Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusInvisible Inventories. Que...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Invisible Inventories. Questioning Kenyan Collections into Western Museums. — Exposition présentée au National Museums of Kenya

Marie-Aude Fouéré et Maëline Le Lay
p. 1019-1022
Référence(s) :

Invisible Inventories. Questioning Kenyan Collections into Western Museums. — Expositionprésentée au National Museums of Kenya, Nairobi, 18 mars-2 mai 2021.

Texte intégral

  • 1 Catalogue, International Inventories Programme (IIP), « An introduction », Invisible (...)

1Pourquoi le crâne du chef de guerre kényan Koitalel arap Samoei, abattu en 1905 par le cruel colonel britannique Richard Meinertzhagen, a-t-il été acquis par le British Museum à Londres, et à quel prix ? Comment le collectionneur William Ockleford Oldman a-t-il obtenu des exemplaires des boucliers des danses d’initiation masculine kikuyu que le Weltkulturen Museum de Francfort et le Rautenstrauch-Joest-Museum de Cologne se sont procurés au début du XXe siècle ? Le British Museum rendra-t-il prochainement le trône du sultan de Witu, cité-État de la côte d’Afrique de l’Est, dont le vice-amiral britannique E. R. Freemantle s’était emparé en 1890 ? Au final, combien d’objets ont été dérobés sur le territoire du Kenya pendant la colonisation et sont conservés dans des institutions culturelles en Europe, et combien seront peut-être un jour rapatriés ? Et « if the object is to return to a people that were bereft of it, who are the people that the object meets ? »1.

  • 2 Dans le catalogue de l’exposition, George Abungu, dans une interview menée par Marian Nu (...)
  • 3 Voir le site officiel du programme avec des photographies de l’exposition Invisible (...)
  • 4 Catalogue, p. 3, puis « An introduction », p. 7.

2L’exposition Invisible Inventories. Questioning Kenyan Collections into Western Museums s’attaque de front à ces questions sur la restitution des objets africains collectés et pillés pendant la colonisation, devenue un nœud de contention entre les anciennes colonies et les anciens pouvoirs coloniaux2. Issue de l’initiative International Inventories Programme (IIP)3 portée par des institutions kényanes et allemandes (2018-2021) — principalement les National Museums of Kenya, le Nest Collective et SHIFT, du côté du Kenya, et le Rautenstrauch-Joest-Museum à Cologne et le Weltkulturen Museum de Francfort, du côté de l’Allemagne —, Invisible Inventories a rassemblé des artistes, des universitaires et des professionnels de musées pour interroger de façon critique, par l’usage du médium muséal, l’histoire et l’actualité des objets culturels kényans disséminés dans des institutions culturelles du Nord. Ces objets, rarement exposés, sont pour la plupart conservés dans les entrepôts de ces institutions. L’IIP adopte un positionnement éthique et politique manifeste. Il affirme vouloir favoriser « l’empathie et le respect » et aspirer à « de nouveaux futurs équitables et antiracistes »4 en faisant du musée un lieu d’échange et de rencontre où différentes voix et interprétations du passé et du présent se font entendre, mais aussi en appelant les gouvernements occidentaux à entreprendre la restitution des objets africains qu’ils détiennent ainsi qu’à rendre accessibles à tou.te.s les inventaires numérisés de ces collections dormantes.

  • 5 Chiffre donné au 29 septembre 2020.

3Présentée à Nairobi au musée national du Kenya entre le 18 mars et le 2 mai 2021, Invisible Inventories tient dans une unique grande salle mais réussit à confronter le visiteur tant à la multitude d’objets dérobés sous la colonisation qu’à la variété des enjeux (financiers, patrimoniaux, nationalistes, décoloniaux, etc.) que soulèvent leur détention en Europe et en Amérique du Nord et leur circulation sur le marché de l’art international. Un des dispositifs les plus frappants est sans conteste la série d’étiquettes avec codes-barres qui correspondent chacune à un objet kényan possédé par une institution muséale occidentale, et tapissent les murs de l’avant-salle de l’exposition, tels de hauts rideaux. On en dénombre 32 321, selon la base de données mise en place par IIP et qui sera remise aux National Museums of Kenya à la fin du programme5. L’effet de masse provoqué par la somme vertigineuse des étiquettes en noir et blanc numérotées et standardisées contraste avec la suspension aérienne de gracieux mobiles de cartes postales figurant chacune un objet singulier, emblématique du Kenya colonial : on y trouve l’élégant bouclier kikuyu ndoome, mais aussi la coiffe en cauris (kondo) dont se couronnaient les chefs luo de l’ouest du pays, le tambour sacré (ngadji) des Pokomo de la côte conservé au British Museum à Londres, les tabliers en cuir et perles (adwel) des femmes turkana, ou encore les amulettes-talismans (hirizi) et peignes à cheveux (kichuano) des femmes swahili.

4Dans l’espace suivant, plusieurs autres dispositifs se succèdent et se complètent pour présenter l’histoire d’autres objets symboliques mais aussi le profil de leurs acquéreurs ou pillards européens, qu’ils soient militaires, mercenaires, ethnographes, archéologues, explorateurs ou collectionneurs. Sur de grands panneaux fixés au mur, rassemblés sous le titre ironique « We were just exploring », on trouve ainsi, aux côtés du sanguinaire colonel Richard Meinertzhagen et du collectionneur d’art « primitif » William Ockleford Oldman déjà mentionnés, l’histoire des époux Routledge, ethnologues ayant pris possession de plus de 400 objets au Kenya, ainsi que celle du célèbre archéologue Richard Leakey (1903-1972), qui en collecta près de 7000.

5Le dispositif « A Topography of Loss », conçu par les plasticiens et chercheurs Sam Hopkins et Simon Rittmeier, présente un kanga (pagne de la côte swahili caractérisé par une série de motifs colorés encadrés et flanqués d’un dicton swahili) tendu sur un panneau qui se reflète dans une carte maritime fictive tendue sur une table basse au pied du panneau. Ce dispositif rappelle un projet antérieur imaginé par les deux artistes, « Letter to Lagat »6, qui mettait déjà en lumière les traces de la perte et de l’absence — sur les étagères de l’ancien musée des arts africains, Iwalewahaus, à Bayreuth — d’objets acquis en Afrique. Une même proposition relie les deux œuvres : une invitation à nous souvenir du volume de chaque objet, de l’espace qu’il occupe et surtout du sens de sa présence au musée. Ces traces nous rappellent en effet qu’un objet a été déplacé et ainsi perdu, d’une manière ou d’une autre, dans le processus même de son déplacement. Dans « A Topography of Loss », les motifs des deux supports (la carte et le pagne) semblent figurer des îles et îlots, ce qui évoque l’imaginaire de la conquête de territoires inconnus. Et qui dit conquête pour les uns dit nécessairement perte pour les autres. Mais on peut aussi voir ce dispositif sous un jour plus optimiste, la carte de navigation jouant le rôle d’une boussole qui aiderait à retracer l’itinéraire de l’objet. Dans cette perspective performative, la carte — en quadrillant une topographie de la perte — serait le premier outil du pistage de l’objet disparu pour le ramener à la maison.

  • 7 « Simba Mbili : Potential Histories of the Man-Eaters of Tsavo » dans le catalogue d’exp (...)

6Au-delà du pistage, la reconstruction des mémoires du déplacement d’un artefact provenant d’un être vivant constitue l’enjeu de la recherche-création conjointe de Marian Nur Goni et Sam Hopkins. La restitution des dépouilles léonines des deux célèbres fauves dits du Tsavo est une question diplomatique sensible qui traverse les relations entre le Kenya et les États-Unis depuis des années. Ces lions mangeurs d’hommes durant la construction du chemin de fer traversant le Kenya d’Est en Ouest sont devenus célèbres après avoir été tués dans le parc animalier du Tsavo par le lieutenant-colonel John Henry Patterson en 1898. Les peaux des deux animaux lui servirent de tapis jusqu’à ce que Patterson se décide à les vendre au Field Museum de Chicago en 1925, où ils furent empaillés et sont encore exposés jusqu’aujourd’hui. Pour leur travail plastique sur ces deux lions (Simba Mbili)7, Marian Nur Goni et Sam Hopkins ont choisi un dispositif immersif de type chambre close dans une petite construction de forme circulaire installée dans les dernières encâblures de la salle dédiée à l’exposition. Les parois de ce drôle d’igloo sont tapissées d’une multitude d’images de lions reprises dans des publicités, des logos, des étiquettes de produits (thé, bière, peinture, ciment), des cartes postales, etc. Ce que Marian Nur Goni et Sam Hopkins proposent dans ce dispositif multimédia (collage photographique et podcast en construction), c’est une généalogie de la construction du mythe de l’homme blanc, chasseur et sauveur de vies, à travers différents récits, dont les réappropriations populaires qui y figurent en bonne place. Il leur apparaît que ces deux lions empaillés fonctionnent comme des agents diplomatiques toujours actifs qui témoignent de « l’infini business de l’histoire coloniale » (p. 79).

7Parmi les autres items exposés que nous avons trouvés particulièrement intéressants, citons les vidéos de courts entretiens avec des représentants de communautés kényanes au sujet d’artefacts pour eux disparus. Les propos tenus sont des données précieuses : non seulement ils insufflent de la vie en introduisant des visages et des voix dans une exposition essentiellement montée autour et à partir d’objets, mais ils permettent aussi de saisir le point de vue des communautés concernées et l’enjeu crucial que constitue pour elles la restitution, à savoir le recouvrement d’une dignité qui a été abîmée. Le panneau présentant les trajectoires financières des objets dérobés, qui démontre leur valeur croissante sur le marché de l’art au fil du temps et des changements successifs de possesseurs, livre au spectateur des informations édifiantes au regard — par contraste — de la privation de ces artefacts au sein des communautés d’où ils proviennent.

8L’ambition décoloniale de l’exposition est manifeste, notamment dans les apports du collectif artistique kényan The Nest. « I can’t believe we are still protesting this shit » est une phrase de Jim Chuchu, cofondateur du collectif, reprise sous forme de question imprimée sur les goodies, stickers et tote-bags, comme en guise de sous-titre de l’exposition : « Are we still protesting this shit ?? » On lit dans ces contributions à la fois la fatigue des anciens pays colonisés à devoir encore revendiquer ce qui devrait être acquis de longue date et un appel sans équivoque à décoloniser les musées et la muséographie de l’histoire des peuples colonisés, ainsi que l’université, les archives et les curricula : « The holding of Kenyan archives in the UK is not just a simple barrier to research access, it is a denial of our rights as citizens. In navigating this loss of agency, we find ourselves turning to alternative knowledge sources. We turn to oral histories, to the living whose testimonies the archive ignore or silence […]. The journey to unearth Kenya’ silence takes place in both London and Nairobi. It is however, not a relationship based on mutual access. It is a relationship based on power—the power of narrative and the power of knowledge » (p. 34). La question de la restitution est donc présentée, dans le catalogue de l’exposition, comme dépassant celle des objets muséaux strictement : elle concerne aussi les archives et, plus largement, tous les items historiques qui sont une condition de possibilité de la production de récits historiques, donc de la production du savoir.

9La vigueur des revendications des membres du collectif The Nest n’a d’égale que la non-complaisance de leur argumentation. Répondant en effet de manière frontale à l’argument souvent opposé par les adversaires de la restitution s’agissant de la capacité des musées africains à accueillir les œuvres et à assurer leur conservation dans de bonnes conditions, The Nest met en avant l’ampleur des erreurs commises par les conservateurs européens dans leur travail d’inventaire : « How can we trust when everything is a mess ? » La défiance est de mise de part et d’autre mais, à la sortie de l’exposition, la question de sa résolution reste entière.

Haut de page

Notes

1 Catalogue, International Inventories Programme (IIP), « An introduction », Invisible Inventories. Questioning Kenyan Collections in Western Museums, Bayreuth-Johannesburg, iwalewabooks ; Nairobi, Kwani, 2021, p. 6.

2 Dans le catalogue de l’exposition, George Abungu, dans une interview menée par Marian Nur Goni et Juma Ondeng, rappelle fort justement que « Most people think that the question of restitution started with French President Emmanuel Macron’s speech in Ouagadougou in 2017, but it has been there even before independence » (p. 38).

3 Voir le site officiel du programme avec des photographies de l’exposition Invisible Inventories, <https://www.inventoriesprogramme.org>.

4 Catalogue, p. 3, puis « An introduction », p. 7.

5 Chiffre donné au 29 septembre 2020.

6 Voir <http://www.samhopkins.org/letter-to-lagat.html>.

7 « Simba Mbili : Potential Histories of the Man-Eaters of Tsavo » dans le catalogue d’exposition (simba signifie lion, mbili deux en swahili).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Aude Fouéré et Maëline Le Lay, « Invisible Inventories. Questioning Kenyan Collections into Western Museums. — Exposition présentée au National Museums of Kenya »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 1019-1022.

Référence électronique

Marie-Aude Fouéré et Maëline Le Lay, « Invisible Inventories. Questioning Kenyan Collections into Western Museums. — Exposition présentée au National Museums of Kenya »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 15 novembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46128 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46128

Haut de page

Auteurs

Marie-Aude Fouéré

Institut des mondes africains (IMAF), EHESS, Marseille, France

Du même auteur

Maëline Le Lay

Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité (THALIM), CNRS, Paris, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search