent très rapidement la « culture war ». Le lecteur pourra donc lire Brutish Museums comme un élément du débat sur la polarisation des opinions sur l’héritage de l’Empire britannique au moment de sa publication en 2020. De futures générations le liront peut-être comme un livre d’histoire sociale et culturelle britannique.

6La forme retenue par l’auteur est d’ailleurs assez fascinante puisque Dan Hicks a choisi d’écrire un livre à la fois universitaire, avec de nombreuses références théoriques postcoloniales, mais aussi grand public, en reprenant des arguments tels qu’ils sont abordés dans les journaux, blogs ou réseaux sociaux au Royaume-Uni. Cette forme de l’ouvrage constitue donc un événement éditorial savamment concocté par la très militante maison d’édition Pluto et l’auteur. Phénomène éditorial en soi, le livre a fait l’objet d’une médiatisation intense au moment de sa sortie. De fait, il est rare de voir un tel engouement pour ce genre de travaux.

7Cette étude situe résolument Hicks dans le camp de la restitution et peut enjoindre ses lecteurs, parfois de manière assez répétitive, à considérer les effets des spoliations coloniales. Il s’inscrit ainsi dans le sillage du rapport Sarr-Savoy de 2018 qui préconisait les restitutions d’œuvres d’art volées et conservées dans les musées français. Publié en 2020, il capte un certain esprit du temps et préfigure la restitution de nombreux artefacts au roi du Bénin entre 2021 et 2022. Au moment d’écrire ce compte rendu, le rythme des restitutions vers le Nigéria semble s’accélérer avec en particulier de nombreux efforts provenant d’Allemagne. Le site web Digital Benin1 semble même prolonger l’annexe de Brutish Museums puisqu’il offre aux lecteurs disposant d’une connexion Internet un inventaire complet des artefacts volés à Benin City. Ainsi, ceux-ci sont, comme le souhaite Hicks, réunis virtuellement pour la première fois depuis 1897.

Haut de page

Notes

1 Voir <https://digitalbenin.org> ; voir aussi, à ce sujet, la conversation avec Felicity Bodenstein, dans ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Hiribarren, « Hicks Dan. — The Brutish Museums: The Benin Bronzes, Colonial Violence and Cultural Restitution »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 1017-1018.

Référence électronique

Vincent Hiribarren, « Hicks Dan. — The Brutish Museums: The Benin Bronzes, Colonial Violence and Cultural Restitution »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 15 novembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46113

Haut de page

Auteur

Vincent Hiribarren

King’s College, Londres, Royaume-Uni

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search