Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusSavoy Bénédicte. — Le long combat...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Savoy Bénédicte. — Le long combat de l’Afrique pour son art. Histoire d’une défaite postcoloniale

Didier Marcel Houénoudé
p. 1029-1031
Référence(s) :

Savoy Bénédicte. — Le long combat de l’Afrique pour son art. Histoire d’une défaite postcoloniale. Paris, Éditions du Seuil, 2023, 304 p., bibl., index, ill.

Texte intégral

  • 1 B. Savoy, Afrikas Kampf für seine Kunst. Geschichte einer postkolonialen Niederlage, München, C. H (...)

1L’ouvrage de Bénédicte Savoy, Le long combat de l’Afrique pour son art. Histoire d’une défaite postcoloniale, est à n’en point douter un document complet sur l’histoire des demandes de restitution africaines. La parution de la version française, pratiquement deux ans après la version allemande1, et un an après la parution, devrait permettre à ceux qui ne sont pas familiers des langues allemande et anglaise de pouvoir s’approprier le contenu du livre, d’autant plus que l’histoire racontée intéresse également au premier chef les anciennes colonies françaises d’Afrique.

2L’ouvrage s’impose déjà comme un classique incontournable pour ceux qui souhaitent comprendre les tenants et aboutissants de la restitution. Il raconte surtout l’histoire d’une amnésie voulue et entretenue par certains cadres occidentaux sur les demandes de restitution.

3L’ouvrage couvre seize chapitres qui déclinent de façon chronologique vingt longues années (1965-1985) du combat d’une élite africaine pour la restitution de son patrimoine. Les prémices de ce combat se dessinent bien avant les Indépendances africaines des années 1960. Il est porté par une intelligentsia africaine consciente du rôle majeur des productions artistiques pour le développement des peuples africains colonisés et culturellement dominés.

4La trame du livre commence en 1965 à Dakar qui apparaît à ce moment-là comme la capitale de l’Afrique francophone. Bénédicte Savoy y fait remonter le premier appel public pour la restitution générale à l’Afrique de ses biens culturels sous la plume de Paulin Joaquim dans le mensuel illustré Bingo. L’éditorial de Joaquim, ainsi que le rappelle Savoy, intervient à quelques mois de l’organisation, par le président-poète sénégalais Léopold Sédar Senghor, du premier Festival mondial des arts nègres (FESMAN) à Dakar. Un festival pour célébrer la culture noire, mais pour lequel 90 % des œuvres africaines exposées sont issues de musées et de collections privées extra-africaines (européennes et états-uniennes). Paulin Joaquim expose les arguments qui serviront plus tard aux capitales occidentales pour clore les débats des demandes de restitution. Son appel ne laisse pourtant pas les organisateurs et les conservateurs occidentaux indifférents, qui mettront tout en œuvre pour étouffer le débat dans l’œuf. Le chapitre rappelle combien, déjà à cette époque, les rapports entre la France et ses anciennes colonies sur le plan culturel étaient largement déséquilibrés et la profonde frustration de l’intelligentsia africaine devant « la cécité, ou surdité, des responsables français de l’époque » (p. 25) et les manœuvres destinées à clore définitivement le sujet des demandes de restitution (épisode de la Convention 1970).

5Les tentatives occidentales pour refuser le débat sur la restitution sont loin de décourager les cadres africains dont certains continuent le combat en utilisant toutes les formes de médias à leur disposition. Ainsi, Nii Kwate Owoo (du Ghana) et Eddie Ugbomah (du Nigéria) interrogent la provenance des collections africaines dans les réserves des musées occidentaux. La cinématographie est l’outil idéal pour cela. Le court métrage You Hide Me du réalisateur ghanéen Nii Kwate Owoo en 1971, puis The Mask (1979) du Nigérian Eddie Ugbomah reprennent l’appel à la restitution des objets « d’art africain » présents dans les réserves des musées occidentaux. Presqu’au même moment, Ekpo Eyo, alors directeur du service des antiquités du Nigéria, commence à mener une campagne pour des « prêts à long terme ou de restitutions amiables » (p. 36). Ses idées rencontrent un écho favorable auprès de certaines personnalités allemandes (Heinz Dietrich Stoecker, Franz Amrehn), mais sont malheureusement étouffées, de peur d’ouvrir un débat qui pourrait se révéler incontrôlable, par des cadres allemands (Carl Gussone, Ernst Féaux de la Croix et Hans Georg Wormit), anciens militants du parti nazi et donc influencés par l’idéologie raciste du national-socialisme. Le dossier de la restitution se referme à la satisfaction des fonctionnaires allemands qui pensent avoir réussi à éviter tout débat sur un quelconque prêt ou d’éventuelles demandes de restitution. C’est sans compter sur un nouveau rebondissement dans les années 1973.

  • 2 Cette célèbre résolution, portée par douze pays africains que sont le Zaïre, le Burundi, le Tchad, (...)

6En effet, en septembre 1973, le président zaïrois Mobutu Sese Seko saisit l’occasion du congrès de l’Association internationale des critiques d’art (AICA) pour relancer le débat. Il récidive quelques semaines plus tard à l’Assemblée générale des Nations unies qui adopte, le 18 décembre 1973, la résolution 3187 sur la « restitution des œuvres d’art aux pays victimes d’expropriation »2.

7Le débat sur les restitutions devenu dès lors mondial, les musées occidentaux s’emploient savamment à définir des stratégies destinées à contrer toutes les demandes de restitution des pays du « tiers-monde ». Dans la foulée, le Zaïre obtient de la Belgique la restitution de plusieurs centaines d’objets de son patrimoine culturel en 1976, 1978 et 1982.

8Ce succès est toutefois éphémère, et les autres revendications, comme la demande de restitution des regalia du peuple ashanti introduite par le Conseil traditionnel de Kumasi, essuient un refus de la part du parlement et du gouvernement britannique en 1974, même si le combat des pays africains rencontre la sympathie d’une grande partie de l’opinion publique internationale. Des actions comme celle d’Herbert Ganslmayr et du journaliste vedette de la radio et de la télévision allemande Gert von Paczensky se heurtent à un mur de silence et de désinformation destiné à éluder au maximum le débat sur la restitution de leur patrimoine aux pays africains.

9Toutefois, le « spectre de la restitution » qui hante les musées d’Europe, selon un article du Frankfurter Allgemeine Zeitung en mai 1979, devient plus consistant et met les responsables anti-restitution dos au mur. Une partie de la presse commence à s’intéresser au combat des Africains pour leur patrimoine et prend fait et cause pour les revendications africaines, à l’image du critique d’art du New York Times, John Russell, ou encore des journalistes allemandes Doris Schmidt, rédactrice culturelle au Süddeutsche Zeitung, et Clara Menck, reporter pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, présentes lors du congrès du groupe de travail anti-restitution à Lindau en 1979.

10La sympathie pour la cause africaine gagne de fortes personnalités comme Hildegard Hamm-Brücher, ministre d’État au ministère fédéral des Affaires étrangères de la RFA, et la ministre grecque de la Culture Melina Mercouri qui, en 1982, à la Conférence mondiale de l’UNESCO sur la politique culturelle, demande la restitution des fragments de la frise du Parthénon conservés au British Museum.

11Toutefois, devant les refus qu’opposent les pays occidentaux à leurs demandes de restitution qui empruntent pourtant le canal de la diplomatie et de la négociation, certains Africains se radicalisent progressivement, même si d’autres continuent le combat en investissant les instances internationales afin d’y mener leur lutte.

12Le dernier acte du livre se déroule en Allemagne de l’Est en 1985, plus précisément au Musée de Pergame qui accueille une exposition dédiée aux Trésors de l’ancien Nigéria, un patrimoine de 2 000 ans avec des œuvres prêtées par la République fédérale du Nigéria. La coopération est franche entre le Nigéria et la RDA, laquelle semble ouverte à des débats sincères sur la restitution. Ils n’auront malheureusement pas lieu puisque le mur de Berlin s’effondre quatre ans plus tard et que la RFA et la RDA sont réunifiées l’année d’après.

13La version française de l’ouvrage signé par Bénédicte Savoy est assurément bien plus complète que la première version en allemand. Il s’agit, à n’en point douter, d’un texte majeur pour comprendre l’amnésie entretenue par un groupe d’individus autour du débat et la vague d’émotions et d’espoir qui a submergé le continent noir lorsque le rapport rédigé par Sarr et Savoy s’est montré favorable à la restitution du patrimoine africain. Il s’agit aussi d’un ouvrage qui présente de façon globale les principaux protagonistes du débat sur la restitution du patrimoine africain de 1965 à 1985. Le livre est très bien documenté et fait appel à d’innombrables sources et documents d’archives de différentes natures. Il synthétise en 304 pages un combat long de vingt ans.

14L’ouvrage rappelle surtout que le débat de la restitution reste d’actualité, et ce malgré les manœuvres mises en place par certains fonctionnaires occidentaux et professionnels de musées pour éluder le débat ou pour clore définitivement le dossier des demandes. Il déconstruit les différents argumentaires en défaveur de la restitution et éclaire un combat vieux de plus de soixante ans. Il en appelle à des relations nouvelles établies sur des bases équitables et honnêtes au sujet de la question de la restitution, et rend ainsi hommage aux pionniers d’une lutte démarrée en amont des Indépendances des années 1960, et dont l’épilogue a commencé à s’écrire avec la restitution au Sénégal du sabre d’El Hadj Omar Tall, au Bénin, de 26 « trésors royaux » et, à la Côte d’Ivoire, du tambour parleur du peuple ébrié.

Haut de page

Notes

1 B. Savoy, Afrikas Kampf für seine Kunst. Geschichte einer postkolonialen Niederlage, München, C. H. Beck, 2021 ; Africa’s Struggle for Its Art : History of a Postcolonial Defeat, Princeton, Princeton University Press, 2022.

2 Cette célèbre résolution, portée par douze pays africains que sont le Zaïre, le Burundi, le Tchad, le Congo, la Guinée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, l’Ouganda, la Tanzanie et la Zambie, obtient 113 voix, 17 abstentions et aucune voix contre. Les anciennes puissances coloniales que sont la France, la Belgique, la Grande-Bretagne, la République fédérale d’Allemagne, le Portugal et l’Italie, ainsi que l’Autriche, le Luxembourg, la Norvège, la Suède, les États-Unis, le Japon et l’Afrique du Sud se sont abstenus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Marcel Houénoudé, « Savoy Bénédicte. — Le long combat de l’Afrique pour son art. Histoire d’une défaite postcoloniale »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 1029-1031.

Référence électronique

Didier Marcel Houénoudé, « Savoy Bénédicte. — Le long combat de l’Afrique pour son art. Histoire d’une défaite postcoloniale »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 15 novembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46163 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46163

Haut de page

Auteur

Didier Marcel Houénoudé

Laboratoire des arts, d’archéologie, d’analyse des dynamiques culturelles, d’expertise patrimoniale et touristique, Université d’Abomey-Calavi, Bénin ; Technische Universität Dresden, Dresde, Allemagne

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search