Navigation – Plan du site

AccueilNuméros251-252chronique bibliographiqueAnalyses et comptes rendusSilverman Raymond, Abungu George ...

chronique bibliographique
Analyses et comptes rendus

Silverman Raymond, Abungu George & Probst Peter (eds.). — National Museums in Africa. Identity, History and Politics

Éloi Ficquet
p. 1032-1034
Référence(s) :

Silverman Raymond, Abungu George & Probst Peter (eds.). — National Museums in Africa. Identity, History and Politics. London-New York, Routledge, 2022, 265 p., bibl., index, ill.

Texte intégral

1Qu’ils soient désuets, tant bien que mal entretenus par des équipes en manque de moyens et de reconnaissance, ou bien au contraire réinvestis par des programmes ambitieux de rénovation, d’élargissement et, dans un cas comme dans l’autre, traversés par des débats et des conceptions en rupture avec le passé, les musées nationaux en Afrique sont la face officielle et visible des politiques culturelles étatiques.

2Les trajectoires historiques, les problématiques communes, les mutations en cours ou programmées des musées à vocation nationale sont l’objet de ce volume. Sans proposer un catalogue des institutions dans tous les pays, treize courtes études de cas sont ici proposées, assez bien réparties pour rendre compte à la fois de problèmes communs, tout en exposant des situations contrastées dans les pays suivants : Maroc, Soudan, Éthiopie, Kenya, Ouganda, République démocratique du Congo, Sénégal, Mali, Niger, Ghana, Nigéria, Zimbabwe et Afrique du Sud. Vingt-huit auteurs et autrices ont contribué à l’ouvrage, soit deux généralement par chapitre, par un dispositif d’écriture en binôme associant un professionnel du patrimoine, en règle générale représentant du musée en question, et un universitaire spécialiste du pays et de ses politiques culturelles et invité à réfléchir et dialoguer sur des thématiques communes à l’ensemble de l’ouvrage, tout en faisant ressortir les questions particulières à chaque site. Plusieurs textes sont cosignés par des directeurs actifs ou anciens directeurs de musée. Cela peut se ressentir dans certains passages aux accents de rapports d’activité rédigés selon une grille d’évaluation de type « SWOT » (forces, faiblesses, opportunités, risques). Cependant, ce qui pourrait apparaître comme un biais pro domo et limiter l’intérêt de l’ouvrage est habilement contrebalancé par un travail éditorial qui permet de problématiser et documenter chaque situation. Une forme de dialogue traverse ainsi tout l’ouvrage, par la juxtaposition, voire la confrontation de plusieurs points de vue. Dans certains cas, les positions différentes sont explicitées, alors que dans d’autres l’écriture se veut plus fusionnelle.

3À l’instar d’un cartel donnant des informations sur un objet mis en vitrine, chaque chapitre commence par un brief ou « fiche synthétique » fournissant des informations clés sur la date de fondation, la gouvernance institutionnelle actuelle et l’organisation des services, la superficie des bâtiments, le nombre d’objets inventoriés, le nombre de personnels affectés, le budget annuel, le nombre de visiteurs. Même si les modes de mesure de ces données sont déclaratifs et inégaux, ces ordres de grandeur apportent au livre un outil de lecture transversale permettant de comparer les situations considérablement différentes entre des musées très bien dotés en personnels et budget de fonctionnement, capables de se hisser aux standards internationaux les plus exigeants, et d’autres devant trouver diverses façons de valoriser leurs ressources.

4Chaque étude part des fondations institutionnelles remontant à l’époque coloniale. Ces musées ont hérité en effet de bâtiments, collections, dispositifs d’expositions et cadres de pensée élaborés de plus ou moins longue date par des savants et agents culturels travaillant pour les administrations coloniales (ou non coloniales mais étrangères dans le cas éthiopien). L’appellation générique, très largement partagée, de « musée national » est l’une des traces caractéristiques d’institutions requalifiées au moment des Indépendances et destinées à servir des politiques d’unité nationale. Pour chaque pays, il s’agissait de construire une représentation partagée d’une identité libérée et à construire collectivement, en y associant (idéalement à parts égales) les divers groupes sociaux qui avaient déjà été réifiés sur le plan patrimonial, différenciés et divisés par les agents de puissances extérieures. Suite à leur nationalisation, les musées sont généralement restés bien en deçà des ambitions qui leur étaient assignées non seulement pour se réapproprier des patrimoines spoliés ou dévoyés et pour réhabiliter une image de soi à l’échelle des identités nationales, mais aussi pour mettre en valeur les objets du patrimoine en tant que ressources devant former le socle d’attractivité d’une économie du tourisme. Dans des contextes politiques turbulents, avec des moyens limités à leurs ressources patrimoniales, les musées sont restés dans la dépendance de relations postcoloniales, par la conception d’expositions livrées clés en main par des partenaires du Nord global, accompagnant au mieux ces projets de programmes de formation, mais selon des normes souvent inadaptées aux situations locales.

5Plusieurs cas illustrent des tentatives, plus ou moins abouties, de dépassement de ces contraintes. Par exemple, la recréation d’un musée national en RDC en coopération avec la Corée du Sud (étudié par Augustin Bikale Mukundayi et Sarah Van Beurden), inauguré en 2019, est fortement dépendante de relations économiques principalement indexées sur la géopolitique globale des matières premières. Au Maroc, le réseau de la Fondation nationale des musées (étudié par Samir Kafas et Ashley V. Miller) reste encore très fortement axé sur des instances centrales et peu réceptif aux situations et besoins des collectivités locales ; le Musée des civilisations noires de Dakar (décrit par Hamady Bocoum et El Hadji Malick Ndiaye), construit avec l’appui de la Chine, s’inscrit dans un programme panafricain dans la lignée des inspirations fondatrices de Léopold Sédar Senghor dont l’adéquation avec les expressions culturelles et créatives à différentes échelles, nationale, régionale et continentale est un défi permanent.

6Une autre thématique transversale de l’ouvrage est la restitution des objets du patrimoine national, pour la plupart spoliés à l’époque coloniale et encore détenus à l’étranger. Dès leur constitution dans un cadre national devenu indépendant, les musées souffraient de l’absence notoire des pièces parmi les plus emblématiques du patrimoine national, prises comme butin ou sélectionnées par des missions scientifiques, pour être entreposées et exposées dans les musées des grandes métropoles occidentales, s’exonérant de l’accusation de spoliation en défendant leur vocation universelle de représentation du génie humain dans la diversité de ses expressions. Bien que cette thématique soit traitée de façon inégale selon le degré variable de pertinence et d’importance politique de la question dans chaque pays, les contributions montrent que ces questions ont été posées de longue date, et de diverses façons, soit par des demandes officielles au plus haut niveau de l’État, soit par des démarches plus ajustées, entreprises par les responsables des musées, visant au cas par cas les institutions détentrices, les collections privées, les salles de vente, avec des réussites enregistrées au cas par cas, avant que la question ne prenne une dimension plus globale et systématique depuis quelques années.

7En conclusion, pour tout chercheur ou professionnel du patrimoine engagé dans une étude des collections ou envisageant le montage d’une exposition, cet ouvrage est une référence utile pour comprendre que les problèmes que l’on croit découvrir au cours du développement d’un projet relèvent en fait d’un caractère systématique et largement partagé. En identifiant ces contraintes à différents niveaux, les chapitres permettent de prendre une certaine distance avec une distribution inégale des compétences et des ressources affectées aux musées, et montrent des démarches innovantes et réflexives qui offrent des perspectives de pratiques concertées, ouvertes et potentiellement plus à même de répondre aux attentes des publics, même si cette question de fond reste en grande partie insondable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éloi Ficquet, « Silverman Raymond, Abungu George & Probst Peter (eds.). — National Museums in Africa. Identity, History and Politics »Cahiers d’études africaines, 251-252 | 2023, 1032-1034.

Référence électronique

Éloi Ficquet, « Silverman Raymond, Abungu George & Probst Peter (eds.). — National Museums in Africa. Identity, History and Politics »Cahiers d’études africaines [En ligne], 251-252 | 2023, mis en ligne le 15 novembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/46173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/etudesafricaines.46173

Haut de page

Auteur

Éloi Ficquet

Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor), EHESS, Marseille, France

Du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search