Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusLaely Thomas, Meyer Marc & Schwer...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Laely Thomas, Meyer Marc & Schwere Raphael (eds.). — Museums Cooperation between Africa and Europe. A New Field for Museum Studies

Julien Bondaz
p. 1022-1026
Référence(s) :

Laely Thomas, Meyer Marc & Schwere Raphael (eds.). — Museums Cooperation between Africa and Europe. A New Field for Museum Studies. Kampala, Fountain Publishers ; Bielefeld, transcript Verlag, 2018, 241 p., index, ill.

Texte intégral

1Le principal mérite de cet ouvrage collectif est sa visée critique : il s’agit de remettre en question le paradigme développementiste qui a longtemps prévalu dans la littérature consacrée aux musées d’Afrique subsaharienne. En analysant l’histoire et l’actualité d’institutions héritées de la période coloniale ou nées en contexte postcolonial, chercheurs et chercheuses, responsables ou professionnels de musées ont souvent envisagé la multiplication des projets muséaux comme autant de projets de développement culturel, touristique ou économique, tout en pointant l’interventionnisme des grandes organisations internationales (l’UNESCO et l’ICOM en premier lieu) ou le rôle des experts européens ou nord-américains. L’histoire des musées et des coopérations transnationales a ainsi été marquée par une certaine asymétrie, du moins par des biais analytiques récurrents, dont le principal consistait à opposer les musées « occidentaux » et ceux des pays autrefois décrits comme « sous-développés ». Cette matrice conceptuelle, qui trouve son origine dans l’internationalisation des réflexions muséologiques et des programmes muséaux des décennies 1960 à 1980, avait des vertus pratiques et heuristiques à l’époque. Il est désormais temps, expliquent les coordinateurs de cet ouvrage dans leur introduction, de déconstruire les présupposés du « paradigme prédominant du développement », « nouvelle forme » des rapports de domination coloniale qui lui préexistaient (p. 6). C’est à cette condition qu’il sera possible de proposer un « nouveau paradigme » pour l’analyse des coopérations transnationales entre musées et pour l’écriture d’une histoire croisée ou connectée de la muséologie. À ce stade, un tel chantier s’écrit encore en partie au futur : les autrices et auteurs ici rassemblés énoncent moins des réponses à ce défi que des pistes ou des vœux.

  • 1 J. Clifford, Routes. Travel and Translation in the Late Twentieth Century, Cambridge, Harvard Univ (...)

2À la lecture de la grande diversité des contributions rassemblées, qui vont de réflexions théoriques parfois générales à des comptes rendus d’expériences de coopération ou de partenariat, une première difficulté apparaît, susceptible d’expliquer le difficile dépassement de ce paradigme postcolonial. Dédié aux coopérations entre musées africains et européens, l’ouvrage interroge finalement de façon plus détaillée celles entre les musées africains et les populations locales : les partenariats transnationaux paraissent ainsi offrir moins de prise à l’analyse que les collaborations locales, sur lesquelles existe déjà une large littérature. L’importance de la muséologie collaborative (les coordinateurs parlent même d’un « tournant participatif », p. 7) et ses enjeux éthiques sont évidemment centraux, mais ce n’est sans doute pas le moindre des paradoxes qu’une large part de sa généalogie (et sans doute également certains de ses succès et de ses limites) soit étroitement liée au paradigme développementiste. Le brouillage entre plusieurs échelles d’analyse (celles, transnationales, des coopérations bilatérales ou — plus rarement — multilatérales, et celles, régionales, nationales ou locales, entre les musées et les communautés voisines) paraît d’ailleurs inévitable, comme le souligne à juste titre Germain Loumpet (p. 45). L’un des enjeux du chantier auquel invite cet ouvrage est d’ailleurs de « localiser avec précision la source de la prise de décision [des projets de coopération] dans la contact zone », comme l’indique Cynthia Kross en conclusion (p. 226), en référence aux réflexions classiques de James Clifford sur les musées comme « zones de contact »1.

3À l’échelle macro, le rôle joué par la coopération internationale dans la production de nouvelles normes muséales ou « standards de qualité » (p. 78) mérite également d’être souligné. De ce point de vue, on lit avec profit les quelques pages dédiées, entre autres par George Okello Abungu, Kiprop Lagat, Emery Patrick Effiboley et, surtout, Kwama Amoah Labi, à l’histoire, au rôle et parfois aux échecs du Conseil international des musées africains (AFRICOM) et du Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), mais aussi de l’École du patrimoine africain (EPA) et du Center for Heritage Development in Africa (CDHA), respectivement basés à Porto-Novo (Bénin) et à Mombasa (Kenya), ou encore de programmes nationaux ou régionaux, tels le programme Prévention dans les musées africains (PREMA) et le Getty East Africa Programme (GEAP). Les acteurs et actrices de ces réseaux, le financement de ces institutions et de ces programmes, les transferts de savoirs qu’ils organisent sont insuffisamment décrits pour rendre parfaitement compte de leur importance et de leurs limites, mais les réflexions et les témoignages proposés contribuent à enrichir l’histoire des professionnels de la coopération muséale en Afrique. Une telle histoire, qui reste largement à écrire, éclairerait les projets localisés décrits dans l’ouvrage tout en favorisant une approche davantage diachronique et comparative. Il faut noter cependant la réflexivité d’Abungu à propos du Swedish African Museum Programme (SAMP), dont il fut l’un des acteurs mais dont il analyse avec lucidité aussi bien les apports que les déconvenues (pp. 34-35). De même, l’implication des ONGs dans les projets de musées communautaires au Kenya et en Ouganda est parfaitement soulignée par Rosalie Hans. Le cadre étatique se révèle loin d’être le seul pertinent pour interroger les coopérations muséales internationales, qui relèvent souvent davantage d’initiatives, d’opportunités ou de stratégies individuelles que de véritables politiques culturelles.

  • 2 L’application de la notion de « gouvernance » au monde des musées ne va pas, du reste, sans poser (...)

4En deçà de la circulation transnationale des acteurs, des idées et des techniques, la participation locale des communautés est en outre devenue l’un des marqueurs d’une muséologie désormais soucieuse d’atténuer les rapports d’autorité, donc d’inventer des muséographies davantage polyphoniques, sinon critiques, tout en devenant l’un des standards de la bonne gouvernance muséale2. Les projets décrits dans cet ouvrage (notamment dans la première partie) sont tous stimulants, depuis les relations tissées entre des musées zimbabwéens et des spécialistes rituels pour inventer des formes de conservation et de valorisation plus respectueuses des « objets sacrés », tel le bâton rituel mukvati (Jesmael Mataga), jusqu’à l’expérience collaborative ayant donné naissance à l’exposition The Road of Reconciliation en Ouganda, en 2013 (Nelson Adebo Abiti). Dépasser le paradigme développementiste oblige d’ailleurs à redéfinir les relations que les musées ethnographiques entretiennent avec les « communautés partenaires », souligne Jeremy Silvester à propos de l’Africa Accessioned Network, initié par le comité national de l’ICOM et les musées de Namibie pour inventorier les objets originaires de Namibie, Zambie, du Zimbabwe et du Botswana conservés dans les musées européens et pour tisser des relations professionnelles entre conservateurs européens, africains et communautés locales. Ces dernières ne doivent plus être considérées comme des « communautés sources » (p. 125) — ni comme les cibles d’actions de développement, pourrait-on ajouter. Elles sont parties prenantes d’un travail collaboratif autour de « collections diasporiques », travail pouvant prendre la forme d’un « engagement communautaire » dans des projets de rapatriement, numérique ou physique, des archives et des collections (pp. 122-125).

5Comme dans de nombreux ouvrages consacrés aux musées africains, les autrices et auteurs rassemblés ici sont le plus souvent des professionnels de musée témoignant de leur expérience au sein des projets qu’ils analysent par ailleurs. On connaît l’inconfort d’une telle position, qui a pour mérite de rendre compte d’une connaissance fine des coulisses des activités muséales mais produit des biais analytiques, en se limitant souvent au cadre institutionnel. Cela peut parfois avoir pour conséquence de passer sous silence les tensions entre les acteurs des projets, les effets des hiérarchies professionnelles ou les aspects financiers des programmes développés. L’économie de la coopération muséale internationale est pourtant un enjeu d’autant plus essentiel que les financements des expositions ou de la production de bases de données, par exemple, induisent très souvent des prescriptions susceptibles de contredire les intentions partenariales initiales. Les questions budgétaires et les financements internationaux sont parfois évoqués dans l’ouvrage, mais sans jamais faire l’objet d’analyses développées. À l’inverse, l’attention accordée à la matérialité des collections ou à l’imbrication des enjeux techniques et éthiques de leur conservation ou de leur valorisation numérique est l’une des richesses de ce type d’approche. La mise en place de bases de données participatives visant à reconstituer virtuellement des ensembles d’objets dispersés, comme dans le cas à mon avis exemplaire des objets collectés par le missionnaire suisse Henri-Alexandre Junod, présenté par Cynthia Cros et Anneliese Mehnert, invite à considérer la coopération muséale comme la mise en réseau d’acteurs humains mais aussi de non-humains, assemblages d’objets de collection, d’archives et de contenus numériques. De telles perspectives obligent à s’intéresser aux collections non comme corpus d’objets, mais comme processus : loin d’être figées et closes sur elles-mêmes ou sur leur histoire, loin également d’être réductibles à leur provenance, elles ont une « vie sociale » qu’il importe de décrire de manière détaillée, ainsi que le propose Katrin Peters-Klaphake à propos de l’art ougandais dit « moderniste » dans les collections allemandes (p. 156).

  • 3 Un tel dépassement passe sans doute également par l’abandon du vocabulaire de la modernisation, pa (...)

6Les débats actuels au sujet de la restitution des biens culturels africains forment l’arrière-plan explicite de la réflexion collective développée dans cet ouvrage. La prétention universaliste des musées européens, plusieurs fois dénoncée, est d’ailleurs incompatible avec le projet de dépassement du paradigme développementiste3. Aucune position commune n’est cependant énoncée et le sujet des restitutions n’est au centre d’aucun texte. Les projets de coopération présentés peuvent néanmoins être vus comme autant de preuves concrètes du mal-fondé des arguments mobilisés contre les demandes de restitution, souligne Kiprop Lagat (p. 137). Là encore, les expériences de collaboration transnationale, en tissant des relations entre spécialistes de musées, populations locales, objets, archives et données numériques, apparaissent comme l’échelle la plus pertinente pour interroger les formes adéquates de restitution, les logiques de réappropriation et l’invention de nouveaux principes de réciprocité. Ce n’est pas le moindre intérêt de cet ouvrage que de pointer l’impasse à laquelle conduiraient de tels questionnements, s’ils ne parvenaient à s’affranchir de la « tyrannie du développementisme » évoquée par Ciraj Rassool (p. XXIII). Il offre en outre un excellent panorama des pratiques de décolonialisation muséale, qu’il s’agisse par exemple de critiquer le recours aux ethnonymes dans les inventaires ou de reformuler les légendes des photographies issues d’archives coloniales (sans même parler des nombreux enjeux, à peine évoqués, en matière d’hébergement, de durabilité et d’interopérabilité des données numériques…). Ces problèmes concrets, auxquels sont presque quotidiennement confrontés les conservateurs et conservatrices des musées européens comme africains, font eux aussi partie des points de rencontre transnationaux de la muséologie actuelle.

Haut de page

Notes

1 J. Clifford, Routes. Travel and Translation in the Late Twentieth Century, Cambridge, Harvard University Press, 1997.

2 L’application de la notion de « gouvernance » au monde des musées ne va pas, du reste, sans poser un certain nombre de questions. Voir par exemple, à propos du cas des musées zimbabwéens plusieurs fois évoqués dans l’ouvrage, M. Mawere & T. R. Mubaya, « “A Shadow that Refuses to Leave”. The Enduring Legacy of Colonialism in Zimbabwean Museum Governance », in M. Mawere, H. Chiwaura & T. Panganay Thondhlana (eds.), African Museums in the Making. Reflections on the Politics of Material and Public Culture in Zimbabwe, Cape Town, Langaa RPCIG, 2015, pp. 137-162.

3 Un tel dépassement passe sans doute également par l’abandon du vocabulaire de la modernisation, parfois mobilisé sans travail critique dans l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz, « Laely Thomas, Meyer Marc & Schwere Raphael (eds.). — Museums Cooperation between Africa and Europe. A New Field for Museum Studies »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 1022-1026.

Référence électronique

Julien Bondaz, « Laely Thomas, Meyer Marc & Schwere Raphael (eds.). — Museums Cooperation between Africa and Europe. A New Field for Museum Studies »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 15 novembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46138 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46138

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

Institut des mondes africains (IMAF), Aubervilliers ; Musée du quai Branly-Jacques Chirac, Paris, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search